Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments aux numéros2020Suppléments au n°74Des fiches pratiques pour accompa...FP 08. S’assembler pour riposter

2020
Suppléments au n°74
Des fiches pratiques pour accompagner vos luttes

FP 08. S’assembler pour riposter

Texte intégral

Malgré les ravages engendrés par l’Excellence, il est vain d’attendre un ressaisissement de nos dirigeants, envoûtés par l’idéologie néolibérale. La riposte s’organise au contraire par le bas, au sein de poches de résistance ancrées localement et fonctionnant comme des communautés de pratique.

Face au rouleau compresseur du management de nos institutions d’enseignement et de recherche, il paraît illusoire d’organiser une Internationale de la Slow Science ou de la désexcellence. Les forces existantes ne le permettent pas et de telles ambitions ne sont d’ailleurs pas souhaitables, car elles engendreraient un affadissement des luttes, de la bureaucratie et de l’épuisement. Or, dans la morbidité ambiante des universités de l’Excellence, il importe plus que jamais de cultiver le plaisir et le sens de nos existences dans l’exercice quotidien des métiers d’enseignement et de recherche. La gaîté de lutter ensemble, d’être acteur de nos devenirs, de transformer des situations, y compris modestes ou qui semblent perdues d’avance.

1La désexcellence est fille de joie ! Qui défie au quotidien l’absurdité et l’indécence de l’Excellence, dans une expression libre, décalée, humoristique [Fiche 09, Encadré 1], moqueuse de l’autorité, des consensus mous et des enfumages institutionnels ou langagiers [Fiche 07]. Ce joyeux défi est issu d’une communauté de pratique constituée de personnes qui s’estiment, se font confiance et prennent plaisir à discuter ensemble de leurs expériences, envies et analyses. De ces échanges et discussions naissent des savoirs et des projets communs, si possible au-delà des luttes ponctuelles [Encadré 1].

2Si la communauté désexcellente est une poche de résistance autoproclamée et locale, elle n’en cultive pas moins des relations et échanges avec d’autres poches de résistance, instituées ou non (représentants étudiants, syndicats, autres collectifs, autres collègues), dans ou hors de l’université. Les combats ne sont pas prédéterminés, mais naissent des situations rencontrées, des sollicitations, des conditions et des possibilités individuelles [Encadré 1]. Les interventions, les textes et les actions sont toujours discutés collectivement. Le travail est partagé, qu’il s’agisse d’activités ponctuelles ou à long terme.

3La force d’un tel collectif découle d’un engagement mutuel vers des objectifs communs, d’une pluralité d’expertises individuelles, d’un attachement à la démarche scientifique et d’une conviction partagée que les débats relatifs au devenir de l’enseignement et de la recherche ont une dimension irréductiblement politique. Voilà pourquoi la désexcellence ne deviendra jamais un méga réseau institutionnel.

1 - Communauté de pratique

Une communauté de pratique ne se décrète pas et ne peut naître de la seule volonté d’un individu. Elle émerge des relations entretenues dans le temps long par des personnes partageant certaines affinités. Elle vit ensuite de l’engagement de ses membres dans des actions concrètes qui permettent la constitution progressive d’un répertoire commun, en perpétuelle transformation [voir À lire : Lave & Wenger]. Il ne s’agit donc ni d’une secte, ni d’un club, ni d’un think tank, ni d’un syndicat. Une communauté désexcellente repose simplement sur le désir de participation, en fonction des possibilités d’engagement de ses membres. C’est ce qui la prémunit sans doute de l’épuisement et permet le plein engagement dans les combats locaux qu’elle se choisit. La taille du groupe est un facteur déterminant : trop petit et l’usure se fait rapidement sentir, trop grand et les interrelations diminuent en intensité et se compliquent.

L’élaboration collective des moyens de porter une voix dissidente (sites web, affiches, autocollants, forums dans la presse, interventions orales dans les institutions, refus de participation, articles scientifiques, débats publics, sabotages) et le partage des connaissances permettent à chaque membre d’assumer une position désexcellente lorsqu’une occasion se présente. On n’est jamais seul dans une telle communauté ! Et en dehors des périodes de combats visibles, celle-ci se mue en « cellule dormante », intense dans le partage de ses rêves, de ses indignations, de ses découvertes et de ses arguments qui la préparent à de prochaines actions.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Elzazimut
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/14657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« FP 08. S’assembler pour riposter »Techniques & Culture [En ligne], Suppléments aux numéros, mis en ligne le 12 novembre 2020, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/14657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14657

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search