Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments aux numéros2021Suppléments au n°75Habiter les abysses ?

2021
Suppléments au n°75

Habiter les abysses ?

D’une architecture du confinement à la co-création de mondes. « Botgraphie »
Living in the abyss ? From an architecture of confinement to the co-creation of worlds. « Botgraphy »
Jeremie Brugidou et Fabien Clouette

Résumés

En s’intéressant au travail sous-marin et bio-inspiré d’un architecte, cet article propose une immersion originale dans l’histoire de l’architecture sous-marine abyssale, de l’évolution de ses techniques ainsi que de l’imaginaire qu’elle entretient. Olivier Bocquet est architecte et “agitateur d’idées” au sein du Tangram Lab, un laboratoire de recherche en architecture prospective basé à Marseille. Au cours des cinq dernières années, il a conçu trois projets d’habitats sous-marins avec des partenariats scientifiques et industriels. Ces habitats prospectifs proposent des solutions architecturales biomimétiques pour vivre dans les abysses. Cependant, son dernier projet en date est une rampe abyssale destinée d’abord à abriter des organismes de l’océan profond. À partir d’une analyse des rapports sociotechniques aux mondes abyssaux développés au sein des projets, nous prenons au sérieux certaines pistes spéculatives quant à la relation des humains aux mondes et êtres vivants des abysses, suggérant ainsi un passage du prospectivisme au perspectivisme.

Haut de page

Texte intégral

Coup de foudre abyssal

Le 14 octobre, l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MIO) retweetait un message de Séverine Martini, collaboratrice scientifique avec Christian Tamburini (MIO-CNRS) sur le projet Bathy Reef : « #loveatfirstsight #BathyBot meets #BathyReef #deepsea » (Fig. 1).

  • 1 Bathy Reef est une co-production MIO-Tangram-Treex-Vicat-SoLiquid.

1Début octobre 2020, un robot téléguidé sous-marin arpente une rampe en béton au fond d’une piscine et provoque l’émoi de la petite communauté de biologistes marins, d’ingénieurs et d’architectes qui l’entoure 1. La rampe nommée Bathy Reef, quatre mètres cinquante sur deux de béton imprimé, lui est destinée : elle a été fabriquée avec une nouvelle encre pour impression 3D et conçue par un laboratoire de création et d’innovation en architecture. Ce petit tour de piste, bien que d’apparence modeste, marque un premier aboutissement de nombreuses années de recherches prospectives sur les habitats sous-marins abyssaux.

Fig. 1. Bathy Bot et Bathy Reef durant les tests en piscine

Cliché © Dorian Guillemain, Plongeur OSU Pytheas, Marseille

  • 2 https://oceanexplorer.noaa.gov/okeanos/edu/collection/media/hdwe-URintro.pdf.

2Qu’est-ce qui fait événement ici ? La présence de robots téléguidés pour filmer et prélever des spécimens sous la mer n’est pas une nouveauté, même en grande profondeur. En effet, les ROVs (Remotely Operated Vehicles) sont une des principales « présences » humaines dans l’océan depuis leur apparition au milieu des années 1990 2 : artefact technique indispensable des explorations océanographiques aujourd’hui, les ROVs sont des éclaireurs, à tous les sens du terme, de ces mondes obscurs et pourraient bien être ceux d’une éventuelle future présence humaine dans les abysses, tout comme leurs camarades robots envoyés dans l’espace. Le Bathy Bot équipé de sa caméra ultrasensible est une prouesse technologique, mais ce n’est pas lui individuellement qui fait sensation. Il s’agit bien d’une rencontre. Bathy Bot meets Bathy Reef : qu’est-ce que ce Bathy Reef alors ? Une rampe en béton immergée peut-elle vraiment créer le coup de foudre d’un robot aussi sophistiqué ? La conception architecturale de la rampe a été menée par Olivier Bocquet, architecte de l’agence TANGRAM, mais surtout chercheur et « agitateur d’idées » (intitulé mentionné par l’agence sur leur site Web) au sein du TANGRAM Lab, le pôle recherche et innovation en architecture prospective, notamment biomimétique, de l’agence. Qu’est-ce au juste que cette rampe en béton conçue par un architecte prospectiviste et que nous raconte-t-elle de nos relations à ce milieu extrême que sont les abysses ?

3Il faut revenir en arrière pour comprendre le coup de foudre de Bathy Bot pour Bathy Reef.

4Bathy Reef est à la fois une toute première pierre et un aboutissement. La rampe vient à la suite de plusieurs projets prospectifs d’Olivier visant à imaginer, en collaboration notamment avec le MIO et l’INSU (Institut National des Sciences de l’Univers) du CNRS, une présence humaine sous-marine, voire abyssale.

  • 3 Aujourd’hui intégré au projet MEUST NUMerENV et KM3NeT (https://numerenv.in2p3.fr).

5Après avoir travaillé pour Corinne Vezzoni, Olivier Bocquet rejoint Tangram en 2010, une grosse agence marseillaise d’architecture, d’urbanisme et de paysage (80 employés), impliquée dans des projets d’ampleur (Aéroport de Marseille, aménagement du vieux port et piétonnisation…) et collaborant régulièrement avec des grands noms du paysage et de l’architecture contemporaine (Ando, Piano, Gehry, Foster, Nouvel…). Depuis 2013, Olivier représente le Tangram Lab, un laboratoire de recherche au sein de l’agence travaillant en partenariat avec la recherche publique (CNRS, MIO). Nous le rencontrons en 2015 à l’occasion d’une enquête sur un dispositif de télescope sous-marin destiné à l’observation des neutrinos cosmiques en Méditerranée : ANTARES 3. Au cours de cet évènement technique braqué sur le lointain cosmique, l’équipe doit finalement changer d’échelle d’observation lorsqu’elle fait la rencontre d’une nouvelle espèce bactérienne, Photobacterium phosphoreum ANT-2200. S’associant alors avec le MIO, Olivier conçoit ses projets sous-marins autour de la bioluminescence de cette bactérie. Notre article analyse son travail architectural depuis 2016 qui mène à la réalisation de la rampe abyssale Bathy Reef : comment derrière la désirabilité des grands fonds pour un robot se repose la question de l’habitabilité des abysses ?

6Le travail d’Olivier s’inscrit dans la tradition des projets d’habitats sous-marins, sous le regard tutélaire de Jacques Rougerie, figure majeure de l’architecture des capsules hyperconditionnées dans des environnements hypercontraints a priori inhabitables comme l’océan. En nous appuyant sur l’étude de trois projets récents de l’architecte, nous analysons l’évolution des modes de présence humaine dans le monde sous-marin. Nous concevons ses projets comme les trois étapes d’une déconstruction des repères terriens vers une manière d’habiter les océans en authentiques « merriens ». D’abord, nous analysons le paradigme biosphérique dont émerge le projet prospectif de sphère abyssale, le Biolum-Lab, imaginée pour accueillir des humains entre 500 et 1 000 mètres de fond au large de Marseille. Nous l’inscrivons ainsi dans la tradition de l’habitat sous-marin (Vaissière 1969, Cousteau 1975, Rougerie & Vignes 1978, Ragon 1978, Miller & Koblick 1984, Camus 2018, 2019) et le confrontons à la tradition de la futurologie à inspiration sphérique, pour laquelle il s’agit de recréer le contexte terrestre dans de nouveaux milieux. L’analyse d’un second projet, prospectif encore, le Bio-Lum Reef, nous montre comment Olivier associe architecture et biomimétisme, démarche qui s’impose de plus en plus, mais qui ici recoupe un souci de coexistence dans un contexte écologique. Le biomimétisme peut inspirer des solutions techniques et bien davantage encore selon les manières de l’intégrer au processus de création. Nous envisageons alors le travail d’Olivier comme une désanthropisation progressive de l’approche architecturale à travers la prise en compte d’autres points de vue, et parlons de paradigme biocénique, la biocénose désignant l’ensemble des êtres vivants d’un écosystème. Enfin, le Bathy Reef, dernière étape de réflexion pour l’architecte marseillais, consiste en un module de colonisation benthique pour les organismes locaux. Ce projet nous pousse à interroger encore plus loin les limites de la colonisation humaine en milieu abyssal, entre expérimentation à distance par des ROV et réflexion sur un réensauvagement de l’océan profond qui ne serait pas une énième colonisation. Investir les abysses bouscule nos repères anthropologiques et terriens, d’autant plus lorsqu’on interroge, comme Olivier Bocquet, un devenir merrien de l’humanité et de ses modalités. Les limites de l’humain ne sont alors plus centrales à la réflexion pour l’architecture abyssale : ce sont les relations rendues possibles par le milieu à travers la conception d’un récif de cohabitation qui devient l’enjeu technique, voire ontologique, du travail architectural. C’est ce que nous nommons le paradigme symbiotique.

7Notre proposition prend appui sur l’analyse des productions graphiques et des expérimentations d’impression de matière par Tangram, ainsi que sur un accompagnement du travail d’Olivier Bocquet, ponctué par des entretiens. Ce terrain vise à comprendre et décrire les enjeux associés aux projections sous-marines et les solutions techniques proposées par l’architecte dans son travail. Qu’est-ce que ces exemples nous apprennent de l’anthropologie des techniques en milieu abyssal ? Comment le milieu invivable de l’océan profond a-t-il influencé le geste technique de confinement et quelles reconfigurations locales de la signifiance des abysses cet artefact biomimétique a-t-il contribué à produire ?

Paradigme biosphérique : habiter l’océan en terrien

Médiagénèse d’une sphère

Commençons par étudier les plaquettes du projet Biolum-Lab d’Olivier Bocquet produites en 2016 au sein du Tangram Lab et intéressons-nous dans un premier temps au récit que ces planches produisent. La première planche se présente comme la vue subjective d’un ROV plongé dans les abysses : on voit les données de navigation du robot (vitesse, batterie, profondeur, orientation…) et un organisme benthique dans le coin supérieur droit qui semble venir à notre rencontre. Par une synthèse iconographique, sont ainsi présentées les principales caractéristiques de la sphère, qui apparaît lumineuse et entourée d’étincelles bleutées. Le Biolum-Lab se situerait au large du Parc National des Calanques en 2030, dans le canyon de la Cassidaigne, à une profondeur entre 500 et 1 000 mètres. Il accueillerait une équipe pluridisciplinaire de 25 personnes pour étudier les conditions de vie humaines et autres qu’humaines dans les grands fonds. L’objectif premier du laboratoire consiste à observer, explorer et comprendre les fonctionnements toujours méconnus de la bioluminescence, la lumière produite par les organismes vivants, majoritairement marins, et qui sur la planche de l’architecte illumine la sphère. Aujourd’hui, nous dit encore la plaquette de présentation, une classe de mer s’apprête à aborder la structure.

Fig. 2 Biolum-Lab

© Tangram Lab / Treex / MIO

Fig. 3a Coupes Biolum-Lab

© Tangram Lab / Treex / MIO

Fig. 3b Structures Biolum-Lab

© Tangram Lab / Treex / MIO

  • 4 Système unissant la culture de plantes et l’élevage de poissons.

8Lorsque le témoin approche la sphère en submersible (Fig. 2), elle est immédiatement frappée par la lueur bleu vert qui en émane. La structure semble recouverte d’un film lumineux. En suspension, la sphère dérive dans les courants. On y entre par en dessous. Le laboratoire est conçu sur plusieurs niveaux autour d’un axe central en spirale. Tout en bas, la structure est remplie d’eau, afin de faire ballast et maintenir la verticalité (Fig. 3). Au-dessus, l’eau est encore présente et l’on trouve un potager d’aquaponie 4, qui permet d’assurer une partie de l’autonomie énergétique de la sphère. Dans les deux niveaux suivants organisés en rayons autour du moyeu central se trouvent l’ensemble des laboratoires de recherche et d’expérimentation (Fig. 4). Enfin, les deux niveaux supérieurs contiennent les chambres, les espaces détentes et restauration, ainsi qu’un verger, assurant nourriture et cycles gaziers.

Fig. 4. Biolum-Lab

© Tangram Lab / Treex / MIO

9En condition de très grande profondeur, la contrainte physique majeure est la pression : un habitat à 1 000 mètres de fond doit être suffisamment solide pour résister à plus de 100 fois la pression atmosphérique. C’est pourquoi les habitats sous-marins ont pris des formes le plus souvent circulaires : cylindres, tonneaux, étoiles, sphères, etc. (Miller & Koblick 1984, Camus 2019). Jacques Yves Cousteau, un des précurseurs des habitats sous-marins, aboutit également à une sphère présentée au début de l’épisode L’aventure Précontinent (1966). Cette sphère annonce celle d’Olivier, rendue publique à la Biomim Expo 2017 (Fig. 5). Cousteau (qui n’est pas l’architecte de sa sphère) décrit dans la séquence l’utilité de chaque étage avant de nous montrer (il est le réalisateur de la mise en scène de la sphère) l’immersion de celle réellement construite et brièvement habitée. Olivier (l’architecte de sa sphère) décrit également chaque étage d’un projet qui n’est pas appelé à être construit, mais qui incarne l’aboutissement de tout un imaginaire prospectif de la sphère.

Fig. 5a. Jacques Yves Cousteau

Source / Crédits : L’aventure Précontinent (1966)

Fig. 5b. Olivier Bocquet, Biomim’expo 2017

Source / Crédits : Youtube Biomim’expo TV

10De la sphère du physicien marxiste Bernal (1929) à la station Cooper de Nolan dans Interstellar (2015), en passant par la sphère de Dyson (1945) ou les bulles Worldcraft de P. K. Dick, la sphère s’avère la forme privilégiée de paysage pour l’imaginaire de la colonisation spatiale. À noter également le lien au maritime qu’entretiennent ces sphères, à l’image du nom « Island One » de O’Neil (1975) ou de la Brick Moon du roman d’Everett Hale (1869), une sphère censée guider les marins qui, catapultée trop tôt dans l’espace avec quelques ouvriers encore à son bord, devient la première colonie spatiale (Johnson & Holbrow 1977). Marqué par l’association entre futurologie et conquête spatiale, le bâtiment qui raconte l’avenir de l’habitat humain s’inspire d’un symbole de stabilité (Colonomos 2014) : la forme des planètes. Ces sphères, souvent parées de verre, fonctionnent presque davantage comme modèle narratif que comme modèle monumental. Nous pourrions avancer que regarder ces sphères, c’est autant entretenir son jardin astronomique que regarder à travers une gigantesque boule de cristal spéculative et rassurante (Fig. 6).

Fig. 6 Jean Epstein, Le Tempestaire, 1947

L’architecture « écologique » sphérique peut-elle calmer les dérèglements climatiques du capitalocène, comme les guérisseurs du vent bretons semblent calmer les tempêtes ?

Crédits : Albert Militon / Jean Epstein (Filmagazine – France Illustration)

  • 5 « Domus » et non « villa » ou « insula », car ces habitats extrémophiles sont destinés à une élite, (...)

11Devant la fenêtre du logiciel de maquette en perspective, l’architecte auquel nous nous intéressons ressemble au futurologue (Ragon 1978). Ses productions peuvent être appréhendées comme des objets de « science-fiction » qui sont aussi des « hypothèses scientifiques testables » (Wacquez 2019) dans la mesure où elles se destinent à moduler un futur, sous la forme de bâti puis, selon la longévité de son projet, de ruines. Pour l’aider à rendre l’avenir et domestiquer le futur, c’est-à-dire en produisant littéralement la domus 5 de demain, l’architecte a recours au motif récurrent de la sphère, comme une sorte de boule de cristal qui stimulerait un imaginaire purement spéculatif. Cependant, cet imaginaire technique est-il ouvert ou fermé ? Lorsque le regard se plonge dans la sphère, voit-on un reflet réitéré du même, ou un champ de recompositions inédites ?

12Utilisant des logiciels de modélisation paramétrique provenant des effets spéciaux ou des jeux vidéo (Autodesk Maya, Houdini…), Olivier joue avec les paramètres du contexte du milieu sous-marin et les données biologiques glanées auprès de ses collaborateurs scientifiques et dans des bases de données en ligne, pour interagir avec le logiciel et obtenir une modélisation sur-mesure, voire « artisanale » selon ses propres termes.

13« Évidemment, ces étapes de conception servent à prévoir le futur rendu dont je n’ai aucun a priori au début du projet. L’influence du(es) contexte(s), de la fouille de la donnée biologique et de ce que sort la maquette stratifie, agrège, mixe… au fur et à mesure les intuitions, les ressentis et aboutit à la création d’un univers nouveau. Le résultat n’est pas l’aboutissement de quelque chose de conscient mais la traduction d’influences infusées. » (échange personnel avec Olivier Bocquet, 19 mai 2020)

14Notre architecte prospectif ressemble à ceux rencontrés au Japon par Sophie Houdart, qui étaient chargés de concevoir des utopies pour l’Exposition universelle de 2005 (Houdart 2008). L’autrice décrit le passage de l’architecte du statut de constructeur à celui d’artiste, autrement dit qui expérimente et exprime de nouvelles configurations sociales. Houdart associe ces montages virtuels à de véritables cosmologies qui manipulent et créent des sphères sociales. La notion de sphère fait bien référence ici à Peter Sloterdijk, soulignant la dimension formelle des enjeux existentiels (2002). Au travers des manipulations techniques de l’architecte configurateur de mondes (modélisations, banques d’images, retouches d’imagerie), c’est « une autre manière d’être réel » selon Houdart, qui s’incarne dans les planches de projets d’architecture (Houdart 2013).

Coloniser la mer en terriens augmentés

Qu’est-ce qu’habiter un no man’s land comme l’océan profond aujourd’hui ? Raymond Vaissière, biologiste et compagnon des premières expériences d’habitat de Cousteau, classait les engins sous-marins selon la distinction des « enceintes closes » (navires sous-marins, sphères, tourelles d’observation), des « enceintes ouvertes » (scaphandres, cloches), et des « ensembles combinés » (expériences de maisons subaquatiques), marquant ainsi différents objectifs recherchés par la présence sous-marine humaine : surveillance, extraction, observation, habitation (Vaissière 1969 : 112). La recherche sur l’habitat sous-marin se concrétise à partir des années 1960 (Camus 2018, 2019). George F. Bond travaille à la préfiguration de son Sealab en développant le programme d’études physiologiques de plongée à saturation Genesis en 1957-1958, tandis qu’Edwin Link immerge un cylindre monoplace à 60 mètres de fond pendant 25 heures, Man In Sea, afin de tester la physiologie humaine en profondeur critique. Entre 1962 et 1965, Jacques Yves Cousteau met en place son projet de colonisation sous-marine avec les stations Précontinent 1, 2 et 3 en mer Rouge. L’objectif était de prouver l’habitabilité de la mer avec des constructions installées en moindre profondeur et hébergeant des humains sur des périodes plus longues, avec pour horizon la création d’une future civilisation d’aquanautes, fortement mis en scène par Cousteau à travers ses films (notamment Le monde sans soleil 1964) et ses écrits : « Y a-t-il des chances pour que l’être humain retourne un jour à la mer, comme l’ont fait, voici quelques millions d’années, certains mammifères devenus des phoques, des lamantins, ou des baleines ? » (Cousteau 1975 : 8).

  • 6 Entretien réalisé avec un commandant de SNLE en octobre 2016 (Brugidou & Clouette 2018).

15Actuellement, les seuls exemples de vie prolongée sous l’eau sont ceux de la plongée à saturation et ceux des habitats temporaires que constituent les sous-marins nucléaires. Dans ce dernier cas, 110 personnes vivent pendant soixante à quatre-vingts jours à bord d’une capsule dont le seul objectif est de disparaître du paysage (stratégie de dissuasion nucléaire), de vivre dans le milieu comme un fantôme technique, de hanter un milieu terrestre plus que d’habiter un milieu sous-marin 6. Le sous-marinier semble incarner le plus parfaitement le modèle occidental de navigation « cristallisée » dans les artefacts et dépendant des systèmes de mesure (Hutchins 1995 : 95-96). Dans un sous-marin, l’air, les sons, les douches, l’alternance des nuits et des jours sont conditionnés par les nécessités stratégiques de l’artefact technique : l’océan n’existe pas en tant que milieu si ce n’est par ses propriétés de propagation des ondes sonores, propriétés définies par l’appareillage acoustique.

16Cette immersion technique visant à reproduire les caractéristiques de la vie et du confort terrestre, nous la retrouvons souvent au centre des projets prospectifs sous-marins, comme l’Ocean Spiral de Shimizu (Fig. 7), qui montre le fantasme de vivre sous la mer, mais exactement comme sur terre.

Fig. 7. Ocean Spiral

© Shimizu Corp

  • 7 Shimizu a développé différents projets monumentaux destinés à « présenter des propositions pour l’a (...)
  • 8 https://www.vicat.fr/actualites/lencre-3d-vicat-au-service-de-la-biodiversite-marine.

17Les imaginaires, les équipements et infrastructures convoqués dans ces projets appartiennent encore au xxe siècle (Camus 2020). Shimizu est une grande entreprise japonaise du BTP. Elle incarne, comme Vinci ou Eiffage en France, le modèle de l’exploitation gestionnaire et le transfert en mer d’une activité industrielle ayant déjà détruit les écosystèmes terrestres par l’utilisation massive du béton notamment. Sous couvert d’arcologie – l’architecture prospective écologique (Soleri 1973) –, l’Océan que la grande entreprise convoite incarne une frontière qu’il s’agit de domestiquer en s’appropriant ses ressources 7. L’enjeu est idéologique plus que pratique car ces projets, qui sont appelés des « rêves » sur le site de la firme japonaise, ne sont pas destinés à être construits. L’activité de conception vient alimenter la communication de l’entreprise, qui continue de réaliser des ensembles architecturaux classiques sur la terre ferme. Le partenariat entre Tangram, le MIO et un géant de l’industrie du ciment, Vicat, pourrait laisser penser que le Biolum-Lab n’est pas si différent de celui de l’Ocean Spiral japonais. Tangram s’est en effet associé avec Vicat à la suite du concours Rougerie, l’agence ayant gagné l’année où le cimentier était parrain du prix. Leur projet commun s’articule autour d’un béton imprimé, présenté comme « au service de la biodiversité 8 », mais l’histoire des cimenteries est aussi carbonifère que, depuis les années 1970, prompte au greenwashing. Il y a cependant dans le fonctionnement de la sphère un autre « rêve » que celui de Shimizu, un rêve qui ne nous semble pas non plus recouper celui de Vicat.

18Si l’on compare les images de sphères d’Olivier Bocquet à celles des firmes arcologiques que nous convoquons dans cet article, peu de choses semblent les différencier de prime abord. Et pour cause : les procédés qui mènent à leur production, les techniques et logiciels utilisés sont apparentés, et l’objectif même de cette figuration est identique. Il s’agit en effet, par un jeu de rendus et de superpositions d’éléments, de composer une image « crédible » (believable), de proposer des dessins en perspective pour « convaincre » le regardeur, en l’occurrence un client, que le projet « peut exister dans le monde réel » (Houdart 2008, 2013). Mieux, en coupant collant des éléments architecturaux, paysagers, humains issus de catalogues, l’architecte doit « transporter » le client « hors de son monde, et vers un autre », pourtant extrêmement standardisé à travers la récurrence des figurines composant les images (ibid.). C’est cependant là une des différences entre les perspectives de Tangram et celles de Shimizu : on ne trouve pas, dans les images des Marseillais, de figures « ready-made » humaines. De ces futurs habitants de la mer, les planches du Tangram Lab suggèrent le minimum imaginaire : la silhouette. Les sièges devant l’écran de contrôle du Lab sont vides (Fig. 8). Les silhouettes du Reef sont des ombres qui ne rendent (au double sens d’imposer et de rendu informatique) pas d’emblée un ordre social normalisé (Fig. 9), contrairement aux joggers au t-shirt bleu pour les hommes et rose pour la femme, aux travailleurs en costume, ou aux couples avec enfants qui peuplent en nombre les images de Shimizu.

Fig. 8. Biolum-Lab

Dans la salle de contrôle les bactéries lumineuses sont bien présentes, mais quid des humains ?

© Tangram Lab / Treex / MOI

Fig. 9. Biolum Reef : habité de silhouettes et d’ombres

© Tangram Lab / Treex / MIO

19La figure de Cousteau est le seul visage identifiable, en 2D, comme s’il s’agissait d’une silhouette en carton grandeur nature, laquelle semble prendre la poussière dans un coin de la pièce sans que personne n’y fasse vraiment attention (Fig. 10). Elle rappelle aussi que Cousteau et son équipe ont quitté la scène, et qu’il n’est plus possible d’apparaître tels qu’ils apparaissaient à bord de Précontinent II en 1963 (Fig. 11).

Fig. 10. Biolum-Lab et Fig. 11. Cousteau et son équipe dans Précontinent II

© Tangram Labs / Treex / MIO. / © Robert B Goodman/National Geographic Creative

20À la différence du bourdonnement commercial de la sphère de Shimizu (Fig. 7), c’est comme si aucune figure humaine ne pouvait encore peupler ces images devant l’incapacité de renforcer un effet de réel que les humains ne maîtrisent pas, trop jeunes habitants d’un contexte qu’ils aspirent à partager.

21La seule figure humaine substantielle se trouve dans les planches de présentation du Bathy Reef : l’imprimeur du béton 3D se tient debout sur un morceau test (Fig. 12).

Fig. 12. Bathy Reef

© Tangram Lab conception / impression Vicat - SoLiquid

22En regard des figures humaines projetées dans les images d’architectes pour aider l’imaginaire à peupler leurs utopies, cette figure de l’imprimeur debout sur son radeau de béton est saisissante et nous pousse à radicaliser le questionnement : à qui sont vraiment destinés ces habitats prospectifs ?

Paradigme biocénique : imiter l’océan

Biomimétismes abyssaux

  • 9 https://www.youtube.com/watch?v=zWfayiU60n8&ab_channel=Biomim%27expoTV.

Tangram Lab revendique une démarche biomimétique. Dans le cadre de projets prospectifs interdisciplinaires, Olivier présente la structure comme un espace explorant les « relations émergentes entre l’architecture, l’ingénierie, la biologie et le calcul 9 ». Dans la continuité de Rougerie, il insiste sur la nécessité de s’inspirer des manières de vivre des organismes sous-marins indigènes du lieu de la future construction, de se fondre dans le milieu. Mais que recoupe la notion de biomimétisme ici ?

23L’émergence d’instituts, tels que le Centre d’études et d’expertises en biomimétisme (CEEBIOS) depuis 2015 en France ou The Biomimicry Institute depuis 2005 aux USA (fondé par Janine Benyus et à l’origine de la base de données AskNature.org en 2008), marque un mouvement au sein duquel s’inscrivent de nombreuses agences, comme XTU, IM-Studio Mi-la (Ilaria Mazzoleni & Shauna Price), Vincent Caillebaut, Art & Build (Steven Ware). De nombreux outils en architecture facilitent par ailleurs la conception biomimétique (Fayemi et al. 2016, Chayaamor-Heil et al. 2018). Tangram participe à ce mouvement général, tout en s’intéressant à la vivabilité des milieux limites, littéralement des « no man’s land », ce qui lui impose de travailler à imiter ou modéliser autrement que ses collègues. Il s’agit pour nous de voir jusqu’où l’on peut pousser l’imaginaire de ces projets et dans quelles autres directions ils peuvent emporter celles et ceux qui les imaginent.

24Depuis Cousteau, et nonobstant les contraintes de pression, les habitats sous-marins ont imité diverses formes d’organismes marins : le village Précontinent II (Cousteau) contient par exemple une forme oursin et une forme étoile (Fig. 13). Comme lui, Rougerie a souvent mis en avant l’imitation formelle (Fig. 14), tout en recherchant une « adaptation optimale au milieu » (Rougerie & Vignes 1978 : 178).

Fig. 13. L’oursin et l’étoile de mer du village Précontinent II

https://fr.cousteau.org/​precontinent-i--ii-et-iii.php

Fig. 14. Méduses

© Jacques Rougerie Architecte

25Depuis la création de sa maison sous-marine Galatée en 1977, puis de l’abri sous-marin Hippocampe (1981), Rougerie développe des projets d’architecture sous-marine prospective qu’il conçoit, à la différence de ses prédécesseurs trop « terriens », depuis la perspective d’un « merrien » comme il le revendique, à travers une recherche de fusion avec le milieu. Cette recherche est également esthétique, puisque ses architectures reprennent noms et formes aux vivants qui partagent ce milieu 10.

26Pour concevoir sa sphère, Olivier Bocquet développe un travail de recherche et d’inspiration biomimétique autour des éponges hexactinellides, plus connues sous le nom d’éponges de verre ou siliceuses. Elles créent en effet un réseau solide de spicules en bio verre à partir du dioxyde de silicium qu’elles captent dans l’océan. Cette structure est très solide : cent fois plus résistante que l’aluminium grâce à sa composition en multicouche empêchant la propagation de fissures. Dans le froid des abysses, l’éponge réussit à polymériser la silice en une fibre plus solide que la fibre optique produite par les humains à très hautes températures. Certaines espèces d’éponges de verre utilisent même leurs fibres pour concentrer la lumière et développer des cultures d’algues dans des zones profondes privées des rayons du soleil. (Fig. 15).

Fig. 15. Biolum-Lab ; détails

© Tangram Lab / Treex / MIO

27Olivier pense sa sphère sur le modèle de cette éponge, avec une structure à la fois rigide et poreuse, protégeant ses habitants tout en restant en interaction dynamique avec le milieu environnant. Les très fortes pressions à 1 000 mètres de fond obligent à une structure de type carapace d’abord : des poutres et poteaux en acier disposés en rayon à partir du centre de la sphère et autour d’un moyeu vertical, strié de planchers et ancré par un système de ballast assurent la rigidité de l’habitat sous-marin pour les humains qui l’occupent. Cependant, l’extérieur de la structure est pensé sur un modèle multicouche avec un maillage similaire à celui de l’éponge. La « peau extérieure » constitue ainsi un récif artificiel accueillant les organismes qui s’y accrochent, au gré des courants. L’éponge Euplectela aspergillum est en effet un abri et un piège à nourriture pour les décapodes (spongicolidae), lesquels en retour participent à sa bonne santé ; un milieu particulièrement propice au développement de bactéries bioluminescentes, qui, par leur lumière, attirent tout un écosystème sous-marin le plus souvent photophile. Les décapodes du genre Pontonia pénètrent dans l’éponge pour se nourrir, et n’en ressortent jamais. Retenus par le festin lumineux, les décapodes grandissent en effet dans leur « prison dorée », jusqu’à atteindre une taille qui les empêche de traverser le tissage très serré de la dentelle siliceuse vers l’extérieur. Elles contribuent à la bonne santé de l’éponge, dont elles nettoient les mailles de verre à longueur de temps. Les ramifications de l’éponge offrent donc un réseau dense de vie où jouer à « cache-cache » avec la lumière, cette dernière étant une des principales préoccupations des écologies sous-marines (Widder, 2002). L’éponge a donc plusieurs rôles biomimétiques pour le projet : une imitation de forme (demi-sphère supérieure de l’éponge), de matériau (imitation en impression 3D de la matière silice avec une nouvelle recette de béton), de construction (structure multicouche semi-poreuse), de fonction (attraction de bioluminescence), et de processus (rôle dans le milieu).

28Ce type d’éponge a déjà inspiré des projets emblématiques d’architecture biomimétique sur terre (Le Swiss Re Headquarter, construit par Foster & Partner’s, 2003), mais c’est alors uniquement son aspect formel qui s’est trouvé imité : une bio-inspiration formelle et symbolique plus qu’un réel biomimétisme (Chayaamor-Heil et al. 2018). En effet, les recherches sur le biomimétisme en architecture distinguent bien différents niveaux de mimétisme : le niveau organisme (imitation d’un être spécifique, le plus souvent quant à ses aspects formels) ; le niveau comportement (réutilisation de certaines caractéristiques fonctionnelles) ; le niveau écosystème (adoption durable de certaines caractéristiques du vivant – résilience, optimisation, adaptabilité – à partir de la reproduction d’un véritable milieu de vie). Ce dernier type de biomimétisme oscille entre imitation et modélisation de la vie (Provost, Kamili & Pitrou 2020), autrement dit l’artefact technique s’approprie des formes et des fonctionnements biologiques tout en participant aux dynamiques écosystémiques d’un milieu.

Éloge de la porosité : la peau multifonction ou multi-espèce ?

L’agence marseillaise imagine d’abord le Biolum-Lab dans le cadre du concours annuel de la fondation Rougerie, organisé autour de trois catégories : architecture pour l’espace, pour l’océan et pour répondre à la montée des eaux. Olivier Bocquet souhaite répondre à l’appel spatial, qui vise la colonisation d’exoplanètes en ciblant leurs océans sous-cutanés (par exemple Europa, une des lunes de Jupiter, présente une surface glacée sous laquelle les astrophysiciens spéculent un océan). Les capsules spatiales relèvent d’un rêve proche de la sphère d’Olivier. Les équipements spatiaux sont d’ailleurs souvent testés en environnement sous-marin 11, comme l’illustrent bien les activités de la COMEX (Fig. 16).

Fig. 16. Page d’accueil du site de la Comex

© Comex

  • 12 https://www.esa.int/Enabling_Support/Space_Engineering_Technology/Melissa/Closed_Loop_Compartments.
  • 13 https://humanites-spatiales.fr/lespace-comme-terrain-quelques-enseignements-de-lanthropologie-2.

29Vivre sous l’eau nécessite, comme dans l’Espace, de vivre en autonomie, le corps intégré au vaisseau, dans ses rejets comme dans ses besoins à travers des systèmes de support de vie. L’une des inspirations d’Olivier Bocquet est la Melissa loop 12, un projet de l’ESA (Agence Spatiale Européenne) qui contourne la question des rejets d’un module spatial et imagine un cycle autosuffisant soutenu par des technologies trophiques artificielles : le déchet devient ressource. La métabolisation impliquée dans ces exo-mondes associe santé du corps et de l’appareil, ce qui conduit souvent à réduire le « vivant » aux seules conditions nécessaires de survie pour l’assemblage {corps humain - capsule} (Guinard 2019). Concernant les capsules spatiales, dans le cadre d’un entretien avec Ségolène Guinard, Valérie Olson posait directement la question : « Où finit le corps et où commence l’appareil ? 13 »

  • 14 Analogie de l’aveugle et de la canne blanche ou du bûcheron et de la hache (Bateson 1977 : 234).

30On pourrait élargir cette question à toute technique équipée. Le doute batesonien relatif aux limites poreuses du corps 14, compris comme pierre angulaire de la pensée écosystémique, semble d’autant plus pertinent dans les habitats en milieux extrêmes confinés, comme dans les systèmes support de vie où les fonctionnements des corps et des capsules sont interdépendants. Le modèle MELISSA, très présent à l’esprit des professionnels travaillant sur l’habitat extrémophile, n’est pas la seule inspiration de Tangram puisqu’elle dialogue toujours avec d’autres modèles de recyclage écomimétiques, tels que le cycle de l’eau (canaux, lacs artificiels) par exemple pour les projets terrestres, mais aussi avec des stratégies de constructions fondées sur l’ouverture du « loop » à d’autres boucles écosystémiques, comme dans le cas du récif Biolum Reef, le projet suivant d’Olivier Bocquet.

  • 15 Projet porté par Olivier Bocquet du Tangram Lab, François Desruelles de Treex et Lisa Tanet, Laurie (...)

31Le projet Biolum-Lab a donné naissance un an plus tard au projet Biolum Reef (Coup de cœur Fondation Rougerie 2017) 15, un habitat littoral cette fois-ci, semi-immergé, reprenant certains résultats de recherches du premier projet. Olivier Bocquet constate que les environnements extrêmes obligent à trouver des solutions qui utilisent les ressources locales efficacement. Le biomimétisme n’est alors pas uniquement de forme et de comportement (imitant une fonction isolée de l’éponge), mais aussi écosystémique (intéressé par les potentialités qu’offre la relation symbiotique au cœur du processus de vie de l’éponge) : comment le vivant autochtone se comporte-t-il localement avec les ressources disponibles (Fig. 17) ?

Fig. 17. Biolum Reef

© Tangram Labs / Treex / MIO

32La Melissa loop n’est qu’un point de départ pour établir certaines conditions nécessaires à la survie de l’espèce humaine en conditions extrêmes ; elle n’est en aucun cas une condition suffisante pour les objectifs des créations imaginées par Olivier. C’est d’abord l’interaction interespèces, impliquée dans des dispositifs tels que Melissa loop, qui inspirent la conception de la sphère bioluminescente. Les conditions sous-marines vont inciter à une interactivité accrue entre ce que nous proposons d’appeler des gestes d’espèce (mettant l’accent sur les activités comportementales des vivants et faisant écho à ce que pourrait être une geste humanimale), tels que la respiration de l’anguille, la porosité de l’éponge, ou la luminescence de la bactérie. L’imitation architecturale de gestes d’espèces implique un processus biomimétique profond qui transforme à la fois la perspective de l’imitateur et la signifiance de l’imité. L’éponge choisie par Olivier Bocquet pour le BioLum-Lab est un bioparadigme particulier faisant de la peau non pas simplement une paroi, mais un élément dit « polyfonctionnel », ce qui va pousser l’architecte à se concentrer sur la fonction récif de son projet pour aboutir au Biolum Reef et qui va changer la place de ces éponges singulières dans l’imaginaire de celles et ceux qui se projettent dans de tels habitats poreux (Fig. 18).

Fig. 18 Biolum-Lab

© Tangram Lab / Treex / MIO

33Le projet Biolum Reef est une « pouponnière de vie » selon les mots d’Olivier, et non seulement un habitat humain. C’est un « mi-lieu » : lieu liminaire, entre humain et non-humain, à la fois fermé et ouvert, accueillant une multiplicité de modes d’habiter (Fig. 19).

Fig. 19a Biolum Reef

« Une peau multifonctionnelle » avec de plus gros percements au sud (pour capter la lumière) qu’au nord (pour se protéger du mistral) et de grands oculus

© Tangram Lab / Treex / MIO

Fig. 19b Biolum Reef

La peau du récif

© Tangram Lab / Treex / MIO

Fig. 19c Biolum Reef

Connexions : le projet insiste sur la qualité de corridor biologique incarnée par le Reef, notion généralement associée aux infrastructures dites « naturelles »

© Tangram Lab / Treex / MIO

  • 16 Entretien avec Olivier Bocquet, 18 décembre 2019.
  • 17 Dans un entretien de 2001, Rougerie écrit l’avantage des grandes baies qui conviennent selon lui «  (...)

34Un principe du projet Biolum-Lab pointe vers une brèche que nous avons choisi d’extrapoler. Olivier nous dit que dans le Lab tel qu’il l’imagine, « l’extérieur regarde l’intérieur » 16. Il y a ici un idéal d’inversion du dispositif de visualisation de l’aquarium, avec non pas « les êtres vivants […] véritablement mis “sous le regard” des humains » (Kamili 2020), mais l’inverse. Concrètement des fenêtres permettent de voir dans les deux sens (on retrouve l’exceptionnelle grande taille des fenêtres revendiquée par Rougerie 17, un défi majeur en milieu sous-marin à cause des fortes pressions exercées sur les parois), et la bioluminescence générée par la sphère va attirer la faune marine qui devrait, selon l’imaginaire engagé par le projet, élire domicile au sein du pourtour multicouche de la sphère. Les autres qu’humains voient l’intérieur, et surtout, leur perspective revêt une importance performative puisqu’il s’agit d’un souci de construction central pour Olivier.

35La sphère, selon le modèle de Sloterdijk, est la forme qui symboliserait et assurerait le plus parfaitement la survie des humains, tournés vers un extérieur dont ils et elles sont protégées. Pourtant dans ces espaces « autogènes » (2002 : 68), fondés sur un confinement coupé (protégé) du milieu extérieur hostile, les porosités entre corps et habitacle sont constantes. À l’opposé des notions d’isolement et de conditionnement habituellement associé aux habitats en milieux délétères pour l’humain, le Bio-lum Lab nous semble représenter aussi ce paradigme de l’hospitalité et de la sensibilité au-delà de l’humain.

  • 18 Le projet n’est pas retenu par le jury du concours.

36Le milieu océanique prouve en permanence que la survie est plus une affaire d’inscription dans un contexte qu’une extraction de ce dernier. Olivier Bocquet s’est inspiré de cette immersion dans l’une de ses créations préalables au Biolum-Lab. Dans le cadre d’un concours d’architecture pour des tours de commerce australiennes – Tours Parramatta 18 – (Fig. 20), l’architecte imagine une structure inspirée par les propriétés de la peau des anguilles tachetées locales, dont les petites écailles disposées régulièrement ne se recouvrent pas, permettant aux animaux d’évoluer dans des conditions variées de température et de pression. Il s’agit, pour ces tours, de « respirer comme une anguille », c’est-à-dire avec la peau. Ce projet s’ancre dans des recherches plus larges sur l’adaptation bioclimatique des architectures, et sur les solutions apportées par des peaux et surfaces (écailles hydrophobes et hydrophiles des pommes de pin notamment) qui ne sont pas des frontières ou des césures qui produiraient des mondes clos et refermés mais bien plutôt des espaces fonctionnels d’échange capables de pallier ou réguler les variations bioclimatiques – mousson, saisonnalité, concentration en pollution.

Fig. 20. Concepts pour les tours de Parramatta

© Tangram Lab / Treex

37La réflexion du laboratoire d’Olivier sur la peau multifonction des animaux et des habitats est d’abord une proposition à imaginer d’autres manières de cohabiter. Bateson suggérait que « l’esprit […] n’est pas limité par la peau » (Bateson 1972 : 454) : les rencontres écologiques se produisent par-delà la limite visible des épidermes. Autrement dit, il ne s’agit pas seulement d’utiliser des ressources environnementales, mais aussi de devenir capable de sentir et vivre – de communiquer – avec, et comme ceux et celles qui habitent autour. Le cycle éco-vertueux prôné dans le projet est un socle fonctionnel, dont la description répond à des désirs contemporains entourant la notion politiquement galvaudée de durabilité. Elle est seulement une condition nécessaire visant à atteindre un autre objectif, sous-jacent mais bien plus ambitieux, que l’on pourrait qualifier d’éco-virtuosité : une idéologie autrement plus créative et inclusive.

38« Imiter, c’est toujours aussi établir un lien et une relation, raison pour laquelle, à plusieurs échelles, le biomimétisme peut être appréhendé comme un moyen, très particulier, de communiquer et de construire un monde commun. » (Provost et al. 2020 : 220). Nous suggérons que le travail d’Olivier, transversal, présente ainsi à la fois un biomimétisme top-down (design looking to biology), bottom-up (biology influencing design), mais également circulaire et transformatif (nous pourrions dire : biology playing with design).

Paradigme symbiotique : habiter l’océan en merrien

Bioluminescence de la sphère

  • 19 Camus relève la « logique comptable » (2020) qui anime les pionniers, tels que Sténuit décrivant le (...)

Le biomimétisme est régulièrement instrumentalisé dans un projet uniquement bénéfique à l’humain : usages le plus souvent médicaux ou militaires (Johnson 2020). Lorsque l’humain regarde sa sphère de cristal, il sait a priori ce qu’il souhaite y trouver. Nous avançons que le paradigme fonctionnaliste, majoritaire dans les prospectives d’habitats bio-inspirés voire biomimétiques (Chayaamor-Heil et al. 2018), offre finalement peu d’attention aux réelles surprises et aux imaginaires alternatifs que l’on peut trouver dans les phénomènes symbiotiques comme le montrent par exemple les nombreuses recherches transdisciplinaires depuis les travaux fondateurs de Lynn Margulis en biologie (1998) et de Donna Haraway en théorie multispéciste (2003). Les prospectives, par définition, sont des réponses fonctionnelles à l’expression de désirs et de besoins – de confort, de ressources, mais aussi d’imaginaires. Si une firme d’architecture s’intéresse à la bioluminescence, sa priorité est d’exploiter les fonctionnalités des bactéries pour répondre à des « besoins » humains, tels que proposer un éclairage dit plus « vertueux », quand il est surtout moins coûteux. On retrouve ici l’objectif de réduction des coûts intimement lié au développement des habitats sous-marins 19, et caractéristique du « capitalisme bleu vert » étudié par Stefan Helmreich (2007) à partir des paillasses de scientifiques observant les « cols-bleus » bactériens décrits comme une nature prête à travailler pour le confort des humains, alors qu’elle est bel et bien mise au travail par une série de relations et de techniques d’acquisition (Leroi-Gourhan 1945). Le projet de sphère biomimétique et mutualiste ne déroge pas à cette quête fonctionnaliste anthropocentrée, bien que celle-ci soit parfois inconsciente. En effet, jamais vraiment destinée à être construite, la sphère de l’architecte englobe différentes manifestations d’un modèle politique lié aux intérêts économiques de firmes ou de gouvernements. Mais, et a fortiori lorsqu’elles semblent proches par l’esthétique et la terminologie, toutes les sphères enferment-elles les mêmes pistes de narration de ces futurs socialement construits ?

39Les projets d’Olivier Bocquet impliquent dès le départ la question lumineuse : pour restituer la couleur bleu vert des anguilles qui inspirent les tours du projet de Parramatta, l’architecte se tourne vers la bioluminescence. Il s’associe avec une équipe de chercheurs, dont Lisa Tanet, qui travaille sur les conditions de milieu et les paramètres de développement des bactéries bioluminescentes et ses possibles adaptations architecturales (Tanet 2020). Entièrement bioluminescent, l’intérieur du Biolum-Lab est éclairé par des lampes à bactéries lumineuses qui régulent les cycles de 24 heures par leur propre rythme de luminescence tandis que ses couches externes – en oignon – sont, nous l’avons dit, conçues pour devenir des milieux propices au développement de micro-organismes locaux, et notamment des bactéries lumineuses. Dans les alvéoles de la surface du Biolum-Lab, ce sont les bactéries lumineuses qui intiment le rythme et la vie à la station. Olivier Bocquet qualifie d’ailleurs leur présence de « pouls de la station ». L’expression fait écho à l’enthousiasme des marins du Nautilus devant les iridescences bioluminescentes : « Cette lumière, on la sentait vivante ! » (Jules Verne, Vingt mille lieues sous la mer, 1870).

40Pour Olivier, l’habitat sous-marin est moins un lieu qu’un milieu, un corps maintenu en vie par des relations écologiques riches. Le laboratoire sous-marin accueille des scientifiques intéressés par les bactéries bioluminescentes. Ces bactéries, bien qu’aveugles, produisent une forme de luminosité. Elles produisent donc un élément sensible pour un sens dont elles sont dépourvues, à l’attention d’autres. Les bactéries luminescentes filtrées et agglutinées par le tamis des fibres de bio verre attirent des organismes et encouragent un certain commensalisme marin comparable à celui des coraux dans les eaux plus chaudes. Le projet architectural devient celui de la construction d’un corps sensible qui pourra métaboliser l’humain sans le tuer : autrement dit, la création d’une relation symbiotique avec le corps habitat. Le modèle bactérien est plus qu’un simple biomimétisme lumineux et texturé : il s’agit véritablement d’habiter en bactérie ces sphères abyssales.

Modélisation de la rampe : devenir éponge

Actuellement la stratégie biomimétique et spéculative d’Olivier est appliquée sous une forme beaucoup plus simple. La première pierre des projets du Tangram Lab sera concrètement immergée par le Nautile – le petit sous-marin habité de l’Ifremer – début 2022 en partenariat avec le CNRS DT-INSU et le MIO (Institut Méditerranéen d’Océanologie), sous l’impulsion notamment de Christian Tamburini et Séverine Martini. Le MIO, dans le cadre de la poursuite du projet transdisciplinaire d’observatoire de grande profondeur ANTARES, renommé EMSO-LO 20, commande aux architectes une plateforme pouvant accueillir un ROV sur le fond. Olivier Bocquet s’inspire alors des structures d’éponges ascidies et propose avec ses partenaires, l’architecte graphiste François Desruelles de Treex, le cimentier Vicat et la startUp Soliquid, une rampe grillagée en béton biomimétique d’environ 4m50 de long sur 2 mètres de large. La structure est construite de manière à constituer un lieu de vie pour les organismes locaux, qui sera déposé à 2 400 mètres de profondeur au large de Toulon sur une plaine abyssale. Cette rampe d’observation bio-inspirée en béton imprimé agira en grande profondeur comme un colonisateur et accueillera un robot téléguidé sous-marin à chenille, le Bathy Bot, construit sur le modèle du robot sous-marin Wally (conçu par l’OceanLab de l’université Jacobs de Brême) présent sur le site Ocean Network Canada. Le robot sera commandé à distance depuis la surface, relié par un câble de 50 mètres à une boîte relais installée au fond et équipé de capteurs de température, de salinité, d’oxygénation de l’eau, ainsi que d’une caméra haute sensibilité, une caméra de navigation et des LEDs de couleur. La finalité de cette immersion est l’observation en direct d’un milieu peu connu pendant au minimum 10 ans 21. (Fig. 21).

Fig. 21. Bathy Bot sur Bathy Reef

©Tangram Lab / MIO / Treex / Vicat / SoLiquid / CNRS DT-INSU

41Le projet consiste alors en la construction d’une rampe d’observation en grande profondeur pouvant assurer la montée, la rotation à 360°, et la descente d’un robot. La conception de la rampe est fondée sur une recherche exhaustive des formes de vie, d’agrégation et d’interaction dans ces écosystèmes profonds de la Méditerranée. La création artificielle se veut protéiforme et rhapsodique. Elle repose sur la recherche d’un modèle biologique inspirée par le poisson tripode abyssal (Bathypterois grallator), par l’éponge Thénéa muricata, associée à un recensement des espèces d’éponges locales (notamment Aphrocallistes beatrix, Asconema setubalense, Pheronema carpenter, Farrea bowerbanki, Leiodermatium pfeifferae). Olivier entreprend un vaste travail d’inventaire des formes d’éponges afin de trouver le modèle le plus adéquat pour soutenir le poids du robot et constituer simultanément un lieu d’accueil pour micro-organismes en suspension dans le milieu : deux processus biologiques sont au cœur de la conception paramétrique, l’allométrie (variabilité des vitesses de croissances) et l’agrégation limitée par diffusion (type de processus à l’origine des structures fractales). Les écosystèmes et biocénoses locaux mettent en avant différents types de zones d’habitation pouvant favoriser ces processus : des roches de la pente continentale et des canyons aux fonds vaseux et sablo-vaseux, le coralligène, le cas singulier du corail blanc ou encore la thanatocénose de l’huître géante. Le géomimétisme permet d’associer au sein de la petite plateforme différentes formes (parois verticales, surplombs, tombants inclinés, encorbellement) et de multiplier les cavités, cratères, anfractuosités, rugosités, porosités, terriers de crustacés afin de reproduire les paysages préférés d’une faune variée qui y chercherait « le gîte et le couvert » (ainsi qu’indiqué dans les planches de présentation du projet), tels qu’éponges, laminaires, coraux, gorgones (Fig. 22).

Fig. 22 Bathy Reef

Planches de recherche d’Olivier

© Tangram Lab

42Matériaux, structure, fonctions et processus, il fallait, pour l’architecte, concevoir en ces termes une manière d’habiter le milieu abyssal en éponge. La priorité était de construire une structure qui multiplie les manières d’être habité. La rampe ne sera pas finie au moment de l’immersion. Elle se complétera avec le temps par sa colonisation progressive par les organismes locaux ou de passage. (Fig. 23)

Fig. 23. Bathy Reef

Modélisations à partir des recherches sur éponges pour une structure la plus accueillante possible

© Tangram Lab - MIO - Treex - Vicat - SoLiquid

Un module de décolonisation des concepts architecturaux ?

Aujourd’hui les stations de Cousteau sont devenues des récifs artificiels et des lieux de plongée très fréquentés où l’humain reste visiteur et client d’une industrie touristique (Fig. 24)

Fig. 24. La station Précontinent II en 2013

© Scuba Travel 2013

43Dans le cas du projet Bathy Reef, un robot, Bathy Bot, portera une téléprésence humaine dans les profondeurs. Les conditions de cette présence médiée sont importantes car elles décrivent un certain nombre d’agglutinements existentiels. La rampe qui permet au robot de fonctionner et de répondre aux projets des humains en surface est, comme nous l’avons montré, le fruit d’une cohésion de modes de présences biologiques, écosystémiques, géologiques, qui accordent cette architecture sur la tonalité des dynamiques locales. Or, un des objectifs centraux de la rampe est bien d’attirer les organismes locaux grâce notamment à la bioluminescence des micro-organismes, qui pourraient finir par s’agréger à la structure : cette présence lumineuse assurera une attractivité forte de la biocénose locale et permettra peut-être au robot d’y voir quelque chose dans ces conditions lumineuses propres au milieu. Cette attention à la lumière, qui peut sembler accessoire, est en fait une dimension essentielle du renversement opéré par le projet d’Olivier Bocquet : la nature de la vie dans l’océan profond ne peut se comprendre en effet que depuis la perspective (standpoint) lumineuse de ses habitants (Widder 2007). Ce robot, avant tout filmeur et donc photosensible, rendra compte pour la première fois d’activités bioluminescentes sur une longue durée en grande profondeur. Le robot, comme les espèces avoisinantes, est ainsi mû par une obsession commune pour la lumière qui émergera de la rampe.

44Contrairement aux récifs artificiels bien étudiés en zone épipélagique, ce « module de colonisation » qu’est la rampe est une expérience inédite. Il induit la possibilité d’accueillir une biodiversité en zone benthique, zone particulièrement difficile à observer du fait de sa profondeur, mais enjeu scientifique important pour la compréhension des dynamiques planétaires (Tanet et al. 2020) et zone fragilisée par les pressions et pollutions anthropiques, à l’image de la course aux forages abyssaux 22. À la différence de l’épave du Titanic, un des rares cas de récif artificiel (bien qu’accidentel) observé en grande profondeur, le module de colonisation du Bathy Reef ne sera pas continuellement inondé d’une puissante lumière blanche à la manière de l’éclairage utilisé par James Cameron pour filmer l’épave du Titanic (Ghosts of the Abyss, 2003) et par la plupart des explorateurs océanographiques. Nous suggérons que le terme de « colonisateur » artificiel en milieu extrême peut prêter à confusion : en effet, il ne s’agit pas ici de coloniser les abysses pour en faire des espaces adaptés aux terriens, mais bien plutôt de faire de ces espaces co-construits des décolonisateurs de la pensée architecturale du terrien. La rampe reçoit le ROV, prolongement technique de l’humain, mais elle n’est pas à proprement parler une construction pour humains. Elle nous semble constituer surtout un dispositif d’embuscade multi-espèce, un relais autoroutier offrant une niche alimentaire pour organismes dérivant dans les courants de convection d’eaux profondes, un lieu de recueillement pour des êtres cherchant la lumière, dont la première pierre est humaine, mais dont toutes les suivantes sont autres qu’humaines : robot, bactéries, animaux…

45Selon Olivier Bocquet, l’objectif est de produire un écotone : une biocénose à la jonction de deux milieux (vaseux et substrat dur) empruntant des caractéristiques aux deux pour devenir un carrefour écologique enrichi.

« Ainsi notre colonisateur comportera les deux dimensions d’une construction biogène, une dynamique de bio-construction et une dynamique de bio-destruction [biodégradation des couches en matière organique]. Ainsi transformer un désert biologique profond en oasis : une nurserie benthique. » (Entretien avec Olivier Bocquet, 27 avril 2020).

46L’image de l’« oasis » pourrait encore évoquer l’imaginaire colonial du relais de conquêtes mais l’inspiration est ailleurs : les regroupements de vie autour d’une source de lumière ou de chaleur dans les grands fonds, telles que les sources hydrothermales ou les cadavres de baleines, sont régulièrement qualifiés d’« oasis » (Carney 1994) ou d’« îlots d’habitabilité » (Goffredi et al. 2004) par la communauté scientifique, en ce qu’elles rassemblent le vivant autour d’un espace restreint et appétissant 23. On pourrait aussi parler de « soleils en conserve » qui attirent des prédateurs. La première étape concrète du projet initial de Biolum-Lab est le Bathy Reef, pensée comme un agrégateur de vie interspécifique sur ce modèle du cadavre tombé sur le fond (Fig. 25). Cette rampe sous-marine n’est pas la première étape d’un projet de confinement centré sur soi-même et sous cloche, mais une première tentative de communication, un premier contact, un premier essai d’accords de sensibilités interspécifiques et d’espèces « compagnes », dirions-nous, car partageant le pain (cum panis) de lumière, dans les rapports de force en présence. Bathy Reef est l’expression d’une recherche qui ne compte pas réensauvager un milieu dans lequel il s’inscrit – d’ailleurs il l’impulse plus qu’il ne le contemple –, mais qui transforme le goût du spectacle occidental lui-même. Ce récif artificiel conçu par un architecte prospectiviste a pour objectif de capter des micro-organismes lumineux en suspension, pour créer une poche de lumière dans l’abysse sombre et attirer alors d’autres espèces, créant ainsi les conditions nécessaires à la production d’images 24 et peut-être plus tard à une habitabilité humaine dans les profondeurs. Cette habitabilité est étroitement liée à la présence des micro-organismes lumineux : l’humain ne pourra habiter dans les profondeurs que si ceux-ci y ont d’abord élu domicile participant à la construction de cet habitat partagé.

Fig. 25

Facebook de la NOAA du 16 octobre 2019, capture d’écran du Live Stream de l’expédition du ROV Nautilus, NautilusLive

© NOAA

47Il semblerait qu’un corps en putréfaction sur le fond de l’eau se couvre rapidement de bactéries lumineuses. Le point départ des habitats sous-marins vient peut-être du phénomène de fourmillement lumineux agglutiné autour de la carcasse d’un animal en décomposition. Une « oasis de lumière » abyssale qui représente tout le contraire de l’enfermement ou du repli, puisqu’il constitue un monde à part entière. L’immersion de la rampe par l’équipe entourant Olivier nous invite à interroger cette démarche sur le plan de l’ensauvagement des abysses qu’elle induit. La fonction du colonisateur est d’être colonisé, d’être ensauvagé. Il ne s’agit pas seulement d’une stratégie du « laisser-faire » (Waller 2016, Lusson 2020), mais d’un choix d’association avec un vivant aux obstinations communes, suivie d’une proposition de retrait de la capacité d’action architecturale du monde commun en création.

Architecture prospectiviste ou perspectiviste ?

Les projets arcologiques, tels que ceux de Shimizu présentés plus haut, sont un exemple de la fuite en avant vers des modèles ultimement renfermés sur leurs rêves solipsistes, toujours plus perfectionnés dans la production technique d’immunités. Les projets de Tangram, en revanche, semblent proposer un renversement du paradigme sphérologique, par le pari de la communication, pour ne pas dire de la contamination.

48Penser un AnthropOcéan (Brugidou & Clouette 2018) pousse les architectes non pas à envisager des terriens isolés dans des milieux extrêmes, mais plutôt des habitats merriens multispécistes.

49D’une sphère d’abord destinée aux humains immergés dans les océans sous-épidermiques des exo-planètes, puis dans les abysses méditerranéens, Olivier Bocquet en vient à imaginer ce qui s’apparente à une modeste rampe censée accueillir un ROV. Est-ce là l’aveu d’une impossible « colonisation » de ces mondes extrêmes et hostiles par les terriens et terriennes ? Il s’agirait plutôt d’un indice de colonisation de la pensée architecturale terrienne par les modes d’existences océaniques. La rampe est tout sauf modeste : imaginée à la suite d’un ample travail de recherche sur les éponges, elle constitue la première pierre siliceuse de ce qui pourrait devenir un habitat sous-marin pour des terriens apprenant à devenir merriens. En substance, les modes d’habiter industriels, extractivistes et capitalistes sont renvoyés à leur statut aporétique car incapables de faire monde autrement. Tangram propose de prendre au sérieux le modèle architectural relationnel. Pour habiter en merrien, il paraît nécessaire à l’architecte de se faire une idée de ce que veulent les autres corps qui habitent ces espaces, afin de vivre avec eux, voire en eux, à l’image du paradigme architectural de l’éponge.

50Le perspectivisme garantit la vie car il permet de penser l’enchâssement, et par là même d’inventer des manières d’habiter l’océan débarrassé de l’anthropomorphisme surmarin qui caractérise les projets de colonisation industrielle ou savante. Les humains s’inscrivent dans un tissu vivant aux intérêts et perspectives multiples. À partir du paradigme linéaire de départ du biomimétisme (problème technologique → fonction biologique → solution technologique), les projets d’Olivier traversent trois paradigmes habitationnels : un paradigme biosphérique pour habiter un milieu inhumain (problème technologique et biologique → fonctions biologiques → solutions biotechniques) ; un paradigme biocénique pour cohabiter dans un mi-lieu humanimal (propositions biologiques → adaptations technologiques → solutions biomédiatiques) ; un paradigme symbiotique pour s’enchâsser dans des mondes-lieux (modes d’existences écosystémiques → transformations techniques et paradigmatiques → associations multi-espèces).

51Actuellement, l’exo-monde sous-marin est essentiellement une affaire de robots. Et le projet d’Olivier Bocquet paraît lui aussi s’ancrer pour le moment dans ce paysage, puisque c’est un ROV qui habitera la structure du Bathy Reef. La question de la présence humaine est soumise à des processus et des matérialités de médiations complexes, impliquant du satellitaire, du câblage optique, du numérique, des écrans, des enregistrements, des prélèvements, des mesures, des sondes, des attentions, des graphiques, des seuils de déclenchements, des transformations de bruits en signal, etc. Mais tous ces modes de présence humains s’accorderont à la temporalité et aux motifs propres des habitants abyssaux autres qu’humains qui peupleront le Bathy Reef. Le devenir de la structure reste indéterminé et les potentialités ou virtualités qu’elle contient témoignent d’un perspectivisme mutualiste plus que d’un prospectivisme solipsiste.

Haut de page

Bibliographie

Bateson, G. 1972 « Steps to an Ecology of Mind. Collected Essays » in Anthropology, Psychiatry, Evolution, and Epistemology. New York : Ballantine Books.

Brugidou, J. & F. Clouette dir. 2018 « Social Science Information », AnthropOcean Special issue 57 (3).

Camus, C. 2019 « L’architecture sous pression », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère 6.

Camus, C. 2018 « Expérimenter les ambiances sous-marines par l’architecture ? », Ambiances 4. [En ligne] : http://journals.openedition.org/ambiances/1748.

Camus, C. 2018 « Dessiner pour habiter sous la mer », Exercice(s) d’Architecture 6.

Carney, R. 1994 « Consideration of the oasis analogy for chemosynthetic communities at Gulf of Mexico hydrocarbon vents » Geo-Marine Letters 14 : 149-159.

Chayaamor-Heil, N., Guéna, F. & N. Hannachi-Belkadi 2018 « Biomimétisme en architecture. État, méthodes et outils », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère 1.

Colonomos, A. 2014 La politique des oracles. Paris : Albin Michel.

Cousteau, J.-Y. 1975 L’homme retourne à la mer. Encyclopédie Cousteau / Paris : R. Laffont.

Dominjon, A., Ageron, M., Barbier, R., Billault. M. et al. 2012 « An ebCMOS camera system for marine bioluminescence observation. The LuSEApher prototype », Nuclear Instruments and Methods in Physics Research Section A. Accelerators, Spectrometers, Detectors and Associated Equipment 625. doi: doi.org/10.1016/j.nima.2011.11.048.

Fayemi, P. E. 2016 Innovation par la conception bio-inspirée : proposition d’un modèle structurant les méthodes biomimétiques et formalisation d’un outil de transfert de connaissances. Thèse en génie mécanique / École nationale supérieure d’arts et métiers – ENSAM.

Guinard, S. 2019 « Compagnonnages trans-espèces et post-humanismes dans un monde sans gravité » in Anne Alombert, Camille Chamois, La notion d’humanité dans la philosophie contemporaine. Paris : Presses universitaires de Nanterre.

Goffredi, S., Paull, C., Fulton-Bennett, K., Hurtado, L. & R. Vrijenhoek 2004 « Unusual benthic fauna associated with a whale fall in Monterey Canyon, California », Deep-sea Research 51 : 1295-1306.

Gruber, P. 2011 Biomimetics in Architecture : Architecture of Life and Buildings. Vienne : Springer-Verlag.

Gruber, P. 2008 « The signs of life in architecture », Bioinspiration & Biomimetics 3.

Hale, E. 1999 [1968 puis 1899] « The Brick Moon and Other Stories », Project Gutenberg.

Haraway, D. 2003 The Companion Species Manifesto. Dogs, People, and Significant Otherness. Chicago : Prickly Paradigm Press.

Helmreich, S. 2007 « Blue-green Capital, Biotechnological Circulation and an Oceanic Imaginary. A Critique of Biopolitical Economy », BioSocieties 2 : 287-302.

Houdart, S. 2013 « Peupler l’architecture, Les catalogues d’êtres humains à l’usage des concepteurs d’espace S.A.C. », Revue d’anthropologie des connaissances 4(7) : 761-784

Houdart, S. 2008 « Copying, Cutting and Pasting Social Spheres. Computer Designers’ Participation in Architectural Projects », Science Studies 21 (1) : 48.

Hutchins, E. 1995 Cognition in the wild. Cambridge : MIT Press.

Johnson, R. & C. Holbrow 1977 Space Settlements. A Design Study. Washington D.C. : NASA.

Johnson, E. 2020 « Une géopolitique biomimétique. Placer l’extérieur à l’intérieur » Techniques&Culture 73 : 114-127. doi: doi.org/10.4000/tc.13776.

Leroi-Gourhan, A. 1973 [1945] Milieu et techniques. Paris : Albin Michel.

Lusson, M. 2020 « Faire ou laisser-faire. Imiter une rivière », Techniques&Culture 73 : 44-57. doi: doi.org/10.4000/tc.13413.

Margulis, L. 1998 Symbiotic Planet. New York : Basic Books.

Miller, J. W. & I. G. Koblick 1984 Living and working in the sea. New York : Van Nostrand Reinhold.

Nachtigall, W. 2003 Bau-Bionik : Natur ← Analogien → Technik. Berlin : Springer/Auflage.

Pedersen Zari, M. 2007 « Biomimetic Approaches to Architectural Design for Increased Sustainability », Sustainable Building Conference, Auckland.

Provost, F., Kamili, L. & P. Pitrou 2020 « Enquêter sur l’imitation du vivant. Remarques méthodologiques », Techniques&Culture 73, « Biomimétismes. Imitation des êtres vivants et modélisation de la vie » : 208-221.

Ragon, M. 1978 Prospective et Futurologie, 3e tome de l’Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes. Paris : Casterman.

Rougerie, J. & E. Vignes 1978 Habiter la mer. Paris : Éditions Maritimes & d’Outre-Mer.

Rougerie, J. 1974 L’Architecture Aujourd’hui, « Dossier Habiter la mer » 175.

Sloterdijk, P. 2002 Bulles. Sphères I. Paris : Fayard.

Soleri, P. 1973 The Bridge Between Matter & Spirit is Matter Becoming Spirit. The Arcology of Paolo Soleri Garden City. New York : Anchor Books.

Sténuit, R. 1965 Les jours les plus profonds. Paris : Plon.

Tanet, L. 2020 La bioluminescence bactérienne, des océans à Biolum-Archi : un phénomène biologique fascinant au service d’un modèle d’habitat durable méditerranéen ? Thèse de doctorat, Aix-Marseille, MIO.

Tanet, L., Martini, S., Casalot, L. & C. Tamburini 2020 « Bacterial bioluminescence–ecology and impact in the biological carbon pump », Biogeosciences 17 (14) : 3757-3778.

Vaissière, R. 1969 L’homme et le monde sous-marin. Paris : Larousse.

Wacquez, J. 2019 « La sphère de Dyson. Objet de fiction et de science ». Revue de la BNF 1 (1) : 42-53.

Waller, M. 2016 Artefacts naturels. Nature, réparation, responsabilité. Paris : Éditions de l’Éclat.

Widder, E. 2007 « Sly Eye for the Shy Guy : Peering into the Depths with New Sensors », Oceanography 20 (4).

https://biomimexpo.com/2020/04/04/bathy-bot/

https://www.youtube.com/watch?v=EpEqZ22XV2k&ab_channel=TangramArchitectes

Haut de page

Notes

1 Bathy Reef est une co-production MIO-Tangram-Treex-Vicat-SoLiquid.

2 https://oceanexplorer.noaa.gov/okeanos/edu/collection/media/hdwe-URintro.pdf.

3 Aujourd’hui intégré au projet MEUST NUMerENV et KM3NeT (https://numerenv.in2p3.fr).

4 Système unissant la culture de plantes et l’élevage de poissons.

5 « Domus » et non « villa » ou « insula », car ces habitats extrémophiles sont destinés à une élite, des scientifiques ou des colons au capital économique permettant de fuir les catastrophes écologiques et de s’approprier des espaces frontières.

6 Entretien réalisé avec un commandant de SNLE en octobre 2016 (Brugidou & Clouette 2018).

7 Shimizu a développé différents projets monumentaux destinés à « présenter des propositions pour l’avenir » plus qu’à être construits (https://www.shimz.co.jp/en/topics/dream/), dont une pyramide de 2 km de haut (55 fois la pyramide de Khéops) et un panneau solaire en forme de ceinture entourant la lune, directement inspiré de la sphère de Dyson.

8 https://www.vicat.fr/actualites/lencre-3d-vicat-au-service-de-la-biodiversite-marine.

9 https://www.youtube.com/watch?v=zWfayiU60n8&ab_channel=Biomim%27expoTV.

10 Voir ainsi le montage d’image proposé par la Fondation Rougerie : https://www.aircentre.org/wp-content/uploads/2020/07/Le_Monde_de_JR_AIR_Centre_220720_compressed.pdf.

11 Christophe Camus, Sous la mer comme au ciel ?, HCSM, 02/12/2019, https://hcsm.hypotheses.org/455.

12 https://www.esa.int/Enabling_Support/Space_Engineering_Technology/Melissa/Closed_Loop_Compartments.

13 https://humanites-spatiales.fr/lespace-comme-terrain-quelques-enseignements-de-lanthropologie-2.

14 Analogie de l’aveugle et de la canne blanche ou du bûcheron et de la hache (Bateson 1977 : 234).

15 Projet porté par Olivier Bocquet du Tangram Lab, François Desruelles de Treex et Lisa Tanet, Laurie Casalot et Christian Tamburini du MIO.

16 Entretien avec Olivier Bocquet, 18 décembre 2019.

17 Dans un entretien de 2001, Rougerie écrit l’avantage des grandes baies qui conviennent selon lui « aux échanges, à la communication et à la dimension internationale de notre époque ». L’architecte revendique l’héritage du moderniste Richard Neutra et de ses maisons « complètement intégrées dans la nature » ayant une « vision totale du monde environnant, l’idée de faire rentrer l’extérieur dans l’intérieur et vice-versa ». http://www.rougerie.com/publications/2001-07-01_VERRE_INTERVIEW.pdf.

18 Le projet n’est pas retenu par le jury du concours.

19 Camus relève la « logique comptable » (2020) qui anime les pionniers, tels que Sténuit décrivant les gains de temps et d’argent des compagnies prêtes à employer des travailleurs basés sur le fond et non des scaphandriers (1965).

20 https://www.mio.osupytheas.fr/fr/mers-et-oceans-changement-global/emso-lo-un-observatoire-sous-marin-dans-le-prolongement-du.

21 https://lejournal.cnrs.fr/articles/cinq-robots-au-talent-fou.

22 https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2020/01/20000-feet-under-the-sea/603040/.

23 https://wwz.ifremer.fr/grands_fonds/Les-enjeux/Les-decouvertes/Vie-au-fond/Des-oasis-sous-la-mer.

24 Non loin de la rampe, un autre type de caméra, la Bio-cam, sera immergée afin de compter les évènements photons. La Bio-cam n’est pas une caméra au sens où nous l’entendons classiquement. Aucun flash ne vient atomiser la zone pour permettre de voir comme en surface. Il faut plutôt imaginer un appareil destiné à compter des photons, une dimension et une distance exprimée en réponse à une stimulation lumineuse par des organismes locaux (Dominjon et al. 2012).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-8.png
Fichier image/png, 186k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-32.png
Fichier image/png, 359k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-33.png
Fichier image/png, 341k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-43.png
Fichier image/png, 81k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/15120/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeremie Brugidou et Fabien Clouette, « Habiter les abysses ? »Techniques & Culture [En ligne], Suppléments aux numéros, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/15120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.15120

Haut de page

Auteurs

Jeremie Brugidou

Paris 8 ESTCA-EDESTA / Fondation Balzan. Ancien élève de l’ENS Lyon, docteur en études cinématographiques, cinéaste et écrivain, Jeremie Brugidou est chercheur en esthétique, anthropologie, éthologie et écosophie, actuellement post-doctorant pour la Fondation Balzan. Au centre de ses questionnements théoriques et plastiques se trouve l’interaction des humains avec les autres qu’humains, notamment via les images que nous fabriquons, et nos capacités à être affecté par des formes de lumières fragiles, évanescentes et métamorphiques comme la bioluminescence. Son premier roman, Ici, la Béringie (Éditions de l’Ogre 2021), aborde ces questions par la fiction. Il réalise des films documentaires, notamment avec Fabien Clouette au sein de leur structure Les Plans du Pélican.

Articles du même auteur

Fabien Clouette

Paris 8 GTM-CRESPPA / EA7462 UBO. Fabien Clouette est docteur en sociologie de l’université Paris 8 et chercheur postdoctoral à l’université de Bretagne Occidentale (EA 7462 Géoarchitecture). Ses travaux de recherche ethnographiques portent sur les rapports de classe dans le monde de la pêche et sur les interactions entre humains et environnements en milieu maritime. Il est également réalisateur de films documentaires (associé à Jeremie Brugidou au sein de la structure Les Plans du Pélican) et romancier (livres publiés aux Éditions de l’Ogre).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search