Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Suivre une trace, ressentir une a...

Suivre une trace, ressentir une ambiance

Le cas des explorations archéologiques à Arcy-sur-Cure, Bourgogne
Gwendoline Torterat
p. 36-53

Résumés

Fouillés par André Leroi-Gourhan et son équipe, les grottes et abris-sous-roche d’Arcy-sur-Cure (Bourgogne, France) constituent un ensemble de sites préhistoriques exceptionnellement riches pour cette région. Grâce au témoignage des fouilleurs qui y ont travaillé entre 1946 et 1963, cet article propose de restituer ce qu’implique l’exploration de ce type de milieu à la fois naturel et anthropisé. Si le monde souterrain présente des qualités a priori hostiles, il n’a jamais empêché les humains de s’y engouffrer pour y vivre les expériences sensibles si particulières qu’il offre, et ce, dès les époques les plus anciennes du Paléolithique. L’archéologie rend compte d’une partie de leurs activités sous terre, notamment par une démarche expérimentale qui consiste à reconstituer leurs comportements techniques (savoir-faire, traditions techniques, etc.), à mieux cerner leurs choix, leurs modes de vie à partir des quelques vestiges conservés. Quant à l’anthropologie sociale, elle les actualise en enquêtant sur les sentiments que nos contemporains y ressentent. Ce double régime de temporalité met en perspective l’expérience souterraine et les relations que les humains établissent avec le milieu particulier des cavernes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Juillet 2019. Arcy-sur-Cure
Rendre intelligible l’expérience souterraine
Dans les profondeurs
De la peur à l’ivresse
« Sous terre, c’est une aventure »
Sentiments souterrains partagés

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Repas sous la grotte du Trilobite, Arcy-sur-Cure, juillet 2019

© G. Torterat

Juillet 2019. Arcy-sur-Cure

En ce jour de canicule, les vestiges archéologiques du chantier d’Arcy-sur-Cure sont invisibles, recouverts comme chaque année après une campagne de fouilles. Les cavités ont été murées et les sols, encore en place, réenfouis. Seul demeure l’alignement d’une vingtaine de cavités plus ou moins visibles réunies sur quelques kilomètres carrés et s’ouvrant sur un chemin longeant la rivière. Nul promeneur ne se douterait que ces lieux furent les témoins depuis le xixe siècle de nombreuses entreprises scientifiques destinées à les explorer et à les fouiller. Les grottes et les abris-sous-roche d’Arcy-sur-Cure sont situés sur les plateaux de Basse-Bourgogne, entre Auxerre et Avallon, plus précisément dans le massif calcaire d’Arcy-Saint-Moré traversé par la Cure (Girard 2019). À la suite de la découverte des gravures pariétales de la grotte du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwendoline Torterat, « Suivre une trace, ressentir une ambiance », Techniques & Culture, 75 | 2021, 36-53.

Référence électronique

Gwendoline Torterat, « Suivre une trace, ressentir une ambiance », Techniques & Culture [En ligne], 75 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/15630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.15630

Haut de page

Auteur

Gwendoline Torterat

Gwendoline Torterat est post-doctorante, membre de l’équipe Ethnologie Préhistorique (CNRS, UMR 7041). Ses recherches portent sur les expériences liées au passé et à ses archives dans les domaines du patrimoine, de la science, du savoir historique et du genre.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search