Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Simuler la vie dans l’espace

Simuler la vie dans l’espace

Bios et autres figures de l’existence capsulaire
Ségolène Guinard
p. 58-75

Résumés

Dans les sous-sols de l’Institut de biophysique de Krasnoïarsk se trouvent les installations de Bios-3, une structure en acier construite au début des années 1970, aujourd’hui à l’arrêt. Bios-3 participait d’une série d’expériences menées dans l’ombre du programme spatial soviétique qui, depuis les années 1960 jusqu’à la fin des années 1980, testait la viabilité de systèmes de support de vie dits « biorégénératifs » pour le vol habité. Ces derniers ajoutent aux composantes physico-chimiques abiotiques des systèmes de support de vie, les produits de l’activité d’autres êtres vivants – plantes et micro-algues. Si les séjours d’expérimentateurs humains à l’intérieur de Bios-3 ont été relativement courts (d’une durée de quelques mois), ils nous invitent à un exercice à la fois descriptif et spéculatif. À partir de l’exemple de ces intérieurs hermétiques, et des voix recueillies autour des expériences qui s’y sont déroulées, cet article propose une réflexion sur le déploiement de la vie au sein de ces exo-mondes prothétiques que constituent ces habitats spatiaux, processus auquel nous pouvons donner le nom d’existence capsulaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les fictions de Bios
L’humain capsulaire
Capsules et respiration partagée
De la respiration et de l’olfactologie

Aperçu du début du texte

« Les odeurs ! premier témoignage de notre fusion au monde. »
Bachelard (1993 [1960] : 118)

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Nikolaï Bugreyev se préparant à des examens médicaux, en 1983

Avec l’aimable autorisation de l’Institut de biophysique de Krasnoïarsk (CO PAH)

Dans les sous-sols de l’Institut de biophysique de Krasnoïarsk appartenant à la division sibérienne de l’Académie des sciences de Russie (abrégée CO PAH) se trouvent les installations de Bios-3, une structure en acier construite au début des années 1970 et aujourd’hui à l’arrêt. Bios-3 participait d’une série d’expériences menées dans l’ombre du programme spatial soviétique qui, depuis les années 1960 jusqu’à la fin des années 1980, testait la viabilité de systèmes de support de vie dits « biorégénératifs » pour le vol spatial habité. Le terme biorégénératif qualifie des systèmes qui permettent le recyclage de l’air, de l’eau et des déchets organiques, à l’intérieur d’un véhicule spatial ou d’une station orbit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségolène Guinard, « Simuler la vie dans l’espace », Techniques & Culture, 75 | 2021, 58-75.

Référence électronique

Ségolène Guinard, « Simuler la vie dans l’espace », Techniques & Culture [En ligne], 75 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/15639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.15639

Haut de page

Auteur

Ségolène Guinard

Ségolène Guinard est doctorante en anthropologie à l’Université McGill. Elle fait partie du groupe de recherche indépendant Stasis basé à Montréal, ainsi que du projet NébulX, revue en ligne rassemblant des travaux à l’intersection de la fiction et de l’anthropologie des technologies. Dans ses recherches, elle explore des questions liées à la vie dans les milieux extrêmes, de la fiction spéculative et de la critique radicale, ainsi que les pratiques de l’ethnographie sensorielle au travers du son et de l’image.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search