Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Plongée profonde au corail

Plongée profonde au corail

Entre techniques du corps, altération de la conscience et altérité sous-marine
Gilles Raveneau
p. 96-111

Résumés

Cet article analyse les manières dont les corailleurs gèrent les limites physiologiques et mentales des plongées au corail par le biais de mélanges gazeux, de techniques du corps et d’affects. Le choix d’un mélange gazeux et des solutions techniques adoptées en vue de récolter le corail rouge à grandes profondeurs constitue un problème central. Il est résolu de deux manières contradictoires par les protagonistes. D’un côté, le choix de l’air provoque l’ivresse des profondeurs, modifie la conscience et les perceptions. Il produit des images et des hallucinations au point de parfois voir apparaître la figure d’épouvante de la Méduse mythique, mais il amortit la conscience des risques pris. De l’autre, le choix de respirer un mélange gazeux à base d’hélium permet de conserver un meilleur contrôle de la situation et une pleine conscience, sans pour autant arrêter la vie imaginaire et fantasmatique. Cette extrême lucidité aboutit paradoxalement au surgissement de la peur par la prise de conscience des risques et des dangers que le plongeur est en train de vivre à ces grandes profondeurs. Méduse surgit alors de nouveau comme la figure de la peur du plongeur dans l’altérité radicale des grands fonds sous-marins.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Entre deux eaux
Privation sensorielle, ivresse des profondeurs
Une altérité radicale aux frontières du sensible
Une descente aux sources sensibles et techniques du mythe
Jeu de miroirs, de surface et de fond

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Corail dans une faille rocheuse. Provence, Moyade

© Jean-Georges Harmelin, 2013

Parmi les formes de la plongée sous-marine, la pêche au corail est sans nul doute l’une des plus engagées et des plus dangereuses. Elle fait partie de ces plongées extrêmes réservées à un petit nombre de pratiquants et de professionnels. Il est périlleux en effet de rejoindre le Corallium rubrum qui vit sur des rochers ombragés, dans la pénombre des grottes, des tombants, des failles ou des falaises, le plus souvent en dessous de 50 mètres et au-delà, car le corail a besoin d’une température suffisamment fraîche pour se développer. Vivant dans l’ombre, se nourrissant de particules en suspension apportées par les courants, il est devenu rare à très faible profondeur du fait de sa croissance lente et de son exploitation intensive depuis des siècles pour la confection de bijoux et d’œuvres d’art, sauf dans les réserves protégées comme en Provence ou en Catalogne ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Raveneau, « Plongée profonde au corail », Techniques & Culture, 75 | 2021, 96-111.

Référence électronique

Gilles Raveneau, « Plongée profonde au corail », Techniques & Culture [En ligne], 75 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/15648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.15648

Haut de page

Auteur

Gilles Raveneau

Gilles Raveneau est ethnologue, professeur à l’université Lumière Lyon 2, membre du laboratoire Environnement Ville Société (EVS) et chercheur affilié au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186). Il conduit principalement des recherches sur les minéraux précieux, les épreuves corporelles et les conduites à risque, les émotions et la sensorialité, l’éducation populaire et les marges urbaines, étudiées dans une perspective transnationale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search