Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76I - Génétique du wazaLe gàubi de Dali

I - Génétique du waza

Le gàubi de Dali

Une expertise chimpanzière sur la montagne fétiche (mont Niéniokoué, Côte d’Ivoire)
Dali's gàubi. Chimpanzee expertise on the fetish mountain (Mount Niéniokoué, Ivory Coast)
Frédéric Joulian
p. 26-41

Résumés

Dans cette proposition fondée sur l’analyse filmique d’un comportement de cassage d’un chimpanzé mâle adulte du mont Niéniokoué en Côte d’Ivoire, j’aborderai la question de l’habileté technique chez un non-humain phylogénétiquement proche des Homo sapiens en soulevant, par la description de l’action et non par la catégorisation préalable, l’extrême complexité des gestes et savoirs mobilisé par ce individu. Pour qualifier cette activité, peu de termes du lexique français ou anglais (habileté, skill, know-how) correspondaient vraiment, et, par analogie de situation (pêche, forge), le terme provençal de gaubi, qui désigne « l’aisance naturelle, l’aptitude, la dextérité, l’industrie, la bonne façon, la grâce, la tournure, la forme, le rythme » (Mistral 1979), conceptuellement proche du terme waza, intègre des caractéristiques habituellement opposées par la science ou les humanités, autrement dit celle d’aptitude innée biologique et celle d’apprentissage culturel. Il s’imposa à moi comme le qualificatif le plus juste pour décrire les compétences et performances de ce chimpanzé nommé Dali par les observateurs qui le fréquentaient alors (avant la guerre civile qui ravagea la Côte d’Ivoire en 2002). Le gàubi et le gambet, comme je l’évoque avec la citation préliminaire de Simenon, désigne dans les îles d’Hyères, en Provence, l’art particulier de pêcher avec une ligne seule des poissons évoluant à plusieurs dizaines de mètres sous la surface. Les sens mobilisés en premiers, la vue, l’odorat, l’ouie, le toucher, sont empêchés et seule la main et la proprioception sont activées, aiguisées, afin de permettre l’exploration et un retour d’informations autorisant l’opération de pêche – aux poissons dans le cas sapiens, aux termites dans le cas des chimpanzés. Avec l’exemple du cassage des noix de Panda oleosa (la noix la plus dure du continent africain) observé ici, l’opération est peut-être encore plus compliquée parce que les informations sont cachées dans la coque lisse et parce que le mouvement balistique nécessaire à la bonne ouverture est extrêmement difficile à doser. Dali, par ses capacités physiques et cognitives de haut vol, opère de façon originale par rapport aux usages connus en utilisant un percuteur extrêmement lourd dans un mouvement circulaire à un bras. Cet art, ce gàubi, ce waza, est-il spécifique à cet animal ? est-il une variante comportementale (une tradition pour les éthologues) propre à cette communauté ? une adaptation à une situation unique ? Je décrirai le plus précisément possible cette séquence gestuelle et montrerai à quel point, chez les anthropoïdes utilisateurs d’outils, mais également chez les humains, les savoirs et savoir-faire sont accomplis au sein de dispositifs matériels et praxiques souvent aussi déterminants que la tête ou le corps.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture. Cape Town, République sud-africaine 2003

Image d’ouverture. Cape Town, République sud-africaine 2003

© Frédéric Joulian

« Il fronçait les sourcils ; peut-être, tel un écolier, tirait-il un bout de langue ? Lèvres boudeuses, le regard sournois, il épiait Gène et s’appliquait à copier ses gestes aussi exactement que possible. Il avait beau faire : quelque chose clochait, puisque le résultat n’était pas le même. Il était d’assez bonne foi pour s’en rendre compte, assez obstiné pour dompter son impatience. Sa main pendait hors du bateau, comme celle de Gène, ni plus ni moins, sans raideur. Son index seul se redressait légèrement, supportant la ligne de chanvre que les gens d’ici appelaient un boulantin. »
(Simenon 1946 Le cercle des Mahé)

En Provençal, le terme gàubi désigne l’art de (bien) faire, l’habileté innée autant que le savoir-faire acquis. On naît doté du don – ou pas – mais il faut sans cesse le cultiver et avec lui, trouver la belle forme gestuelle, chantée ou matérielle, souvent indicible, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian, « Le gàubi de Dali », Techniques & Culture, 76 | 2021, 26-41.

Référence électronique

Frédéric Joulian, « Le gàubi de Dali », Techniques & Culture [En ligne], 76 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/16180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.16180

Haut de page

Auteur

Frédéric Joulian

Frédéric Joulian est anthropologue à l’EHESS, spécialiste de l’évolution, des techniques et de la culture matérielle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search