Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76I - Génétique du wazaRythme et synchronisation

I - Génétique du waza

Rythme et synchronisation

Études de cas chez les Baka du sud-est camerounais
Rhythm and Synchronization. Case studies among the Baka of southeast Cameroon
Yujie Peng
Traduction de Valentine Leÿs
p. 96-109

Résumés

Le présent article est consacré à l’étude de la synchronisation du rythme et de la cadence dans les activités collectives des Baka, l’observation de superpositions sonores permettant de déterminer le mécanisme et l’utilisation de ces synchronisations. Les trois cas observés chez les Baka ont été relevés au cours d’une étude de terrain de long terme dans le sud-est du Cameroun. J’ai retenu trois cas d’activités de coupe ou d’imitation de la coupe pour lesquelles j’ai analysé, à partir de données audio, la visualisation des superpositions sonores. Les résultats de l’étude montrent que la synchronisation des rythmes (en l’occurrence, le tempo des comportements de coupe ou d’imitation de la coupe) ne se retrouve que dans les activités musicales comme le chant, et non dans les activités de travail comme la découpe de fruits. L’activité de jeu musical menée par un groupe d’enfants d’âges mélangés est structurée, et son rythme est réglé sur l’imitation du comportement des enfants les plus âgés. Au contraire, dans les cas où l’on observe un groupe de femmes coupant des fruits, si le tempo de la coupe n’est pas conditionné par d’autres vocalisations (parole ou rire), le rythme de l’alternance parole/repos pour chaque participant est influencé par sa participation à la conversation. La cadence de la coupe des fruits est donc déterminée par ces effets indirects liés à l’interaction avec d’autres individus.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Rythme et synchronisation rythmique
Aperçu du projet de recherche
Le peuple baka
Étude de terrain et collecte de données
Synchronisation rythmique et progression dans la pratique musicale collective
Cas 1. Jeu collectif
Influence des personnes proches dans des activités individuelles
Cas 2. Travailler seul mais parler ensemble
L’interaction au sein d’un groupe au travail
Cas 3. Le groupe travaille ensemble
Synchronisation rythmique et coordination de la progression

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.Des femmes bakas travaillent sur le « manguier de brousse » (Irvingia gabonesis) à l’aide de machettes

Image d’ouverture. Des femmes bakas travaillent sur le « manguier de brousse » (Irvingia gabonesis) à l’aide de machettes

© Yujie Peng

L’adoption d’un rythme et les comportements rythmiques sont depuis longtemps étudiés par les anthropologues. Mauss (1936) a été le premier à souligner l’importance des techniques du corps dans l’étude des comportements sociaux ainsi que celle de la diversité et de la transmission culturelle. Évoquant le rôle du rythme dans la vie quotidienne, Leroi-Gourhan (1964) explique qu’il est important de prendre en compte les rapports entre les actions (sérielles et continues) et les souvenirs des personnes, en considérant en particulier leurs expériences et leur éducation, ainsi que l’impact produit par les comportements verbaux. Cet aspect est considéré comme essentiel pour penser l’utilisation des outils en anthropologie comme en primatologie (Joulian 2005). Une étude anthropologique récente a finalement montré que les activités ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yujie Peng, « Rythme et synchronisation », Techniques & Culture, 76 | 2021, 96-109.

Référence électronique

Yujie Peng, « Rythme et synchronisation », Techniques & Culture [En ligne], 76 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/16509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.16509

Haut de page

Auteur

Yujie Peng

Yujie Peng est chercheuse en études africaines et en anthropologie culturelle. Docteure en 2016 de l’université de Kyoto, elle a travaillé au Musée national d’ethnologie du Japon de 2017 à 2021, puis à l’université Ritsumeikan. Inscribing the Body. An Anthropological Study on the Tattoo Practice among the Baka Hunter-Gatherers in Southeastern Cameroon est paru en 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search