Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76III - De la tradition et des obje...Le waza du washi

III - De la tradition et des objets en mouvement

Le waza du washi

Anthropographie d’un artisanat traditionnel au Japon
On Waza’s Washi. Anthropography of a traditional craft in Japan
Itsu Horiguchi, Frédéric Joulian, Kione Akao Kochi et Yuji Yonehara
p. 190-209

Résumés

La fabrication traditionnelle de papier dans le village de Kurotani dans les montagnes au nord de Kyoto a fait l’objet de recherches et d’entretiens depuis une quinzaine d’années par Y. Yonehara et, lorsque l’un d’entre nous (F. Joulian) a proposé une enquête anthropographique sur le waza au Japon, ce terrain a semblé idéal pour explorer cette nouvelle démarche impliquant sur un même terrain, une artiste, un designer, un anthropologue et un mangaka. L’enjeu du terrain est ici d’explorer, selon des expériences et points de vue disciplinaires distincts des techniques d’enregistrement de différentes natures : notes et enregistrements sonores, photo, vidéo, et dessins, afin de décrire l’art original de ces artisans, leur waza, que l’on capture sur le lieu même d’exercice du métier et dans ses conditions et contraintes actuelles.
L’article que nous avons rédigé s’articule avec d’autres productions (vidéos, photos et un catalogue dessiné en plus d’une exposition) qui viennent le compléter en utilisant différents médias. Il explore ces savoir-faire particuliers sous l’angle de leur patrimonialisation (ils sont classés au rang du patrimoine immatériel) et des effets positifs ou négatifs que cela peut entraîner dans le cadre de la pérennité même des savoir-faire de l’activité, mais également dans l’articulation de ce métier aux différentes filières et autres métiers qu’il conditionne et qui le conditionnent et sur lesquels nous avons également enquêté (imprimerie, fusuma, karakami, lanternes…). Deux exemples nous permettent de saisir la vie du papier, de l’arbre à l’objet, et, à travers différents métiers, de nous interroger sur l’articulation des différents savoirs, sur leur parenté, leur segmentation ou leur continuité mais aussi de nous questionner sur la matière même travaillée et en quoi elle entraîne avec elle, gestes, exigences et des engagements communs.
Le dialogue avec cette matière particulière, qui se transforme au fur et à mesure qu’elle se travaille, est issu de la pulpe des mûriers (kozo) et de l’eau, via des instrumentations simples (chaudrons, éviers, cadres, séchoirs) mais aussi des recettes processuelles et gestuelles subtiles. Ce dialogue avec la matière engage-t-il les artisans dans un même bain de valeurs, d’exigences, de plaisirs de faire, propices au maintien du waza, ou à l’inverse, à le circonscrire et le fragiliser ?
La reconnaissance culturelle et les demandes nationales et internationales pour ce type de papier assureront-elles la pérennité des processus ? Les instruments ou les systèmes techniques associés (couteaux d’acier, la colle naturelle des racines de tororo aoi, la mutualisation des savoirs régionaux par le syndicat…), sont-ils suffisamment stables et robustes pour garder l’activité attractive pour les jeunes générations ? Le waza des artisans du washi est bien sûr aussi affecté par ces facteurs externes, difficilement saisissables par la photographie ou le dessin et notre exploration « anthropographique », par-delà l’enjeu de capturer le métier et les gestes inédits des artisans, consiste également à dire les différentes vertus analytiques et narratives du texte, de l’image ou du dessin, et d’esquisser une véritable proposition « multimédiatique » et scientifique, de l’enregistrement à sa diffusion publique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Sur le washi : quelques repères historiques
Le washi et l’eau
Le processus opératoire
Kurotani Washi
Le washi de Kurotani aujourd’hui
Utilisations du washi de Kurotani
Défis pour le Kurotani Washi
Deux exemples d’utilisation du washi à Kyoto
Les karakami
Les lanternes

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Fabrication du washi à l’aide du suketa, coopérative de Kurotani, Japon 2019.

© I. Horiguchi 2020

Ce bref article relate une expérience ethnographique réunissant sur le terrain un anthropologue (Frédéric Joulian, FJ), un spécialiste de l’artisanat japonais (Yuji Yonehara, YY), un dessinateur de manga (Itsu Horiguchi, IH) et une designer interprète (Kione Akao Kochi, KK). De cette association inédite est né un ensemble de productions scientifiques combinables (cet article, une exposition, quatre films, un catalogue, des conférences) avec pour but de restituer, au plus près des artisans, et pour un lectorat élargi, une activité technique originale : la fabrication de papier traditionnel au Japon, le washi. L’enquête fut menée dans les montagnes au nord-ouest de Kyoto, à Kurotani, lieu retenu en raison de sa petite échelle (une coopérative dans un village), de la haute qualité de ses productions  et de son exemplarité en termes de durabili...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Itsu Horiguchi, Frédéric Joulian, Kione Akao Kochi et Yuji Yonehara, « Le waza du washi », Techniques & Culture, 76 | 2021, 190-209.

Référence électronique

Itsu Horiguchi, Frédéric Joulian, Kione Akao Kochi et Yuji Yonehara, « Le waza du washi », Techniques & Culture [En ligne], 76 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/16745 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.16745

Haut de page

Auteurs

Itsu Horiguchi

Itsu Horiguchi est un mangaka spécialisé dans le dessin de paysage et d’ambiances urbaines. Il a exposé en 2017 à Paris dans le cadre d’une exposition solo à Jussieu. https://www.itsuhoriguchi.com.

Frédéric Joulian

Frédéric Joulian est anthropologue à l’EHESS, spécialiste de l’évolution des techniques et de la culture matérielle.

Articles du même auteur

Kione Akao Kochi

Kione Kochi est coordinateur de recherche au Centre pour l’innovation dans les industries traditionnelles de l’université Kyoto Seika.

Yuji Yonehara

Yuji Yonehara est journaliste et écrivain. Spécialisé dans le domaine de l’artisanat traditionnel japonais, il est directeur du Centre pour l’innovation dans les industries traditionnelles de l’université Kyoto Seika.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search