Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments aux numéros2022Suppléments au n°77TisserL’aiguille et l’écran

2022
Suppléments au n°77
Tisser

L’aiguille et l’écran

Le développement d’une culture technique au féminin sur les réseaux et plateformes socionumériques
Vinciane Zabban et Emmanuelle Guittet

Résumés

Dans la lignée de travaux sur le genre des techniques, nous nous intéressons dans cet article à la possibilité d’une revalorisation sociale des pratiques féminines de travaux d’aiguille, par l’intermédiaire des espaces en ligne qui leur sont dédiés. En nous appuyant sur une enquête par entretiens semi-directifs menée auprès d’utilisatrices de la plateforme Ravelry (dédiée au tricot, crochet et tissage) sur leurs pratiques du tricot et de la couture, nous montrons que les espaces en ligne dédiés aux échanges, à l’apprentissage et à l’exposition de la pratique contribuent à la création d’une culture technique au féminin. Nous notons également que le développement et la circulation de ces savoirs et compétences techniques encouragent chez certaines de nos enquêtées une évolution de leur rapport aux normes vestimentaires et corporelles en offrant une possibilité de réaction individuelle et collective aux injonctions corporelles faites aux femmes. Cependant, malgré la valorisation liée à la mise en visibilité de la pratique et de ses dimensions techniques et malgré les bénéfices que nos enquêtées retirent de leur pratique en termes de socialisation et d’expérience partagée, notre analyse pointe le fait qu’elles entretiennent un rapport très ambigu à la dimension féminine de ce loisir. L’entre-soi euphémisé et non discuté des espaces de tricot et de couture en ligne abrite et autorise l’essor de cette culture technique au féminin, tout en circonscrivant assez strictement son espace de valorisation. On n’échappe pas ici à l’asymétrie relationnelle qui accompagne le caractère genré des techniques, mais les outils numériques ouvrent bel et bien une fenêtre inédite sur les réalisations de ces femmes et enrichissent considérablement la dimension sociale de leurs pratiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les photographies et captures d’écran en illustration de cet article sont reproduites et réalisées avec l’aimable autorisation de leurs autrices, dont l’anonymat est conservé dans le cadre de l’enquête.

Texte intégral

Figure .

Figure .

En-cours : pull (alpaga, mohair et soie) sur aiguilles circulaires, modèle suivi sur tablette

Vinciane Zabban

1L’ouvrage Gender and technology in the making (Cockburn & Ormrod 1993), en portant un regard à la fois sociologique et féministe sur les liens entre façonnage des techniques et façonnage du genre, nous invite à revaloriser les « technologies avec un petit t », c’est-à-dire les techniques associées au féminin. Ses autrices y étudient la trajectoire genrée du micro-ondes, un objet déchu de sa qualité « Technologique » — avec un grand T, c’est-à-dire au sens symbolique et socialement valorisé du terme (Strathern 2014), à mesure qu’il se trouve de plus en plus associé aux activités domestiques et féminines. Nous nous intéressons dans cet article à la possibilité d’une trajectoire inverse, soutenue par le développement des outils numériques et d’Internet, pour des domaines techniques principalement investis par des femmes : quelles sont les chances et les conditions d’une revalorisation sociale de techniques étroitement associées au féminin que sont les travaux d’aiguille, tels que le tricot, le crochet ou la couture ? Marie Bergström et Dominique Pasquier (2019) rappellent en ce sens que, loin de l’intérêt qui a pu être porté initialement à l’informatique connectée comme voie radicale d’émancipation des rapports sociaux de genre (Turkle 1995, Haraway 2006), nombre de travaux font état d’une permanence, voire d’un renforcement de l’asymétrie des rapports de genre dans les espaces de pratiques en ligne. Les chercheuses insistent cependant sur les déplacements, parfois discrets, que permettent les outils numériques dans ce domaine et qui méritent des investigations plus poussées. Nous nous inscrivons dans cette perspective pour analyser les discours d’un ensemble de femmes que nous avons interrogées au sujet de leur pratique de travaux d’aiguille. Nous souhaitons ici souligner la façon dont les écrans autorisent la création de lieux d’échanges où elles se trouvent principalement dans un entre soi féminin. Ils facilitent ainsi le renouvellement et la mise en valeur d’un répertoire de ressources matérielles, informationnelles, sociales et symboliques. Autrement dit, les écrans ne sont pas seulement le support contemporain de diffusions de techniques anciennes, mais ils favorisent l’élaboration et le partage d’une nouvelle technologie ou culture technique, c’est-à-dire d’un ensemble singulier et inédit de savoirs et de discours sur ces techniques (Sigaut 2009). Ce travail s’inscrit dans la continuité des travaux sur les pratiques issues de la sociologie des loisirs et des usages du numérique, en accordant une attention particulière aux dispositifs ainsi qu’aux ancrages temporels et situés des pratiques de consommation (Dubuisson-Quellier & Plessz 2013). Il permet de poursuivre sous l’angle de la question du genre les travaux conduits sur les pratiques amateurs, artisanales, de bricolage et de « do-it-yourself », qui soulignent la façon dont celles-ci participent de la construction sociale d’une identité (Shove et al. 2009) et dont elles sont renouvelées par les outils numériques (Flichy 2010, Kuznetsov & Paulos 2010).

  • 1 Nous avons fait le choix d’alterner l’ordre des signatures dans nos différentes publications pour r (...)
  • 2 À une exception près, les personnes qui ont répondu à notre demande d’entretien étant des femmes, n (...)

2Nous nous appuyons dans cet article 1 sur 27 entretiens semi-directifs menés en 2020 avec des utilisatrices 2 de la plateforme Ravelry. Dédiée aux pratiques de tricot, crochet et tissage, cette plateforme constitue un point central de notre enquête : caractérisé comme un « social network market » (Potts et al. 2008), il propose les fonctionnalités d’un réseau socionumérique (presque dix millions de comptes), d’un moteur de recherche complexe qui donne accès à une base de données de ressources matérielles (fils, accessoires et outils pour la pratique), mais aussi et surtout une base de données de plus d’un million de modèles pour lesquels il offre une interface de transaction marchande via un système de microtransactions. Pour toutes ces raisons, Ravelry a acquis une position centrale dans l’économie informationnelle et dans les activités des tricoteuses qui ont investi les outils numériques dans leur pratique (Zabban 2015).

3Nos enquêtées s’écartent sensiblement des profils attendus de pratiquantes de travaux d’aiguille : d’après l’enquête sur les pratiques culturelles des Français·es (EPCF 2008), ceux-ci sont en effet très largement prisés par des femmes situées à l’écart de la vie active – notamment des femmes inactives, âgées ou retraitées – et davantage représentées dans les classes populaires et moyennes (employées et professions intermédiaires). La majorité de nos enquêtées, recrutées par sondage aléatoire via la plateforme Ravelry, ont entre 30 et 50 ans, elles sont souvent issues d’un milieu modeste (parents ouvriers ou employés et professions intermédiaires) mais ont un haut niveau d’étude – elles ont généralement une forte proximité avec les sphères de l’enseignement et des métiers scientifiques et techniques et sont plusieurs à dire qu’elles « gagnent correctement leur vie ». À l’image de ce qui a pu être observé dans les pratiques de lecture (Guittet 2020a), et plus largement au sujet de la consommation culturelle (Gilliotte 2019), l’investissement des plateformes et réseaux socionumériques par les pratiquantes est très vraisemblablement inégal dans sa distribution sociale. La participation ou la mobilisation de ces ressources suppose en effet une appétence pour le numérique, pour l’apprentissage de nouvelles techniques ou pour l’accès à des contenus recherchés pour leur technicité et leur modernité qui, nous le verrons, permettent à nos enquêtées de se distancier du caractère dit ringard du tricot.

4Les entretiens ont été pensés initialement pour interroger la pratique du tricot, mais nous ont conduites à tenir compte également d’autres techniques de l’aiguille, principalement de la couture. La couture est une activité distincte dans sa temporalité et dans de nombreuses modalités de celle du tricot ou du crochet, y compris dans la façon dont se développent les ressources et les échanges en ligne. Comme nous le verrons, couture et tricot sont cependant très souvent articulés dans les trajectoires de pratique étudiées, ces deux pratiques sont évoquées et comparées fréquemment au cours des entretiens. C’est pourquoi, bien que nous présentions dans un premier temps les productions en ligne de nos enquêtées dans le cadre de leur pratique du tricot, nous sommes amenées dans notre développement à nous appuyer également sur les pratiques de couture, qui sont aussi – parfois de façon plus marquée – le lieu d’une revalorisation d’un loisir féminin. En suivant les pratiques des enquêtées et leurs circulations (Hine 2015), nous avons aussi été amenées à considérer des usages d’autres espaces médiatiques, en particulier d’Instagram, que nos enquêtées y publient ou non des contenus. Ce matériau est enrichi par l’analyse de documents papier (carnets, classeurs) et numériques (publications de pages « projets » sur Ravelry ou de photos commentées sur Instagram) qui accompagnent leur pratique.

5Nous exposerons dans un premier temps les manières dont les outils numériques sont mobilisés par nos enquêtées dans le cadre de leurs pratiques de tricot et de couture. En nous appuyant en particulier sur le cas du tricot, nous avancerons à la suite d’Olivier Le Deuff (2011) que ces femmes développent par leurs échanges en ligne une « culture technique » : un ensemble singulier de techniques, d’objets et de savoirs qu’elles présentent comme étant « moderne ». En mettant au jour leur participation à ce développement, c’est bien comme actrices d’un changement technologique (Dagiral 2006, Wajcman 2002), et pas seulement comme majoritaires dans la structure de genre, que nous questionnerons ici la place des femmes. Notre analyse portera ensuite sur deux autres dimensions du genre qui ont été identifiées par Sandra Harding (1986). Dans le processus de négociation avec une identité de genre socialement projetée qui passe entre autres par la possibilité de négocier avec les standards corporels imposés par le prêt-à-porter, nous verrons que les écrans agissent à la fois comme ressource, comme reflet et comme appui d’une expérience partagée (Sigaut 2009). Nous reviendrons pour finir sur la dimension symbolique du genre et sur l’ambiguïté du rapport de nos enquêtées à la qualité féminine de ces techniques. Elle nous amènera à développer l’idée que l’entre-soi féminin euphémisé et non discuté des espaces de tricot et de couture en ligne est sans doute à la fois ce qui abrite et ce qui délimite l’espace possible d’une valorisation de cette culture technique.

Ce que fabriquent les tricoteuses : papiers, aiguilles et écrans

6Les femmes interrogées fabriquent des vêtements, tricots et autres objets textiles, mais ces ouvrages ne sont pas leurs seules productions. Elles sont en effet nombreuses à équiper leur pratique de différents outils de suivi et à produire des artefacts (carnets, classeurs, publications en ligne) qui leur permettent de garder une trace de leurs réalisations. La fonction de mémoire est souvent l’un des premiers usages des outils numériques. En cela ils entretiennent une filiation directe avec des pratiques préexistantes : la prise de notes, la construction de « fiches » au sujet des modèles réalisés rappellent celles des carnets ou des classeurs, qui n’ont pas disparu et s’ajoutent parfois aux publications en ligne.

Figure 2.

Figure 2.

Photographie du carnet de tricot de Claire

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

7Dans le cas de Claire (47 ans, assistante commerciale et administrative), qui pratique également la calligraphie, organiser et réaliser ces carnets constitue un loisir en soi autant qu’une opération utile : on note d’ailleurs la précision avec laquelle elle a consigné les matériaux utilisés, la taille et la marque des aiguilles, le renvoi à d’autres pages du carnet ou encore le temps passé à tricoter ces chaussettes (figure 2). Souvent, même s’ils ont été acquis sur Internet au format PDF le plus souvent, les patrons de tricot sont imprimés et annotés pendant la réalisation de l’objet : ils servent de support pour y noter la taille sélectionnée, de compteur de rangs, de mémoire de petits ajustements, toutes traces utiles, notamment si le travail est interrompu – ce qui est souvent le cas dans cette activité interstitielle et au long cours – et que l’ouvrage doit être repris ultérieurement (figure 3). Conserver et archiver ces notes permet la reproduction ultérieure du modèle, avec les modifications apportées.

Figure 3.

Figure 3.

Photographie du classeur de Marie-France, qui y consigne différents éléments (notes, échantillons de laine, factures, photographies, etc.)

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

8Ces notes prises dans des carnets, sur des feuilles volantes, rangées dans des classeurs ou sur l’ordinateur, la tablette ou le téléphone n’ont pas vocation à être diffusées. En revanche, ce que les formats numériques de conservation induisent, c’est la possibilité de les partager et donc aussi de consulter les traces des réalisations des autres.

9Ravelry en particulier favorise la création et la consommation de ressources de ce type. Il s’agit d’un réseau social « fermé » : il faut créer un compte pour y avoir intégralement accès. L’essentiel des 10 millions de comptes utilisateurs n’est pas ou peu actif (seuls 7 % par exemple ont un avatar) et l’on peut imaginer qu’ils sont surtout utilisés pour consommer les contenus qui y sont produits par une minorité, surtout les modèles gratuits. Les utilisatrices actives de Ravelry que nous avons interrogées renseignent la base de données du site en complétant des « pages projets ». Liées aux modèles disponibles sur le site, les pages projets sont des publications ayant trait à leurs ouvrages en cours, réalisés ou prévus ; elles les rendent ainsi visibles aux autres utilisatrices, qui peuvent s’en saisir dans le cadre de leur propre pratique. Par exemple, sur l’une des pages projet de Geneviève dédiée à la réalisation d’un pull, on trouve le matériel utilisé, la marque et la qualité de la laine (figure 4). La page contient aussi un hyperlien vers le modèle suivi, vers la publication Instagram des photos de l’ouvrage, les dates de début et de fin du tricot et des indicateurs et métriques de type « notes et avis ».

Figure 4.

Figure 4.

Capture d’écran d’une page projet de Geneviève, sur Ravelry

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

10Mettre un projet en ligne, c’est presque toujours le photographier. Instagram est l’autre espace en ligne très utilisé par nos enquêtées, en particulier en raison de la focalisation de ce réseau social sur l’image. On voit d’ailleurs sur la figure 4 que les photographies du projet proviennent d’un compte Instagram. Les utilisatrices de ces deux réseaux socionumériques en font des usages différenciés lorsqu’il s’agit de conserver des notes de tricots ou de publier à leur sujet. En tant que consommatrices, elles associent généralement à Instagram des formes relevant plutôt de l’exploration curieuse (Auray 2016) et à Ravelry des formes plus organisées de recherche d’informations que favorise le site en offrant une interface de recherche complexe, à entrées multiples, dans ses différentes bases de données. Concernant la production de contenu, Instagram sert plus fréquemment de cadre à la mise en scène et au récit du processus qui les a conduites à réaliser un ouvrage, lorsque Ravelry est généralement le lieu où elles vont consigner une archive technique de sa réalisation (figure 5).

Figure 5.

Figure 5.

Captures d’écran. Mise en regard des publications du même projet de Claire sur Ravelry (à gauche) et sur Instagram (à droite)

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

11Sur son profil Ravelry, Claire (47 ans, assistante commerciale et administrative) donne quelques indications pratiques : la taille des aiguilles, le nom du patron et de son auteure, la nouvelle technique apprise et des notes concernant des modifications du patron (figure 5). Sur Instagram ne figure presque aucune mention technique (figure 5) : il s’agit plutôt d’évoquer le contexte dans lequel elle réalise cette couverture et de demander l’avis des utilisatrices du réseau au sujet de ses choix. Comme elle le dit elle-même : « Mes carnets, c’est ma mémoire papier et Ravelry, c’est ma mémoire numérique ». L’usage d’Instagram est chez elle moins fréquent et il s’agit alors d’y indiquer « les difficultés que j’ai eues, les laines que j’ai utilisées. J’aime bien créer une petite histoire sur ce que j’ai fait ». L’usage est aussi différencié en fonction de la technique : Ravelry permet d’enregistrer les projets en lien avec l’usage de fils pour la confection d’objets textiles, ce qui inclut le tricot, le crochet et le tissage, mais exclut la couture. La ressource principale pour échanger autour des activités et projets de couture est toujours le blog dont la pratique perdure davantage que dans le tricot et sur le réseau Instagram. Comme pour le tricot, les couturières utilisent sur cette plateforme les mots-dièses (« hashtags », figure 13) pour consulter différentes réalisations des mêmes patrons.

12Puisque les réseaux et les plateformes socionumériques sont mobilisés par les tricoteuses et les couturières pour archiver leurs réalisations, ils peuvent faire fonction de « livre d’or » (Geneviève, 54 ans, assistante de direction) et être le support de remémorations : « plus le temps passe, plus je trouve ça marrant de retourner sur les vieux projets et de se souvenir, parce que ça fait longtemps et ça permet de revoir aussi les cadeaux que j’ai faits et que je ne vois plus » (Anne, 33 ans, profession libérale).

Figure 6.

Figure 6.

Capture d’écran du compte Instagram de Mariko qui indique le consulter comme mémoire de son « parcours », principalement tourné vers des loisirs féminins et d’intérieur et le DIY.

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

13De la même manière que les livres possédés et exposés dans leurs bibliothèques peuvent, pour certains lecteurs et lectrices, apporter la satisfaction de lectures terminées (Guittet 2020b), les pages projets et les comptes Instagram peuvent être investis comme des rappels de bons ou moins bons souvenirs et rendre compte du chemin parcouru. C’est le cas pour Mariko (45 ans, professeure de japonais) : « Je pense que c’est moi qui regarde le plus ma page Instagram. Ça me fait plaisir et je réfléchis au prochain projet, pour ne pas faire de projets similaires à la suite. Donc plutôt pour me souvenir, Instagram, ça sert à ça » (figure 6).

Des productions ostentatoires : s’exposer et « rêver chez les autres »

Les plateformes et réseaux socionumériques participent donc à créer un espace semi-public d’exposition et d’échange autour des réalisations. Les publications sont l’occasion pour nos enquêtées d’exposer leur pratique sous différentes formes : pages projets sur Ravelry, photographies commentées sur Instagram et parfois vidéos publiées sur YouTube. Ces publications, même si elles s’inscrivent comme nous l’avons vu dans la continuité de pratiques antérieures, sont les produits nouveaux et singuliers de la numérisation des pratiques de travaux d’aiguille. Il nous semble essentiel de les différencier des productions d’objets textiles en eux-mêmes (Zabban 2019). Les publications (image, texte, liens) sont des « productions ostentatoires » au sens de Florence Weber (1998), par lesquelles nos enquêtées donnent à voir leur pratique, et celles-ci constituent une activité à part entière. Génératrices de valeur pour les plateformes, elles ouvrent une fenêtre vers les productions privées, domestiques, familiales et laissent une place plus grande à « l’honneur » des tricoteuses. À la manière des jardins observés par Weber, il est possible de les « visiter », et cela même sans se déplacer : depuis chez soi, en consultant les bases de données, son fil d’actualité Instagram ou Ravelry. Plus encore, on peut y laisser une trace de sa visite, une marque d’appréciation :

Pour moi, le pull est vraiment fini quand la photo est sur Ravelry. J’exagère un peu, mais ça fait partie… c’est une étape. Et j’attends un peu les réactions, je dois dire. […] Il y en a un que j’ai fait, […] j’ai eu 413 cœurs. C’est arrivé en quelques jours. Je me suis dit : « Pourquoi j’ai tant de cœurs pour celui-là ? » En fait, sur la page d’accueil, ils l’avaient sélectionné, les webmasters. (Mona, 60 ans, profession libérale)

14Certaines enquêtées sont en effet très sensibles aux marques de reconnaissance que représentent les cœurs (likes). De même, la sélection d’un projet en page d’accueil par les webmasters de la plateforme, phénomène relativement rare étant donné le nombre total de projets sur Ravelry (autour de 23 millions), contribue à cette reconnaissance.

15Nos enquêtées ne produisent pas systématiquement des publications, en revanche, elles en consultent toutes. Sur Ravelry, les pages projets constituent une portion importante des données du site et contribuent significativement à la popularité des modèles. La veille sur les productions des autres utilisatrices fait partie intégrante des pratiques numérisées : les publications attisent la curiosité des pratiquantes en tant que consommatrices (Cochoy 2011). La consultation des pages projets et d’autres formes de publications est constitutive de la pratique. Elle favorise les découvertes et une segmentation fine des goûts : « on peut mettre une laine spécifique, la couleur, sa laine, et voir tous les projets qui ont été faits avec cette laine-là. Je trouve ça incroyable ! C’est un outil, en termes de banque de données, extrêmement bien fait » (Françoise, 59 ans, écrivaine publique), et fait « rêver » les utilisatrices : « c’est une question de partage donc oui, je regarde pas mal les vidéos parce que justement, ça m’inspire [...] je rêve chez les autres » (Soraya, 25 ans, auto-entrepreneuse dans le tricot). Le partage est mobilisé comme argument pour la publication en retour – dans un mouvement de don et de contre-don – pour « rendre » à l’ensemble des utilisatrices de ces réseaux : « c’est tellement sympa de pouvoir voir, quand on va sur la page d’un patron, les réalisations des autres, que c’est devenu assez automatique de faire une page projet et de la remplir pour mes projets » (Anne, 33 ans, profession libérale).

Tricoter sur Internet : l’élaboration d’une culture technique

Je pense que le tricot, c’est vraiment la grand-mère avec le chat sur les genoux. Y’a pas de tricoteurs stars comme y’a des couturiers stars, par exemple. La couture, c’est associé à un truc professionnel, qu’on n’a pas sur le tricot. (Céline, 36 ans, ingénieure)

16Technologie avec un petit « t », la dimension technique du tricot n’est généralement pas ou peu reconnue. Mais la technicité de la pratique est justement mise en avant de manière ostensible par les outils numériques. Espaces d’approvisionnement en ressources matérielles et sociales, les dispositifs numériques que sont les réseaux sociaux et les plateformes en ligne facilitent tout autant la circulation d’information, la diffusion, la transmission et l’apprentissage de techniques. Leur singulière efficacité dans ce domaine a très tôt été observée et analysée par Olivier Le Deuff (2011) qui emprunte pour les décrire à Étienne Wenger (2000) l’expression de « réseau social d’apprentissage ». Cette expression souligne le caractère horizontal des formes de transmission qui y sont développées. Ravelry facilite l’accès à une diversité importante de modèles que l’on peut télécharger immédiatement en PDF. Les pages projets ouvrent l’accès à une gamme encore plus vaste d’interprétations techniques de ces modèles. Les utilisatrices développent aussi leurs techniques au travers de l’observation ou de la participation à des discussions sur des forums, commentaires, via la redirection (par hyperliens) vers d’autres sources d’information. Les vidéos, nombreuses, facilitent quant à elles l’accès à des savoirs théoriques aussi bien qu’à des savoirs procéduraux (tutoriels). Nous souhaitons ici insister sur un point qui retient également l’attention de Le Deuff, celui d’un espace qui n’est pas seulement un espace de circulation ou de diffusion de techniques, mais aussi d’invention et de renouvellement de celles-ci. Le numérique, en offrant de nouvelles manières de susciter l’explicitation des connaissances, favorise en effet selon lui le développement d’une culture technique. Nous ajoutons qu’il favorise sa visibilité et sa reconnaissance.

Figure 7.

Figure 7.

Capture d’écran. Interventions de Marie-France dans différents forums d’un groupe Ravelry

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

17On reconnaît rapidement une tricoteuse qui tricote « sur Internet » par un assemblage particulier de recours à des matériaux, des outils et procédés caractéristiques de cette culture technique. Le tricot en ligne est remarquable par la place qu’il accorde à certaines techniques, comme le fait de tricoter en rond avec des aiguilles circulaires, d’utiliser des fils de laine teintes à la main plutôt qu’avec de l’acrylique, de mettre en avant certains types de production comme les châles et les chaussettes, de tricoter « en anglais » c’est-à-dire avec des modèles écrits en langue anglaise et qui présentent leurs propres conventions d’écriture, d’apprendre et de suivre les techniques à la mode (point brioche, jacquard, etc.), de réaliser des modèles de créateur·ices populaires, etc. Très explicite chez nos enquêtées, ce renouvellement technique différencie leur pratique, qualifiée de « moderne », de celle des générations précédentes. En effet, si leur intérêt pour le tricot est souvent relié au fait d’avoir vu faire mères, tantes ou grands-mères, leur culture technique – les langages, les ressources matérielles et informationnelles, jusqu’aux types d’objets produits – les en différencie d’une façon qui ne leur est pas indifférente :

Ce qui m’a motivée, c’était de ne pas partir sur la même technique que ma mère ou ma grand-mère, de partir sur une nouvelle technique. Je suis contente de ça, de ne pas tricoter comme beaucoup tricotaient avant (Claire, 47 ans, assistante commerciale et administrative).

Rapport à soi, au vêtement et au corps : écrans, aiguilles et identités de genre

18Plusieurs motifs sont évoqués par nos enquêtées pour justifier leur volonté de fabriquer leurs propres vêtements. Le coût en fait rarement partie : aujourd’hui, il est souvent bien moins coûteux d’acheter un vêtement prêt-à-porter que de le fabriquer. Il y a bien chez elles une économie de la pratique, mais cette dernière est plutôt orientée vers la qualité et l’élaboration parfois sophistiquée de tout ou partie d’une garde-robe parfaitement ajustée à leurs besoins. Les vêtements réalisés le sont encore souvent dans une logique de don, mais chez nos enquêtées ils sont aussi pour beaucoup réalisés pour elles-mêmes ou des personnes proches et sont destinés à être portés. Plusieurs qualifient d’« égoïste » ce rapport à la pratique, tout en le justifiant par le fait qu’elles sont les plus à même d’apprécier les efforts nécessaires à la réalisation de ces produits. Mais tricoter pour soi n’est pas une évidence pour toutes, comme pour Geneviève, 54 ans, dont le budget est restreint et qui a essentiellement tricoté pour ses proches, en particulier lorsqu’il s’agissait de matériaux nobles et chers. Dans l’entretien, elle évoque ce que l’expérience d’un cancer a changé dans sa pratique, outre le fait qu’elle s’autorise plus souvent à privilégier le tricot aux tâches ménagères : « je vois pas pourquoi je ferais pas un truc pour moi. Finalement, je suis importante [rires] ».

Figure 8.

Figure 8.

Capture d’écran. Ravelry, projet réalisé par Geneviève pour une amie

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

19À l’inverse, plusieurs enquêtées particulièrement investies dans la pratique ont progressivement élargi leur registre technique et déclarent aujourd’hui ne presque plus porter que des vêtements qu’elles ont réalisés, ce qui les a, comme Sara, amenées à étendre leur compétence à la couture :

Au début, c’était juste : « j’aimerais bien juste savoir un peu coudre, pour pouvoir faire 2-3 trucs que je n’arrive pas à trouver en boutique ». Et effectivement, la démarche, au bout d’un moment, a été de faire : je n’achète plus rien en magasin.

20La réalisation de vêtements, en tricot comme en couture, suppose des adaptations et ajustements permanents, qui s’expriment à différents niveaux. Certaines préfèrent être guidées pas à pas et suivre scrupuleusement les indications fournies pour un modèle, mais même dans ce cas-là, elles peuvent avoir à changer la taille de leurs aiguilles, la taille du modèle ou à recalculer le nombre de mailles si l’échantillon qu’elles réalisent n’est pas conforme à celui du modèle. La capacité à choisir, à ajuster, est une des caractéristiques valorisées de la pratique.

Figure 9.

Figure 9.

Échantillons réalisés par Marie-France, variations sur la taille des aiguilles et les couleurs de laine

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

21Elle permet par exemple à Mona, 60 ans, de réaliser pour sa fille des pulls adaptés à son goût – et à la mode –, en les raccourcissant pour qu’ils arrivent exactement au niveau de son pantalon taille haute : « j’ai fait un montage provisoire pour le bas et je lui ferai les côtes en dernier, pour ajuster les longueurs. Parce que c’est au centimètre près, avec elle ».

Figure 10.

Figure 10.

Capture d’écran. Images de la page projet de Mona sur Ravelry, montrant l’un des pulls raccourcis et ajustés réalisés pour sa fille

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

22La possibilité d’ajuster les vêtements, en particulier en couture, amène à mesurer son corps et souvent à prendre conscience de l’inadéquation des standards de tailles largement mobilisés par le prêt-à-porter. Si des enquêtes permettent de remettre régulièrement à jour les bases de données et de réviser des standards de l’industrie (Biederman 2009), ceux-ci restent construits à la fois sur des moyennes et sur une perception symbolique et culturelle des normes corporelles. Les vêtements féminins du prêt-à-porter sont par exemple presque toujours conçus pour des femmes mesurant 1,68 mètre. Faire soi-même, c’est donc souvent aussi développer l’ambition de parvenir à constituer une garde-robe ajustée à son corps :

Ça a été un moment, quand j’ai commencé à coudre… assez décisif aussi sur comment je considérais les vêtements. J’ai une forme de corps un peu en poire, avec la taille qui est beaucoup plus resserrée par rapport à ma taille de hanches, ce qui faisait par exemple que c’était impossible d’avoir des shorts qui m’allaient [...] Et quand j’ai découvert la couture et que je pouvais adapter les patrons et faire une taille plus petite pour la taille et plus grande pour les hanches, et avoir un truc qui m’allait, ça m’a vraiment motivée (Anne, 33 ans, profession libérale).

23Apprendre à tricoter ou à coudre c’est donc souvent aussi apprendre à opérer des choix dans les normes et les codes vestimentaires, à mesurer, à identifier des particularités corporelles – ou du moins à développer une conscience de cette possibilité, qui n’est pas toujours réalisée. Pour beaucoup de nos enquêtées, cet ajustement est souvent associé à des évolutions et des changements parfois soudains dans leur trajectoire corporelle et biographique. Charlène, par exemple, qui a vu son poids augmenter ces dernières années, perçoit dans le « sur-mesure » une solution aux difficultés qu’elle rencontre depuis pour se vêtir :

Je me suis rendu compte que j’avais un gros mal-être vis-à-vis de mon corps et qui était pas lié tant que ça à mon corps, mais au fait que les vêtements que je mettais dessus, ils étaient pas adaptés […]. Et du coup, je m’étais renseignée sur les vêtements sur-mesure et tout ça, comment se créer des vêtements qui nous vont vraiment bien, et ça c’est toujours mon objectif (25 ans, en recherche d’emploi avec un projet de développement d’activité autour du DIY).

24Eva, qui tient une mercerie, insiste également sur le fait que fabriquer ses propres vêtements revient aussi pour ses clientes à travailler sur la représentation qu’elles ont d’elles-mêmes. Tout en valorisant leur compétence technique, cela contribue à redéfinir une identité subjective :

il faut se regarder, face à un miroir, pour voir si ça nous va, si ça ne nous va pas, si ça tombe bien, si ça ne tombe pas bien. En fait, sans s’en rendre compte, entre la fierté et le fait de se regarder, de penser à soi, à ses formes, de s’accepter finalement, parce j’ai dépensé des sous pour me faire un truc, j’ai envie que ça aille bien, que ce soit joli, que ça me plaise et que ça plaise aux autres. Donc c’est un travail qu’on est en train de faire sur nous et je pense que c’est un travail sur l’estime de soi très important.

Figure 11.

Figure 11.

Capture d’écran. Publication de Sara sur son compte Instagram : « Ce que la couture a changé pour moi » (visage flouté par nos soins)

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

25Ici, les publications sur le réseau social Instagram dévoilent une autre dimension : elles font pleinement partie de l’effet de « miroir » qui est évoqué par Eva. Pour reprendre la distinction mobilisée par Cynthia Cockburn et Susan Ormrod à propos de l’identité de genre, les publications y sont un espace d’expression en image et en texte de la façon dont les utilisatrices parviennent à négocier avec les standards corporels et vestimentaires, qui relèvent d’assignations à une identité de genre socialement et culturellement « projetée », une identité de genre « subjective » (Cockburn & Ormrod 1993 : 7). Fabriquer ses propres vêtements, c’est pour certaines une forme de consommation engagée répondant à un souci environnemental ou un rejet de l’industrie du textile (Dubuisson-Quellier 2018), mais c’est aussi se soustraire au jugement des personnels de vente et à une offre qui s’adresse à un modèle projeté de corps de consommatrice auquel leur propre corps ne correspond pas. Ce positionnement, qui les amène finalement à effectuer un travail conséquent pour se vêtir, n’est pas seulement socialement et historiquement situé comme le suggère du Gay (2004), il prend aussi sens dans leur trajectoire corporelle et biographique. Sara (40 ans, gestionnaire, fonction publique), par exemple, raconte aussi bien en entretien que sur son compte Instagram comment l’investissement du tricot et, plus encore pour elle, de la couture constitue une ressource face aux changements avec lesquels elle doit composer depuis qu’elle a développé un syndrome d’Hashimoto :

le fait de pouvoir accompagner, par la pratique de la couture et du tricot, le changement corporel, c’est vachement plus facile à vivre aussi. On ne voit plus le changement de taille de la même façon. Ce n’est plus : “Oh là là, il va falloir que je prenne du 44, ce n’est plus possible, je n’arrive plus à rentrer…” On n’a plus le regard des vendeuses, on n’a plus tout le truc de devoir être à la mode ou pas.

26Instagram permet aux utilisatrices, au moins autant qu’ouvrir aux autres une fenêtre sur leurs pratiques – d’examiner leur propre image. Avoir à se regarder dans un miroir est une chose, publier une réalisation d’un vêtement porté sur Instagram en est une autre. La publication favorise la mise en scène selon des codes partagés de l’image qui est produite et n’est pas un simple reflet, mais suscite également des réactions. Il peut les mener à des transformations de leur rapport à leur corps, notamment au travers de la reconnaissance d’expériences similaires chez d’autres utilisatrices. Dans ce contexte, la pratique du tricot et de la couture, l’investissement de ces espaces et plus particulièrement l’occupation de ceux-ci par certaines des femmes que nous avons interrogées redéfinissent ou facilitent chez ces dernières l’apparition de résistances individuelles et collectives (parce que partagées) aux injonctions corporelles faites aux femmes (Carof 2021).

« Mais il y a aussi des hommes qui tricotent ! » : l’ambiguïté du marquage féminin de la technique

27Malgré la valorisation liée à la mise en visibilité de la technicité des réalisations, aux bénéfices en termes de socialisation et d’expérience partagée (Sigaut 2009) tirés de leur publication et de leur insertion dans un réseau de pratiques, ou à l’espace de négociation avec les normes vestimentaires que cette technique ouvre aux femmes que nous avons interrogées, nos entretiens dévoilent la persistance d’une ambiguïté forte du rapport à l’aiguille comme « outil du féminin » (Zylbergerg-Hocquart 2002). Cette ambiguïté renvoie au caractère relationnel des dimensions symboliques attachées au masculin et au féminin et, pour revenir à Cockburn & Ormrod (1993), à son asymétrie, le masculin se définit d’abord comme différent de quelque chose d’une valeur moindre qu’est le féminin.

28L’ambiguïté est d’abord perceptible par le silence qui entoure la question du genre. Celle-ci est en effet, ainsi que le note Maria Hellstrom (2013), « l’éléphant dans le salon » : l’évidence qui n’est jamais discutée publiquement. Il n’y a aucun doute possible à ce sujet : l’audience des sites spécialisés, de même que la cible du marché des travaux d’aiguille, est féminine. Et pourtant, lorsque nous demandons à nos enquêtées ce qu’elles en pensent précisément, la validation de ce constat est presque toujours suivie d’un contre-exemple : « Mais j’ai connu des garçons qui tricotaient [...]. Je connais plusieurs hommes qui tricotent » (Sara).

29Les hommes aussi tricotent, tient-on à nous rappeler, partout et toujours là où nous abordons le sujet. Comme on l’a constaté dans d’autres domaines, comme la cuisine ou l’artisanat (Naulin & Jourdain 2019), les hommes tirent profit de la rareté de leur genre dans les pratiques de travaux d’aiguille : ils gagnent plus aisément en notoriété et sont a priori considérés comme plus compétents techniquement et plus créatifs. Autrement dit, la publicité de l’intérêt des hommes pour le tricot est inversement proportionnelle à leur place réelle dans la pratique : c’est l’homme qui cache la forêt. Cette surreprésentation et la survalorisation symbolique du tricot masculin peut surprendre. Eva, qui se définit comme féministe, rattache clairement ces discours à l’ambiguïté de la pratique, très largement assimilée par les tricoteuses :

Le fait d’avoir des hommes qui tricotent autour de soi, ça rassure parce que du coup, ce n’est pas si féminin que ce qu’on pense. […] C’est se positionner au même niveau que les hommes pour être validée en tant que femme. Ça, c’est une posture qui répond, encore une fois, au machisme qu’on a intégré (Eva, 33 ans, lainière).

Figure 12.

Figure 12.

Capture d’écran, publication Instagram. Cafés ou apéros tricot rassemblent des pratiquantes, souvent à l’initiative de commerces locaux (visages floutés par nos soins).

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

30Les femmes que nous avons interrogées apprécient que leur pratique leur permette de rencontrer d’autres femmes et de se retrouver dans un entre-soi féminin où « on parle de tout », au-delà du tricot, sans le revendiquer ou rechercher particulièrement cette situation :

Y’a aussi cette ambiance-là qui me plaît, quand je vais dans les apéros tricot, c’est… qu’on parle de tout et qu’on parle aussi parfois de trucs de filles et… C’est devenu des amies dans le sens où, ouais, on peut parler de tout dans ces réunions-là, souvent. Ce qu’on ferait peut-être pas si y’avait un homme présent, quoi, ça dépendrait (Amélie, 33 ans, assistante ingénieure).

31En dehors des ponctuels rassemblements physiques (cafés, thés ou apéros tricots, ateliers), souvent organisés autour de commerces locaux comme dans le cas illustré en figure 12 et qui ne sont pas fréquentés par l’ensemble des enquêtées, cet entre-soi est principalement expérimenté sur les réseaux et les sites de partage en ligne. Car même si le tricot est une activité plus mobile que la couture et qui s’accommode souvent d’autres activités (télévision, cinéma, lecture, etc.), il reste le plus fréquemment une activité solitaire. Et cela même lorsque les espaces en ligne contribuent à le socialiser d’une manière singulière par la veille sur les publications et/ou le visionnage de vidéos, qui peuvent être réalisés simultanément au tricot (figure 13).

Figure 13.

Figure 13.

Capture d’écran d’un post Instagram. Tricoter ou coudre devant l’écran est fréquent : parfois les contenus visionnés sont redondants avec la pratique.

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

32Le caractère sédentaire du tricot est souvent mentionné comme un point négatif, quand bien même certaines enquêtées déclarent des pratiques – plus minoritaires – en mobilité, dans les transports ou à l’extérieur du foyer. L’ambiguïté dans le discours des femmes interrogées n’est pas sans rappeler celle que relève Janice Radway chez les lectrices de romans sentimentaux (1991). Comme ces dernières, nos enquêtées nous confient que le tricot et la couture leur offrent des moments de détente et d’évasion et leur permettent la construction d’un espace et d’un moment à elles. L’investissement des espaces socionumériques évoqués dans cet article par les amatrices porte les mêmes attributs : il s’agit bien de poursuivre le loisir au-delà du geste, dans l’exploration des productions réalisées par les autres utilisatrices. Les réseaux et les plateformes socionumériques se présentent à cet égard comme une fenêtre sur la pratique et le quotidien d’autres femmes, menant elles aussi une pratique de loisir genrée, interstitielle et tournée vers le care (Laugier, Molinier & Paperman 2009), comme le tricot que l’on réalise pour l’offrir (c’est particulièrement le cas de la layette) le souligne bien.

33C’est toute l’ambiguïté des loisirs féminins qui trouvent leur place au sein du foyer domestique, car ils sont faciles à mener dans les interstices du temps quotidien. Ils rendent possible un espace d’émancipation, par l’évasion qu’ils procurent, par le temps pris pour soi, par l’échange avec d’autres pratiquantes dans des espaces d’entre-soi pouvant être vécus comme libérateurs, et ils offrent également aux amatrices, comme nous l’avons montré, une marge de négociation par le vêtement des représentations associées à leur corps. Mais dans le même temps, ils les maintiennent dans des pratiques genrées, dont l’intérêt ou la technicité ne sont pas reconnus largement. Au sujet de la lecture de romans sentimentaux, comme du tricot et des travaux d’aiguille, les femmes sont amenées à justifier leur goût, du côté des lectrices en vantant l’usage didactique (Mauger & Poliak 1998) qu’elles en font et du côté des tricoteuses en mettant en avant l’utilité de leur pratique, qui leur permet en effet de prendre soin de leur entourage et de ne pas perdre leur temps. Ce besoin de justifier la pratique par son utilité, lorsqu’elle pourrait aisément, à l’instar de pratiques amateurs plus légitimes, être reconnue comme recherchée pour elle-même, montre bien le caractère minoré de cet univers de pratique, dont la revalorisation récente par le développement et la circulation en ligne d’une culture technique n’ont pas tout à fait suffi à atténuer le stigmate d’être associé au féminin.

34Ce que nous avons montré ici autour du cas du tricot et que les pratiques de couture de nos enquêtées viennent également éclairer est que, dans le domaine des loisirs, l’apport des écrans à l’outil du féminin (Zylbergerg-Hocquart 2002) qu’est l’aiguille est réel : ils facilitent l’approvisionnement en ressources, matérielles, informationnelles et sociales, et participent à l’enrichissement de ces techniques et de leurs technologies, c’est-à-dire des conventions sur les savoirs et les relations qui les encadrent. Notre enquête montre des femmes qui entrelacent techniques textiles et outils numériques avec un potentiel émancipateur dans la construction d’un rapport à soi : au travers de leurs pratiques, nos enquêtées font évoluer leur rapport à leur statut de consommatrice, à leur corps, à l’espace et au temps. Les travaux d’aiguille restent des activités domestiques, essentiellement pratiquées en intérieur ; pour le tricot, une activité « de canapé », interstitielle, qui permet à certaines d’accompagner leurs consommations culturelles et celles de leur conjoint·e (télévision, séries, films, jeux vidéo) ; pour la couture, un loisir qui justifie d’avoir au moins ponctuellement un temps et un espace à soi. Les outils numériques permettent de socialiser les pratiques, mais les activités techniques en elles-mêmes restent le plus souvent solitaires. La valorisation de l’investissement du temps libre dans une activité productive « utile », la finalité de don d’une partie des productions et jusqu’au souci de développer un goût vestimentaire, d’avoir « la garde-robe idéale » composée de vêtements parfaitement ajustés au corps, renvoie toujours à des comportements fortement genrés. Nous soulignons ici l’ambiguïté qui est révélée dans l’enquête par un rapport souvent complexé à la qualification féminine de la pratique. Si les outils numériques ouvrent une fenêtre sur les réalisations de ces femmes, celle-ci donne le plus souvent sur la sphère domestique d’autres femmes. L’entre-soi féminin, créé incidemment par une logique affinitaire autour de goûts et de pratiques partagées, constitue sans aucun doute un abri. Dans ce cadre semi-public, la possibilité pour les femmes d’être actrices du changement technique est très certainement facilitée. Car beaucoup d’autres lieux, y compris numériques, ne sont pas particulièrement accueillants pour les femmes, ainsi que l’indiquent déjà les travaux mentionnés par Delphine Gardey dans une revue de littérature publiée en 2003 et comme le confirment des travaux plus récents sur YouTube (Wotanis & McMillan 2014).

35Il apparaît ainsi que les outils numériques et leurs usages participent à l’évolution des relations entre genre et technique qui se jouent dans les pratiques de travaux d’aiguille, plus particulièrement ici du tricot. Nous l’avons déjà souligné en introduction, les profils sociaux de nos enquêtées les rendent particulièrement équipées pour négocier avec ces codes et valoriser leurs usages de ces techniques. L’utilisation de vidéos, les publications sur des réseaux sociaux, la recherche de tutoriels sont cependant répandues et les effets de la diffusion de cette culture technique et d’un entre-soi féminin auprès d’une population plus large et plus diversifiée socialement restent encore à interroger. De même, il serait opportun de prolonger ce travail en poursuivant cette analyse auprès d’une population plus marginale, néanmoins remarquable en ce qu’elle renouvelle les rapports entre technique et genre. Notre enquête a en effet permis d’identifier des pratiques de tricot plus politisées et médiatisées, notamment par les réseaux socionumériques, autour de communautés et clubs de tricot auto-désignés comme « queer » au sein desquels la question féministe est moins éludée, ce qui laisse entrevoir des appropriations encore nouvelles de ces espaces qui sont à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Auray, N. 2016 L’Alerte ou l’enquête. Une sociologie pragmatique du numérique. Paris : Presses des Mines/ParisTech.

Bergström, M. & D. Pasquier 2019 « Genre & Internet. Sous les imaginaires, les usages ordinaires : Introduction », RESET 8. doi: doi.org/10.4000/reset.1329.

Biederman, M. 2009 « A bulge in misses 8 ? Digital scanners resize America » in M. Lampland & S. L. Star dir. Standards and their Stories. How Quantifying, Classifying, and Formalizing Practices Shape Everyday Life. New-York : Cornell University Press : 58-63.

Carof, S. 2021 « Poids » in J. Rennes dir. Encyclopédie critique du genre. Paris : La Découverte : 557-566.

Cochoy, F. 2011 De la curiosité. L’art de la séduction marchande. Paris : Armand Colin.

Cockburn, C. & S. Ormrod 1993 Gender and Technology in the Making. London : Sage publications.

Dagiral, É. 2006 « Genre et technologie. (Note critique) », Terrains & travaux 10 (1) : 194-206. doi: doi.org/10.3917/tt.010.0194.

Dubuisson-Quellier, S. & M. Plessz 2013 « La théorie des pratiques. Quels apports pour l’étude sociologique de la consommation ? », Sociologie 4 (4) : 451-469.

Dubuisson-Quellier, S. 2018 La consommation engagée. Paris : Presses de Sciences Po.

Enquête Pratiques Culturelles des Français 2008, Ministère de la Culture. [En ligne] : culture.gouv.fr/Thematiques/Etudes-et-statistiques/L-enquete-pratiques-culturelles/L-enquete-2008.

Flichy, P. 2010. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique. Paris. Seuil. doi: doi.org/10.4000/sdt.5731.

Gardey, D. 2003 « De la domination à l’action. Quel genre d’usage des technologies de l’information ? », Réseaux 120 (4) : 87‑117.

Gay du, P. 2004 « Self-service. Retail, shopping and personhood », Consumption Markets & Culture 7 (2) : 149-163. doi: doi.org/10.1080/1025386042000246205.

Gilliotte, Q. 2019 L’expérience des biens culturels en régime numérique. Thèse de sociologie soutenue à l’université Paris Saclay.

Guittet, E. 2020a « Entre aide au choix et extension du plaisir littéraire. Des usages rares et différenciés de la recommandation en ligne » Terminal 128. doi: doi.org/10.4000/terminal.6453.

Guittet, E. 2020b « “Moi, il me faut du papier”. Analyse d’une difficile et inégale conversion des lecteurs de romans au numérique », Biens Symboliques / Symbolic Goods 7. doi: doi.org/10.4000/bssg.485.

Haraway, D. 2006 [1985] « Manifeste Cyborg : Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du xxe siècle », Mouvements 45-46 (3-4) : 15-21. doi: doi.org/10.3917/mouv.045.21.

Harding, S. G. 1986 The science Question in Feminism. New-York : Cornell University Press.

Hellstrom, M. 2013 Knitting Ourselves Into Being. The Case of Labour and Hip Domesticity on the Social Network Ravelry.com. Master of Ats in Media Studies, University of Wellington, Wellington. [En ligne] : http://researcharchive.vuw.ac.nz/handle/10063/2780.

Hine, C. 2015 Ethnography for the internet. Embedded, embodied and everyday. London : Bloomsbury Academic.

Kuznetsov, S. & E. Paulos 2010 « Rise of the expert amateur. DIY projects, communities, and cultures », Proceedings of the 6th Nordic Conference on Human-Computer Interaction Extending Boundaries - NordiCHI ’10, 295. doi: doi.org/10.1145/1868914.1868950.

Laugier, S., Molinier, P. & P. Paperman dir. 2009 Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité. Paris : Payot.

Le Deuff, O. 2011 « Réseaux de loisirs créatifs et nouveaux modes d’apprentissage », Distances et savoirs 8 (4) : 601-621.

Mauger, G. & C. Poliak 1998 « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales 123 : 3-24.

Naulin, S. & A. Jourdain 2019 The Social Meaning of Extra Money. Capitalism and the Commodification of Domestic and Leisure Activities. Basel : Palgrave Macmillan.

Potts, J., Cunningham, S., Hartley, J. & P. Ormerod 2008 « Social network markets. A new definition of the creative industries », Journal of Cultural Economics 32 (3) : 167-185.

Radway, J. A. 1991 [1984] Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature (traduction partielle : « Lectures à “l’eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix 51, 2000). Chapel Hill : University of North Carolina Press.

Shove, E., Trentmann, F. & R. R. Wilk dir. 2009 Time, Consumption and Everyday Life. Practice, Materiality and Culture. Oxford : Berg.

Sigaut, F. 2009 « Techniques, technologies, apprentissage et plaisir au travail… » in L. Coupage & L. Douny, Techniques & Culture 52-53 « Technologies » : 40-49.

Strathern, M. 2014 « Le brevet et le malanggan », Tracés #14 : 175-202.

Turkle, S. 1995 Life on the screen : Identity in the age of the Internet. New-York : Simon & Schuster.

Wajcman, J. 2002 « La construction mutuelle des techniques et du genre. L’état des recherches en sociologie » in D. Gardey & D. Chabaud-Rychter dir. L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques. Paris : Éditions des archives contemporaines : 51-70.

Weber, F. 1998 L’honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du xxe siècle. Paris : Belin.

Wenger, E. 2000 « Communities of Practice and Social Learning Systems », Organization 7 (2) : 225-246.

Wotanis, L. & L. McMillan 2014 « Performing gender on YouTube. How Jenna Marbles negotiates a hostile online environment », Feminist Media Studies 14 (6) : 912‑928. doi: doi.org/10.1080/14680777.2014.882373.

Zabban, V. 2015 « Tricoter sur Internet. Le recadrage social et technique d’un loisir ordinaire », Tracés 28 : 25-44. doi: doi.org/10.4000/traces.6156.

Zabban, V. 2019 « Commodifying Leisure and Improving Its Social Value : Knitters’ Conspicuous Production on Ravelry.com » in S. Naulin & A. Jourdain dir. The Social Meaning of Extra Money. Capitalism and the Commodification of Domestic and Leisure Activities. New-York : Palgrave Macmillan : 33-59.

Zylbergerg-Hocquart, M.H. 2002 « L’aiguille, outil du féminin » in D. Chabaud-Rychter & D. Gardey dir. L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques. Paris : Éditions des archives contemporaines : 173-190.

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix d’alterner l’ordre des signatures dans nos différentes publications pour refléter notre pleine collaboration sur cette recherche et les productions qui en sont issues. Cet ordre ne représente en aucun cas une hiérarchie de nos contributions respectives, le travail de recherche, d’analyse et de rédaction ayant été réalisé à parts égales. Cette enquête a été conduite dans le cadre du projet PURL (Pratiques amateurs et usages marchands des réseaux et plateformes socionumériques dans les industries de loisirs), financé par le LabEx ICCA (Industries culturelles et création artistique).

2 À une exception près, les personnes qui ont répondu à notre demande d’entretien étant des femmes, nous faisons le choix de les évoquer au féminin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure .
Légende En-cours : pull (alpaga, mohair et soie) sur aiguilles circulaires, modèle suivi sur tablette
Crédits Vinciane Zabban
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 2.
Légende Photographie du carnet de tricot de Claire
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 3.
Légende Photographie du classeur de Marie-France, qui y consigne différents éléments (notes, échantillons de laine, factures, photographies, etc.)
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 4.
Légende Capture d’écran d’une page projet de Geneviève, sur Ravelry
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 5.
Légende Captures d’écran. Mise en regard des publications du même projet de Claire sur Ravelry (à gauche) et sur Instagram (à droite)
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 6.
Légende Capture d’écran du compte Instagram de Mariko qui indique le consulter comme mémoire de son « parcours », principalement tourné vers des loisirs féminins et d’intérieur et le DIY.
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Figure 7.
Légende Capture d’écran. Interventions de Marie-France dans différents forums d’un groupe Ravelry
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 8.
Légende Capture d’écran. Ravelry, projet réalisé par Geneviève pour une amie
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9.
Légende Échantillons réalisés par Marie-France, variations sur la taille des aiguilles et les couleurs de laine
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 10.
Légende Capture d’écran. Images de la page projet de Mona sur Ravelry, montrant l’un des pulls raccourcis et ajustés réalisés pour sa fille
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 11.
Légende Capture d’écran. Publication de Sara sur son compte Instagram : « Ce que la couture a changé pour moi » (visage flouté par nos soins)
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 12.
Légende Capture d’écran, publication Instagram. Cafés ou apéros tricot rassemblent des pratiquantes, souvent à l’initiative de commerces locaux (visages floutés par nos soins).
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 13.
Légende Capture d’écran d’un post Instagram. Tricoter ou coudre devant l’écran est fréquent : parfois les contenus visionnés sont redondants avec la pratique.
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’autrice
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17015/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Zabban et Emmanuelle Guittet, « L’aiguille et l’écran »Techniques & Culture [En ligne], Suppléments aux numéros, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/17015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17015

Haut de page

Auteurs

Vinciane Zabban

Vinciane Zabban est maîtresse de conférences à l’université Sorbonne Paris Nord (Paris 13), au sein du laboratoire Experice. Elle est sociologue et spécialiste de l’impact du numérique sur l’évolution de mondes de loisirs, tant du point de vue de leur production que de leur consommation. Elle a notamment coordonné récemment un numéro de la revue Réseaux sur les mondes de production du jeu vidéo.

Articles du même auteur

Emmanuelle Guittet

Emmanuelle Guittet est chercheuse postdoctorale au LabEx ICCA, en partenariat avec le DEPS du ministère de la Culture. Ses travaux s’inscrivent dans une sociologie de la culture, du numérique et des loisirs et portent particulièrement sur les pratiques de loisirs et le travail menés sur les plateformes et réseaux socionumériques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search