Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments aux numéros2022Suppléments au n°77Le genre comme style technique

2022
Suppléments au n°77

Le genre comme style technique

Une approche morphologique de la division sexuante du travail
Klaus Hamberger et Francesca Fanciulli

Résumés

Dans la lignée des analyses d’André Leroi-Gourhan et d’Alain Testart, cet article propose de concevoir la différenciation des genres en termes morphologiques, à savoir comme une polarisation des techniques du corps selon leur forme spatiale. Les corps se masculinisent ou se féminisent dans la mesure où ils tendent à adopter dans leurs interactions avec d’autres corps et objets des gestes plutôt pénétratifs (comme « contenus ») ou plutôt englobants (comme « contenants »). Dans cette optique, le genre ne constitue pas tant le fondement que le produit de la « division sexuée du travail », qu’il faudrait donc plus proprement appeler une « division sexuante ». Cette polarisation des gestes engage le corps dans son ensemble, comprenant les gestes focaux aussi bien que les postures et les espaces.
En situant le genre non pas dans un domaine supposément préalable à la division entre techniques masculines et féminines (les fonctions procréatives, les rapports de domination, les associations symboliques) mais dans la forme même de ces techniques, l’approche morphologique permet de revisiter sous un nouveau jour une série de faits bien connus mais disparates, tout en rendant compte de la variabilité du degré et de la forme que la polarisation des genres peut adopter à des époques et à des endroits différents. Elle pourrait également permettre de relier cette variabilité aux transformations de l’infrastructure techno-économique, qui conditionne autant l’(in)différenciation des gestes que la (non-)ségrégation des lieux où ils sont accomplis.
L’article cherche à montrer la pertinence de cette approche en s’appuyant sur un corpus de données ouest-africaines tirées d’ethnographies publiées et de recherches de terrain menées au Togo (pays watchi) et en Côte d’Ivoire (pays baoulé et sénoufo).

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions les coordinatrices et coordinateurs du dossier Pascale Bonnemère, Chloé Clovis Maillet et Franck Cochoy, les participantes et participants aux journées d’étude des 11-12 février 2021 ainsi que Léa Filiu, Alain Garrigou, Emma Gobin, Michael Houseman, Jean-Luc Jamard, Katerina Kerestetzi, Adeline Masson, Géraldine Rix-Lièvre, Charles Stépanoff et les lectrices et lecteurs anonymes de la revue Techniques&Culture pour leurs précieux commentaires sur des versions antérieures de ce texte.

Le geste fait le genre

  • 1 La catégorisation des objets comme « masculins » ou « féminins » selon leur propre genre, c’est-à-d (...)

Depuis plusieurs décennies, l’idée s’est progressivement imposée que le genre relève moins de ce que l’on est que de ce que l’on fait. Souvent associée à des approches qui conçoivent le genre comme le produit d’interactions performatives (Goffman 1977, West & Zimmerman 1987, Butler 1990), cette conception est également au cœur d’une tradition qui le voit émaner de la division du travail, envisageant corps et outils sexués dans leur dimension techno-économique plutôt que sémiotique (Hartmann 1976, Guillaumin 1978, Tabet 1979). Or, s’il n’y a pas de raison de privilégier l’une ou l’autre catégorie de « faire » (« performance » ou « travail ») comme point de départ pour conceptualiser le genre, une approche qui s’intéresse à la forme technique des interactions avant d’interroger leur signification a l’avantage de permettre une analyse morphologique du genre qui peut se passer de la référence aux « codes » symboliques autant qu’aux « faits » biologiques. Dans cette perspective, il ne s’agit ni d’expliquer la division des techniques par les différences « naturelles » des corps, ni de la comprendre comme une construction « culturelle » étrangère aux corps, mais d’envisager les corps eux-mêmes, dans la tradition de Mauss (1936), comme porteurs de techniques socialement transmises. Le principe formulé par des anthropologues comme Strathern (1988) ou Hugh-Jones (1995) à propos du genre des objets, telles les flûtes sacrées ou les maisons collectives 1, s’applique donc aussi aux corps humains : ce qui les rend masculins, féminins ou autrement sexués n’est pas tant la présence de certains traits physiques que l’usage qui en est fait, autrement dit les pratiques qui les mobilisent, comme elles mobilisent d’autres dispositifs plus détachables du corps (vêtements, instruments, habitations, etc.). Si tous ces dispositifs – organes ou outils – peuvent caractériser le genre, c’est qu’ils renvoient à certaines façons d’agir ou d’être affecté, dont l’ensemble constitue ce que Clastres (1966), dans un texte pionnier, a appelé un « style d’existence ».

  • 2 Il est clair que dans cette perspective la distinction entre « sexe » et « genre » perd sa pertinen (...)

1Les pratiques susceptibles de se diviser ainsi en différents « styles » ou « genres » ne se limitent pas au domaine de la procréation ou de la sexualité. Elles concernent l’ensemble des interactions avec le monde, qu’elles aient lieu avec des humains, avec d’autres êtres vivants ou avec la « matière ». Comme Clastres l’a illustré avec l’exemple des Guayaki, pour être homme ou femme, savoir manier respectivement un arc ou un panier est aussi sinon plus important que de savoir utiliser un pénis ou un vagin, ce qui, dans un cas comme dans l’autre, ne découle pas automatiquement du fait d’avoir les outils ou organes respectifs. La question de déterminer si le critère du genre réside ici plutôt dans le domaine de la procréation ou dans celui de l’acquisition de nourriture serait mal posée : il résulte précisément de la coordination mutuelle de gestes relevant de domaines différents. C’est lorsque les personnes utilisant un vagin renoncent à utiliser un arc (ou inversement) et que les personnes utilisant un pénis renoncent à utiliser un panier (ou inversement) qu’émergent ces « styles » distincts que l’on appelle « féminin » ou « masculin ». Styles qui resteraient repérables si ni vagins ni pénis n’existaient ou si personne ne s’en servait. Si chaque genre a « une manière de faire qui lui est propre » (Testart 1986 : 66), c’est que le genre n’est autre chose que cette « manière de faire » 2.

  • 3 Si nous nous limitons dans cet article au domaine du « travail » au sens restreint, l’approche prop (...)
  • 4 Idée déjà proposée par Heidi Hartmann : « Une interprétation matérialiste de la réalité (…) suggère (...)

2Pour comprendre la différenciation de ces « manières de faire », il n’est pas nécessaire d’en repérer une dont toutes les autres pourraient être dérivées par un raisonnement instrumental ou analogique – telle la garde des enfants (Brown 1970), la grossesse (Héritier 1996) ou la menstruation (Testart 1986). Toutes ces « données » résultent déjà de la différenciation que l’on cherche à comprendre, et on ne peut la comprendre que si l’on avance sans butoir analytique. Comme Testart l’a formulé à juste titre, la théorie de la division sexuée du travail ne saura progresser « tant que l’on considère comme acquis que la femme s’occupe des enfants » (1986 : 6). En généralisant ce principe méthodologique, nous allons également renoncer à considérer comme acquis qu’elle les mette au monde, qu’elle ait ses règles ou qu’elle fasse quoi que ce soit de « féminin », bref qu’elle existe en tant que « femme » avant qu’elle ne se spécialise dans certaines manières de faire et de se servir de certains instruments (tel un panier ou un vagin). Ceci ne veut pas dire que la division du travail serait la cause de la différenciation des genres mais que la différenciation des genres constitue elle-même une forme fondamentale de division du travail, au sens le plus large du terme 3. Division qu’il convient d’appeler « sexuante » plutôt que « sexuée », dans la mesure où le genre n’en constitue pas le critère mais le résultat 4. Dans cette perspective, ce n’est pas parce qu’elle est accomplie par des hommes ou par des femmes qu’une technique est masculine ou féminine – à l’inverse, c’est l’accomplissement de techniques masculines ou féminines qui façonne des « hommes » et des « femmes ».

3Qu’est-ce qui fait alors qu’une technique est masculine ou féminine ? Qu’est-ce que l’utilisation d’un arc a en commun avec celle d’un pénis ou l’utilisation d’un panier avec celle d’un vagin ? Ou plutôt, étant donné la grande variabilité des techniques que différentes sociétés rattachent à l’un ou à l’autre pôle, qu’est-ce que la différence entre le tir à l’arc et le port d’un panier a en commun avec la différence entre l’utilisation d’un pénis et celle d’un vagin ?

4Dans la continuité des travaux qui ont analysé le genre comme forme d’action (Strathern 1988) et comme orientation spatiale (Hugh-Jones 1995), nous essaierons de montrer que la division sexuante des gestes procède selon leur forme spatiale (Hamberger 2019, 2020, 2021, Fanciulli 2019). Plus précisément, elle réside dans le degré auquel ils agissent respectivement comme une forme de devenir-contenant, en recevant ou en émettant un contenu, ou de devenir-contenu, en pénétrant dans un contenant ou en s’en extrayant. Pour faciliter la terminologie, nous allons caractériser un geste comme « englobant » ou « pénétratif » selon qu’il s’approche de l’une ou de l’autre forme. La polarisation des genres consiste alors dans l’émergence de deux complexes de techniques plus ou moins cohésifs et mutuellement plus ou moins séparés, dont l’un, le pôle « féminin », est dominé par des gestes englobants, l’autre, le pôle « masculin », par des gestes pénétratifs.

  • 5 Comme nous allons le discuter plus loin, ces deux critères n’en constituent en fait qu’un seul, env (...)

5Une fois ancré dans la forme spatiale du geste, le concept de genre perd son caractère dichotomique. La transition entre mode « englobant » et mode « pénétratif » est graduelle et continue. De surcroît, la plupart des gestes combinent les deux modes dans différents aspects ou phases du mouvement, notamment si on les envisage au sens large, en tant que modifications du corps dans son ensemble. Rien n’interdit a priori qu’un seul et même corps accomplisse des gestes de toutes sortes. Soulignons à nouveau que, si les corps se spécialisent dans des gestes plutôt pénétratifs ou plutôt englobants, ce n’est pas en raison de leur genre masculin ou féminin. Au contraire, c’est cette spécialisation qui en fait des corps masculins ou féminins. Les genres ne constituent donc pas des classes disjointes mais des complexes réticulaires de gestes qui émergent d’un continuum multidimensionnel et s’enchevêtrent dans des régions intermédiaires plus ou moins étendues. Selon les conditions qui permettent ou empêchent certains gestes d’être accomplis par les mêmes corps et dans les mêmes espaces que d’autres gestes, leur polarisation varie d’une société et d’une époque à l’autre. Sans jamais atteindre le degré extrême d’une ségrégation totale, elle est d’autant plus forte que les formes englobantes et pénétratives sont morphologiquement distinctes et spatialement séparées 5. Autrement dit, elle augmente dans la mesure où des aspects englobants et pénétratifs cessent de se combiner dans un même geste, que des gestes englobants et pénétratifs cessent de se succéder dans un même corps, que des corps englobants et pénétratifs cessent de se côtoyer dans un même espace.

6Les dynamiques qui conduisent à cette polarisation sont complexes et multiples. Elles opèrent aussi bien par voie d’interaction (des regards approbateurs ou moqueurs aux mouvements serviables ou agressifs) que par voie d’incorporation (de l’adaptation sensori-motrice au développement musculaire). Les contextes qui contraignent ou favorisent le choix de pratiquer une activité plutôt qu’une autre ou de la pratiquer d’une façon plutôt que d’une autre en fonction de l’ensemble des autres activités simultanément pratiquées, mémorisées ou envisagées, impliquent une multiplicité de facteurs où l’encouragement et la dissuasion se distinguent difficilement de l’aisance et de l’inconfort. Comme toute « manière de faire », le genre s’apprend par la pratique, et cette pratique, qu’elle soit quotidienne (à l’instar du « travail » au sens restreint) ou exceptionnelle (à l’instar d’expériences initiatiques), se forme et se transforme avec les dispositifs avec lesquels elle (inter)agit, de l’entourage social au capital corporel, en passant par l’équipement instrumental. Ainsi, le fait qu’en Afrique de l’Ouest les femmes adoptent des postures plus profondément pliées que les hommes peut être dû au fait que leurs tâches (désherber plutôt que butter) exigent des gestes plus proches du sol, que leur outil (la petite houe) a un manche plus court, que leur vêtement (le pagne) empêche l’écartement des jambes nécessaire à équilibrer une posture plus élancée, ou que leur posture de repos habituelle (assise par terre, jambes étendues) façonne un profil musculaire favorable à un ployage plus profond (Kawada et al. 1992). Tous ces facteurs – posture de travail et de repos, vêtement et outil, geste et lieu – se stabilisent et se renforcent mutuellement pour faire émerger un habitus sexué.

7Comme l’ont montré Elson et Pearson (1981) avec l’emploi des jeunes femmes dans l’assemblage électronique, sa justification récurrente par leur meilleure motricité manuelle n’est pas seulement un stéréotype destiné à cacher des motifs économiques (comme leur moindre prix). Elles sont effectivement plus à l’aise que les hommes, non pas du fait que leurs doigts seraient par nature plus agiles, mais parce que la pratique de la couture domestique les a dès l’enfance entraînées aux techniques du corps que l’employeur peut désormais exploiter sans frais ni délai de formation. Cet exemple illustre non seulement le mécanisme de l’essentialisation idéologique du genre, mais aussi celui de sa reproduction pratique. Le même argument s’applique aux sociétés de chasseurs-cueilleurs, comme noté par Testart (1986 : 68) : si le geste pénétratif du chasseur se reproduit dans des secteurs extérieurs à la chasse, ce n’est pas seulement par l’« analogie » des gestes (l’image de l’un évoque celle de l’autre), mais aussi par leur « cohérence technique » (l’incorporation de l’un facilite l’apprentissage de l’autre). Dans tous ces exemples, l’émergence de schémas spatio-corporels généralisés, qui est au cœur de la polarisation des genres, repose sur l’imbrication des différentes échelles – gestuelle, posturale, spatiale – où ils sont mobilisés.

  • 6 Nous ne discuterons pas ici la question de savoir dans quelle mesure elle s’applique à d’autres esp (...)
  • 7 Les sources utilisées, datant largement du xxe siècle, portent sur une aire dont les limites sont a (...)

8Dans ce qui suit, nous allons étudier les principes de cette polarisation à chacune de ces trois échelles. S’inscrivant dans la perspective des travaux de Leroi-Gourhan (1964) et de Testart (1986 & 2014), l’approche que nous proposons vise à s’appliquer à l’ensemble des sociétés humaines 6. Pour l’illustrer, nous nous appuierons en particulier sur un corpus de données ouest-africaines, tirées d’un dépouillement de la littérature ethnographique 7 et des enquêtes de terrain que nous avons menées au Togo (pays watchi) et en Côte d’Ivoire (pays baoulé et sénoufo).

  • 8 Le tableau montre le codage des sociétés ouest-africaines sédentaires de l’échantillon de Murdock e (...)

9Les sources publiées permettent un repérage relativement exhaustif des techniques sexuées à l’échelle des métiers, à l’instar des données codées par Murdock et Provost (1973 : 216 et suivantes), dont nous reproduisons un extrait ouest-africain dans le tableau 1 8.

[Tableau 1]. Extrait des données de Murdock & Provost (1973)

[Tableau 1]. Extrait des données de Murdock & Provost (1973)

M : exclusivement masculin [bleu foncé]
N : majoritairement masculin [bleu clair]
E : participation égale [violet]
G : majoritairement féminin [rose]
F : exclusivement féminin [rouge foncé]
A : absent [gris foncé]
P : pas de données sur division sexuée [gris]
O : pas de données [blanc]

Mis en forme par K. Hamberger & F. Fanciulli

10Suivant une démarche analogue, nous avons dressé un tableau des tâches sexuées pour notre corpus (Tableau 2). Bien que les sources ne précisent généralement pas les gestes mobilisés pour les différentes tâches dans chaque société étudiée, la littérature spécialisée sur la technologie ouest-africaine permet d’extrapoler, sinon les gestes exacts, du moins leurs caractéristiques générales. La documentation est plus ténue pour les postures. Les rares études sur les postures ouest-africaines (Bril 1984, Kawada 1990, Kawada et al. 1992, Garnero 1993) se concentrent généralement sur un nombre restreint de techniques. Nos analyses s’appuient donc largement sur le corpus des postures observées sur nos terrains (Tableau 3), complété par des photographies tirées de sources publiées (pour la poterie notamment).

Gestes englobants et pénétratifs

  • 9 Ceci vaut au sens actif comme au sens passif. Ainsi, une posture courbée peut être motivée par la n (...)

Dans la lignée de Leroi-Gourhan et de Testart, nous appuyons notre analyse des gestes sexués sur celle des « percussions » au sens de Leroi-Gourhan (1943), c’est-à-dire des gestes qui impliquent un contact direct de l’outil avec l’objet de l’action, l’un étant en mouvement relatif par rapport à l’autre. Les percussions sont certes loin d’épuiser l’ensemble des gestes par lesquels un corps peut interagir avec un autre. Même les percussions simples impliquent généralement d’autres interactions (notamment visuelles), dont la prise en compte est souvent cruciale pour comprendre les postures associées 9. Néanmoins, l’analyse des percussions peut nous servir de point de départ, dans la mesure où elles se prêtent particulièrement bien à une analyse spatiale.

Figure 1. Percussions

Figure 1. Percussions

voir Leroi-Gourhan 1943 : 58-59 / K. Hamberger & F. Fanciulli

Les trinômes correspondent aux trois critères pour différencier les colonnes du tableau 3 (entre parenthèses les lettres des colonnes correspondantes) :

  • surface du contact outil-objet (+ diffuse ou linéaire-transversale, - linéaire-longitudinale ou punctiforme)

  • proximité outil-objet avant le contact (+ posée, - lancée)

  • proximité outil-objet pendant le contact (+ oblique, - perpendiculaire)

Les couleurs des éléments correspondant respectivement à la surface de contact, à l’objet et à l’outil renvoient aux mêmes critères (+ rouge, - bleu).

  • 10 Cette classification caractérise les percussions selon la surface du contact entre outil et objet ( (...)

11Les anthropologues ont depuis longtemps remarqué que la morphologie des percussions est décisive pour la sexuation des tâches et des métiers qui les mobilisent. Ainsi, Murdock et Provost (1973 : 211 et suivante, voir aussi Testart 1986 : 91 et suiv.) ont noté que les techniques masculines mobilisent une plus grande intensité de force physique pendant des durées plus courtes, tandis que les techniques féminines sont plutôt des activités monotones exigeant moins de force instantanée. De même, les activités masculines s’exercent de préférence sur des matériaux durs (fer, bois, pierre), les féminines sur des matériaux souples (argile, tissu). Partant d’une analyse plus fine à l’aide de la classification de Leroi-Gourhan (1943) (Fig. 1) 10, Testart (1986 : 67 et suiv., 2014 : 49, 86) a montré que les gestes masculins tendent à mobiliser des percussions punctiformes et lancées, les gestes féminins des percussions diffuses et posées. Les sources ouest-africaines de notre corpus (Tableau 2) confirment ce constat général.

[Tableau 2]. Tâches et gestes sexués en Afrique de l’Ouest

[Tableau 2]. Tâches et gestes sexués en Afrique de l’Ouest

La dernière colonne indique le caractère féminin (F), masculin (M), mixte (X) ou divisé entre parties féminines et masculines (D) que revêt l’activité dans les sociétés de notre corpus (plusieurs indications s’il est variable, cas spécifiques ou exceptionnels entre crochets).
Voir, en annexe, la liste détaillée des tâches de ce tableau 2.

K. Hamberger & F. Fanciulli

Figure 2. Gestes pénétratifs et englobants

Figure 2. Gestes pénétratifs et englobants

À gauche, tir au fusil, conduite de moto (watchi, 2010). À droite, portage, habillement, garde d’enfants (watchi, 2018)

K. Hamberger

  • 11 Fait déjà remarqué par Durkheim (1893 : 65), plus récemment théorisé par Touraille (2008).

12Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ces observations : la tâche féminine de garder les enfants (plus compatible avec des gestes monotones) (Brown 1970), le monopole masculin sur les armes (produits de matériaux durs par et pour des percussions punctiformes et lancées) (Tabet 1979), la plus grande force physique des hommes (Murdock & Provost 1973 : 211) ou encore l’interdiction culturelle pour les femmes d’accomplir des percussions pénétratives, dont l’objet rappellerait, par le biais du sang écoulé, le corps féminin (Testart 1986, 2014). Toutes ont en commun de présupposer la polarité des genres qu’il s’agit justement d’expliquer. Que les femmes gardent les enfants et les hommes manient les armes fait partie de la division du travail et ne peut lui servir de fondement. Que les hommes (dans certaines sociétés) soient plus forts que les femmes est un résultat de la division du travail autant qu’une cause 11. Et le postulat que seuls les gestes masculins peuvent agir sur un objet « féminin » ne fait que déplacer la question, de la masculinité du geste vers la féminité de l’objet.

13L’explication que nous proposons pour rendre compte des corrélations constatées consiste à situer le genre non pas dans un domaine supposément préalable à la division des gestes (les fonctions procréatives, les rapports de domination, les associations symboliques) mais dans la forme des gestes eux-mêmes, à savoir dans leur caractère relativement pénétratif ou englobant (Fig. 2). En effet, si l’outil pénètre dans l’objet, la surface de contact est plutôt petite, ce qui caractérise les percussions punctiformes et linéaires-longitudinales ; s’il englobe l’objet, la surface de leur contact est plutôt grande, ce qui caractérise les percussions diffuses ou linéaires-transversales. Dans la même perspective, la pénétration est plus profonde si le mouvement de l’outil est perpendiculaire à la surface et l’englobement est plus total si le mouvement est parallèle (ou oblique) à la surface. La probabilité que l’outil pénètre dans l’objet est aussi accrue si le mouvement est lancé et brusque, tandis que l’englobement est plus facile s’il est posé et continu. Plus généralement, le caractère pénétratif augmente lorsque l’objet est distant et le caractère englobant augmente lorsqu’il est proche – autre trait notoire de la division des techniques masculines et féminines (Tabet 1979). La même logique permet de rendre compte de l’usage préférentiel que les techniques masculines et féminines font respectivement des matériaux durs ou mous. L’impact pénétratif est plus fort pour un outil dur (tel une flèche), le degré d’englobement plus total pour un outil mou (tel un sac). De même, l’impact déformateur d’un geste pénétratif est plus grand pour un objet dur (qu’il fait éclater en morceaux à frontières nettes), tandis que celui d’un geste englobant est plus grand pour un objet mou (qu’il écrase en brouillant ses limites) (voir Testart 1986 : 65-67, 2014 : 90-91).

14La balle de fusil d’un chasseur, la hache d’un bûcheron et le couteau d’un boucher ou d’un chirurgien agissent comme un contenu qui pénètre dans un contenant. Le panier d’une cueilleuse, la marmite d’une cuisinière et les mains d’une potière ou d’une sage-femme agissent comme un contenant qui englobe un contenu. C’est cette caractéristique morphologique qui rend les premiers gestes « masculins » et les seconds « féminins ». Si les premiers sont majoritairement effectués par des « hommes » et les seconds par les « femmes », cela résulte d’une polarisation qui tend à spécialiser les corps dans des gestes dont la morphologie se ressemble, que ceux-ci incluent ou non les gestes procréatifs.

15En l’occurrence, la forte polarisation des gestes cités correspond à leur morphologie très accentuée. En revanche, un geste comme le sarclage à la houe, qui oscille entre percussions tranchante et diffuse, perpendiculaire et oblique, lancée et posée, est morphologiquement ambigu et peut donc facilement être accompli par des « hommes » ou par des « femmes ». Autrement dit, il peut s’inscrire simultanément ou alternativement dans deux complexes de gestes différents, quitte à être à son tour internement polarisé entre des variantes qui creusent le sol (binage, buttage) et des variantes qui le grattent (désherbage) (Fig. 3).

Figure 3. Usages de la houe

Figure 3. Usages de la houe

À gauche, houe perpendiculaire, lancée (watchi, 2005). À droite, houe oblique, posée (sénoufo, 2018)

K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)

  • 12 À cela s’ajoute le contraste de l’orientation spatiale (vers le bas et non vers le haut, voir infra(...)
  • 13 Dans d’autres régions, comme chez les Baoulé, le maniement (lancé et perpendiculaire) du bâton à fo (...)

16Par contraste avec la charrue, exclusivement masculine (Haudricourt & Delamarre 1955 : 454), la houe apparaît comme un instrument moins pénétratif qui peut devenir exclusivement féminin lorsque le travail masculin se concentre dans les domaines de la chasse ou de la guerre. Une analyse similaire s’applique au bâton à fouir, souvent emblématiquement féminin (Testart 1986 : 58). La féminité de cet outil pénétratif de cueillette et d’horticulture s’explique avant tout par contraste avec les outils pénétratifs de la chasse masculine : systématiquement associé à des outils englobants (paniers, filets, sacs de peau ou bols en bois) (Hamilton 1980 : 6-7; Testart 1986 : 65), il procède en général par percussion posée plutôt que lancée (Testart 1986 : 67), et oblique plutôt que perpendiculaire (Veyrié 2013 : 28) 12. Lorsque les femmes le manient de façon lancée et perpendiculaire, comme dans certaines régions de l’Afrique de l’Ouest, il contraste avec le geste encore plus pénétratif de la grande houe masculine (Bohannan & Bohannan 1968 : 49) 13.

17En général, plus un geste combine des aspects pénétratifs et englobants, comme la couture (qui perce le tissu mais de façon peu profonde et parallèle à la surface) ou le pilage (qui écrase la matière entre le pilon et le mortier mais au moyen d’une pénétration rythmique du premier dans le second), plus son caractère sexué tend à être variable (d’une société à l’autre) ou mixte (au sein d’une société). Pour prendre un exemple radical, les techniques du textile (tressage, tissage, vannerie, etc.), basées sur le principe du nœud, c’est-à-dire d’un geste simultanément pénétratif et englobant, sont parmi les pratiques manuelles morphologiquement les moins marquées. Elles sont donc les plus susceptibles d’être assignées tantôt aux hommes, tantôt aux femmes, et ce, même à des époques différentes au sein d’une même société – l’histoire de l’Occident moderne en fournit plusieurs exemples (voir McDowell & Massey 1984 : 194).

18Toutefois la zone mixte ne se restreint pas aux gestes neutres mais peut s’étendre à un éventail plus large de gestes, souvent corrélativement à une dépolarisation concomitante des postures et des espaces. Ainsi, le fait que les femmes baoulé sarclent (voire se défendent) avec une machette comme les hommes fait écho à l’indifférenciation des positions sexuelles (Étienne 1972 : 72) et des mobilités migratoires (Étienne 1983) constatée dans la même société. Comme l’illustre cet exemple, l’accomplissement de gestes pénétratifs par des femmes ou de gestes englobants par des hommes ne contredit pas le principe selon lequel un geste, un corps ou un espace se féminise ou se masculinise dans la mesure où il accumule les formes englobantes ou pénétratives. Ce principe n’est mis en cause que si la polarité s’inverse, autrement dit si les femmes accomplissent des gestes plus pénétratifs et extravertis que les hommes ou les hommes des gestes plus englobants et introvertis que les femmes. Des exemples seront discutés plus loin.

  • 14 Nous avons regroupé les percussions linéaires avec les percussions punctiformes ou diffuses selon q (...)
  • 15 Notons la dimension iconique de nos tableaux, ni le code spatial (gauche-droite) ni le code chromat (...)

19Le tableau 3 présente le spectre des gestes et postures courants sur nos terrains togolais et ivoiriens. Le continuum des percussions y est (imparfaitement) représenté par huit grands types morphologiques, chacun caractérisé par une autre combinaison des trois critères illustrés par la figure 1 (diffus vs punctiforme 14, posé vs lancé, oblique vs perpendiculaire), ordonnés en huit colonnes de gauche à droite du plus englobant (diffus-posé-oblique) au plus pénétratif (punctiforme-lancé-perpendiculaire). Les lignes renvoient aux postures associées dont il sera question dans la section suivante. Les couleurs indiquent le genre auquel le geste est généralement attribué (bleu masculin, rouge féminin, violet mixte 15). Comme on le voit, la distribution des genres s’oriente largement sur le même axe que la distribution des gestes : plus un geste est proche du pôle englobant (à gauche), plus il tend à s’intégrer dans le complexe féminin (en rouge), plus il est proche du pôle pénétratif (à droite), plus il tend à s’inscrire dans le complexe masculin (en bleu), et plus il est morphologiquement indifférencié ou complexe (au milieu), plus il tend à s’inscrire dans les deux complexes (en violet).

[Tableau 3]. Gestes (colonnes a-h, voir Fig. 1) et postures (lignes 1-18, voir Fig. 4) en Afrique de l’Ouest (pays watchi, baoulé et sénoufo)

[Tableau 3]. Gestes (colonnes a-h, voir Fig. 1) et postures (lignes 1-18, voir Fig. 4) en Afrique de l’Ouest (pays watchi, baoulé et sénoufo)

L’asymétrie latérale est indiquée par des italiques.
Voir, en annexe, la liste détaillée des gestes et postures de ce tableau 3.

K. Hamberger & F. Fanciulli

20Toutefois, le tableau montre aussi que ce principe, restreint à l’échelle des gestes focaux, ne s’applique pas sans exception : on trouve des taches « rouges » à « droite », comme le morcellement du manioc à l’aide du couteau lancé, effectué par les femmes, ou des taches « bleues » à « gauche », comme la maçonnerie, sorte de poterie de grande taille, effectuée par les hommes. En effet, la morphologie du geste ne se réduit pas à la seule forme du contact entre l’outil et l’objet.

Postures introverties et extraverties

Comme l’ont montré les études biomécaniques (Hess 1943, Massion 1992, Bouisset & Do 2008), tout geste implique deux systèmes : le mouvement focal qui agit directement sur l’objet, et la posture qu’adopte le corps pour stabiliser et contrebalancer ce mouvement. Si ces deux systèmes trouvent leurs modèles respectifs dans les mouvements des mains et les ajustements anticipatoires du reste du corps, leur polarité se retrouve à chaque échelle, que ce soit entre les épaules et les hanches ou entre la main droite et la main gauche. Comme l’a suggéré Guiard (1987) à l’égard de ce dernier exemple, il s’agit au fond d’une polarité entre opérations situées à deux niveaux spatio-temporels différents, que le geste mobilise successivement en passant du niveau macro au niveau micro. Le mouvement postural définit le « cadre » dans lequel le mouvement focal insère le « contenu », qui peut à son tour fournir le « cadre » pour un mouvement encore plus fin et ciblé. Nous pouvons en tirer deux conséquences. Premièrement, la morphologie des postures ne se distingue de la morphologie des mouvements focaux (comme les percussions) que par l’échelle. Deuxièmement, la division entre un mouvement postural englobant, agissant sur l’équilibre interne du corps, et un mouvement focal englobé, agissant sur un objet externe, représente une polarisation du même type que celle que nous avons identifiée comme base de la sexuation des gestes. Les parties du corps ainsi polarisées, bas et haut, gauche et droite, sont en effet souvent considérées comme sexuées (Hertz 1909).

21Transposée à l’échelle de l’ensemble du corps, la polarisation entre gestes pénétratifs et gestes englobants se présente d’abord comme une polarisation entre postures extra- et introverties. Pour préciser ces notions, nous allons, en nous inspirant des méthodes de Blandine Bril (1984), évaluer l’extraversion par l’ouverture des angles des hanches et des épaules, correspondant au positionnement des jambes et des bras par rapport à l’axe vertébral, ainsi que par la réduction de la surface d’appui au sol, minimale en position débout, maximale en position allongée (Fig. 4). Ainsi, plus un corps adopte une posture redressée, ouverte et détachée du sol, plus il se montre extraverti, prêt à pénétrer dans l’espace de l’autre ; réciproquement, plus il prend une posture inclinée, fermée et attachée au sol, plus il manifeste une orientation introvertie, créant en son sein un espace dans lequel il peut en englober un autre.

Figure 4. Postures

Figure 4. Postures

K. Hamberger et F. Fanciulli

Les trinômes correspondent aux trois premiers critères pour différencier les lignes du tableau 3 (entre parenthèses les numéros des lignes correspondantes) :

  • surface d’appui (+ grande, - petite)

  • angle des hanches (proximité jambes-torse) (+ fermé ; - ouvert)

  • angle des épaules (proximité bras-torse) (+ fermé, - ouvert)

Les couleurs des traits correspondant respectivement aux jambes, au torse et aux bras renvoient aux mêmes critères (+ rouge, 0 violet, - bleu).

22Comme quatrième critère d’extraversion nous ajoutons le degré d’asymétrie latérale, évalué par la disposition antéro-postérieure des deux mains et des deux jambes. Ce critère apparaît en effet étroitement lié à la mobilité du corps. Ceci est particulièrement manifeste pour la marche, mais aussi lorsque les jambes restent immobiles, leur disposition antéro-postérieure implique souvent une mobilité accrue du corps qui, en s’appuyant sur la jambe gauche, libère sa partie droite pour des mouvements plus amples. L’asymétrie des jambes prépare et encadre ainsi l’asymétrie des mains, dont Guiard (1987) a montré qu’elle correspond à la polarisation entre un côté « postural » et un côté « focal ». Il apparaît en effet que l’asymétrie latérale est d’autant plus marquée que le geste est extraverti : maximale pour le jet ou le tir, elle est minimale pour la manipulation d’un objet placé dans le giron ou entre les jambes (Fig. 5).

Figure 5. L’arc et le panier

Figure 5. L’arc et le panier

À gauche, tir à l’arc (grand prix de la FIVTA, 2016). À droite, tri de piments (watchi, 2018)

https://news.abidjan.net/​photos/​403599-index (à gauche), K. Hamberger (à droite)

23Les différentes dimensions des postures pénétratives ou englobantes (appui, ouverture, asymétrie) ne coïncident pas toujours aussi étroitement entre elles que dans ce dernier exemple. L’asymétrie latérale du tireur reste compatible avec une posture semi-agenouillée, caractérisée par un angle de hanches fermé et une surface d’appui élargie (Fig. 2a, à gauche). Réciproquement, le maniement de la grande houe, débout et redressé dans la phase du lancement, n’en implique pas moins un mouvement vertical qui impose la symétrie latérale des jambes (Fig. 3a, à gauche). Comme dans le cas des percussions, la polarisation des postures se décline en plusieurs dimensions.

  • 16 Plus encore que la polarisation des gestes focaux, celle des postures a été interprétée en termes d (...)

24Le caractère sexué de ces polarités semble bien attesté. Il a souvent été remarqué (Beauvoir 1949, Young 1980, Bourdieu 1998) que les postures masculines sont plus redressées et plus ouvertes vers l’extérieur, surtout dans leur partie supérieure, tandis que les postures féminines sont plus courbées et fermées sur elles-mêmes, même si elles peuvent s’ouvrir vers le bas et vers l’intérieur 16. De même, les postures dont la surface d’appui est la plus « punctiforme » (debout sur un seul pied) sont presque exclusivement masculines, tandis que les postures les plus typiquement féminines (assise au sol, jambes étendues) ont une surface d’appui plus « diffuse » (Hewes 1955 : 237 et suivante). Enfin, les postures nettement asymétriques (comme celle de l’archer, debout ou semi-agenouillée) sont rarement féminines (Hewes 1955 : 241 et suivante), le désavantage féminin au lancer étant avant tout une disposition réfractaire à l’asymétrie latérale (Straus 1952 : 552-553, Young 1980).

  • 17 Pour simplifier, nous avons supprimé de ce tableau les combinaisons d’une position non debout avec (...)

25Dans le tableau 3, nous avons représenté le continuum des postures par 18 types, chacun caractérisé par une autre combinaison des trois critères illustrés dans la figure 4 : non debout vs debout, angle des hanches fermé vs ouvert, angle des épaules fermé vs ouvert. Le quatrième critère, jambes symétriques vs asymétriques, fortement déterminé par les trois autres, est indiqué par la police : en romain vs italiques. À l’instar de l’ordre des colonnes, de gauche à droite, correspondant aux gestes focaux, les lignes correspondant aux postures sont ordonnées de haut en bas, du plus introverti (assis-incliné-fermé-symétrique) au plus extraverti (debout-droit-ouvert-asymétrique) 17.

26Le spectre des postures correspond donc au spectre des percussions, transposé à l’échelle de l’ensemble du corps. Comme on peut le voir, les échelles posturale et focale sont effectivement liées. Un corps incliné et refermé sur lui-même, qui ouvre aux mains un espace de travail à l’intérieur des jambes, favorise des percussions posées. Une posture redressée avec les coudes libres facilite des percussions lancées. De même, les percussions linéaires et punctiformes introduisent souvent une asymétrie entre les mains qui se transpose vers les jambes. Les percussions diffuses permettent plus souvent une mobilisation symétrique des mains et une ouverture transversale des jambes (Fig. 6).

Figure 6. Postures extra- et introverties

Figure 6. Postures extra- et introverties

À gauche, burinage (watchi, 2010). À droite, lavage (baoulé, 2018)

K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)

27Toutefois, le caractère pénétratif ou englobant des postures ne correspond pas toujours à celui des gestes qu’elles appuient et encadrent, ce qui explique les distorsions que nous avons constatées aux quadrants nord-est et sud-ouest du tableau 3. Des percussions pénétratives, comme le morcellement du manioc, peuvent se féminiser si elles sont accomplies dans une posture assise et penchée sur un bassin entre les jambes. Des percussions englobantes, comme le polissage d’un mur en argile, peuvent se masculiniser si elles sont accomplies en posture redressée et orientée vers le haut (Fig. 7). Le même principe se retrouve dans la polarisation bien connue (Testart 1986 : 58-61) entre la cueillette « en bas », féminisée même si elle mobilise un outil pénétratif comme le bâton à fouir, et la cueillette « en haut », masculinisée même si l’ascension d’un arbre implique des gestes englobants. En s’articulant avec la polarité du proche et du lointain, elle renvoie en même temps à la polarisation des espaces.

Figure 7. Combinaisons entre gestes et postures hétérogènes

Figure 7. Combinaisons entre gestes et postures hétérogènes

À gauche, polissage de mur (watchi, 2005). À droite, morcellement de manioc (baoulé, 2018)

K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)

Espaces intérieurs et extérieurs

La polarisation des gestes implique leur ségrégation spatiale. Avant même d’être une division entre femmes et hommes, la division sexuante du travail est une division entre espaces féminins et espaces masculins, qui ne coïncident pas forcément avec les corps individuels. Comme nous l’avons déjà noté, ils peuvent aussi caractériser différentes parties d’un seul et même corps ou des lieux abritant plusieurs corps, telles les parties d’une maison. Le fait que beaucoup de sociétés appliquent la polarité des genres aussi bien à la différence entre hommes et femmes qu’à celle entre face et ventre, ou entre vestibule et chambre, n’a donc rien de métaphorique. Il exprime simplement l’application d’un même principe de différenciation morphologique à différentes échelles spatiales.

28Comme l’illustrent les exemples évoqués, les espaces « féminins » se situent généralement plus à l’intérieur, les espaces « masculins » plus à l’extérieur (Fig. 8). Ce principe de polarisation spatiale, connu depuis longtemps (Erikson 1964, Bourdieu 1970, Rosaldo 1974, Hugh-Jones 1995), s’éclaire dans la perspective morphologique adoptée ici. Dans la mesure où les gestes englobants sont par définition introvertis, comme un contenant englobe un contenu en son sein, et les gestes pénétratifs extravertis, comme un contenu pénètre un contenant à l’extérieur de lui-même, leur polarisation implique que les premiers se concentrent à l’intérieur, les seconds à l’extérieur. La correspondance entre la division morphologique des genres, en tant que distinction des tâches, et leur division topologique, en tant que séparation des espaces, ne relève donc pas d’un mélange de codes (Yanagisako 1987), mais exprime le principe même de la polarisation qui les produit.

Figure 8. Espaces intérieurs et extérieurs

Figure 8. Espaces intérieurs et extérieurs

À gauche, vernissage des ongles des pieds dans la case (watchi, 2018). À droite, coupe de branches de palme au champ (watchi, 2018)

K. Hamberger

29Ce principe opère aussi bien à l’échelle des organes du corps, par exemple entre cavités et excroissances, qu'à l’échelle des outils, par exemple entre poches et projectiles, ou à l’échelle de l’environnement domestique, par exemple entre chambre et rue. La polarisation spatiale peut inclure une dimension temporelle lorsque les chaînes opératoires manifestent une orientation constante de l’extérieur vers l’intérieur (ou inversement) : comme l’illustre la production agricole, du défrichage du champ au broyage des graines, elles comportent alors souvent un amont masculin, pénétratif-extérieur, et un aval féminin, englobant-intérieur (ou inversement), en passant par une zone médiane de gestes mixtes ou variables (voir Burton, Brudner & White 1977). Ces zones médianes peuvent à leur tour être polarisées à une échelle réduite, comme le montrent les techniques complexes du commerce et du transport à l’interface entre intérieur et extérieur : dans de nombreuses villes africaines, le marché, féminin, et la station de taxi moto, masculine, se trouvent côte à côte, communiquant respectivement avec les maisons dans le dos ou la rue en face (Fig. 9).

Figure 9. Place centrale d’un village (watchi, 2018)

Figure 9. Place centrale d’un village (watchi, 2018)

Marché (à gauche). Station (à droite)

K. Hamberger

30Appliquée à l’échelle de l’espace, où s’agence une multiplicité de corps, l’approche morphologique permet d’aborder sous un nouveau jour l’étude du genre en tant que forme de relations sociales. Partant de la division du travail comme productrice du genre, elle éclaire aussi la forme sexuée qu’adopte cette division elle-même, selon qu’elle opère comme une internalisation des capacités d’autrui ou comme une externalisation de tâches vers autrui. Le principe de la polarisation entre intérieur et extérieur se manifeste ainsi également dans la division technique entre organes et outils, et dans la division économique entre économie domestique et économie de marché. Comme l’ont constaté Murdock & Provost (1973 : 212 et suivante), des gestes morphologiquement neutres ou englobants tendent à se masculiniser lorsqu’ils sont délégués à des machines extérieures au corps, par exemple à un moulin mécanique, ou lorsqu’ils sont accomplis à l’extérieur de la sphère domestique, par exemple dans la cuisine d’un restaurant.

31Ces observations ont des implications pour une analyse de l’impact des processus de mécanisation et de marchandisation sur la production des genres. Sans pouvoir approfondir cette analyse ici, nous tenterons, en guise de conclusion et de perspective, d’en esquisser quelques pistes, afin de montrer comment l’attention à la morphologie des techniques peut affiner et nuancer l’appréciation des transformations historiques du genre.

32Les théories classiques, telles que les proposait le féminisme matérialiste dans les années 1970, concevaient ces transformations comme un processus d’extraversion croissante. Tabet (1979 : 12, 37, 45 et suivante) contrastait ainsi la tendance des activités masculines à s’externaliser dans des machines sophistiquées avec l’immédiateté du rapport entre corps et matière qui caractériserait les activités féminines. Dans une même logique, Sacks (1974) a reformulé la thèse d’Engels sur la « défaite historique mondiale des femmes » en termes de subordination progressive de l’économie domestique à l’économie marchande. Se renforçant mutuellement, le développement des machines et l’expansion des marchés conduiraient alors, sinon à une masculinisation progressive du monde, du moins à une domination progressive de la sphère masculine sur une sphère féminine de plus en plus restreinte.

33Inspirées des modèles de l’industrie lourde et du travail salarié, ces conceptions de l’évolution techno-économique se caractérisent par une attention particulière aux outils pénétratifs. On a en effet souvent constaté que des économies reposant fortement sur des techniques pénétratives – chasseurs vs cueilleurs (Testart 1986 : 78,84), agriculteurs de charrue vs agriculteurs de houe (Goody 1976), villes minières vs villes commerciales (Southall 1961) – manifestent une plus grande polarisation des genres, surtout lorsqu’elles éloignent les hommes de façon prolongée de la sphère domestique, pour la chasse, la guerre ou la migration de travail. Comme la mondialisation capitaliste a été, dès ses débuts, portée par le développement des industries extractives, des moyens de transport de longue distance et de l’usage (ainsi que du commerce) d’armes – toutes activités hautement masculines, mais dépendant d’un arrière domestique pour la reproduction sociale ainsi que d’un environnement extra-domestique de services sexuels et culinaires – il apparaît donc que son expansion va de pair avec une polarisation accrue des genres. Dans la continuité des analyses de Tabet et Sacks, Falquet (2006) a ainsi pu dessiner l’image d’une économie globale polarisée entre « hommes en armes » et « femmes de service ».

34Ce tableau reste toutefois incomplet. D’une part, le capitalisme industriel ne s’est pas uniquement fondé sur les industries pénétratives, mais également, dès le xixe siècle, sur des techniques morphologiquement mixtes ou neutres. Leur mécanisation, faible par rapport à la forte dépendance du travail manuel, a généralement entraîné une féminisation, qu’il s’agisse du tissage au début du xixe siècle ou de l’assemblage électronique dans la deuxième moitié du xxe siècle. D’autre part, les techniques englobantes et largement non mécanisées – soin aux malades et aux infirmes, services sexuels et procréatifs – ont subi un processus d’extériorisation de plus en plus global (Ehrenreich & Hochschild 2003). Tout en renforçant la polarisation technique des genres, cette évolution a ainsi réduit, voire à certains endroits inversé, leur polarisation spatiale et économique, les femmes « domestiques » étant parfois plus éloignées de leurs maisons et plus intégrées à l’économie marchande que les hommes (Benería 2010 : 78).

35En résumé, si les techniques fortement pénétratives ont généralement un effet polarisant, les techniques neutres agissent souvent comme vecteurs de la dépolarisation, et l’externalisation des techniques englobantes a des effets à la fois polarisants et dépolarisants, à des échelles différentes. Cette analyse différenciée permet aussi de mieux comprendre l’évolution spécifique de régions du monde qui, comme l’Afrique de l’Ouest, se conforment mal aux théories classiques. Selon que la division du travail préalable assignait aux femmes un rôle central ou périphérique dans l’agriculture, la transformation capitaliste y a tantôt renforcé la polarisation des genres en attirant les hommes vers les mines et les ports, tantôt l’a réduite en ouvrant de nouveaux marchés aux femmes commerçantes, ou l’a complexifiée en augmentant la demande de filles domestiques dans les villes.

36Ces exemples montrent qu’il serait futile de vouloir comprendre la (dé)sexuation des techniques en les considérant isolément, sans prendre en compte les façons particulières dont elles s’articulent entre elles dans le système économique et dont elles se transmettent d’une génération, ou d’un lieu, à l’autre (Sacks 1989). Si la production du genre peut suivre des trajectoires contraires dans différents secteurs de l’économie et différentes régions du monde, c’est parce qu’elle s’inscrit dans le processus intégral de la division du travail, qu’il faut étudier comme un tout, de l’échelle du corps à l’échelle du globe.

37Étant elle-même un résultat de ce processus, la polarité des genres ne peut être convoquée pour l’expliquer – par exemple en faisant valoir, selon le cas, les contraintes biologiques des femmes, les dispositifs de la domination masculine ou les hiérarchies symboliques du féminin et du masculin. Les supposées causes de la division sexuée du travail – telle l’extrême introversion des organes de procréation chez les mammifères femelles, encore renforcée chez les humains par la bipédie (Beauvoir 1949 : I, 58 et suivantes, 64, 72), la domination des techniques englobantes par les techniques pénétratives qui se trouvent en amont de la chaîne opératoire (Tabet 1979 : 37 et suivantes) ou encore la représentation asymétrique des genres par les productions symboliques publiques, des mythes aux publicités – sont autant d’exemples de la polarisation dont cet article a essayé d’éclaircir les principes. Aucune d’entre elles ne peut servir d’a priori pour en rendre compte. Ce n’est qu’en étudiant la production du genre sans le présupposer, en s’en tenant à la morphologie des pratiques, que l’on peut espérer comprendre ses transformations à la lumière des conditions matérielles qui refaçonnent continuellement le paysage des « styles d’existence ».

Haut de page

Bibliographie

Beauvoir, S. de. 1949 Le deuxième sexe. Paris : Gallimard.

Benería, L. 2010 « Travail rémunéré, non rémunéré et mondialisation de la reproduction » in J. Falquet, H. Hirata, D. Kergoat, B. Labari, F. Sow & N. Le Feuvre dir. Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail. Paris : Presses de Sciences Po : 71-84.

Bohannan, P. & L. Bohannan 1968 Tiv Economy. Evanston : Northwestern University Press.

Bouisset, S. & M-C. Do 2008 « Posture, dynamic stability and voluntary movement », Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology 38 (6) : 345-62.

Bourdieu, P. 1998 La domination masculine. Paris : Seuil.

Bourdieu, P. 1970 « La maison kabyle ou le monde renversé » in P. Maranda & J. Pouillon dir. Échanges et communications. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss, à l’occasion de son 60e anniversaire, vol. 2. La Haye : Mouton : 739-758.

Bril, B. 1984 « Description du geste technique : Quelles méthodes ? » in C. Lefébure & P. Lemonnier dir. Techniques&Culture 3 « Des choses dont la recherche est laborieuse… » : 81-96.

Brown, J. K. 1970 « A note on the division of labor by sex », American Anthropologist 72 (5) : 1073-1078.

Burton, M. L., Brudner, L. A. & D. R. White 1977 « A model of the sexual division of labor », American Ethnologist 4 (2) : 227-251.

Butler, J. 1990 Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity. New York : Routledge.

Chisholm, D. 2008 « Climbing like a girl. An exemplary adventure in feminist phenomenology », Hypatia 23 (1) : 9-40.

Clastres, P. 1966 « L’arc et le panier », L’Homme 6 (2) : 13-31.

Durkheim, É. 1893 De la division du travail social. Paris : F. Alcan.

Ehrenreich, B. & A. R. Hochschild dir. 2003 Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy. London : Granta Books.

Elson, D. & R. Pearson 1981 « “Nimble fingers make cheap workers”. An analysis of women’s employment in third world export manufacturing », Feminist Review 7 : 87-107.

Erikson, E. H. 1964 « Inner and outer space. Reflections on womanhood », Daedalus 93 (2) : 582-606.

Étienne, M. 1983 « Gender relations and conjugality among the Baule » in C. Oppong dir. Female and Male in West Africa. London : Allen & Unwin : 303-319.

Étienne, P. 1972 « Les interdictions de mariage chez les Baoulé ». Abidjan : ORSTOM.

Falquet, J. 2006 « Hommes en armes et femmes “de service”. Tendances néolibérales dans l’évolution de la division sexuelle et internationale du travail », Cahiers du Genre 40 (1) : 15-37.

Fanciulli, F. 2019 Perspectives du giron. Le façonnage du corps féminin en pays baoulé et sénoufo. Mémoire de Master 2, Paris : EHESS.

Garnero, S. 1993 « Analyse du mouvement, technique du corps et petite enfance », Techniques & Culture 22 : 183-199.

Gobin, E., Hamberger, K. & M. Houseman dir. 2021 « Expériences initiatiques du genre ». L’Homme 239-240.

Goffman, E. 1977 « The arrangement between the sexes », Theory and Society 4 (3) : 301-331.

Goody, J. 1976 Production and Reproduction. A Comparative Study of the Domestic Domain. Cambridge : Cambridge University Press.

Guiard, Y. 1987 « Asymmetric division of labor in human skilled bimanual action », Journal of Motor Behavior 19 (4) : 486-517.

Guillaumin, C. 1978 « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes ». Questions Féministes 2 : 5-30.

Hamberger, K. 2021 « Les espaces initiatiques comme fabriques du genre. Parcours ouest-africains », L’Homme 239-240 (3-4) : 267-322.

Hamberger, K. 2020 La production spatiale du genre. Une étude morphologique basée sur des sources ouest-africaines. Manuscrit inédit de HDR, Paris : EPHE.

Hamberger, K. 2019 « Engendering houses. The topological conception of gender pioneered by Stephen and Christine Hugh-Jones », Tipití : Journal of the Society for the Anthropology of Lowland South America 16 (2) : 57-75.

Hamilton, A. 1980 « Dual social systems. Technology, labour and women’s secret rites in the Eastern Western desert of Australia », Oceania 51 (1) : 4-19.

Hartmann, H. 1976 « Capitalism, patriarchy, and job segregation by sex », Signs. Journal of Women in Culture and Society 1 (3, Part 2) : 137-169.

Haudricourt, A. & M. J-B. Delamarre 1955 L’Homme et la charrue à travers le monde. Lyon : la Manufacture.

Héritier, F. 1996 Masculin-féminin I. La pensée de la différence. Paris : Odile Jacob.

Hertz, R. 1909 « La prééminence de la main droite. Étude sur la polarité religieuse », Revue Philosophique de la France et de l’Étranger 68 : 553-580.

Hess, W. R. 1943 « Teleokinetisches und ereismatisches Kräftesystem in der Biomotorik », Helvetica Physiologica et Pharmacologica Acta 1 : C62-63.

Hewes, G. W. 1955 « World distribution of certain postural habits », American Anthropologist 57 (2) : 231-244.

Hugh-Jones, S. 1995 « Inside-out and back-to-front. The androgynous house in Northwest Amazonia », in J. Carsten & S. Hugh-Jones dir. About the House. Lévi-Strauss and Beyond. Cambridge : Cambridge University Press : 226-252.

Kawada, J. 1990 « Les techniques du corps dans la technologie traditionnelle » in J. Kawada dir. Boucle du Niger. Approches multidisciplinaires, vol. 2. Tokyo : Institut de Recherches sur les Langues et Cultures d’Asie et d’Afrique : 111-180.

Kawada, J., Hosaka, M., Adachi, K. & A. Kusumoto 1992 « Les techniques du corps et les caractères morphologiques de deux groupes ethniques de l’Afrique Occidentale » in J. Kawada dir. Boucle du Niger. Approches multidisciplinaires, vol. 3. Tokyo : Institut de Recherches sur les Langues et Cultures d’Asie et d’Afrique : 125-222.

Leroi-Gourhan, A. 1964 Le geste et la parole. Paris : Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A. 1943 L’homme et la matière. Paris : Albin Michel.

Massion, J. 1992 « Movement, posture and equilibrium. Interaction and coordination ». Progress in Neurobiology 38 (1) : 35-56.

Mauss, M. 1936 « Les techniques du corps », Journal de Psychologie 32 (3-4).

McDowell, L. & D. B. Massey 1984 « A woman’s place ? » in D. B. Massey et J. Allen dir. Geography matters ! A reader. Cambridge : Cambridge University Press : 128-147.

Murdock, G. P. & C. Provost 1973 « Factors in the division of labor by sex. A cross-cultural analysis », Ethnology 12 (2) : 203-225.

Rosaldo, M. Z. 1974 « A theoretical overview » in M. Z. Rosaldo & L. Lamphere dir. Woman, Culture and Society. Stanford, California : Stanford University Press : 17-42.

Sacks, K. 1989 « Toward a unified theory of class, race and gender », American Ethnologist 16 (3) : 534-550.

Sacks, K. 1974 « Engels revisited. Women, the organization of production and private property » in M. Z. Rosaldo & L. Lamphere dir. Woman, Culture and Society. Stanford, California : Stanford University Press: 207-222.

Southall, A. W. 1961 « Introductory summary » in A. W. Southall, Social change in modern Africa. London : Oxford University Press : 1-66.

Strathern, M. 1988 The Gender of the Gift. Problems with Women and Problems with Society in Melanesia. Berkeley, California : University of California Press.

Straus, E. W. 1952 « The upright posture », The Psychiatric Quarterly 26 (1) : 529-561.

Tabet, P. 1979 « Les mains, les outils, les armes », L’Homme 19 (3) : 5-61.

Testart, A. 2014 L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail. Paris : Gallimard.

Testart, A. 1986 Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs. Paris : Éditions de l’EHESS.

Touraille, P. 2008 « Hommes grands, femmes petites. Une évolution coûteuse ». Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Veyrié, T. 2013 Le grattement dans le grand bassin. Transformations autour de la subsistance. Mémoire de Master 2, Paris : EHESS.

West, C. & D. H. Zimmerman 1987 « Doing gender », Gender and Society 1 (2) : 125-151.

Yanagisako, S. J. 1987 « Mixed metaphors. Native and anthropological models of gender and kinship domains » in J. F. Collier et S. J. Yanagisako dir. Gender and Kinship. Essays Toward a Unified Analysis. Stanford : Stanford University Press : 86-118.

Young, I. M. 1980 « Throwing like a girl. A phenomenology of feminine body comportment motility and spatiality », Human Studies 3 (2) : 137-156.

Haut de page

Documents annexes

  • Annexe au tableau 2 (application/pdf – 273k)

    Tableau 2. Fichier annexe : liste des tâches détaillée

    K. Hamberger et F. Fanciulli
  • Annexe au tableau 3 (application/pdf – 82k)

    Tableau 3. Fichier annexe : liste des gestes détaillée

    K. Hamberger et F. Fanciulli
  • Sources citées (application/pdf – 246k)
Haut de page

Notes

1 La catégorisation des objets comme « masculins » ou « féminins » selon leur propre genre, c’est-à-dire selon leur forme d’action spécifique, ne coïncide pas forcément avec leur catégorisation selon le genre des personnes qui les fabriquent ou auxquelles ils appartiennent. Cette dernière renvoie, au-delà d’une analyse des techniques, à celle des chaînes opératoires et de leur intégration hiérarchique, que nous aborderons brièvement dans la dernière section de cet article.

2 Il est clair que dans cette perspective la distinction entre « sexe » et « genre » perd sa pertinence. Par convention, nous utiliserons dans ce texte le substantif « genre » et l’adjectif « sexué ».

3 Si nous nous limitons dans cet article au domaine du « travail » au sens restreint, l’approche proposée s’applique également aux domaines de l’art, du pouvoir ou du rituel (voir Gobin et al. 2021), même si la production du genre y prend souvent des formes plus complexes et hybrides.

4 Idée déjà proposée par Heidi Hartmann : « Une interprétation matérialiste de la réalité (…) suggère que la production du genre émane de la division du travail existante entre les sexes et, dans un processus dialectique, renforce cette même division du travail » (“A materialist interpretation of reality […] suggests that gender production grows out of the extant division of labor between the sexes, and, in a dialectical process, reinforces that very division of labor itself”, 1976 : 169). Nous ajouterons que les « sexes » ne préexistent pas à la production du genre, le dimorphisme sexuel étant lui aussi un exemple de « division sexuante du travail ».

5 Comme nous allons le discuter plus loin, ces deux critères n’en constituent en fait qu’un seul, envisagé à deux échelles différentes.

6 Nous ne discuterons pas ici la question de savoir dans quelle mesure elle s’applique à d’autres espèces.

7 Les sources utilisées, datant largement du xxe siècle, portent sur une aire dont les limites sont approximativement marquées par la Gambie à l’ouest, le Niger au nord et la Rivière Cross à l’est. Leur bibliographie est fournie en annexe.

8 Le tableau montre le codage des sociétés ouest-africaines sédentaires de l’échantillon de Murdock et Provost. Notons que l’apparente prédominance des techniques masculines dans ce tableau en dit moins sur la division du travail en Afrique de l’Ouest que sur le biais masculin inhérent à l’échantillon des « métiers » sélectionnés par les auteurs.

9 Ceci vaut au sens actif comme au sens passif. Ainsi, une posture courbée peut être motivée par la nécessité de rapprocher les yeux de l’objet, par exemple pour des travaux de précision ou dans des espaces à luminosité réduite. Réciproquement, des postures impliquant une ouverture des jambes exposée au regard d’autrui sont souvent exclues pour les femmes indépendamment de leur efficacité technique potentielle (voir Hewes 1955). Nous remercions Alain Garrigou et Géraldine Rix-Lièvre d’avoir attiré notre attention sur l’importance de la dimension sensorielle.

10 Cette classification caractérise les percussions selon la surface du contact entre outil et objet (percussions punctiformes, linéaires ou diffuses), la distance entre outil et objet au début du mouvement (percussions lancées ou posées) et l’angle du contact pendant le mouvement (percussions perpendiculaires ou obliques). Les percussions linéaires se différencient en outre selon l’axe du tranchant par rapport à l’axe de l’outil (percussions longitudinales ou transversales).

11 Fait déjà remarqué par Durkheim (1893 : 65), plus récemment théorisé par Touraille (2008).

12 À cela s’ajoute le contraste de l’orientation spatiale (vers le bas et non vers le haut, voir infra, § 27). Nous remercions Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier pour la discussion féconde des problèmes que pose le bâton à fouir.

13 Dans d’autres régions, comme chez les Baoulé, le maniement (lancé et perpendiculaire) du bâton à fouir est majoritairement assigné aux hommes.

14 Nous avons regroupé les percussions linéaires avec les percussions punctiformes ou diffuses selon qu’elles agissent de façon longitudinale ou transversale.

15 Notons la dimension iconique de nos tableaux, ni le code spatial (gauche-droite) ni le code chromatique (rouge-bleu) n’étant neutres.

16 Plus encore que la polarisation des gestes focaux, celle des postures a été interprétée en termes de capacités d’action, lourdes d’enjeux politiques. La posture masculine redressée, ouverte vers l’extérieur, orientée selon un axe antéro-postérieur et accomplie par un geste de percussion lancée vers le haut, tel le jet d’un projectile, a ainsi été identifiée par toute une tradition phénoménologique comme le schéma spatial de l’intentionnalité (le « projet »), renvoyant la posture féminine à l’immanence, à la passivité et à une réflexivité qui entrave l’action (Beauvoir 1949, Young 1980). Pour une critique du biais masculin inhérent à cette interprétation des techniques du corps féminines, voir Chisholm 2008.

17 Pour simplifier, nous avons supprimé de ce tableau les combinaisons d’une position non debout avec un angle de hanches ou d’épaules ouvert (postures 3, 6-9), ainsi que celles d’une position debout avec un angle de hanches/épaules fermé sauf si l’angle d’épaules/hanches est ouvert (10-11, 13). La combinaison d’une posture debout avec un angle de hanches fermé et un angle d’épaules ouvert (12) représente en Afrique de l’Ouest une position courante dont les frontières avec la posture à angle de hanches et d’épaules semi-ouverts (14) est fluide. Nous avons donc fusionné ces deux postures dans une seule ligne. Les lignes restantes du tableau correspondent aux postures encadrées en pointillé dans la figure 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre [Tableau 1]. Extrait des données de Murdock & Provost (1973)
Légende M : exclusivement masculin [bleu foncé]N : majoritairement masculin [bleu clair]E : participation égale [violet]G : majoritairement féminin [rose] F : exclusivement féminin [rouge foncé]A : absent [gris foncé]P : pas de données sur division sexuée [gris]O : pas de données [blanc]
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-1.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 1. Percussions
Crédits voir Leroi-Gourhan 1943 : 58-59 / K. Hamberger & F. Fanciulli
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre [Tableau 2]. Tâches et gestes sexués en Afrique de l’Ouest
Légende La dernière colonne indique le caractère féminin (F), masculin (M), mixte (X) ou divisé entre parties féminines et masculines (D) que revêt l’activité dans les sociétés de notre corpus (plusieurs indications s’il est variable, cas spécifiques ou exceptionnels entre crochets). Voir, en annexe, la liste détaillée des tâches de ce tableau 2.
Crédits K. Hamberger & F. Fanciulli
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-3.png
Fichier image/png, 583k
Titre Figure 2. Gestes pénétratifs et englobants
Légende À gauche, tir au fusil, conduite de moto (watchi, 2010). À droite, portage, habillement, garde d’enfants (watchi, 2018)
Crédits K. Hamberger
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 3. Usages de la houe
Légende À gauche, houe perpendiculaire, lancée (watchi, 2005). À droite, houe oblique, posée (sénoufo, 2018)
Crédits K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre [Tableau 3]. Gestes (colonnes a-h, voir Fig. 1) et postures (lignes 1-18, voir Fig. 4) en Afrique de l’Ouest (pays watchi, baoulé et sénoufo)
Légende L’asymétrie latérale est indiquée par des italiques.Voir, en annexe, la liste détaillée des gestes et postures de ce tableau 3.
Crédits K. Hamberger & F. Fanciulli
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-6.png
Fichier image/png, 442k
Titre Figure 4. Postures
Crédits K. Hamberger et F. Fanciulli
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 5. L’arc et le panier
Légende À gauche, tir à l’arc (grand prix de la FIVTA, 2016). À droite, tri de piments (watchi, 2018)
Crédits https://news.abidjan.net/​photos/​403599-index (à gauche), K. Hamberger (à droite)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 6. Postures extra- et introverties
Légende À gauche, burinage (watchi, 2010). À droite, lavage (baoulé, 2018)
Crédits K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 7. Combinaisons entre gestes et postures hétérogènes
Légende À gauche, polissage de mur (watchi, 2005). À droite, morcellement de manioc (baoulé, 2018)
Crédits K. Hamberger (à gauche), F. Fanciulli (à droite)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 8. Espaces intérieurs et extérieurs
Légende À gauche, vernissage des ongles des pieds dans la case (watchi, 2018). À droite, coupe de branches de palme au champ (watchi, 2018)
Crédits K. Hamberger
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 9. Place centrale d’un village (watchi, 2018)
Légende Marché (à gauche). Station (à droite)
Crédits K. Hamberger
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17083/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Klaus Hamberger et Francesca Fanciulli, « Le genre comme style technique »Techniques & Culture [En ligne], Suppléments aux numéros, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17083

Haut de page

Auteurs

Klaus Hamberger

Klaus Hamberger est maître de conférences à l'EHESS et travaille dans une perspective comparative sur la production spatiale du genre

Articles du même auteur

Francesca Fanciulli

Francesca Fanciulli prépare à l'EHESS une thèse de doctorat sur le façonnage des corps sexués en Côte d'Ivoire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l'EHESS
  • Logo Editions de la Maison des Sciences de l'Homme
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search