Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments aux numéros2022Suppléments au n°77Le métier des femmes

2022
Suppléments au n°77

Le métier des femmes

La part à tisser des élites féminines dans l’Italie préromaine
Sophie Pérard

Résumés

Cette contribution se propose de revenir sur la production textile dans la culture étrusque à partir d’une relecture d’un fameux passage du livre I de Tite Live, concernant la figure de Lucrèce lanafica  (« filant la laine »). Il s’agit ici de montrer l’investissement des élites féminines tant du point de vue technique qu’économique dans ces productions, et de constater comment cette économie réelle est perceptible dans sa dimension avant tout symbolique. La fragilité des matériaux que sont les tissus ne rend pas l’enquête aisée. En outre, on peut invoquer une forme d’invisibilité du féminin dans les champs économique et politique, résultant de la domination romaine. Les sources plurielles (archéologiques, épigraphiques et littéraires) utilisées ici, cherchent donc les traces de cette puissance féminine et de son accaparement, dont l’épisode de Tite Live se fait l’écho.

Haut de page

Texte intégral

Avant toutes choses, je tiens à remercier Pascale Bonnemère, Franck Cochoy et Clo Maillet, les organisateurs des journées d’étude « Ce que fabrique le genre », ainsi que la revue Techniques & Culture, pour me donner la possibilité d’évoquer les cultures de l’Italie préromaine et l’expression dit assez la domination dont elles ont fait l’objet, prises en étau entre la culture grecque et la puissance romaine. Or, elles nous proposent des récits alternatifs et tenter de pénétrer leur imaginaire nous donne ainsi accès à d’autres mondes possibles, en particulier sur la question du genre.

La femme est un prolétariat, enfin, comme vous le savez, millénaire.
Marguerite Duras La vie matérielle (1987)

  • 1 L’épisode se situe en 509 av. n. è.

Cette contribution procède d’une relecture spéculative d’un passage fameux du livre I de Tite-Live, le « viol de Lucrèce », ou plutôt de ce qui précède immédiatement cet événement fondateur : après ce viol, les Romains chassent le roi étrusque Tarquin le Superbe et instaurent la République 1. Or, cet épisode garderait la trace d’un état du récit plus ancien : ainsi, la figure d’une Lucrèce « filant la laine » (lanafica), héroïque car modeste, paradigme de la matrona romaine, peut cacher celle d’une femme puissante et compétente, rendue plus séduisante encore par ces compétences mêmes. Voici le récit :

  • 2 Forte potantibus his apud Sex. Tarquinium, ubi et Conlatinus cenabat Tarquinius, Egerii filius, inc (...)

1Lors d’un banquet chez Sextus Tarquin, auquel participait Collatin ainsi que Tarquin, le fils d’Egerius, il fut fait mention des épouses ; et chacun de vanter la sienne d’une manière extraordinaire. Puis, le débat s’échauffant, Collatin dit qu’il était inutile de disputer, et que cela assurément, on pouvait le connaître en peu d’heures : à savoir combien sa Lucrèce surpassait les autres. « Pourquoi ne pas enfourcher nos montures, puisque la vigueur de la jeunesse est en nous, pour constater par nous-mêmes les qualités de nos épouses ? Ce qui se sera présenté à nos yeux lors de l’arrivée inopinée de l’époux, que cela soit pour chacun d’entre nous une preuve irréfutable ». Ils s’étaient enflammés sous l’effet du vin. Et chacun de s’exclamer « Oui, allons-y ! ». C’est à bride abattue qu’ils volent vers Rome. Ils y parvinrent comme les ténèbres commençaient à s’étendre ; ils se rendent alors à Collatia, où ils trouvent Lucrèce, non pas comme les belles-filles du roi, qu’ils avaient vues employer leur temps à partager un luxueux banquet avec leurs camarades, mais adonnée à ses travaux de laine tard dans la nuit, assise au cœur de la demeure, au milieu de ses servantes travaillant à la lueur des lampes. La victoire dans ce débat sur les femmes revint à Lucrèce 2 (Tite-Live, I, 58, traduction de Sophie Pérard).

  • 3 C’est-à-dire de la culture du Latium.

2Cette proposition s’interroge, en effet, sur la visibilité des femmes de haute lignée dans la production et la distribution de textiles au sein des cultures étrusco-latiales 3. S’il est vrai que des analyses renouvelées sur les périodes moins anciennes ont permis de proposer de nouvelles interprétations sur le rôle des femmes au travail, dans les corporations, les ateliers ou les manufactures, encore s’agissait-il de femmes issues de « classes laborieuses », pour reprendre un vocabulaire contemporain. Dans le cas des cultures étrusco-latiales, sont visibles, à une certaine époque, des élites féminines productrices de richesses au sein de structures économiques relativement élaborées. De fait, la question de la captation de ces moyens de production de la part du pouvoir masculin se pose également. Corollairement, dans la mesure où l’économie c’est l’oikos et la manière dont s’articule le rapport de la maison au kosmos, dans une commensurabilité du foyer au monde extérieur, où la gestion de la parenté, de la terre et de la richesse, quelle qu’elle soit, se réalise dans un continuum dont ne rendent pas nécessairement compte les théories économiques modernes, on peut se demander comment les femmes ont été rendues invisibles dans les questionnements de ce type.

  • 4 D’après le nom du site de Villanova, situé vers Bologne, où a été décrit pour la première fois le f (...)
  • 5 Sur les Etruscae litterae florissantes voir Tite-Live (IX, 36, 3).

3La civilisation étrusque naît en Italie au viiie s. av. n. è. de la rencontre de la culture villanovienne 4 et des cultures de la Méditerranée orientale, phénicienne notamment, mais surtout grecque (fig. 1). Marchands ou colons, à la recherche, entre autres, de minerai dont était riche le sous-sol de cette partie de l’Italie centrale, apportaient leur culture et ses pratiques : le vin, mais aussi l’écriture ou les récits mythiques, certaines divinités, un mode de vie et de pensée. Compte tenu de l’état des sources, l’enquête n’est pas aisée. Les données dont nous disposons sont principalement matérielles et archéologiques et majoritairement mises au jour dans un contexte funéraire. Pour autant, il ne faudrait pas négliger les sources littéraires. Comme la littérature étrusque a disparu 5 (Briquel 2016), nous sommes tributaires d’une documentation extérieure marquée par l’ethnocentrisme (Hartog 2001 [1980]). La culture étrusque apparaît bien souvent dans les textes grecs ou romains comme la figure de l’altérité absolue. Quoi qu’il en soit, les discours produits sur cette culture sont rarement neutres, mais sont à replacer dans des débats à caractère idéologique ou « géopolitique ». En termes méthodologiques et historiographiques en outre, le cas étrusque est un cas limite. Le rôle de médiateurs des anciens Toscans entre culture grecque et romaine, tant géographiques que chronologiques selon une vision téléologique trop souvent adoptée, escamote la spécificité de leurs pratiques. Un autre type de documentation écrite est à prendre en compte. Il s’agit des sources épigraphiques. Elles sont directes et fournissent donc des données essentielles. Toutefois, les incertitudes qui demeurent quant à la compréhension de ces énoncés les rendent problématiques. En outre, le caractère formulaire de ces inscriptions en limite l’exploitation. Néanmoins, le fait même que des objets soient inscrits témoigne du prestige dont ils jouissaient et nous renseigne sur leur statut.

Figure

Figure

La culture étrusque et son expansion en Italie

DAO Jean-Pierre Garcia

4Cette contribution s’efforcera d’utiliser ces différentes sources sur la question de la production textile en examinant, dans un premier temps, l’investissement de ce champ et de ces techniques de la part des élites féminines, puis en mettant en lumière sa dimension symbolique, pour revenir enfin sur la figure de Lucrèce et l’éclairer d’un jour nouveau.

Investissement

  • 6 Comme le tissage du péplos pour la statue de culte d’Athéna Parthénos à Athènes (Neils 1993).

Le terme latin inuestire signifie « doter d’un vêtement » (vêtement : uestis), qu’il s’agisse d’une statue, dans un rituel proche de la péplophorie 6 ou d’un mortel pour les changements de statut. C’est ainsi que ce type de vêtement, sans nul doute prestigieux, marchandise luxueuse à caractère ostentatoire et qui s’échange est, par métonymie, à l’origine même de notre conception économique.

  • 7 Dans la culture étrusque, la production textile est aux mains des femmes, comme dans les cultures d (...)

5De fait, il s’agit d’aborder la question du tissage sous l’angle de l’économie et de poser plus précisément la question des acteurs et des moyens de production (matières et matériaux, circulation commerciale, techniques). Non pas tant le rôle de l’aristocratie productrice que la fonction des femmes dans les circuits de production d’objets de luxe ou de prestige à plus ou moins grande échelle. On se penchera également sur les dispositifs de production, qui posent la question de l’identité des artisanes 7 et de leurs compétences et échanges de compétences. En effet, au vu des données archéologiques, au même titre que l’on parle de polyculture pour l’agriculture antique, il faudrait évoquer des ateliers dépendants d’un système aristocrato-gentilice, comme le montrent, aux époques orientalisantes et archaïques, les sites de Verucchio ou de Murlo.

6C’est ce qu’exemplifie, à Verucchio, le trône en bois historié de la tombe masculine Lippi 89/1972, daté du premier quart du viie s. av. n. è. et exceptionnel par la décoration sculptée, référant aux realia de la communauté (fig. 2). Quelle histoire (Verger 2011) ce trône raconte-t-il ?

Figure

Figure

Trône en bois, dit « Trône Lippi, » détail du métier à tisser à droite de la rouelle centrale, premier quart du viie s. av. n. è.

Verucchio, Museo Civico Archeologico (dessin de Corinne Journo)

  • 8 Verger 2011.
  • 9 On remarque des volatiles au-dessus des têtes de chacune de ces tisserandes, qui les distinguent de (...)

7Une histoire de duel : des hommes qui combattent pour la mainmise du territoire et l’on pourrait suggérer que les deux couples de femmes rivalisent 8 pour la domination du marché par les biens de prestige qu’elles sont en train de tisser sur deux métiers dont l’ampleur en fait de véritables structures ostentatoires liées à la sphère du pouvoir (fig. 3). Le choix visuel de l’artisan, montrant le métier de profil, en souligne la magnificence : estrade aux pieds tournés, trônes, repose-pied, décor de la structure comparable aux décorations faîtières des demeures princières avec des oiseaux aquatiques et des singes. On remarque également la particularité du textile fait de bandes sans doute colorées, une spécificité étrusque comme l’attestent les sources 9.

Figure . Détails de la figure 2

Figure . Détails de la figure 2

Dessins de Corinne Journo

  • 10 http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/verucchio/
  • 11 De fait, la tebenna telle que la définissent les spécialistes du vêtement étrusque se distingue des (...)
  • 12 La première production étrusque de tissu pourpre teint au murex provient de la Tombe de l’Aryballe (...)
  • 13 On trouve ce même code chromatique rouge/bleu dans la Tombe 38/2006 pour des ornements faits de per (...)

8De fait, certaines tombes féminines ont livré des tissus encore préservés, certes de manière très fragmentaire, mais qui nous renseignent sur les techniques mises en œuvre par ces artisanes issues de l’élite. Nous songeons plus spécifiquement à la Tombe 89 de la nécropole Lippi, dans laquelle ont été mis au jour trois manteaux en laine qui portent déjà les caractéristiques du vêtement étrusque 10. Ils sont de forme semi-circulaire, comme les sources plus tardives le précisent pour la tebenna, la toge étrusque 11. Les couleurs suffisamment épargnées de l’un d’entre eux montrent qu’il était de couleur rouge, obtenue grâce à la garance 12, et bordé d’une bande violette, mélange de garance et d’indigo, sur laquelle on distingue des motifs triangulaires 13. Quant à ces bordures, il s’agit là d’une autre spécificité étrusque : les bandes qui ornent les bords des vêtements, que les Romains adoptent également comme marqueurs de statut, les claui. On connaît les caractéristiques à Rome de la toga praetexta, la toge prétexte bordée d’une bande pourpre, réservée aux magistrats disposant de l’imperium et aux liberi, les garçons de naissance libre, futurs citoyens. On sait également que la tunica laticlaua, la tunique à large bande pourpre, était le propre de l’ordre sénatorial. On aura garde de noter qu’il s’agit, dans la culture romaine, de prérogatives masculines.

  • 14 Laquelle perdurera jusqu’à l’âge moderne, dans les cours européennes pour des tissus d’exception (D (...)

9Ces bordures sophistiquées résultent de la technique du tissage « aux planchettes » qui « consiste à faire passer des fils par des planchettes trouées aux angles (un fil par trou) ; en faisant tourner les planchettes (¼ ou ½ ou ¾ de tour) on obtient chaque fois un nouveau passage pour le fil de trame » (Di Fraia 2012 : 55). La présence à Verucchio, par exemple, de petites bobines (rocchetti) et d’« espaceurs » (distanziatore), sortes de barres parallélépipédiques en os, garnis de trous qui empêchent les fils attachés aux rocchetti de s’emmêler, laissent supposer qu’une telle technique était utilisée 14.

  • 15 C’est-à-dire de la plaine du Pô.

10Par ailleurs, la présence d’ambre, lié au textile, tant pour les outils que pour les ornements, illustre la situation des cultures de la péninsule italienne engagées dans des échanges complexes nord-sud aussi bien qu’est-ouest. Ainsi, cette précieuse résine, issue des rives de la Baltique, est présente en Italie dès l’époque mycénienne, ce que confirme un certain nombre de mythes. C’est ce que montre également le développement de centres proto-urbains, voire urbains, comme Verucchio dès la fin du xe s. av. n. è. : il convient de relever l’importance de ces échanges avec les zones transalpines et l’ouverture aux expériences innovantes dans le domaine de l’artisanat, notamment dans le textile, dont la technologie a dû suivre ces « routes de l’ambre » (Mastrocinque 1991). Ces voies de pénétration mettent en relation les cultures de l’Europe centro-orientale et le territoire de l’Étrurie padane 15 à l’Étrurie méridionale et campanienne, reliant également, via la culture étrusque, le monde grec et magno-grec et les princes de l’Europe du Nord.

  • 16 La civilisation de Hallstatt, du nom du site autrichien où a été décrit le faciès de cette culture (...)

11Quoi qu’il en soit, les tombes féminines de ce site, outre des vêtements de prestige désignant un statut, montrent des mobiliers référant à la sphère du pouvoir (trônes, chars, haches, vaisselle d’un type particulier) parfois couplée à l’univers du textile : on songe plus particulièrement à des quenouilles en matériaux précieux, en ambre notamment, comme dans la tombe 47, qui se confondent avec des sceptres (Amann 2015). L’élite féminine de Verucchio doit donc avoir tenu un rôle de prestige au sein de la communauté qui dépasse largement le cadre de la production domestique de tissu, ce qu’attestent d’ailleurs, dans le domaine du textile, les échanges de techniques et de pratiques avec les populations de l’aire halstattienne 16 (Gleba 2008).

12Un autre site éclaire également le rôle prépondérant des élites féminines dans une production textile de masse. Il s’agit du site de Murlo, à une vingtaine de kilomètres au sud de Sienne, une résidence princière qui connut deux phases de développement, l’une orientalisante (675-600 av. n. è.) remodelée et agrandie à l’époque archaïque (600-535 av. n. è) (Tuck 2016). La particularité de la structure palatiale orientalisante est de comporter un imposant édifice dont les fouilles ont montré qu’il s’agissait d’un immense atelier de production de bronze, d’ivoire, d’os et de corne, de transformation de produits alimentaires et de textiles. Ces derniers, compte tenu des outils mis au jour et des expérimentations mises en œuvre, suggèrent la fabrication de tissus d’une grande finesse et de grande qualité, avec les mêmes bordures tissées aux planchettes évoquées pour le site de Verucchio (Cutler, Dimova & Gleba 2020).

  • 17 http://tabletweaving.dk/wordpress/wp-content/uploads/2018/10/11-chapt-11.pdf

13La question qui se pose et qui, à l’heure actuelle, n’a pas trouvé de réponse est de savoir si les femmes qui intervenaient dans cet atelier ou à ses abords ont pu participer aux autres activités artisanales. En effet, bronze, corne et ivoire sont des matériaux qui ont pu servir d’ornements aux vêtements. D’autre part, ils ont pu constituer également la matière première des outils de la filandière ou de la tisserande : les « espaceurs », utilisés pour le tissage aux planchettes, sont souvent fabriqués en os, comme le montre le site de Verucchio précisément 17. Par ailleurs, des fusaïoles en ivoire ont été mises au jour. Le matériau d’importation, appartenant aux biens de prestige que sont les exotica, les désigne comme appartenant aux femmes de l’élite.

  • 18 Les protomés sont les gueules ouvertes des fauves qui servent à évacuer les eaux de la toiture.
  • 19 Les acrotères sont des ornements, le plus souvent en terre cuite, qui sont disposés sur les sommets (...)

14Enfin, le point particulier est la magnificence de l’édifice servant d’atelier qui portait, sur sa toiture, une décoration architecturale en terre cuite remarquable, comparable à celle du palais proprement dit : il s’agit, entre autres, d’une alternance de protomés 18 félines et de visages féminins. Les figures acrotériales 19 de la résidence palatiale, quant à elles, montrent des statues masculines et féminines formant des couples (Briquel 2017).

15D’autre part, on a pu inférer que la production du site n’a pas été tournée vers des échanges commerciaux à grande échelle, mais vers une consommation somptuaire réunissant l’ensemble de la communauté lors de grands événements dans un contexte de commensalité (Tuck 2014). La production textile, placée sous l’égide des élites féminines de la résidence princière, consistait tout autant en somptueux vêtements de cérémonie qu’en tapis, tapisseries et autres tissus d’apparat utilisés lors des banquets, comme les couvertures et les coussins nécessaires aux klinai, les lits des banqueteurs.

16On constate alors à quel point ces productions féminines, mettant en œuvre des techniques élaborées, ont joué un rôle pour développer et renforcer les liens au sein de ces communautés, aussi ténus et fins que soient les fils tissés par ces expertes.

  • 20 Sorte de manteau dont les pans se déploient sur la poitrine, portée par les hommes comme par les fe (...)
  • 21 Sur les enjeux de cette technique, voir Heslop & Anderson 2020.
  • 22 Sur la question du poil dans la culture étrusque, voir Pérard 2019. Dans la culture grecque, on peu (...)

17Enfin, nous ne pourrions terminer cette rapide enquête sur la mainmise des techniques du filage et du tissage de la part des élites féminines étrusques sans mentionner le fameux tintinnabulum de Bologne (Bartoloni 2000) (fig. 4). Ce dernier montre les différentes étapes du travail de la laine : de bas en haut sur la face principale, constitution des quenouilles, filage avec quenouille, fuseau et fusaïole, puis sur la seconde face, préparation du fil à partir des fuseaux, puis tissage sur le métier. Si l’on note la présence de realia aristocratiques dans la représentation des figures qui s’adonnent à ces travaux, comme le montrent tout autant leurs fastueux atours – lacerna 20 ondulée et arrondie bordée d’une bande, voilant la chevelure, tunica plissée ornée également de bandes – que le mobilier raffiné – trônes, repose-pieds, vaisselle ou élégante vannerie 21, métier à tisser et porte-fuseaux sculptés –, cela ne signifie pas toutefois que la représentation soit réaliste : des indices nous inclinent à suggérer qu’il s’agit de figures féminines divines ou divinisées. En revanche, le fonctionnement de cet objet de parure mérite d’être souligné. Dans la période villanovienne et orientalisante, les femmes étrusques arborent la longue tresse dans le dos, coiffure des tisserandes du trône Lippi de Verucchio : plus précisément, une tresse se terminant par une extrémité qui s’élargit et qui a pu se voir adjoindre ce type de pendentifs de forme trapézoïdale, comme ce tintinnabulum de Bologne (Verger 2011). Il y aurait donc un jeu de miroir entre la représentation sur le bijou, qui montre des femmes voilées, et la fonction de l’objet, se balançant à l’extrémité de la chevelure d’une noble dame. Par ailleurs, cet effet d’écho est encore amplifié par l’analogie entre la toison qui devient fil et les cheveux féminins. On ne peut pas ne pas songer aux remarques de Freud liant la technique textile à la pilosité féminine 22 :

18À la pudeur, qui passe pour une qualité féminine par excellence mais qui est bien plus conventionnelle qu’on ne pourrait le croire, nous attribuons l’intention initiale de masquer le défaut de l’organe génital. […] On estime que les femmes ont apporté peu de contributions aux découvertes et aux inventions de l’histoire de la culture mais peut-être ont-elles quand même inventé une technique, celle du tressage et du tissage. S’il en est ainsi, on serait tenté de deviner le motif inconscient de cette réalisation. C’est la nature elle-même qui aurait fourni le modèle de cette imitation en faisant pousser, au moment de la puberté, la toison pubienne qui cache les organes génitaux. Le pas qui restait encore à franchir consistait à faire adhérer les unes aux autres les fibres qui, sur le corps, étaient plantées dans la peau et seulement emmêlées les unes avec les autres. (Freud 1989 : 177).

Figure

Figure

Tintinnabulum en bronze de la « Tombe des Ors » (Tombe 5) de la nécropole de l’Arsenale Militare de Bologne, milieu du viie s. av. n. è., Bologne

Museo Civico Archeologico (dessins de Corinne Journo)

  • 23 À vocation commerciale : un emporion est un comptoir international où s’échangent des biens.

19Ces remarques, pour finir, nous permettent d’aborder la dimension symbolique de la production textile avec une pensée qui, pour le moins, se distingue des problématiques de genre qui sont les nôtres aujourd’hui. Ainsi, la question de l’autorialité féminine de ces biens de prestige que sont les tissus est bel et bien posée. Le caractère périssable des productions textiles cependant ne permet pas de suivre de manière sûre les circuits commerciaux. Le fait est qu’aux époques suivantes, des mutations économiques se font jour, correspondant à l’émergence des cités et des grands sanctuaires emporiques 23. Le pouvoir économique et politique proprement dit des élites féminines semble moins visible, mais bel et bien investi dans une autre dimension liée au sacré.

Du textile au texte

  • 24 Les deux termes partagent une même racine que l’on retrouve dans le verbe texere, « tisser » : « Tr (...)
  • 25 Homère, Odyssée, IV, 136 : « [Hélène] s’assit sur un siège, avec les pieds sur le repose-pied… » po (...)
  • 26 Depuis les avant-gardes, mais surtout à partir des années 1970, les artistes féministes font la par (...)
  • 27 « Ce projet défend l’entremêlement et refuse de considérer l’être humain comme absolument extrait d (...)

Les figures de femmes puissantes assises à leur métier à tisser 24 hantent les imaginaires antiques méditerranéens. Que l’on songe, dans l’Odyssée, aux divinités que sont Calypso et Circé, à la mortelle douée de mètis qu’est Pénélope ou encore à la belle Hélène 25, pour citer le corpus homérique pourvoyeur de modèles au sein de cet espace. Les folklores du monde entier, par ailleurs, fournissent ce même archétype, réinvesti dans l’art contemporain 26 (fig. 5) 27.

Figure

Figure

Aliénor Joussot--Pérard, « Bientôt je saisissais l’entremêlement de mon corps au monde » (2020). Carnet textile, encre de chine, acrylique, linogravure, coton, papier kraft, papier-calque et morceau de toile

Photographie d’Aliénor Joussot--Pérard

  • 28 Cet aspect a été mis en avant à propos du tissage des tapis de nos jours dans les montagnes berbère (...)
  • 29 La nature de l’objet, tout comme l’inscription, font débat. Pour certains (Colonna 2004), il s’agir (...)

20Il s’agit de revenir ici sur le couplage féminin/savoir dans les aptitudes liées au tissage. De fait, on constate que les compétences mises en œuvre dans ce type de travaux permettent de mobiliser des capacités cognitives complexes 28. En tirant ce fil, on a pu inférer que les femmes avaient pu jouer un rôle prépondérant dans l’introduction et la circulation de l’écriture dans la culture étrusque. En effet, la figure de la filandière ou de la tisserande dans sa dimension divine est très présente dans les imaginaires étrusco-italiques. Ainsi, sur un objet globulaire en terre cuite mis au jour dans une tombe féminine de Gabii, un site latin situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de Rome, peut-on lire l’inscription qui constitue le plus ancien témoignage de l’écriture en Italie, vraisemblablement eulin, du grec εὔλινος 29, « la bonne tisserande » (fig. 6). Cette hypothèse serait d’autant plus pertinente, puisqu’il s’agit de l’épiclèse que porte la divinité grecque Ilythie, qui préside aux naissances.

Figure

Figure

Objet globulaire en terre cuite portant le graffitte eulin en provenance d’une tombe féminine de la nécropole de l’Osteria de Gabii, viiie s. av. n. è.

Rome, Musée des Thermes de Dioclétien / photographie de Sophie Pérard / « Su concessione del Ministero della cultura – Museo Nazionale Romano »

21Il est tout à fait significatif que la pratique de l’écriture et celle du filage et du tissage se trouvent ici corrélées, ce qui va dans le sens des hypothèses sur le rôle des femmes dans l’apparition de l’écriture en contexte étrusco-latial. Nombreux sont, en effet, les objets féminins épigraphes propres au textile, impliquant en tout état de cause la connaissance de l’écriture de la part de leur propriétaire. On pourrait, à cet égard, citer également un fusaïole portant un abécédaire réduit dans une tombe de Bologne datée du milieu du viie s. av. n. è. (Briquel & Kruta Poppi 2019) : il s’agirait des trois ou quatre premières lettres de l’alphabet usité dans cette région de la zone padane. Compte tenu de son fonctionnement, cet objet est passionnant dans la perspective qui est la nôtre. En effet, le fusaïole est un dispositif qui tourne de manière à transformer la fibre en fil. On peut suggérer que le travail du filage se faisait en parallèle de l’apprentissage de l’alphabet. La manipulation dynamique de l’objet permettait l’oralisation et la répétition des lettres et des sons dans leur déroulé permanent. Comme l’objet ne porte que les trois ou quatre premiers signes, les autres devaient faire l’objet d’une récitation et permettre l’apprentissage.

22On peut également invoquer un peson mis au jour dans la strate superficielle de la zone du « complexe monumental » du sanctuaire de Tarquinia, viie ou vie s. av. n. è.(Bagnasco Gianni, Cataldi & Facchetti 2017). Il porte l’inscription θanu. Or, la racine étrusque -θan, que l’on retrouve dans un certain nombre de termes, notamment des anthroponymes ou des théonymes, signifierait « couper, séparer, distinguer ». Il est ainsi éloquent qu’on la retrouve par exemple dans le nom de la déesse de la naissance Θanr(a). Ce théonyme signifierait la capacité de la déesse à trancher le fil de la vie, qu’elle aurait au préalable tissé.

23La déesse Θanr(a), dont les prérogatives sont proches de la déesse latine Mater Matuta, nous met en présence de figures divines du destin qui président aux naissances, au déroulement des jours et à la durée de l’existence même (fig. 7). Comme l’écrit Mircea Eliade : « Tisser ne signifie pas seulement prédestiner (sur le plan anthropologique) et réunir ensemble des réalités différentes (sur le plan cosmologique), mais aussi créer, faire sortir de sa propre substance, tout comme le fait l’araignée, qui bâtit sa toile d’elle-même » (1966 [1949] : 159).

Figure

Figure

Louise Bourgeois, Maman, bronze et nitrate d’argent, 2005

Bilbao, Musée Guggenheim par Didier Descouens – travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Maman_de_Louise_Bourgeois_-_Bilbao.jpg

  • 30 Il faut rappeler également la ceinture aux amulettes (praebia) de la statue de Tanaquil-Gaïa Caecil (...)
  • 31 Varro ap. Non. 189 ; Pline, NH, VIII, 197.
  • 32 Pline, NH, VIII, 194-195 : « La laine sur la quenouille et le fuseau de Tanaquil, qu’on appelait ég (...)
  • 33 « Ea prima texuit rectam tunicam qualis cum toga pura tirones induuntur nouaeque nuptae » (Pline, N (...)

24Tous ces aspects se trouvent exemplifiés dans la figure de tisserande qu’est la reine Tanaquil, dont le prénom Θanaχvil, construit sur ce même radical, se trouve être l’un des prénoms féminins les plus répertoriés : femme de Tarquin l’Ancien, le premier des trois rois étrusques de Rome (et grand-père de Sex. Tarquin, le violeur de Lucrèce), épouse et faiseuse de rois, elle est assimilée à la déesse latine Gaïa Caecilia, hypostase de la déesse Fortuna. Ce personnage est mentionné dans la tradition romaine comme « matrone idéale et filandière divine » (Boëls-Janssen 1993 : 147). On connaît ses compétences de summa lanafica, « fileuse de laine hors pair », et on lui prête le tissage de plusieurs vêtements de prestige30, telle la toga undulata, « toge ondulée », confectionnée pour Servius Tullius, qui voilaient la statue de culte de Fortuna Virgo sur le Forum Boarium 31. Sa quenouille et son fuseau étaient conservés dans le temple de Semo-Sancus 32. La reine est également mise en relation avec un autre vêtement rituel, la tunica recta, comme le précise Pline : « C’est elle, la première, qui tissa la tunica recta, telle que la revêtent les tirones avec la toga pura, et les jeunes mariées. » 33

  • 34 Platon, Lois, 813b. 

25Un point mérite enfin d’être souligné : cette tunica recta concerne les adolescents des deux genres. Elle est portée tout autant lors du passage du puer au tiro, la jeune recrue dans l’armée, et de la uirgo à la matrona (fig. 8). Or, s’il est vrai, dans le cas de la petite enfance, qu’une certaine forme d’indétermination de genre soit décelable dans les cultures grecque et romaine, cette pratique n’excède pas les six ans de l’enfant : les garçons et les filles sont alors séparés et différenciés par leurs atours, vêtements et bijoux. En Grèce, ils quittent l’élevage (trophê) pour l’éducation (paideia) 34. À Rome, l’infans, « celui qui ne parle pas », devient puer ou puella.

Figure

Figure

Statue en terre cuite de jeune fille à l’oiseau, portant la tunica recta, dépôt votif de la Porte Nord à Vulci, vers 310 av. n. è.

Rome, Villa Giulia (photographie de Sophie Pérard) / « Su concessione del Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia »

26Quant à Tanaquil, elle symbolise à elle seule la renommée dont jouissaient dans la tradition romaine les épouses étrusques en tant que fileuses et tisserandes, et les sources évoquent des vêtements qui impliquent des techniques particulières, plus précisément des techniques du corps.

  • 35 « Recta appellantur uestimenta uirilia quae patres liberis suis conficienda curant ominis causa, it (...)

27Revenons rapidement sur la toga undulata et la tunica recta mentionnées ci-dessus, car elles témoignent d’un savoir-faire étrusque que nous avons déjà souligné en matière de tissage. Il semble en effet possible de suggérer que ces tissus ondulés de la première aient été fabriqués à partir de bandes cousues les unes aux autres, comme en témoignent les hauts métiers à tisser très étroits mis au jour à Murlo. Ces bandes diversement colorées pouvaient jouer le rôle de galons (Gleba 2000). Or, cette technique permet peut-être d’éclairer le terme de recta dans la locution tunica recta, utilisée par Festus : « On appelle recta des vêtements masculins que les pères prennent soin de faire fabriquer pour leurs enfants, afin qu’ils obtiennent des présages favorables, ainsi désignés car ils sont tissés par des personnes qui travaillent debout et en hauteur » 35.

28On propose, en effet, le sens de « tissée en hauteur », ce qui obligeait la tisserande à travailler debout. De tels métiers à tisser impliquent, en tout état de cause, une certaine mobilité du corps de la tisserande, mobilité à mettre en relation avec la visibilité du corps des femmes dans le champ social. Quoi qu’il en soit, cette technique devait être tombée en désuétude, comme le suggère, dans l’extrait de Festus, le verbe curant, qui souligne le soin apporté par les pères pour cette commande spéciale : le caractère archaïque de cette pratique est exigé dans le cas d’un conservatisme rituel, qui en garantit l’efficacité (Boëls-Janssen 1993, Jannot 2004). Il est possible donc que l’on ait la trace de techniques très anciennes attribuées à la confection de vêtements caractéristiques des rites de passage adolescents, en lien avec la sortie de l’enfance et la fertilité nuptiale. La figure de Tanaquil se fait alors la garante de ces initiations.

  • 36 “perita […] caelestium prodigiorum mulier” (Tite-Live, I, 34, 9).

29Mais outre ses compétences de tisserande et de filandière hors du commun, la reine Tanaquil dispose d’un savoir spécifique, lequel, aux yeux des Étrusques et des Romains, constitue le savoir par excellence, l’Etrusca Disciplina : Tite-Live la présente, en effet, comme « Femme experte dans l’interprétation des signes célestes » 36. La tradition rapporte d’ailleurs que ce savoir était conservé dans des livres.

  • 37 Sur les rapports du tissage au sacré et au sacrifice dans les cultures berbères, voir Lefébure 2010 (...)

30Toutes ces données concourent à suggérer une certaine forme de « culturalisation » féminine, qui associerait des compétences en matière de textile, la pratique et la circulation de l’écriture et la divination et des savoirs, disons, sur la vie et mort 37. Cet aspect est à mettre en relation également avec les liens qui se nouent entre tissage et poésie : le fait de chanter en rythme pour compter les fils serait une source possible de récits métriques, généalogiques ou mythologiques, comme dans les chansons de toile médiévales (Zink 1978) ou berbères (Lefébure 2010 [1978]).

Lucretiam… deditam lanae sedentem

Pour finir, revenons à notre premier indice que constituait le récit de Tite-Live et retrouvons notre fileuse de laine initiale (lanafica), Lucrèce.

  • 38 Voir la lex Iulia (18 av. n. è.) et Papia Popaea (9 av. n. è.)

31La narration constitue une véritable élaboration qui s’inscrit dans la politique de retour à l’ordre moral instituée par Auguste pour ce qui concerne notamment les conduites féminines 38. La Lucrèce de Tite-Live symbolise ainsi les valeurs de la matrona augustéenne dans une narration à dimension didactique et idéologique : celle de la respublica restituta ou le retour des valeurs républicaines traditionnelles.

32Mais il serait tout à fait possible de retrouver ici les éléments évoqués précédemment. Ainsi, à la figure de la matrona discrète, repliée sur son ouvrage, pourrait se superposer celle d’une femme puissante, faisant fructifier son patrimoine/matrimoine jusque tard dans la nuit. Le terme lucubrantes, « travaillant à la lumière de la lampe », attise en effet notre curiosité : comment comprendre cette activité nocturne de la domina entourée de ses servantes ? Faut-il y voir un écho de Pénélope, une autre femme fidèle travaillant de nuit ? Le récit historique livien se construirait alors en regard du paradigme absolu que constitue le récit épique homérique (Rossi 2000). Ou bien une logique propre à la narration, qui opposerait de manière systématique les brus du roi étrusque Tarquin le Superbe et la Romaine Lucrèce occupée à son ouvrage ? Nous avons en effet précisé dans l’introduction à quel point, dans l’historiographie grecque et latine, les Étrusques représentaient une figure de l’altérité, notamment pour ce qui concerne la visibilité des femmes dans la société, alors même qu’à la période de l’héroïne, une koinè culturelle ne devait pas permettre de discriminer les unes et les autres, Rome étant gouvernée par trois rois étrusques au vie s. av. n. è., Tarquin l’Ancien, Servius Tullius et Tarquin le Superbe. Cet aspect est à mettre en parallèle avec le phénomène de « désétrusquisation » en vogue dans l’historiographie romaine (Musti 1970), dont la tendance consiste à minorer l’apport étrusque à la période royale romaine (Briquel 2008). Ce processus est particulièrement significatif quand il s’agit d’évoquer la figure de Tarquin le Superbe, que les sources présentent systématiquement de manière négative (Humm 2017).

  • 39 Dominique Briquel évoque « la beaucoup plus rassurante Lucrèce, ce prototype de la matrone confinée (...)

33Dans le cas de l’opposition Lucrèce/belles-filles de Tarquin le Superbe, il convient de rappeler le statut dont jouissaient les femmes étrusques, en tout cas celles de l’élite, au regard de leurs consœurs grecques et romaines : ainsi, tandis que la Romaine est montrée à son ouvrage 39, les brus de Tarquin le Superbe participent à un symposion, le banquet « à la grecque », rituel social réservé aux hommes chez les Hellènes. À cet égard, les spécialistes parlent de « banquet étrusque » (D’Agostino & Cerchiai 2004, Lubtchansky 2013).

  • 40 Ce terme traduit le latin histrio, « acteur », comme l’atteste une inscription bilingue latino-étru (...)
  • 41 Personnage de droite sur la peinture du mur du fond de la Tombe des Augure de Tarquinia, vers 520 a (...)
  • 42 Théry & Bonnemère 2008. Sur les rapports de genre dans la culture étrusque, voir Pérard 2022.

34Par ailleurs, comme l’attestent les sources figurées tout au long de la période étrusque jusqu’à la domination romaine, les marqueurs de statut, notamment les objets de parure que constituent les vêtements, sont susceptibles d’escamoter le sexe de la personne qui les porte. En outre, les assignations statutaires, qui définissent en partie seulement le genre, semblent primer dans la représentation du sujet. Si l’on revient aux vêtements rituels ornés des bordures caractéristiques tissées aux planchettes (voir supra), on constate qu’ils peuvent être portés par les hommes comme par les femmes et définir une fonction éminente au sein de la communauté. Nous songeons à l’un des tanasar 40, ici pleureurs professionnels, celui à droite portant la lacerna dans la Tombe des Augures de Tarquinia 41 (fig. 9). À nouveau, le genre n’est pas tant ce que l’on est, mais ce que l’on fait 42.

Figure

Figure

Un des tanasar (pleureurs professionnels) à la lacerna sur le mur du fond de la Tombe des Augures de Tarquinia, vers 520 av. n. è.

https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Tomboftheaugurs.jpg

35Par ailleurs, on peut s’autoriser une lecture également symbolique du récit de Tite-Live : Lucrèce garderait ainsi les traces d’une figure divine, la fileuse nocturne, celle qui « défait » les rois, une anti-Tanaquil (Briquel 1998).

  • 43 Tite-Live I, 57-58.

36Toutefois, ne pourrait-on imaginer une activité féminine rémunératrice, organisée en marge des activités de la domus ? De fait, il nous semble déceler ici un autre affleurement de cette ancienne puissance féminine : le participe sedentem, « assise », qui qualifie Lucrèce, rappelle les trônes des tisseuses des générations précédentes. Dès lors, le viol de Lucrèce par Sextus Tarquin 43, épisode qui suit celui narré plus haut, pourrait référer à la captation de cette puissance économique féminine au profit d’une organisation économique gérée par les élites masculines : à Rome, en effet, le viol est une atteinte à la domus avant d’être une atteinte au corps ou à la personne et la violence symbolique prend souvent le pas sur la dimension sexuelle de l’acte (Boehringer 2018).

37Il se trouve d’ailleurs que le lexique même employé dans le récit de l’historien romain corrobore cette hypothèse. On peut en effet s’interroger sur le fait que Tite-Live emploie le mot uxor (uxoribus) au début du texte, terme juridique qui désigne la femme mariée, pour terminer sur celui de mulier, avec l’adjectif muliebris, qui désigne, cette fois-ci, la femme au sens générique à propos de Lucrèce (Ernout & Meillet 2001 (1932) s. v. « uxor » et « mulier »). C’est donc bel et bien en raison de son genre, c’est-à-dire de son statut de femme de haute lignée à fort potentiel technique et économique que Lucrèce est assujettie par le viol de Sextus Tarquin.

38Que tisse le genre dans les cultures étrusco-latiales ? Assurément une histoire encore enchevêtrée, qui demande un (ré)examen des sources de notre part, pour nous garder d’une vision trop téléologique de la fonction des femmes dans leur rapport à la technique et dans leur investissement des moyens de production. Des ruptures affleurent et demandent à être éclaircies : ainsi, la spécificité de la culture étrusque dans l’articulation du masculin au féminin paraît un terrain d’étude prometteur, ne serait-ce que pour rendre compte de manière plus fine des moindres inégalités dans les relations entre les femmes et les hommes. En outre, un tel questionnement met au jour des dominations plurielles : celles des peuples conquis par Rome et, partant, la mainmise des vainqueurs sur les récits parvenus jusqu’à nous, tout autant que les relations de domination dans les rapports de genre.

Haut de page

Bibliographie

Amann, P. 2015 « Sur les traces de la femme étrusque. Le rôle de l’élément féminin dans la société étrusque », Bulletin de l’Association Guillaume Budé 2 : 19-49.

Bartoloni, G. 2000 « La donna del principe » in G. Bartoloni dir. Principi etruschi tra Mediterraneo ed Europa, Catalogue d’exposition, Bologne, Museo Civico Archeologico, 1er octobre 2000-1er avril 2001, Venise : Marsilio : 271-306.

Bellelli, V. & E. Benelli 2018 Gli Etruschi. La scrittura, la lingua, la società. Rome : Carocci Editore.

Benelli, E. 1994 Le iscrizioni bilingui etrusco-latine. Florence : Biblioteca di Studi Etruschi 27.

Boehringer, S. 2018 « Les violences sexuelles dans l’Antiquité : où se joue le genre ? » in L. Bodiou et al. Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes. Rennes : Presses Universitaires de Rennes : 33-49. doi: doi.org/10.4000/books.pur.45400.

Boëls-Janssen, N. 1993 La Vie religieuse des matrones dans la Rome archaïque. Rome : École française de Rome : Publications de l’École Française de Rome 176.

Briquel, D. 2017 « Les monuments de type Regia dans le monde étrusque, Murlo et Acquarossa. », Archimède : archéologie et histoire ancienne, UMR7044 – Archimède : 110-128. halshs- 01589187.

Briquel, D. 2016 « Les Etruscae litterae avant les Graecae litterae : les Étrusques ont-ils eu une influence sur l’historiographie romaine ? » in B. Mineo & T. Piel dir. Les premiers temps de Rome. vie-iiie s. av. J.-C. La fabrique d’une histoire. Rennes : Presses universitaires de Rennes : 29-54.

Briquel, D. 2008 « Rome comme ville étrusque » in P. Fleury & O. Desbordes dir. Roma illustrata. Représentations de la ville. Actes du Colloque international de Caen (6-8 octobre 2005). Caen : Presses universitaires : 63-83.

Briquel, D. 1998 « Les figures féminines dans la tradition sur les rois étrusques de Rome », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 142 (2) : 397-414.

Briquel, D. 1993. Les Étrusques. Peuple de la différence. Paris : Armand Colin.

Briquel, D. & L. Kruta Poppi 2019 « Le tombe con marchi del sepolcreto di via Sabotino a Bologna », Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité. doi: https://doi.org/10.4000/mefra.7545.

Colonna, G. 2004 « [Intervention] » in G. Bartoloni & F. Delpino dir. Oriente e Occidente : metodi e discipline a confronto. Riflessioni sulla cronolo ia ell’et el ferro in Italia, Actes du colloque (Rome, 2003), Mediterranea 1 : 478-483.

Cousin, C. 2015 « Typologie et fonctions des didascalies dans l’imagerie funéraire étrusque » in M.-L. Haack dir. Écriture et espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l’époque préromaine. doi: https://doi.org/10.4000/books.efr.2722.

Cutler, J., Dimova, B. & M. Gleba 2020 « Tools for textiles. Textile production at the Etruscan settlement of Poggio Civitate, Murlo, in the seventh and six centuries BC », in Papers of the British School at Rome 88 : 1-30. doi: 10.1017/S006824622000001X.

D’Agostino, B. & L. Cerchiai 2004 « Il banchetto e il simposio nel mondo etrusco », Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum II. Bâle : Fondation pour le LIMC : 254-267.

Di Fraia, T. 2012 « Le cas d’Archi et le développement du filage et du tissage en Italie entre Bronze Final et premier Âge du fer » in A. Kern et al. Technologieentwicklung und -transfer in der Hallstatt- und Latènezeit, Beiträge zur Internationalen Tagung der AG Eisenzeit und des Naturhistorischen Museums Wien, Prähistorische Abteilung-Hallstatt 2009 : Langenweissbach : 49-72.

Eles Mazi, P. von 2007 « Famiglie gentilizie e donne a Verucchio. Linguaggi nascosti, rappresentazioni di ruoli di rango » in P. von Eles Le ore e i giorni delle donne. Dalla quotidianità alla sacralità tra VIII e VII secolo a. C., Catalogue de l’exposition, Museo Civico Archeologico di Verucchio, 14 juin 2007-6 janvier 2008. Verucchio : Pazzini Stampatore Editore : 71-85.

Eliade, M. 1966 [1949] Traité d’histoire des religions. Paris : Payot.

Ernout, A. & A. Meillet 2001 1932 Dictionnaire étymologique de la langue latine. Paris : Klincksieck.

Freud, S. 1989 Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, traduction de Rose-Marie Zeitlin. Paris : Gallimard.

Gleba, M. 2000 « Weaving at Poggio Civitate (Murlo) », Etruscan Studies 7 (1) : 105-106.

Gleba, M. 2008 Textile Production in Pre-Roman Italy. Oxford : Oxbow Books.

Gleba, M., Mandolesi, A., Lucidi, M. R. 2017, « New textile finds from Tomba dell’Aryballos Sospeso, Tarquinia. Context, analysis and preliminary interpretation » in M. Gleba, Origini XL/2017 « Textiles in pre-Roman Italy. From a qualitative to a quantitative approach ». Rivista annuale del Dipartimento di Scienze dell’Antichità. Roma : Sapienza Università di Roma : 29-44.

Hartog, F. 2001 [1980] Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre. Paris : Gallimard.

Heslop T. A. & H. Anderson dir. 2020 Basketry and Beyond. Constructing Cultures. Norwich : University of East Anglia. doi: 10.1080/00681288.2021.1965324.

Humm, M. 2017 « L’hellénisme de Tarquin le Superbe » in P. S. Lulof & C. J. Smith dir. The Age of Tarquinius Superbus. Central Italy in the Late 6th Century, actes du colloque (Rome, 7-9 novembre 2013). Leuven-Paris-Bristol : Peeters : 27-38.

Jannot, J.-R. 2004 « Assemblées de femmes : une survivance clusienne des valeurs familiales archaïques », Revue archéologique 37 (1) : 33-49. doi: 10.3917/arch.041.0033.

Lefébure C. 2010 [1978] « Linguistique et technologie culturelle : L’exemple du métier à tisser vertical berbère » in G. Bartholeyns, N. Govoroff & F. Joulian dir. Techniques&Culture 54-55 « Cultures matérielles » : 115-135. [En ligne] : https://journals.openedition.org/tc/4994. doi: 10.4000/tc.4994.

Lubtchansky, N. 2013 « Sous le regard de Rodin. Réflexions sur les pratiques d’acculturation dans l’iconographie de la consommation du vin étrusque » in C. Grandjean, C. Hugoniot & B. Lion dir. Le banquet du monarque dans le monde antique (Tours, 25-27 mars 2010), Rennes-Tours : 399-423.

Mastrocinque, A. 1991 L’ambra e l’Eridano (Studi sulla letteratura e sul commercio dell’ambra in età preromana). Este : Libreria Editrice Zielo.

Musti, D. 1970 Tendenze nella storiografia romana e greca su Roma arcaica. Studi su Livio e Dionigi d’Alicarnasso. Rome : Edizione dell’Ateneo (QUCC, X).

Naji, M. 2009 « Le fil de la pensée tisserande » in L. Coupaye & L. Douny dir. Techniques&Culture 52-53 « Technologie ». doi: 10.4000/tc.4826.

Neils, J. dir. 1993 Goddess and Polis. The Panathenaic Festival in Ancient Athens, Catalogue de l’exposition, Hood Museum of Art, Dartmouth, Hanover, New Hampshire, Princeton University Press : New Jersey.

Pérard, S. 2019 La question de l’apparence dans l’aire culturelle étrusque. La parure et ses enjeux. Thèse de doctorat sous la direction de D. Briquel, Sorbonne Université.

Pérard, S. 2022 « Masculin/féminin dans la culture étrusque. Un cas limite » in Anne-Lise Baylé & Martin Jaillet, Frontière.s. Revue d’Archéologie, Histoire & Histoire de l’Art (2022-supp. 1) « Dépasser la limite ». doi: 10.35562/frontieres.1097.

Rossi, A. 2000 « The tears of Marcellus. History of a literary motif in Livy », Greece & Rome 47 : 56-66.

Stauffer, A. & L. Raeder Knudsen 2015 « Men’s cloaks from different tombs in Verucchio VIII-VII century BC. New insight and open questions » in P. von Eles et al. Immagini di uomini e di donne dalle necropoli villanoviane di Verucchio. Actes des journées d’étude dédiées à Renato Peroni. Verrucchio, 20-22 avril 2011, Quaderni de Archeologia dell’Emilia Romagna 34. Florence : All’Insegna del Giglio : 105-108.

Testart, A. 2014 L’Amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail. Paris : Gallimard.

Théry, I. & P. Bonnemère dir. 2008 Ce que le genre fait aux personnes. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Tuck, A. 2016 « The three phases of elite domestic space at Poggio Civitate » in G. M. Della Fina dir. Dalla capanna al palazzo. Edilizia abitativa nell’Italia Preromana, Atti del XXIII Convegno Internazionale di Studi sulla Storia et l’Archeologia dell’Etruria. Rome : Edizioni Quasar : 301-318.

Tuck, A. 2014 « Manufacturing at Poggio Civitate. Elite consuption and social organization in the Etruscan seventh century », Etruscan Studies 17 (2) : 121-139.

Verger, S. 2011 « Duel privé, duel public. Le trône de la tombe 89/1972 Lippi de Verrucchio, aux origines de la représentation des rituels politiques étrusques » in G. Wataghin Cantino dir. Finem Dare. Il confine tra sacro, profano e immaginario. A margine delle stele bilingue del Museo Leone di Vercelli, Actes du colloque international (Vercelli, 2008). Vercelli : Mercurio Editore : 171-215.

Zink, M. 1978 « Belle ». Essai sur les chansons de toile, suivi d’une édition et d’une traduction. Transcriptions musicales par Gérard Le Vot. Paris : Honoré Champion (Essais sur le Moyen Âge).

Haut de page

Notes

1 L’épisode se situe en 509 av. n. è.

2 Forte potantibus his apud Sex. Tarquinium, ubi et Conlatinus cenabat Tarquinius, Egerii filius, incidit de uxoribus, mentio ; suam quisque laudare miris modis. Inde certamine accenso Conlatinus negat uerbis opus esse, paucis id quidem horis posse sciri, quantum ceteris praestet Lucretia sua. « Quin, si uigor iuuentae inest, conscendimus equos inuisimusque praesentes nostrarum ingenia ? Id cuique spectatissimum sit, quod necopinato uiri aduentu occurrerit oculis ». Incaluerant uino ; “age sane” omnes ; citatis equis aduolant Romam. Quo cum primis se intendentibus tenebris peruenissent, pergunt inde Collatiam, ubi Lucretiam haudquaquam ut regias nurus, quas in conuiuo luxuque cum aequalibus uiderant tempus terentes, sed nocte sera deditam lanae inter lucubrantes ancillas in medio aedium sedentem inueniunt. Muliebris certaminis laus penes Lucretiam fuit.

3 C’est-à-dire de la culture du Latium.

4 D’après le nom du site de Villanova, situé vers Bologne, où a été décrit pour la première fois le faciès de cette culture, qui se développa au tournant du premier millénaire av. n. è. (Briquel 1993).

5 Sur les Etruscae litterae florissantes voir Tite-Live (IX, 36, 3).

6 Comme le tissage du péplos pour la statue de culte d’Athéna Parthénos à Athènes (Neils 1993).

7 Dans la culture étrusque, la production textile est aux mains des femmes, comme dans les cultures de la Méditerranée antique. Il s’agit là d’une « constante » soulignée par Alain Testart (2014).

8 Verger 2011.

9 On remarque des volatiles au-dessus des têtes de chacune de ces tisserandes, qui les distinguent de leur antagoniste : on pourrait les interpréter comme le signe de la faveur des dieux, qui les ont élues pour la victoire dans cette compétition. Cet élément évoque la prise d’auspices, qui consiste à interpréter le vol des oiseaux, dans l’Etrusca disciplina, propre aux cultures étrusco-latiales. Sur l’Etrusca disciplina, la science étrusque de lire les présages, voir Briquel 1993.

10 http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/verucchio/

11 De fait, la tebenna telle que la définissent les spécialistes du vêtement étrusque se distingue des pièces de vêtements grecques par la spécificité formelle : l’une des bordures est arrondie. Voir, par exemple, Denys d’Halicarnasse, Ant. Rom., III, 61, 1 : […] sauf qu’elle n’était pas de forme rectangulaire, comme celle-ci, mais semi-circulaire ([…] πλὴν οὐ τετράγωνόν γε τῷ σχήματι, καθάπερ ἐκεῖνα ἦν, ἀλλ ἡμικύκλιον). Cette caractéristique met l’accent sur les compétences techniques des tisserandes étrusques. Il est bien évident qu’un tel usage demande une plus grande expertise, car s’avère d’une difficulté supérieure au tissage d’une pièce de tissu rectangulaire, qui correspond à la forme du métier à tisser

12 La première production étrusque de tissu pourpre teint au murex provient de la Tombe de l’Aryballe Suspendu à Tarquinia, vers 630-620 av. n. è. (Gleba, Mandolesi & Lucidi 2017).

13 On trouve ce même code chromatique rouge/bleu dans la Tombe 38/2006 pour des ornements faits de perles d’ambre ou de pâte de verre (Stauffer & Raeder Knudsen 2015) : de fait, dans la nécropole Lippi de Verucchio, on a pu discriminer quatre groupes gentilices, tant des femmes que des hommes ou des enfants, dans lesquels des distinctions de rang ou de fonction se manifestaient par l’emploi de matériaux précieux : or, ambre ou perles de verre (von Eles Mazi 2007).

14 Laquelle perdurera jusqu’à l’âge moderne, dans les cours européennes pour des tissus d’exception (Di Fraia 2012).

15 C’est-à-dire de la plaine du Pô.

16 La civilisation de Hallstatt, du nom du site autrichien où a été décrit le faciès de cette culture au xixe s., désigne les populations qui occupaient le nord-ouest de l’Europe entre 1200 et 500 av. n. è.

17 http://tabletweaving.dk/wordpress/wp-content/uploads/2018/10/11-chapt-11.pdf

18 Les protomés sont les gueules ouvertes des fauves qui servent à évacuer les eaux de la toiture.

19 Les acrotères sont des ornements, le plus souvent en terre cuite, qui sont disposés sur les sommets de la toiture.

20 Sorte de manteau dont les pans se déploient sur la poitrine, portée par les hommes comme par les femmes selon des modalités variées.

21 Sur les enjeux de cette technique, voir Heslop & Anderson 2020.

22 Sur la question du poil dans la culture étrusque, voir Pérard 2019. Dans la culture grecque, on peut citer un passage d’Hérodote, L’Enquête, IV, 34, qui évoque la coutume suivante : à Délos, les jeunes filles coupent leurs boucles de cheveux, qu’elles enroulent à leur fuseau, et déposent sur les tombes des « Vierges Hyperboréennes », Hypéroché et Laodicé. Il est précisé qu’il s’agit d’un rite prénuptial.

23 À vocation commerciale : un emporion est un comptoir international où s’échangent des biens.

24 Les deux termes partagent une même racine que l’on retrouve dans le verbe texere, « tisser » : « Tramer, entrelacer. Se dit non seulement de la toile, mais de tout ouvrage dont les matériaux s’entrecroisent ou s’enchevêtrent », Ernout & Meillet 2001 1932 s. v. « texo, is, ui, textum, texere ».

25 Homère, Odyssée, IV, 136 : « [Hélène] s’assit sur un siège, avec les pieds sur le repose-pied… » pour filer sa laine pourpre.

26 Depuis les avant-gardes, mais surtout à partir des années 1970, les artistes féministes font la part belle aux pratiques textiles dans une démarche réflexive (https://awarewomenartists.com).

27 « Ce projet défend l’entremêlement et refuse de considérer l’être humain comme absolument extrait de son paysage. Il s’agit alors d’affirmer que notre corps, nos actions sont essentiellement liés à l’environnement.
La souplesse du textile me permet de contredire plastiquement ces catégories bien trop rigides et étouffantes propres à nos sociétés, notamment l’opposition constante entre Nature et Culture. La couture, métier dit féminin, témoigne par ces lignes qui se croisent, qui s’entremêlent et qui se nouent (qui se nous, car il s’agit bien de penser au collectif et non au singulier pour reprendre Marielle Macé) de cet enchevêtrement. Texte et textile se retrouvent entremêlés ici pour tisser dans nos pensées de nouveaux liens ; car ces liens sont déjà présents dans le monde. Il s’agit désormais de les comprendre, de les sentir, de les saisir et de les écouter dire ce qu’ils ont à nous dire de notre monde », selon l’artiste Aliénor Joussot--Pérard (@alienorjstpe).

28 Cet aspect a été mis en avant à propos du tissage des tapis de nos jours dans les montagnes berbères du Sirwa dans l’Anti-Atlas marocain : « Le concept de ligne nous permet donc de rendre compte partiellement de la manière dont les tisseuses pensent grâce aux affordances de la matière et de la technique mais aussi de leur corps et s’adaptent aux contraintes structurelles et matérielles du tissage pour organiser et planifier la production de tapis symétriques à motifs géométriques complexes. L’entité géométrique « ligne » est le résultat de la synthèse de multiples expériences sensorimotrices et de multiples incorporations (matière, temps, espace, images, corps des autres) unies par la pratique. Ainsi, les tisseuses aiguisent leurs compétences mathématiques et leur capacité d’abstraction, de cognition spatiale et de planification. Elles développent une pensée visio-spatiale et une mémoire multisensorielle impliquant des éléments verbaux, visuels, auditifs et kinesthésiques leur permettant d’identifier certaines formes et de les reproduire habilement dans une relation dialectique entre geste et image » (Naji 2009 : 86).

29 La nature de l’objet, tout comme l’inscription, font débat. Pour certains (Colonna 2004), il s’agirait d’un vase globulaire gravé d’une inscription latine, à lire de droite à gauche : ni lue , « ne me détache pas ». Une interprétation plus récente, que nous suivons, préfère y lire, de gauche à droite, le grec eulin(os), « la bonne tisserande ». L’objet porte en effet une attache, qui suppose qu’il était suspendu, comme le peson d’un métier à tisser. Sur les différentes hypothèses, voir Bellelli & Benelli 2018 : 23-27.

30 Il faut rappeler également la ceinture aux amulettes (praebia) de la statue de Tanaquil-Gaïa Caecilia dans le temple de Semo-Sancus (Ver. Fl. in Fest. 345L ; cf. Fest., -Paul. 215L).

31 Varro ap. Non. 189 ; Pline, NH, VIII, 197.

32 Pline, NH, VIII, 194-195 : « La laine sur la quenouille et le fuseau de Tanaquil, qu’on appelait également Gaïa Caecilia, s’était conservée dans le temple de Sancus – Varron le certifie pour l’avoir vue – ainsi que la toge royale ondulée tissée par celle-ci, que Servius Tullius avait portée, conservée dans le temple de Fortuna » (Lanam in colu et fuso Tanaquilis, quae eadem Gaia Caecilia uocata est, in templo Sancus durasse prodente se auctor est M. Varro factamque ab ea togam regiam undulatam in aede Fortunae, qua Ser. Tullius fuerat usus).

33 « Ea prima texuit rectam tunicam qualis cum toga pura tirones induuntur nouaeque nuptae » (Pline, NH, VIII, 194).

34 Platon, Lois, 813b. 

35 « Recta appellantur uestimenta uirilia quae patres liberis suis conficienda curant ominis causa, ita usurpata quod a stantibus et in altitudinem texuntur » (Fest, p. 342L).

36 “perita […] caelestium prodigiorum mulier” (Tite-Live, I, 34, 9).

37 Sur les rapports du tissage au sacré et au sacrifice dans les cultures berbères, voir Lefébure 2010 [1978].

38 Voir la lex Iulia (18 av. n. è.) et Papia Popaea (9 av. n. è.)

39 Dominique Briquel évoque « la beaucoup plus rassurante Lucrèce, ce prototype de la matrone confinée dans ses tâches domestiques », qu’il oppose aux « maîtresses-femmes du temps des rois étrusques », considérées comme « étrangères au monde romain du début de la République qui a dû voir la formation de ces récits » (1998 : 414).

40 Ce terme traduit le latin histrio, « acteur », comme l’atteste une inscription bilingue latino-étrusque (Benelli 1994). Toutefois, il désigne, plus largement, les professionnel-le-s des performances mises en œuvre lors des rituels de funérailles (acteur-rice-s, musicien-ne-s, pleureur-euse-s, etc.). Pour cette dernière fonction, voir Cousin 2015.

41 Personnage de droite sur la peinture du mur du fond de la Tombe des Augure de Tarquinia, vers 520 av. n. è.

42 Théry & Bonnemère 2008. Sur les rapports de genre dans la culture étrusque, voir Pérard 2022.

43 Tite-Live I, 57-58.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure
Légende La culture étrusque et son expansion en Italie
Crédits DAO Jean-Pierre Garcia
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure
Légende Trône en bois, dit « Trône Lippi, » détail du métier à tisser à droite de la rouelle centrale, premier quart du viie s. av. n. è.
Crédits Verucchio, Museo Civico Archeologico (dessin de Corinne Journo)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure . Détails de la figure 2
Crédits Dessins de Corinne Journo
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Figure
Légende Tintinnabulum en bronze de la « Tombe des Ors » (Tombe 5) de la nécropole de l’Arsenale Militare de Bologne, milieu du viie s. av. n. è., Bologne
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure
Légende Aliénor Joussot--Pérard, « Bientôt je saisissais l’entremêlement de mon corps au monde » (2020). Carnet textile, encre de chine, acrylique, linogravure, coton, papier kraft, papier-calque et morceau de toile
Crédits Photographie d’Aliénor Joussot--Pérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure
Légende Objet globulaire en terre cuite portant le graffitte eulin en provenance d’une tombe féminine de la nécropole de l’Osteria de Gabii, viiie s. av. n. è.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Figure
Légende Louise Bourgeois, Maman, bronze et nitrate d’argent, 2005
Crédits Bilbao, Musée Guggenheim par Didier Descouens – travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Maman_de_Louise_Bourgeois_-_Bilbao.jpg
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre Figure
Légende Statue en terre cuite de jeune fille à l’oiseau, portant la tunica recta, dépôt votif de la Porte Nord à Vulci, vers 310 av. n. è.
Crédits Rome, Villa Giulia (photographie de Sophie Pérard) / « Su concessione del Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia »
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure
Légende Un des tanasar (pleureurs professionnels) à la lacerna sur le mur du fond de la Tombe des Augures de Tarquinia, vers 520 av. n. è.
Crédits https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Tomboftheaugurs.jpg
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17197/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Pérard, « Le métier des femmes »Techniques & Culture [En ligne], Suppléments aux numéros, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17197

Haut de page

Auteur

Sophie Pérard

Sophie Pérard est professeure agrégée de lettres classiques, docteure en étruscologie et membre associée au laboratoire ARTEHIS (UMR CNRS 6298). Ses thèmes de recherche concernent les imaginaires du corps dans la culture étrusque et, plus largement, dans les cultures antiques, notamment le fonctionnement de la parure et l’articulation du masculin au féminin. Ses travaux abordent aussi le vin dans l’Italie préromaine.

Articles du même auteur

  • Le métier des femmes [Résumé | Accès restreint]
    La part à tisser des élites féminines dans l’Italie préromaine
    Paru dans Techniques & Culture, 77 | 2022
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l'EHESS
  • Logo Editions de la Maison des Sciences de l'Homme
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search