Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77De Monsieur Cuisine au genre de T...

De Monsieur Cuisine au genre de Techniques&Culture

Gil Bartholeyns et Sandrine Ruhlmann
p. 6-9

Texte intégral

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Démonstrateurs de casseroles automatiques au stand de la SAME (Société d’appareils ménagers économiques)

anonyme, 1949. Archives nationales [Pierrefitte-sur-Seine], 19850024/24/3. Nous remercions Marie-Ève Bouillon de nous avoir transmis sa photographie de ce document et celle de la coupure de presse de la figure suivante, également conservée aux Archives nationales.

La meilleure opération de réduction de la technique par le genre est peut-être de donner des prénoms féminins – Marie, Suzy, Jeannette – à des appareils ménagers. Ce fut notamment le cas de Moulinex à partir des années 1950. Mais voilà que trois-quarts de siècle plus tard, en 2019, une enseigne de grande distribution interpelle a priori les hommes avec un robot nommé Monsieur Cuisine. Le nom joue sciemment ou pas sur l’ambivalence entre le verbe conjugué (Monsieur s’est mis à cuisiner) et un substantif qualifiant Monsieur-cuisine – un monsieur devenu cuisine – comme on dirait un Homme à tout faire. Faut-il y voir un renversement du « genre des techniques » et des assignations ? Sans doute pas, au contraire. Car à y regarder de plus près, on découvre que l’enseigne propose également un « Mini Monsieur Cuisine » à destination des enfants : « Désormais, tu pourras aider maman ou papa dans la cuisine avec ton propre petit Monsieur Cuisine ! » dit la réclame et, pour illustrer le produit, deux fillettes s’affairent gaîment autour du robot cuisinier. C’est donc Monsieur qui cuisine pour toute la famille, mais les filles et les femmes sont à la besogne. On repère toutefois quelques publicités pour ce produit vedette où l’utilisateur est bel et bien un homme. Un papa ? Un homme seul ? Il y a une ambiguïté quant au genre des usagers, mais dans les faits la technique reste masculine – au point d’avoir nommé Monsieur un robot à l’usage de toutes et de tous.

  • 1 L’expression est de Jean Fourastié, encenseur des équipements techniques (Fourastié 1951).

1Rien de très neuf sous le soleil. Lors des salons des arts ménagers, c’étaient des hommes qui faisaient démonstration des dernières nouveautés. C’étaient des hommes aussi qui, en voyageurs représentants placiers (VRP), vendaient aspirateurs, cocotte-minute et autres fers à repasser à des clientes censées tomber en pâmoison devant les miracles accomplis par ces « esclaves mécaniques » 1 venus les secourir. Si leur consommation domestique est affaire de femmes, les techniques, de la conception à la vente, sont affaire d’hommes. Ces clichés et ces réalités sont bien connus : ils inventent, ils comprennent, ils réparent et même ils pensent et écrivent à leur propos. La classique et collective Histoire générale des techniques (Des origines au xvsiècle) parue en 1962 ne souffre que d’une exception : Maurice Daumas fit appel à « Mlle Chita de la Calle » pour l’Amérique précolombienne, une partie au demeurant singulièrement brève (Daumas 1962). Pas mieux pour les quatre volumes suivants jusqu’en 1979.

  • 2 En ce compris les collaboratrices scientifiques et les ITA (ingénieurs, techniciens et personnels a (...)

2André Leroi-Gourhan et André-Georges Haudricourt participent copieusement à l’ouvrage et c’est à la faveur de leur parrainage que sont nés en 1976 le groupe de travail Techniques et Culture puis la revue. En alla-t-il de même ? Au sommaire des premières publications, sous la forme de bulletins de l’équipe « Techniques, milieu et culture » du groupe « Écologie et sciences humaines » de la Maison des sciences de l’homme – équipe de recherche du CNRS – on trouve Marie-Claude Mahias, Aliette Geistdoerfer et d’autres, soit six femmes pour neuf hommes dont Robert Cresswell à la conduite et Pierre Lemonnier. En 1983, la première publication « officielle », Technologie culturelle I et II, qui fait suite à des rencontres, est coordonnée par Geneviève Bédoucha et réunit sept femmes et douze hommes. Ce n’est pas si mal si l’on tient compte du biais de la technique et du ratio chercheurs/chercheuses dans le monde universitaire et au CNRS : 35 % de femmes en 1960, 30 % en 2000, toutes disciplines confondues 2 ; dans les sciences de l’homme et de la société, la féminisation atteint 40 % à la fin des années 1990, mais sans réelle progression (Mission 2004).

  • 3 Pour la première période, voir Tables 1999.

3Au fil des ans, les numéros de Techniques&Culture confirment cette présence certes modeste des femmes mais non négligeable au regard d’un tel sous-emploi, une présence qui tend à s’affirmer à partir des années 2000. Par addition, la parité est approchée, parfois dépassée. En 1999, le conseil de rédaction est composé de huit femmes sur un total de douze membres 3. À l’intérieur de cette courbe globale, on peut présumer que les numéros coordonnés par des femmes et certains thèmes, comme le tissage ou la cuisine ou, à l’inverse, les machines ou le bricolage, sont déterminants. Oui et non. Édité par Marie-Noëlle Chamoux, Persistances et Innovations (no11, 1988) compte neuf femmes et quatre hommes. Mais Soieries médiévales (no34, 2000), édité par Sophie Desrosiers, compte sept contributeurs pour quatre contributrices. Des machines et des hommes (no16, 1991) est coordonné par Madeleine Akrich et En cas de panne (no72, 2019) est codirigé par Mathilde Bourrier et Nicolas Nova. La rétrospective des directions depuis le numéro 1 montre qu’une majorité de numéros est dirigée ou codirigée par des femmes, 35 sur 67, en excluant les numéros de varia et sans direction particulière. Depuis cinq ans, à une exception près, tous les numéros sont portés scientifiquement par au moins une femme.

1. Dessin de J. Lap, Le Canard enchaîné, 28 février 1951

1. Dessin de J. Lap, Le Canard enchaîné, 28 février 1951

Revue de presse du commissariat général du Salon des arts ménagers. Archives nationales, 19850023/572

4Il n’en reste pas moins qu’aucun numéro avant celui-ci n’avait été consacré aux questions de genre à proprement parler. Certes, certaines thématiques comme l’alimentation ou le textile traitent principalement d’« univers de femmes », comme la guerre traite principalement de pratiques masculines, et la division sexuée du travail traverse logiquement un grand nombre d’articles. Certes aussi, le développement des études de genre rend naturel l’intérêt d’une revue d’anthropologie des techniques et des cultures matérielles pour le sujet. Toutefois, 2022, c’est tard ; disons 2020, date de l’origine du projet. Il n’est fait là aucun jugement, simplement le constat d’une absence désormais comblée et d’une sensibilité acquise. Un détonateur fut le numéro Low Tech ? Wild Tech ! (no 67, 2017) – aucune femme au sommaire – suivi de Mondes infimes (no 68, 2017) conduit exlusivement par des femmes.

5En 2017, la revue a décidé que la rédaction en chef dorénavant serait mixte : Annabel Vallard a ainsi été élue en juin 2018 pour rejoindre Pierre-Olivier Dittmar (auquel elle succède) et Yann Philippe Tastevin, poursuivant avec son successeur en octobre 2019, Gil Bartholeyns, ce dernier, en tandem avec Sandrine Ruhlmann à partir de décembre 2021.

6Le regretté François Sigaut avait coutume de signer « Salut et fraternité », il aurait pu signer sans fard « Salut et sororité ».

Haut de page

Bibliographie

▪▪▪▪▪

Mission pour la place des femmes au CNRS & Comité pour l’histoire du CNRS 2004 Les femmes dans l’histoire du CNRS. Paris : CNRS.

Daumas, M. dir. 1962 Histoire générale des techniques, t. 1 Les origines de la civilisation technique. Paris : PUF. Quadrige 1996 sous-titré Des origines au xvesiècle.

Fourastié, J. 1951 Machinisme et bien-être. Paris : Minuit.

Techniques & Culture Tables des numéros 1 à 30, 1983-1997 [tables, index…] 1999. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 L’expression est de Jean Fourastié, encenseur des équipements techniques (Fourastié 1951).

2 En ce compris les collaboratrices scientifiques et les ITA (ingénieurs, techniciens et personnels administratifs), le nombre de chercheuses publiantes étant inférieur à ces quelque 30 %.

3 Pour la première période, voir Tables 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture.
Légende Démonstrateurs de casseroles automatiques au stand de la SAME (Société d’appareils ménagers économiques)
Crédits anonyme, 1949. Archives nationales [Pierrefitte-sur-Seine], 19850024/24/3. Nous remercions Marie-Ève Bouillon de nous avoir transmis sa photographie de ce document et celle de la coupure de presse de la figure suivante, également conservée aux Archives nationales.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 1. Dessin de J. Lap, Le Canard enchaîné, 28 février 1951
Crédits Revue de presse du commissariat général du Salon des arts ménagers. Archives nationales, 19850023/572
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/17284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gil Bartholeyns et Sandrine Ruhlmann, « De Monsieur Cuisine au genre de Techniques&Culture », Techniques & Culture, 77 | 2022, 6-9.

Référence électronique

Gil Bartholeyns et Sandrine Ruhlmann, « De Monsieur Cuisine au genre de Techniques&Culture », Techniques & Culture [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17284

Haut de page

Auteurs

Gil Bartholeyns

Articles du même auteur

Sandrine Ruhlmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search