Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77SituerLa (dé)ségrégation des toilettes

Situer

La (dé)ségrégation des toilettes

Henri Bony, Benjamin Moron-Puech et Léa Mosconi
p. 74-93

Résumés

Cet article étudie les dispositifs spatiaux au sein des toilettes non domestiques et interroge la ségrégation homme femme à l’œuvre dans ces lieux. L’objectif de cette contribution est de comprendre comment les normes architecturales – entendues comme les normes de nature technique touchant à l’architecture, que ces normes soient édictées par le pouvoir réglementaire ou issues des usages façonnés par les pratiques individuelles – contribuent à minoriser certaines catégories de la population à raison de leurs pratiques sexuelles, de leur identité ou expression de genre et/ou de leurs caractéristiques sexuées. Il s’agit de dévoiler comment ces techniques architecturales, en apparence neutres, affectent des groupes de population vulnérable et à entretenir des stéréotypes de genre dont peuvent également pâtir les hommes et les femmes cisgenres. L’ambition est de rendre visible la dureté voire la violence que peut constituer cette ségrégation des toilettes et d’entamer une réflexion sur les alternatives possibles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Les discours sur la (dé)ségrégation des toilettes
Les discours du droit
Les discours d’expérience des sujets de droit
Propositions d’évolution

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Sanitaires de la bibliothèque centrale d’Helsinki Oodi

© Henri Bony, Benjamin Moron-Puech & Léa Mosconi

« A society that gives toilets their due is a society that values life »
Junko Kobayashi, cité par Kajamaa 2013 : 65.

Comme bon nombre de techniques humaines , aussi insignifiantes soient-elles, les toilettes sont marquées dans leur conception par les systèmes de genre, qu’il s’agisse de la délimitation des espaces, ségrégués ou non, ou de la conception du dispositif lui-même, réservé ou non à des organes génitaux de certaines formes  (Eleb 1990). Plus généralement, la manière de penser les toilettes est dépendante de son époque, de sorte que la « culture des toilettes » évolue au gré des évolutions sociales (Kajamaa 2013 : 65). Pour en venir au genre, l’idée de créer des toilettes ségréguées  selon le genre des personnes est relativement récente dans l’histoire des commodités (Cordier-Jouanne 2020, Kogan 2007) et apparaît à la fin du x...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Bony, Benjamin Moron-Puech et Léa Mosconi, « La (dé)ségrégation des toilettes », Techniques & Culture, 77 | 2022, 74-93.

Référence électronique

Henri Bony, Benjamin Moron-Puech et Léa Mosconi, « La (dé)ségrégation des toilettes », Techniques & Culture [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17359

Haut de page

Auteurs

Henri Bony

Henri Bony architecte HMONP, commissaire d’exposition cofondateur en 2015 de l’atelier Bony Mosconi, est maître de conférences associé à l’ENSA Versailles et développe depuis 2011 une activité de plasticien, par le biais de dessins, de gravures et d’installations. L’atelier Bony Mosconi a réalisé plusieurs expositions, notamment Architecture et imaginaire (2011) aux Beaux-Arts de Paris, Villes potentielles à la Maison de l’architecture d’Île-de-France (2015), et Paris animal au Pavillon de l’Arsenal en 2022.

Benjamin Moron-Puech

Benjamin Moron-Puech est enseignant-chercheur en droit à l’université Lumière Lyon 2 et travaille depuis une douzaine d’années sur la thématique des droits humains des minorités, avec un focus particulier sur les personnes intersexuées. Il a récemment contribué à l’ouvrage État civil et transidentité, Anatomie d’une relation singulière (PUP, 2021).

Léa Mosconi

Léa Mosconi architecte HMONP, doctoresse en architecture et commissaire d’exposition, cofondatrice en 2015 de l’atelier Bony Mosconi, est maîtresse de conférences à l’ENSA Nantes, chercheuse (laboratoire AAU - équipe CRENAU) et associée au laboratoire ACS, également présidente de la Maison de l’architecture en Île-de-France. À travers ces activités, elle questionne ce que font les changements climatiques à la manière dont on appréhende, habite et conçoit l’architecture.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search