Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77ÉcrireApprendre à coudre ou savoir cons...

Écrire

Apprendre à coudre ou savoir consommer ?

Les travaux d’aiguille dans les illustrés français pour petites filles du premier xxe siècle
Béatrice Guillier
p. 112-129

Résumés

Au début du xxe siècle se multiplient en France des publications illustrées destinées aux petites filles, en même temps éducatives et divertissantes. La rubrique la plus importante de ces journaux est celle dédiée aux travaux d’aiguille, qui sont, à cette époque, enseignés conjointement, à l’école et à la maison. L’objectif explicite de ces pages est de transmettre les connaissances techniques pour réaliser un modèle de vêtement, généralement en tricotant ou en cousant. Les petites réalisations sont souvent destinées aux poupées des fillettes, qui leur sont fournies par le journal comme prime d’abonnement. L’hebdomadaire propose également à l’achat les fournitures nécessaires à la réalisation des modèles, le patron mis à l’échelle ainsi que, parfois, le vêtement terminé. Les rubriques de travaux d’aiguille semblent ainsi constituer une incitation à la consommation, d’autant plus que leur contenu est difficilement accessible aux petites filles du fait de leur complexité et du peu de clarté des informations visuelles fournies. Les titres de presse pour petites filles possèdent en effet des liens commerciaux avec l’industrie du textile, et font produire les trousseaux de leurs poupées qui sont très coûteux par rapport au prix initial des poupons. Ces illustrés constituent une source privilégiée pour étudier le passage d’une injonction à la maîtrise technique qui pesait sur les femmes depuis leur plus jeune âge à une incitation à la consommation éclairée et libératrice qui domine à partir de l’après-guerre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Manier l’aiguille, contraindre son corps
Des images hybrides, entre pédagogie et publicité
Apprendre à acheter
« Avant on tissait, maintenant ils tissent dehors » (Arcier 1979 : 118)

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Fillette, 21 février 1937, p. 11.

Dans un reportage publié en 1950 dans La Semaine de Suzette, le journal enquête sur la plus jeune docteure en lettres de France. Il vante les qualités de l’étudiante, qui s’avère également très douée pour les travaux d’aiguille et incarne donc « une jeune fille tout à fait accomplie ». Comme les autres illustrés pour petites filles, qu’il s’agisse de Fillette, Bernadette ou Lisette, La Semaine de Suzette exhorte depuis un demi-siècle les petites filles à acquérir les rudiments du tricot, de la couture et de la broderie, à travers des rubriques dédiées chaque semaine à ces activités. Apparus au début du xxesiècle, ces journaux destinés aux 7-15 ans revendiquent un rôle éducatif, comme l’annonce avec enthousiasme Lisette, journal des petites filles, dans son premier numéro (1921) : « [Lisette] vous enseignera mille petits secrets qui feront de vous, dans le présent, la joie de vos chers parents et, plus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Guillier, « Apprendre à coudre ou savoir consommer ? », Techniques & Culture, 77 | 2022, 112-129.

Référence électronique

Béatrice Guillier, « Apprendre à coudre ou savoir consommer ? », Techniques & Culture [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17450

Haut de page

Auteur

Béatrice Guillier

Béatrice Guillier est doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales. Après un master en histoire visuelle consacré à la question des apprentissages de savoir-faire réputés féminins sur Internet, elle développe une recherche doctorale sur la culture matérielle de l’enfance des petites filles au xxe siècle. Elle s’appuie dans ses travaux sur un fonds de périodiques illustrés pour enfants conservés à la Bibliothèque nationale de France, où elle a été chercheuse associée durant trois ans.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search