Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77ÉcrireLa peau des femmes

Écrire

La peau des femmes

Marquer les corps, décoloniser les esprits dans le Pacifique
Women’s skin. Marking bodies, decolonising minds in the Pacific
Sébastien Galliot, Julie Paama-Pengelly et Julia Mage’au Gray
p. 130-157

Résumés

Bien que revalorisé et réapproprié plus tardivement que les autres performances culturelles et formes d’art précoloniales océaniennes comme la danse, la sculpture ou la musique, le tatouage a rempli des fonctions similaires au sein des mouvements de décolonisation et d’indépendance qui ont émergé dans le Pacifique à partir des années 1960. Les spécificités techniques et les répertoires graphiques propres à cette région ont été d’abord portés par des praticiens polynésiens et euro-américains, d’une part en tant qu’élément central de la mise en valeur des patrimoines culturels océaniens et d’autre part comme source d’inspiration pour le développement artistique du tatouage occidental. Bien que toujours minoritaires, les praticiennes autochtones ont inévitablement contribué à transformer le rapport des femmes à une forme de marquage sur la peau qui était jusque-là au moins partiellement au service d’institution sociales tournées vers la reconduction des assignations de genre.
Ce portfolio élaboré avec Julie Paama Pengelly et Julia Mangeau Grey (deux tatoueuses et activistes culturelles océaniennes) propose de mettre en lumière la trajectoire professionnelle et les effets de l’entrée de femmes dans une activité et des réseaux de transmission très largement androcentrés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Le retour des praticiennes māori
Témoignage de Julie Paama-Pengelly traduit de l’anglais par Sébastien Galliot
Relations
Figuration et performance
Itinéraire d’apprentissage d’une tatoueuse mekeo
Témoignage de Julia Mage’au Gray traduit de l’anglais par Sébastien Galliot
De femmes en femmes en femmes. De grand-mère à fille à fille de fille
Toujours censurées. Toujours enjointes de se couvrir. Toujours sexualisées. Toujours exhibées. Toujours exotiques

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture. Séance de tatouage féminin dans la banlieue d’Auckland, Point Chevalier, 2007

Image d’ouverture. Séance de tatouage féminin dans la banlieue d’Auckland, Point Chevalier, 2007

De Bornéo à l’île de Pâques le tatouage était réalisé selon une même technique. Ce type d’instrument agit par percussion perpendiculaire punctiforme posée avec percuteur, autrement dit par un geste technique uniquement présent dans cette vaste aire géographique et dont les occurrences les plus approchantes se retrouvent dans les domaines de la dinanderie et de la sparterie. La technique employée pour réaliser le marquage tégumentaire est attestée parmi les locuteurs de langue austronésienne et, de surcroît, aucun des représentants contemporains de cette unité phylogénétique n’employait d’autre méthode au moment des premiers contacts.

Tatoueur / tufuga tā tatau : Tulouena Peni Fa’amausili. © Sébastien Galliot.

Entre le milieu du xixe et le milieu du xxe siècle, les missions chrétiennes et la présence croissante d’Occidentaux dans le Pacifique ont entraîné de pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Galliot, Julie Paama-Pengelly et Julia Mage’au Gray, « La peau des femmes  », Techniques & Culture, 77 | 2022, 130-157.

Référence électronique

Sébastien Galliot, Julie Paama-Pengelly et Julia Mage’au Gray, « La peau des femmes  », Techniques & Culture [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17507

Haut de page

Auteurs

Sébastien Galliot

Sébastien Galliot est ethnologue, chargé de recherche au CNRS, membre du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (UMR 7308). Spécialiste du tatouage en Océanie, il a réalisé plusieurs enquêtes de terrain dans la société samoane insulaire et diasporique sur les questions de transmission technique et rituelle. Il travaille aujourd’hui sur les chaînes d’approvisionnement et les échanges interinsulaires en Micronésie.

Articles du même auteur

  • Plein le dos [Résumé | Accès restreint]
    Un réseau militant de chair et de papier
    Paru dans Techniques & Culture, 74 | 2020

Julie Paama-Pengelly

Julie Paama-Pengelly est une tatoueuse māori appartenant à la tribu Ngāiterangi. Elle pratique le Tā moko, une forme de tatouage qui a connu un changement rapide, depuis ses débuts il y a une trentaine d’années.
Seule praticienne dans les premières phases du renouveau du tatouage māori, une pratique en sommeil depuis la fin du xixe siècle jusque dans les années 1990, elle aborde ici les principaux changements à partir de sa propre perspective.

Julia Mage’au Gray

Julia Mage’au Gray est une artiste qui utilise les différents moyens d’expression que sont la danse, la chorégraphie, la photographie, la vidéo et le marquage tégumentaire (tatouage et peinture corporelle) afin de mettre en récit son héritage papou (mekeo) dans un contexte urbain australien et néo-zélandais.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search