Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77TisserLes tisseuses de Ouagadougou

Tisser

Les tisseuses de Ouagadougou

Entrelacs d’une communauté de pratique au Burkina Faso
Laura Fortin
p. 198-215

Résumés

Entrecroisant les récits de vie de Farah, Jahia, Bernadette et Suzanne, cet article examine la pratique féminine du tissage artisanal à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, et s’intéresse aux éléments qui fondent la communauté de pratique des « tisseuses ». Apparue au début du xxe siècle et répandue à partir de la fin des années 1950, la pratique féminine du tissage au Burkina Faso repose sur un apprentissage intragénérationnel, délivré entre parentes ou voisines, et non pas sur un apprentissage intergénérationnel comme c’est le cas pour beaucoup d’artisanats ouest africains, notamment la pratique masculine du tissage. Durant de quelques mois à plusieurs années, cet apprentissage est dispensé gratuitement mais il engage une relation de réciprocité entre les artisanes, fondant une économie morale caractérisée par un partage continu d’informations et de savoirs et une entraide matérielle. La socialisation féminine accompagnant la pratique renforce le partage d’une expérience genrée et favorise ainsi l’identification à la communauté des « tisseuses ». La création d’associations formelles de tisseuses à partir des années 1980 établit et institutionnalise l’existence de ce collectif. Elle culmine avec la mise en place en 2017 d’une fédération nationale des tisseuses destinées à négocier avec les instances dirigeantes du gouvernement et de la Chambre des métiers de l’artisanat pour défendre les intérêts économiques et politiques de la communauté. Mettant en évidence une hiérarchie des modes de participation, ces dynamiques, allant d’une pratique structurée en association à une activité de tissage solitaire et irrégulière, donnent à voir une diversité et une hétérogénéité de profils et de formes d’engagement qui renforcent et renouvellent en même temps cette communauté de pratique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Un apprentissage technique intragénérationnel
Économie morale et socialisation genrée
Les associations de tisseuses

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Femme mossi filant du coton au fuseau.

© Laura Fortin, Kaya 2018

Réputé pour ses étoffes de coton rayées aux couleurs éclatantes, l’artisanat textile burkinabè est aujourd’hui connu sous le nom de faso dan fani (« pagne  tissé de la patrie » en langue dioula). La mémoire orale et la littérature académique nous apprennent qu’il y a plus d’un siècle, avant la colonisation française, les femmes du pays moaga (les Mossi [pl.] étant le nom du groupe ethnique majoritaire au Burkina Faso) récoltaient les fleurs des cotonniers, les égrenaient, puis cardaient et filaient le coton au fuseau, avant de remettre les bobines de fils aux tisserands. Alors que la préparation des fils était une activité féminine, le tissage, exécuté sur un métier horizontal à lisses suspendues et à pédales, était une activité réservée aux hommes (Boussari-Vokouma 1999, Grosfilley 2006). La teinture des étoffes et le travail de couture, qui consistait essentiellement dans...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Fortin, « Les tisseuses de Ouagadougou », Techniques & Culture, 77 | 2022, 198-215.

Référence électronique

Laura Fortin, « Les tisseuses de Ouagadougou », Techniques & Culture [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/17689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.17689

Haut de page

Auteur

Laura Fortin

Laura Fortin est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS, rattachée à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC). Ses recherches portent sur les relations entre genre et techniques dans la fabrication textile artisanale au Burkina Faso. Elle a publié en ligne des articles pour la revue Antipodes (2021), dans le carnet JCEA. L’Afrique en mouvement, en question (2020) et dans le cadre des Working Papers de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search