Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Matérialités primordialesUn pochon magique peut en cacher ...

Matérialités primordiales

Un pochon magique peut en cacher un autre

Mécaniques rituelles dans les initiations des Baruya de Papouasie-Nouvelle-Guinée
One magic pouch can hide another. Ritual mechanisms in the initiations of the Baruya of Papua New Guinea
Pierre Lemonnier
p. 106-123

Résumés

Le propos de cet article porte sur la manière dont deux types d’objets anga (Papouasie-Nouvelle-Guinée), largement semblables, sont respectivement manipulés et efficients dans deux contextes différents : des magies de chasse qui concernent n’importe quel homme dans cette activité individuelle et non cérémonielle qu’est la chasse, et des rites d’initiations collectifs lors desquels un monde commun est réaffirmé, partagé et reproduit.
« Largement semblables », ces objets le sont doublement. D’une part, leur forme (des pochons refermés) est identique, de même que leur type de contenu (cauris, ossements, noix, plumes, etc.). D’autre part, et surtout, l’histoire orale atteste que, chez les Baruya, les objets sacrés kwaimatnié dont dépend tant l’efficacité des rites masculins que l’ordre politique local, sont le plus souvent des pochons siwuya de chasseurs transformés.
La comparaison montre que c’est parce qu’il est utilisé comme un tout, refermé sur lui-même, cachant et mêlant des objets porteurs de sens qui renvoient à des référents contradictoires, qu’un kwaimatnié rend tangible autant que supportable l’ambiguïté fondamentale des pouvoirs mis en jeu (masculins et féminins), laquelle sous-tend alors la condensation rituelle. Par contraste, le siwuya d’un chasseur est ouvert et l’on n’en tire et utilise que celui des petits charmes qui correspond à un gibier particulier.
C’est donc la matérialité de ces objets sacrés, leurs caractéristiques physiques et celles de leurs manipulations, qui distingue radicalement leur intervention dans les initiations, c’est-à-dire la façon dont ils permettent au rituel d’atteindre ses buts.
On doit enfin se demander si cet accent sur des actions élémentaires sur la matière lors du rituel résulte de cette autre caractéristique du monde anga qu’est le partage par toutes et tous d’une culture matérielle quotidiennement mise en œuvre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Composition et manipulation d’un objet puissant
Objets en pratiques : mélange ambigu ou utilisation singulière ?
Plus ou moins faber, Homo ?

Aperçu du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Debout devant leurs parrains initiatiques, les novices mukai attendent l’épreuve suivante. Nunggwasan juin 1979

© Pierre Lemonnier

Cet article compare la composition physique et les usages de deux types d’objets rituels des Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée afin de faire ressortir le rôle irremplaçable de leur matérialité dans la manière dont ils permettent aux rites auxquels ils participent d’atteindre les buts qu’on leur attribue, « on » étant aussi bien les acteurs qui les organisent que les anthropologues qui les étudient. Il pose également la question du rapport des formes de matérialité présentes dans un rituel avec le degré de partage des savoirs et savoir-faire propres à une culture matérielle donnée.

Mon propos est fidèle au programme fondateur de Marcel Mauss, lequel consiste à décrire et comprendre ce que les techniques font dans la vie des gens, une technique étant définie par lui comme un « acte traditionnel efficace […] senti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lemonnier, « Un pochon magique peut en cacher un autre »Techniques & Culture, 78 | 2022, 106-123.

Référence électronique

Pierre Lemonnier, « Un pochon magique peut en cacher un autre »Techniques & Culture [En ligne], 78 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/18184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.18184

Haut de page

Auteur

Pierre Lemonnier

Pierre Lemonnier est directeur de recherche émérite au CNRS (CREDO AMU, Marseille). Après avoir réalisé des travaux d’anthropologie économique et de technologie culturelle chez les producteurs de sel de la Côte Atlantique (Les salines de l’Ouest, 1980 ; Paludiers de Guérande, 1984), il a entrepris l’étude monographique de groupes Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée : Baruya et Ankave (associé à P. Bonnemère, CNRS, avec qui il a publié Les Tambours de l’oubli, 2007). Ses travaux ont abordé les rites mortuaires (Le sabbat des lucioles, 2006) et la culture matérielle (Elements for an Anthropology of Technology, 1992 ; Technological Choices, 1993 ; Mundane Objects. Materiality and Non-Verbal Communication, 2012). Ses recherches actuelles portent sur le rôle des objets et des actions matérielles dans les rituels d’initiation masculine des Anga.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search