Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Matérialités primordialesLet’s dance

Matérialités primordiales

Let’s dance

Efficacité rituelle et compossibilité interspécifique dans les Salomon orientales (Océanie)
Sandra Revolon et Anne Di Piazza
p. 124-139

Résumés

À travers l’examen de la danse rituelle Sauau en pays Owa (Aorigi, Salomon orientales), cet article vise à saisir la manière dont les techniques du corps mettent en relation des humains et des non-humains. Les jeunes garçons, par l’imitation des postures et des comportements des êtres d’un collectif marin qui s’associent ponctuellement en mer pour se nourrir d’alevins, font l’expérience de la corporéité et de la subjectivité d’autrui. À travers une motricité inédite et des contraintes morphologiques nouvelles, les enfants découvrent l’étendue de leur capacité de métamorphose car au fil de leur apprentissage, les danseurs se transforment en humains compossibles – en capacité de coexister, de cohabiter et de coévoluer – avec les êtres du collectif : frégates, requins-pèlerins, requins-baleines et bonites.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Tuer, danser : l’art de chorégraphier les relations
La danse et ses efficacités : entrer dans la danse Sauau
Chorégraphie marine
Danser l’autre pour devenir soi : l’enchâssement des subjectivités

Aperçu du texte

Image d’ouverture. Les jeunes enfants s’amusent à imiter les postures des pagayeurs.

Image d’ouverture. Les jeunes enfants s’amusent à imiter les postures des pagayeurs.

© Sandra Revolon, Aorigi 1998

Cet article est un point d’étape dans les travaux que nous consacrons à l’étude des agencements relationnels entre humains et non-humains. Il se fonde sur une étude ethnographique au long cours menée entre 1996 et 2015 à Aorigi, petite île corallienne de 6 km2 peuplée de 1 000 locuteurs d’une langue austronésienne appelée Owa. Nous examinons ici la danse Sauau, première étape d’un long cheminement rituel et qui consiste, pour les jeunes enfants, à établir avec les êtres d’un collectif marin nommé « pa’a ni waiau », littéralement « appât » ou « nourriture des bonites », des relations qui les conduiront à faire l’expérience de la corporéité et de la subjectivité de non-humains.

Le pa’a ni waiau se compose d’une multiplicité d’espèces (frégates, oiseaux de mer, orphies, poissons volants, requins, Scombridés)  qui se réunissent ponctuellement en m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Revolon et Anne Di Piazza, « Let’s dance »Techniques & Culture, 78 | 2022, 124-139.

Référence électronique

Sandra Revolon et Anne Di Piazza, « Let’s dance »Techniques & Culture [En ligne], 78 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/18224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.18224

Haut de page

Auteurs

Sandra Revolon

Sandra Revolon est ethnologue, maître de conférences à l’université Aix-Marseille (Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie). Elle travaille sur l’efficacité des objets magiques et les agencements relationnels interspécifiques chez les Aorigi-Owa (Salomon orientales).

Articles du même auteur

Anne Di Piazza

Anne Di Piazza est ethno-archéologue, chargée de recherche hors classe au Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CNRS - UMR 7308). Elle travaille sur le devenir navigateur et pêcheur des Océaniens.

Articles du même auteur

  • Le cerf-volant aux îles Kiribati : un hybride oiseau-pirogue
    Note de recherche
    Paru dans Techniques & Culture, 30 | 1998
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search