Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Matérialités primordialesLe feu de la mariée. Efficacité r...

Matérialités primordiales

Le feu de la mariée. Efficacité rituelle chez les Mongols

Sandrine Ruhlmann
p. 140-155

Résumés

En Mongolie, le jour du mariage, la femme s’acquitte d’une épreuve pour faire partie de la lignée du père de l’homme qu’elle épouse : allumer un feu. Ce rite est la composante fondamentale de l’efficacité du rituel. En allumant le feu, la femme donne la garantie de sa compétence à tenir un foyer domestique et à perpétuer la lignée paternelle qu’elle intègre. Le rituel matrimonial, souple, permet des variations mais ne peut pas faire l’économie de cette séquence résultant d’un acte technique traditionnel et efficace dont il s’agit ici de montrer ce qu’il fait à une famille, à deux familles, à des êtres liés et leur permet d’obtenir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

La chaîne opératoire du rituel matrimonial
Le feu et le foyer
L’embrasement des bûchettes ou l’efficacité du feu en contexte matrimonial
Le trépied ou quand un feu en vaut un autre, voire plus

Aperçu du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

© G. Naranbaatar (Ulaanbaatar, août 2018)

Le 10 août 2018, âgée de 28 ans, Haliun, issue de la classe moyenne, propriétaire d’une petite entreprise, se marie avec Mönh, un programmeur en informatique de 29 ans, issu de la classe aisée. Tous deux sont Halh, l’ethnie majoritaire de Mongolie, et aucun ne revendique d’appartenance religieuse. Ils vivent en concubinage depuis plusieurs années, dans le centre de la capitale Ulaanbaatar, dans un grand appartement acheté par le père du futur marié. C’est par l’intermédiaire de Gančimeg, la sœur aînée de Haliun, que j’assiste à leur mariage (hurim). La fête [du] mariage (najr hurim) réunit un grand nombre de convives : la parenté élargie des futurs mariés, leurs amis et les personnes avec lesquelles ils ont des relations d’entraides ou de travail. Le père du futur marié a privatisé  un hôtel de construction récente et à l’architecture imposante, érigé au sud-ouest d’Ulaanbaatar, à la frontière d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Ruhlmann, « Le feu de la mariée. Efficacité rituelle chez les Mongols »Techniques & Culture, 78 | 2022, 140-155.

Référence électronique

Sandrine Ruhlmann, « Le feu de la mariée. Efficacité rituelle chez les Mongols »Techniques & Culture [En ligne], 78 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/18329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.18329

Haut de page

Auteur

Sandrine Ruhlmann

Sandrine Ruhlmann, chargée de recherche du CNRS (MNHN, Éco-anthropologie, Université Paris Cité, Musée de l’Homme, Paris) étudie les relations entre les groupes humains et leur environnement à partir d’une étude des techniques pastorales, des pratiques alimentaires et de santé humaine et animale. Sa recherche s’inscrit dans les domaines de l’anthropologie des techniques et de l’ethnoécologie, en Mongolie et plus récemment en France (Pyrénées, vallée d’Aspe).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search