Navigation – Plan du site
1. Proliférations

La traîne de l’anthropocène

The Wake of the Anthropocene
Josh Lepawsky
p. 30-33

Notes de la rédaction

Retrouvez l’article complet, en version originale (anglais), sur revues.org, Techniques&Culture 65-66 «  Réparer le monde. Excès, reste et innovation »  : http://tc.revues.org/7792.

Texte intégral

Soyuz TMA-15M au-dessus de l’Italie

Soyuz TMA-15M au-dessus de l’Italie

Image prise par la station spatiale internationale

© NASA 2015, voir Flickr – Photo Sharing  !, «  Photo NASA Johnson »  : www.flickr.com/photos/nasa2explore/18246720569/ (iss043e271162).

Au cours de ces soixante dernières années, des déchets et rebuts de l’activité technologique humaine ont été accumulés hors de la planète. À l’heure actuelle, on dénombre plus de 100 millions de débris de tailles variées en orbite autour de la Terre résultant de cette activité. Environ 180 tonnes de matériaux ont été abandonnées sur la Lune, et 35 tonnes dispersées parmi d’autres corps cosmiques du système solaire. Un tel nombre de satellites se sont agglomérés en orbite terrestre que des collisions accidentelles ont lieu entre eux. D’après l’agence spatiale européenne (ESA), seuls 7  % des objets détectés par son bureau des débris spatiaux sont des satellites en état de marche, le reste étant des résidus (Agence spatiale européenne 2013). Ces déchets et débris ne sont pas des anomalies. Ils sont normaux, et même banals, les déchets sont les produits de l’activité technologique qui les génère.

1Que signifie être membre d’une espèce pour laquelle les déchets et rebuts provenant de son activité technologique s’accumulent en dehors du monde habité par ladite espèce  ? Mon étude ne cherche pas à apporter une réponse complète à cette question. À défaut de fournir une explication complète, j’avance le concept analytique de déchets extraplanétaires comme s’inscrivant dans le sillage de l’anthropocène  ; et je considère que les inventaires de ces déchets sont des instruments utiles pour esquisser la forme et les limites de plusieurs de ces enveloppes, essentielles à nos formations indéterminées, en tant que groupes humains, vivant dans cette «  nouvelle » ère.

2Mon propos n’est pas de réunir, par le biais des déchets extra-planétaires, un ensemble plus vaste regroupant «  nous tous ». Au contraire, il s’agit d’indiquer comment les inventaires de ces déchets peuvent constituer un moyen utile pour être plus sensible aux mines enveloppes d’espaces parcellaires, éparpillés et non cohérents que désormais nous partageons. À l’instar d’un navire voguant sur les eaux ou d’un atome à travers une chambre à brouillard, les technologies humaines laissent des traces. Tel le sillage du navire ou des atomes, les technologies suscitent les capacités d’autres éléments, eux-même pris par le mouvement. La bioluminescence aquatique naît dans le sillage d’un navire. La brume se forme autour des atomes et des molécules sursaturés d’eau ou d’alcool, ionisés au passage de particules ou de radiations qui les traversent à une vitesse proche de celle de la lumière. Si nous convenons comme Latour (2013), que l’homme de l’anthropocène est sur le point de devenir plus sensible et responsable à l’égard de l’enveloppe des conditions qui maintiennent les groupes auxquels nous appartenons, alors nous avons besoin de davantage de moyens, d’instruments et de mécanismes – davantage de «  chambres à bulles » – pour percevoir les formes et les limites de ces enveloppes. Des inventaires visuels de ces détritus extraplanétaires livrent une image très précise des externalités que produisent ces nouvelles enveloppes infrastructurelles qui nous rassemblent en une variété de groupements parcellaires, éparpillés et non cohérents.

Simulation par l’Agence spatiale européenne, des débris spatiaux accumulés d’ici l’année 2029, d’après un scénario de Statu quo.

© ESA 2015, voir European Space Agency, «  Why Space Debris Mitigation Is Needed »  : www.esa.int/Our_Activities/Space_Engineering_Technology/Clean_Space/Space_debris_mitigation.

Haut de page

Bibliographie

Agence spatiale européenne, 24 avril 2013 «  The Space Debris Story », European Space Agency. Vidéo  : www.esa.int/spaceinvideos/Videos/2013/04/The_Space_ Debris_Story_2013.

Agence spatiale européenne, 8 octobre 2015 «  Space Debris Mitigation », European Space Agency. GIF animé  : www.esa.int/Our_Activities/Space_Engineering_Technology/Clean_Space/Space_debris_mitigation.

Latour, B. 2013 «  Facing Gaia  : Six Lectures on the Political Theology of Nature »  : www.bruno-latour.fr/node/486.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Soyuz TMA-15M au-dessus de l’Italie
Légende Image prise par la station spatiale internationale
Crédits © NASA 2015, voir Flickr – Photo Sharing  !, «  Photo NASA Johnson »  : www.flickr.com/photos/nasa2explore/18246720569/ (iss043e271162).
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7775/img-1.png
Fichier image/png, 321k
Légende Simulation par l’Agence spatiale européenne, des débris spatiaux accumulés d’ici l’année 2029, d’après un scénario de Statu quo.
Crédits © ESA 2015, voir European Space Agency, «  Why Space Debris Mitigation Is Needed »  : www.esa.int/Our_Activities/Space_Engineering_Technology/Clean_Space/Space_debris_mitigation.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7775/img-2.png
Fichier image/png, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lepawsky, J. 2016 «  La traîne de l’anthropocène », Techniques&Culture 65-66 «  Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 30-33.

Référence électronique

Josh Lepawsky, « La traîne de l’anthropocène », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2016, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/7775

Haut de page

Auteur

Josh Lepawsky

Est maître de conférence de géographie à la Memorial University de Newfoundland. Ses recherches interrogent la géographie des déchets et des débris. La plupart de ses travaux dans ce domaine se concentrent sur les objets électroniques abandonnés (ou « e-déchets »). Plus récemment, il a porté son attention sur les déchets et les débris résultant de l’activité humaine extraterrestre. Il s’intéresse également aux incidences empiriques et conceptuelles des activités de maintenance et de réparation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page