Navigation – Plan du site
3. Recompositions

La revanche de la graisse ?

Évolution des techniques et des imaginaires autour d’un élément ambigu
Fat’s revenge? The Evolution of Techniques and Imaginaries in Respect to an Ambivalent Substance
Eva Carpigo
p. 194-197

Notes de la rédaction

Retrouvez l’article complet, sur revues.org, Techniques &Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation » : http://tc.revues.org/7881

Texte intégral

Image d’ouverture

Image d’ouverture

© Sabine Li

Comme en témoignent les travaux de l’historien Georges Vigarello, la particularité de la graisse a toujours été d’être un élément profondément ambigu, mystérieux et inquiétant (2010 : 31). La médecine ne s’est d’ailleurs penchée que récemment sur ses propriétés structurelles et biologiques. Confrontée lors de mes recherches (au Mexique et en France) à l’observation des pratiques de liposuccion et de lipostructure, je propose une réflexion autour de la revalorisation médicale de la graisse au sein des sociétés « occidentales » contemporaines.

1Mes observations relèvent que la graisse, qui jusqu’ici semblait déformer l’apparence, extraite et manipulée par le chirurgien esthétique, acquiert le statut de produit de comblement « miracle ». Dans quelle mesure l’acte chirurgical confère-t-il une nouvelle valeur à cette substance, auparavant considérée comme un élément organique nuisible ? Quels enjeux socio-­anthropologiques accompagnent la diffusion des techniques de revalorisation de la graisse ?

2La lutte contre la graisse est un « must » de l’histoire de la chirurgie plastique. Présentée par les chirurgiens esthétiques en tant que véritable « épopée de conquête », l’histoire des techniques liées à la graisse montre une constante : faire face à l’« excès graisseux » pour « alléger » l’organisme et « harmoniser » l’apparence corporelle. Une révolution dans le domaine de la chirurgie plastique-esthétique est attribuée à l’invention du procédé de liposuccion, technique innovante la plus répandue jusqu’à nos jours. Elle consiste en l’aspiration de la graisse sous-cutanée par le biais d’une canule. À partir des années 1980, la liposuccion sera adoptée à l’échelle mondiale ; elle est actuellement la deuxième intervention de chirurgie plastique la plus exécutée derrière l’augmentation mammaire.

3Un tournant scientifique s’opère ainsi, car le succès de la liposuccion semble avoir poussé les chercheurs à se pencher sur le caractère biologique de la graisse : sa structure, sa composition, ses propriétés. Cet approfondissement scientifique les a amenés à devoir reconnaître la complexité de cet élément, contribuant à nuancer la négativité de son statut au sein des représentations médicales.

4Au cours des trente dernières années, la « guerre à la graisse » semble laisser la place aux études qui visent son « apprivoisement » et son recyclage. C’est à partir des années 1980 que des expériences commencent à fleurir. Les injections de graisse (également appelées lipostructure, lipomodelage, « lipofilling » ou « lipotransfert ») sont aujourd’hui utilisées en médecine et en chirurgie esthétique. Ce procédé tend à repulper « les rides très marquées », corriger « les cicatrices résiduelles d’acné », atténuer « les cernes et des yeux creux », « compenser les diminutions de volume des tissus » dans les mains et dans le décolleté, ou reconstruire une poitrine après ablation.

5De nouveaux enjeux se sont offerts à l’attention des chercheurs, médecins et biologistes, après que l’on ait découvert que le tissu adipeux abritait des cellules-souches. Dans ce sens, l’espoir médical attribué à la graisse concerne particulièrement la médecine régénérative, cette spécialisation médicale qui œuvre à trouver des méthodes pour régénérer des tissus organiques abîmés. Cette découverte a entraîné des entrepreneurs à investir dans l’ouverture de biobanques aptes à stocker les matériaux organiques tels que les cellules-souches (issues de la graisse ou du cordon ombilical). Parallèlement sont apparus des groupes de recherche attirés plus particulièrement par les potentialités thérapeutiques de la graisse.

6Ainsi, la graisse, auparavant ignorée ou objet d’acharnements médicaux visant à l’éliminer du corps, peut enfin être saluée comme moyen potentiel de prolongement de la vie et biais désormais certifié d’amélioration esthétique.

7À l’obésité est généralement associée l’idée d’une grosseur exagérée d’un corps, principalement due à une présence excessive et déformante de graisse. L’individu corpulent, victime de stigmatisation, est donc considéré comme une personne qui « possède une anomalie, un débordement qui la rend insupportable ». En ce sens, la personne « grosse » est considérée comme malade dans nos sociétés contemporaines.

8Face à cette « médicalisation de la grosseur », à partir des années 1960, ont émergé des mouvements sociaux unis sous le nom de « fat acceptance movements » : mouvements d’acceptation de la graisse, ou des personnes « grasses » (Saguy & Ward 2011 : 54). Ces mouvements affirment tout d’abord que le gras est beau : « fat is beautiful ! ». Néanmoins, l’idée que les personnes « grasses » puissent être considérées comme belles, désirables, attirantes ou même « sexy » est objet de contestations et invectives. Très répandue aux États-Unis, la pratique du « fat shaming » (Farrell 2011) – mettre la honte sur les personnes grasses – porte explicitement une mission moralisatrice.

9Si la graisse est considérée par certains scientifiques telle une « pierre philosophale », une « revanche de la graisse » n’est pas encore accomplie. Si, d’un point de vue médical, la re­connaissance du statut ambivalent (et pluriel) de la graisse traduit un avancement scientifique lié à la reconnaissance de sa complexité, sur le plan social, elle nourrit l’affrontement entre deux positionnements : « pro » ou « anti » graisse. Ce scénario a impliqué l’émergence d’une nouvelle branche de la recherche en sciences sociales : les « fat studies », preuve de l’intérêt majeur que présente la graisse aujourd’hui.

10

1.

1.

© Eva Carpigo

Haut de page

Bibliographie

Basdevant, A. dir. 2011 Traité. Médecine et chirurgie de l’obésité. Paris : Lavoisier.

Elbaz, J.S. & G. Flageul 1988 Liposuccion et chirurgie plastique de l’abdomen. Paris : Masson.

Farrell, A.E. 2011 Fat Shame : Stigma and the Fat Body in American Culture. New York : New York University Press.

Le Breton, D., Pomarède, N., Vigarello, G. Andrieu, B. & G. Boëtsch dir. 2013 Corps en Formes. Paris : CNRS Éditions.

Observatoire NIVEA 2010 Les Cahiers de l’Observatoire NIVEA (hors série) Les beautés du corps 2010-2020.

Saguy, A.C. & A. Ward 2011 « Coming Out as Fat : Rethinking Stigma », Social Psychology Quarterly 74 (1) : 53-75. DOI : 10.1177/0190272511398190.

Vigarello, G. 2010 Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité. Paris : Seuil.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture
Crédits © Sabine Li
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7899/img-1.png
Fichier image/png, 249k
Titre 1.
Crédits © Eva Carpigo
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7899/img-2.png
Fichier image/png, 532k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carpigo, E. 2016 « La revanche de la graisse ? Évolution des techniques et des imaginaires autour d’un élément ambigu », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 194-197.

Référence électronique

Eva Carpigo, « La revanche de la graisse ? », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 14 novembre 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/7899

Haut de page

Auteur

Eva Carpigo

Doctorante en anthropologie à l’université de Strasbourg, boursière du CEMCA / UMIFRE 16, CNRS-MAE, Eva Carpigo codirige le programme de doctorat en sciences sociales de l’Université autonome métropolitaine (UAM) à Mexico. Ses recherches portent sur les pratiques de modification du corps à visée esthétique et sur les opérateurs de beauté (chirurgiens esthétiques, coiffeurs, maquilleurs) en France et au Mexique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page