Navigation – Plan du site
2. Bifurcations

Masque calebasse. Petite leçon guinéenne de photographie

A Calebasse Mask. A Little Guinean Photography Lesson
Frédéric Joulian
p. 166-177

Texte intégral

Image d’ouverture

Image d’ouverture

© F. Joulian

La série d’images présentées dans ce court essai photographique a été réalisée en avril 2005 au village de Bourounda, en Guinée littorale, à l’occasion d’une fête organisée par les villageois en remerciement de la construction d’une case destinée à un de mes doctorants d’alors, venu travailler pendant un an sur les relations des Landouma aux chimpanzés et à la nature (Leblan 2009), puis ensuite remise à la communauté villageoise.

1À ma demande de voir des masques chimpanzés (demoui), connus chez les Baga de la région (Lamp 1996), une petite fête fut organisée avec un griot et un groupe de musiciens régional, spécialement invités par les villageois auxquels se joignirent un masque du village (Kosso), mais également, de façon inattendue, les femmes, principales actrices qui avaient été écartées de l’organisation.

2En préparant un repas collectif pour une centaine de personnes, fabriquant des parures et colliers, mais surtout en inventant un objet original, une calebasse cassée prélevée sur un tas d’ordures ménagères, les femmes instrumentalisèrent symboliquement les invités et interférèrent dans les danses prévues par les organisateurs et les tambours. Elles s’invitèrent de façon active à la fête, détournant le spectacle et les rythmes de manière subtile et efficace, initiant à une performance politique ouverte dans laquelle d’autres acteurs vinrent se greffer inopinément.

3L’arène comprenait donc le masque, les musiciens et le danseur positionnés face aux visiteurs photographiant et filmant (moi-même, Mamadou Traoré, le conservateur du musée de Boké, et Vincent Leblan) auxquels, tout autour, s’ajoutèrent le reste des villageois, une ribambelle d’enfants et une dizaine de femmes qui s’immiscèrent tour à tour dans les danses.

4Elles interprétèrent différentes saynètes représentant le pilage, les travaux des champs ou la pêche collective des poissons, … évoquant aussi les traditions passées (le filage du coton notamment) faisant de cet événement le lieu d’une revendication d’existences peut-être insuffisamment prises en compte par les hommes et les chercheurs présents.

5Munie d’une calebasse, sorte d’appareil photo bricolé d’un objectif de lampe torche et d’une dragonne en pagne, remplie de dizaines de petits papiers manuscrits, la danseuse au monocle me fit face après avoir défié et photographié le danseur en action.

6Au rythme des tam-tams elle percuta de façon répétée le corps de sa lampe torche sur la calebasse et s’immobilisa à quelques centimètres de mon propre objectif... me capturant dans le même mouvement. Le filmeur filmé, la situation renversée. Elle tira alors de sa calebasse magique un petit papier plié et manuscrit (un fragment de cahiers d’instituteurs déchirés) en échange de quelques pièces ou billets – usage opportun découvert rapidement au fil de l’échange.

7Des déchets habilement détournés, du spectacle malmené et de la performance « enchanteresse », une interrogation et une compréhension collective émergèrent, permettant de restaurer un équilibre social, pour un temps refait.

1.

1.

© F. Joulian

2.

2.

© F. Joulian

3.

3.

© F. Joulian

4.

4.

Les femmes réunissent les perles, réparent et fabriquent différents colliers et coiffes alors que d’autres continuent leurs activités et discussions.

© F. Joulian

5.

5.

© F. Joulian

6.

6.

Elles préparent aussi la sauce graine et les poulets alors que le griot et les musiciens commencent à tendre les peaux des tambours…

© F. Joulian

7.

7.

© F. Joulian

8.

8.

© F. Joulian

9.

9.

Ils trouvent rapidement le rythme qui fait sortir le masque (Kosso) de réjouissances…

© F. Joulian

10.

10.

© F. Joulian

11.

11.

bientôt supplanté par les femmes parées qui viennent danser des saynètes traditionnelles, rivaliser entre elles, ou plus simplement prendre le rythme et occuper la place…

© F. Joulian

12.

12.

ou défier le danseur patenté du groupe.

© F. Joulian

13.

13.

À l’instar de l’ethnologue, armée de sa calebasse photo, une des femmes le photographie, et entre dans le cadre…

© F. Joulian

14.

14.

qu’elle occupe en tout sens.
Elle se dirige alors vers l’observateur étranger qu’elle capture en frappant le tube vide de la torche, sorte de résonateur-obturateur figeant l’action dansée et le regard image.

© F. Joulian

15.

15.

Face à mon appareil japonais, des déchets épars, la danseuse créa un objet intégrateur de la performance, composé :
– d’une calebasse cassée, évidée d’un trou circulaire permettant l’installation d’une tête de lampe torche accrochée à deux trous par un ruban de tissu et une bande magnétique de cassette audio, à ­l’arrière par une dragonne découpée dans un morceau de pagne rouge ;
– d’un verre cerclé de lunettes de soleil, ersatz de monocle attaché à un ruban pagne assorti à celui de la calebasse, tel un kit de visée dans lequel ­l’appareil serait donné à voir en pièces ;
– du corps cassé d’une torche vidée de ses piles, instrument percutant efficace de la calebasse ;
– d’un ensemble d’éléments cachés contenus dans la calebasse : un grelot dans une cosse végétale avec ses graines, une petite boite de thé vert de Chine, un emballage de cube Maggi, un fragment d’emballage d’antibiotique à large spectre (Ampicilline), des fragments de boîtes de cigarettes filtres (Monte-Carlo et Gold Leaf), seize fragments de feuilles cahiers d’instituteurs (avec recom­man­dations pédagogiques niveau CE et notes d’élèves).

© F. Joulian

16.

16.

© F. Joulian

17.

17.

© F. Joulian

Haut de page

Bibliographie

Berliner, D. 2004 « (Re)découverte des masques Landuma (Boké, Guinée-Conakry) », Arts&Cultures 5 : 134-143.

Carbonnel, L. 2016 « Les rebuts captivants. Un nouvel ordre bouffon au cœur de la collectivité », Techniques&Culture 65-66 Réparer le monde. Excès, reste et innovation : 368-383.

Lamp, F. 1996 Art of the Baga. A Drama of cultural reinvention. The Museum for African Art. Munich : Prestel-Verlag.

Leblan, V. 2009 Occupation de l’espace et utilisation de l’environnement par les chimpanzés et les humains, Ouest de la Guinée (Pays Peul et Landouma). Thèse de l’EHESS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-1.png
Fichier image/png, 357k
Titre 1.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-2.png
Fichier image/png, 852k
Titre 2.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-3.png
Fichier image/png, 641k
Titre 3.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-4.png
Fichier image/png, 301k
Titre 4.
Légende Les femmes réunissent les perles, réparent et fabriquent différents colliers et coiffes alors que d’autres continuent leurs activités et discussions.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-5.png
Fichier image/png, 319k
Titre 5.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 6.
Légende Elles préparent aussi la sauce graine et les poulets alors que le griot et les musiciens commencent à tendre les peaux des tambours…
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 7.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-8.png
Fichier image/png, 395k
Titre 8.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-9.png
Fichier image/png, 344k
Titre 9.
Légende Ils trouvent rapidement le rythme qui fait sortir le masque (Kosso) de réjouissances…
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-10.png
Fichier image/png, 461k
Titre 10.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-11.png
Fichier image/png, 438k
Titre 11.
Légende bientôt supplanté par les femmes parées qui viennent danser des saynètes traditionnelles, rivaliser entre elles, ou plus simplement prendre le rythme et occuper la place…
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 12.
Légende ou défier le danseur patenté du groupe.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-13.png
Fichier image/png, 461k
Titre 13.
Légende À l’instar de l’ethnologue, armée de sa calebasse photo, une des femmes le photographie, et entre dans le cadre…
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-14.png
Fichier image/png, 980k
Titre 14.
Légende qu’elle occupe en tout sens. Elle se dirige alors vers l’observateur étranger qu’elle capture en frappant le tube vide de la torche, sorte de résonateur-obturateur figeant l’action dansée et le regard image.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-15.png
Fichier image/png, 613k
Titre 15.
Légende Face à mon appareil japonais, des déchets épars, la danseuse créa un objet intégrateur de la performance, composé :– d’une calebasse cassée, évidée d’un trou circulaire permettant l’installation d’une tête de lampe torche accrochée à deux trous par un ruban de tissu et une bande magnétique de cassette audio, à ­l’arrière par une dragonne découpée dans un morceau de pagne rouge ;– d’un verre cerclé de lunettes de soleil, ersatz de monocle attaché à un ruban pagne assorti à celui de la calebasse, tel un kit de visée dans lequel ­l’appareil serait donné à voir en pièces ;– du corps cassé d’une torche vidée de ses piles, instrument percutant efficace de la calebasse ;– d’un ensemble d’éléments cachés contenus dans la calebasse : un grelot dans une cosse végétale avec ses graines, une petite boite de thé vert de Chine, un emballage de cube Maggi, un fragment d’emballage d’antibiotique à large spectre (Ampicilline), des fragments de boîtes de cigarettes filtres (Monte-Carlo et Gold Leaf), seize fragments de feuilles cahiers d’instituteurs (avec recom­man­dations pédagogiques niveau CE et notes d’élèves).
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-16.png
Fichier image/png, 432k
Titre 16.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 17.
Crédits © F. Joulian
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/7929/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joulian, F. « Masque calebasse. Petite leçon guinéenne de photographie », Techniques&Culture 65-66 « Réparer le monde. Excès, reste et innovation », p. 166-177.

Référence électronique

Frédéric Joulian, « Masque calebasse. Petite leçon guinéenne de photographie », Techniques & Culture [En ligne], 65-66 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/7929 ; DOI : 10.4000/tc.7929

Haut de page

Auteur

Frédéric Joulian

Anthropologue et éthologue, Maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales, Frédéric Joulian a dirigé la revue Techniques&Culture de 2006 à 2016. Ses recherches portent sur les processus d’évolution et sur les significations des phénomènes techniques et culturels dans le temps long, et sur les interactions hommes-animaux en Afrique et en Europe.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page