Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Penser par casTextile électronique

Penser par cas

Textile électronique

Retour sur dix années d’expérimentation
Jean-Baptiste Labrune
p. 134-149

Résumés

Cet essai photo présente une série de photographies prises sur une durée de dix ans, dans des terrains variés qui furent tous connectés d’une manière ou d’une autre à la naissance du textile électronique DIY (Do It Yourself : « à faire par soi-même »). Ce champ mêle la fabrication traditionnelle low-tech du secteur textile avec les pratiques high-tech de l’électronique. Développés à l’origine dans les années 1980 pour des applications militaires, les textiles électroniques ont été ensuite envisagés comme une riche opportunité pour le secteur commercial au milieu des années 1990. À cette époque, les collaborations entre des entreprises comme Philips ou Levi-Strauss avec des laboratoires de recherche (comme le MIT Medialab aux États-Unis ou des universités de technologie Européennes) ont conduit à la réalisation de nombreux prototypes rapidement suivie par un déluge de brevets et de protection juridique. Cependant, quelques chercheurs comme Rehmi Post à la fin des années 1990 ont partagé en détail ce qui constituera le socle des techniques nécessaires à la transformation de fibres classiques en fils conducteurs de courant ainsi que la manière d’y connecter des composants électroniques standards. Dans le même esprit, et en parallèle du développement des outils de prototypage rapide pour designers et artistes comme la plateforme Arduino, quelques recherches pionnières ont créé et popularisé cette intrigante combinaison d’un matériau souple aux profondes racines historiques avec un substrat électrique certes moderne mais très mystérieux car il est composé d’une cascade de feuillets abstraits, allant de la physique, des mathématiques, en passant par l’électronique et la science informatique. La diffusion de ces technologies est illustrée par ces photographies qui montrent un des premiers prototypes de textile électronique souple prédécesseur de la plateforme qui s’appelle maintenant Lilypad, des exemples tirés d’ateliers créatifs dans des centres d’art et de technologie en Europe et aux États-Unis.

Haut de page

Texte intégral

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Un dispositif électronique « prend vie » entre les doigts de Leah Buechley en visite dans les ateliers textiles de l’ENSCI.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis : https://www.flickr.com/​photos/​jeanbaptisteparis/​sets.

  • 1 http://www.rehmi.info/pdf/post-isj393-part3.pdf

1Comme le montre la nombreuse littérature dans ce domaine (Mc Quaid 2005, Quinn 2010), l’association du textile et de l’électronique est née dans un contexte militaire, pour répondre entre autres aux besoins de performance des vêtements des soldats. Paradoxalement, au même moment, quelques chercheuses et chercheurs ont réfléchi à des applications différentes de ces technologies, axées non pas sur leur efficacité rationnelle mais sur leur potentiel créatif comme le montre le cliché ci-contre d’un des tout premiers circuits pouvant être porté réalisé par Rehmi Post et Maggie Orth 1 : dans un laboratoire de physique universitaire (MIT CBA) financé par la DARPA (organisme de financement militaire américain), et dans lequel l’argent public destiné à la recherche en sécurité fut également utilisé à des fins de création – non pas sans rappeler le contexte dans lequel l’internet et l’interaction homme-machine sont nés dans les années soixante au SRI (Stanford Research Institute).

  • 2 https://www.flickr.com/photos/jeanbaptisteparis/albums

2Je propose de décrire ici le parcours que j’ai eu la chance de partager avec certains d’entre eux au cours de ces dix dernières années. J’ai documenté leurs pratiques et leurs environnements à travers des photographies qui ont peu à peu constitué un fonds de plusieurs milliers d’images. Afin de régler ma dette envers eux, ce fonds fut partagé dès le départ en Creative Commons sur Flickr 2 pour leur permettre non seulement d’utiliser ces clichés afin de valoriser leurs projets mais également pour tenter de leur rendre lisible en premier lieu le fruit de leur travail.

1.

1.

En 2006, Leah Buechley, alors étudiante en doctorat à l’université de Boulder dans le Colorado, est venue visiter mon laboratoire à l’INRIA alors que j’y effectuais également ma thèse de doctorat. Elle amena avec elle de nombreux prototypes mettant en œuvre les techniques développées par Rehmi Post (1999) dans sa thèse de master.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

2.

2.

On voit ici une douille (socket ) en plastique nouée et cousue avec du fil conducteur sur une trame textile. Celle-ci est le support destiné à recevoir un microcontrôleur, le composant électronique qui permet de programmer à ses bornes des opérations électriques telles que la mesure d’une valeur de résistance électrique dans un circuit.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

3.

3.
  • 3 Le sigle signifie littéralement : « moins de radiations électromagnétiques ». http://www.lessemf.c (...)

Une autre composante essentielle des textiles électroniques est la disponibilité de tissus techniques permettant de conduire du courant de bonne qualité. Une entreprise américaine appelée LessEMF 3 propose des tissus censés protéger des ondes nocives les individus souffrant d’hypersensibilité électromagnétique. Le textile ci-dessus est du zelt, une base de tissé nylon enduite de cuivre et d’étain. De nombreuses autres fibres existent allant des plus naturelles (organza) à celles extrêmement techniques à base de nanotechnologies.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

4.

4.

Grâce à une machine à découpe laser, Leah trace des pistes avec du zelt thermocollé ensuite sur un tissé nylon. Cette machine est très précise et permet d’utiliser un grand nombre de matériaux comme du textile mais aussi du bois, de l’acrylique (PMMA : polymer)… Le support (ou douille) est alors soudé sur ces traces puis plongé dans une solution d’époxy qui, en durcissant, va rendre l’assemblage plus robuste. Il peut recevoir un microcontrôleur ATmega168, qui était à l’origine très difficile à programmer par des non-spécialistes. Il fallait en effet installer une suite logicielle souvent propriétaire empêchant leur adoption par des non-experts ou des bricoleurs.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

5.

5.
  • 4 Technique d’affichage multiplex avec peu d’entrées et de sorties épinglées sur un microcontrôleur (...)

Sur l’image ci-dessus, on voit en bas un design de Leah en rouge, bracelet en Charlieplexing 4 de LEDs (diodes électroluminescentes) tissées. Ce matriçage de 5x10 LEDs est contrôlé par un microcontrôleur dont le nombre de pattes n’est pas suffisant pour connecter 50 LEDs ; il faut donc « ruser » et utiliser un type de montage créé, selon la légende, par un certain Charlie Allen, qui était employé dans une chaîne de montage électronique. En bleu, deux cartes électroniques rigides. On peut remarquer que ces cartes sont encore solidaires l’une de l’autre : ce sont des prototypes de préproduction que j’avais ramenés d’Italie où j’enseignais à la même époque à l’institut de design d’interaction d’Ivrea.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.

6.

6.

Dans cette photo-ci on voit une carte Lilypad Arduino souple. Cette version très sophistiquée de Leah Buechley condense les techniques précédemment citées (connectique, époxy, traces de zelt découpées au laser…) dans le but de produire un patch circulaire, flexible, lavable et tissable. Cette « carte » reliée au courant à l’aide d’un fil conducteur est déformable. La rigidité est souvent l’effet de bord de la production industrielle : les formes rectangulaires optimisent l’espace requis pour la fabrication d’un grand nombre de cartes. À l’inverse, les patches circulaires flexibles sont optimisés pour des humains. Ils ont besoin d’être manipulés pour être utilisés. Ils sont à l’échelle de la main.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

7.

7.
  • 5 http://hci.ucsd.edu/hollan/publications/RepresentationalGestures.pdf

Sur cette photo, Leah visite en 2006 les ateliers textiles de l’ENSCI, une école de conception industrielle à Paris. Lors de ses interactions avec les autres designers et hackers présents, la plupart des situations et exemples discutés étaient également montrés à l’aide de postures des mains représentant concrètement des métaphores, des outils ou des concepts. En plus du langage verbal, les gestes, les mains de Leah produisent des représentations signifiantes, ce sont de véritables artefacts cognitifs (au sens de Becvar, Hollan & Hutchins 2008) 5. Comme on le voit ici, ses mains tiennent souvent des composants comme des fils ou des dispositifs électroniques, et il devient ainsi plus facile d’exprimer un assemblage complexe à une autre échelle ou un concept électronique en lui « donnant vie ».

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

8.

8.
  • 6 Sur la notion de « technologie invisible », voir le projet d’article de Mark Weiser (1993) en lign (...)
  • 7 HAL renvoie ici à HAL 9000 (CARL 500 en version française), le personnage de fiction, supercalcula (...)
  • 8 HDL : Hardware Description Language « Langage de description de matériel »

De plus, les mains sont très présentes dans la production textile semi-automatisée. Les machines requièrent un grand nombre d’opérations manuelles : autant d’opportunités pour les toucher, sentir la tension des fils, être conscient de leur état, en quasi-sympathie. Dans le même esprit, le textile électronique est fondé sur l’incorporation de concepts abstraits. Cette différence avec l’évolution de l’électronique et de l’informatique qui tend à la dématérialisation de son substrat, de son médium (Weiser 1993) 6 me semble notable. Le textile électronique se manipule concrètement, se « programme » avec le corps : il résiste en cela à la médiation abstraite des langages logiciels (HAL 7) et des schémas de description qui précèdent la matérialisation des circuits 8.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

9.

9.

Lors d’un atelier en 2007 à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence consacré au piratage (hacking) d’interfaces, j’ai amené une bobine de fils conducteurs pour « manipuler » et expérimenter. Cette photo montre un des aboutissements : la fabrication d’une antenne textile, mesurant la capacité électronique. En passant la main plus ou moins près de cette antenne capteur DIY, le champ électromagnétique se modifie, permettant ainsi de mesurer la distance à laquelle on se trouve d’un objet.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

10.

10.
  • 9 http://web.media.mit.edu/~labrune/phd/These/Phd.Labrune.2007.pdf

Les cartes DIY et le hack de matériel électronique étaient très répandus à l’époque mais même si certaines plateformes de prototypage existaient comme les basics stamps, il était laborieux de reprogrammer des objets quotidiens. Cette photo, prise dans un hackerspace parisien appelé Black Boxe, qui à l’époque se trouvait dans Paris au Théâtre de Verre, montre ces différents niveaux de hacking que j’ai appelé dans ma thèse des « exaptations » technologiques, qu’on pourrait qualifier également de détournements, de reconfigurations créatives (Labrune 2007) 9.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

11.

11.
  • 10 http://www.mediamatic.net/26947/en/designing-hybrid-wearables

En février 2008, lors d’un atelier à Mediamatic, un centre d’art et de technologie à Amsterdam, nous avons présenté ces plateformes à des citoyens, dont beaucoup étaient des étudiants en design et en art, mais également de simples curieux, intéressés par le lien entre textile et interactivité. Cet atelier intitulé « Hybrid Wearable » utilisa pour la première fois en Europe les cartes Lilypad récemment développées par Leah, dans un contexte exploratoire, orienté sur l’apprentissage et le faire soi-même. Sur cette photo, un tapis sensitif en construction, avec des fils en plastique et métal (l’équivalent d’une maquette), étape précédant la couture des fils conducteurs et de leur surtissage non conducteur 10.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

12.

12.

Dans cette photo, on aperçoit deux personnes qui collaborent pour établir la continuité électrique d’un circuit qu’elles viennent de coudre. C’est une situation inhabituelle en électronique où les choses sont habituellement planifiées à l’avance, et les opérations exécutées de manière individuelle. Ici deux êtres humains coopèrent et se coordonnent à l’intérieur d’un gigantesque circuit électronique, comme s’ils entraient dans une boucle d’interaction cybernétique, faisaient partie du système.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

13.

13.

En plus des cartes microcontrôleurs Lilypad, Leah conçut également toute une série de petites cartes intermédiaires appelées « circuits imprimés » : breakout boards permettant de connecter plus facilement des composants standards comme ici un vibreur. Ces dispositifs souples sont directement connectables dans la logique de déformation du vêtement, pliables et perçables – des caractéristiques uniques dans le monde de l’électronique habituellement rigide, déterminé et clos.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

14.

14.

On voit ici la fabrication d’un capteur de contact rudimentaire à l’aide de flectron, un tissu similaire au zelt. Lorsque les deux parties sont pressées l’une contre l’autre, un contact électrique se forme. C’est une version géante d’un « capteur » de pression, un composant électronique habituellement issu d’un processus de fabrication industriel. Le textile électronique réinvente les composants à l’échelle de l’humain et non pas des machines qui les fabriquent.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

15.

15.

Ces participants à l’atelier désiraient créer une veste qui indiquerait subtilement à une personne, par exemple trop proche dans un bus, de prendre ses distances. Ils ont recyclé un ventilateur trouvé dans un vieux PC et l’ont accroché à un capteur de distance. Il est remarquable de voir comment l’aspect tangible du textile a permis en un temps très court de réaliser ces assemblages.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

16.

16.

Sur le bout de cette manche, les participants ont astucieusement construit un sélecteur de positions à l’aide d’une pince en métal qui conduit le courant, permettant de clore une partie du circuit électrique. Le circuit ainsi composé est lisible concrètement ; on peut le parcourir avec les doigts, s’y inscrire par notre corps et non pas simplement par une représentation abstraite.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

17.

17.

Le textile électronique combine un assemblage mécanique très précis avec les processus issus de l’électronique. Dans cette exposition intitulée « Mechanical Couture » au Design Museum près de Tel-Aviv, on observe clairement comment ce « décorum » se manifeste. Contrairement à l’électronique traditionnelle où les choses se passent dans des « boîtes noires », ici les choses sont mises en scène, prêtes à être examinées visuellement, par le toucher également.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

18.

18.
  • 11 http://www.kobakant.at/DIY

Ce même « décorum » est également visible sur le mur derrière Hannah Perner-Wilson, alors étudiante en 2009 avec moi au MIT Medialab. Comme dans son exposition au Design Museum, on voit ici comment la matérialité du textile joue un rôle déterminant dans la dissémination de ses travaux, tout comme sur son site internet à destination de la communauté DIY appelé How to get what you want 11.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

19.

19.

En 2009, Hannah et Leah me rejoignirent à Paris à l’ENSAD pour y coanimer un atelier avec Dana Gordon et David Mellis intitulé « Matières Hybrides ». Ces ateliers se reconduisirent les années suivantes sur des sujets similaires comme la sérigraphie textile (Electronic serigraphy 2011) et les objets aux comportements rebelles (Rebellious chairs 2012), pour enfin s’inscrire dans le cursus de l’école via un studio et des modules coanimés par des anciens étudiants ayant participé à ces ateliers. Hannah quant à elle, développera une pratique nomade, posant sa valise atelier dans la jungle institutionnelle tout comme dans celle de Madagascar, hybridant ses circuits en les tissant dans des plantes.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

20.

20.

CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 

3Après dix années d’observations et d’enseignements dans ce champs, il me semble que là où l’électronique high tech nécessite une capacité d’abstraction propre à se représenter le fonctionnement de circuits miniaturisés, ici dans cet environnement textile high-low-tech, la main et le corps font littéralement partie du circuit. L’observateur ne pouvant s’extraire de l’élément observé, il y a donc expérience d’une situation paradoxale, auto référentielle, similaire à celle de l’ethnographe face aux limites rationnelles de son épistémologie (Garfinkel 2002) mais aussi du mathématicien face aux antinomies de sa discipline (Russell 1948).

  • 12 https://github.com/jeanbaptiste/symposion/tree/master/nans

4Le bricolage électronique avec du textile conducteur favorise ainsi une pensée non rationnelle que j’ai essayé en trébuchant de manifester lors d’un atelier à Akademie Schloss Solitude, fin 2016 (photo précédente), en présence de Hannah et de son studio atelier portable en compagnie d’autres chercheurs et artistes 12. Cette « pensée matérielle » préfigure des formes fondées non pas sur une objectivité déterministe mais bien sur des subjectivités incertaines. En incorporant l’humain dans la technique, cette pratique l’éloigne du registre abstrait de la croyance et le situe dans celui de l’expérience.

5En un sens, le substrat textile invite à « jouer » avec lui au sens de Roberte Hamayon (2012), c’est-à-dire de faire autre chose, ailleurs et autrement, et cela de manière indéfiniment renouvelée.

▪▪▪▪▪

Haut de page

Bibliographie

Becvar, A., Hollan, J. & E. Hutchins 2008 « Representational Gestures as Cognitive Artifacts for Developing Theories in a Scientific Laboratory » in M.S. Acherman, C.A. Halverson, T. Erickson & W.A. Kellogg dir. Resources, Co-Evolution and Artifacts : Theory in CSCW. London : Springer : 117-143.

Garfinkel, H. 2002 Ethnomethodology’s Program: Working Out Durkheim’s Aphorism. Lanham : Rowman & Littlefield Publishers.

Hamayon, R. 2012 Jouer. Une étude anthropologique. Paris : La Découverte (Bibliothèque du MAUSS).

Labrune, J.-B. 2007 Enfants et technologies créatives : un phénomène d’exaptation. Thèse de doctorat de l’Université Paris-Sud.

Mc Quaid, M. 2005 Extreme Textiles: Designing for High Performance. New York : Princeton Architectural Press.

Post, R. 1999 E-broidery : An Infrastructure for Washable Computing. Thesis - Massachusetts Institute of Technology, School of Architecture and Planning, Program in Media Arts and Sciences. URI : http://dspace.mit.edu/handle/1721.1/62351.

Post, R., Orth, M., Russo, P. R. & N. Gershenfeld 2000 « E-broidery: Design and Fabrication of Textile-based Computing », IBM Systems Journal 39 (3-4) : 840-860.

Quinn, B. 2010 Textile Futures. Fashion, Design and Technology. Oxford : Berg.

Russel, B. 1948 Human Knowledge: Its Scope and Limits. Londres : Allen & Unwin.

Weiser, M. 1993 « The world is not a desktop » Perspectives articles for ACM Interactions. En ligne : http://www.ubiq.com/hypertext/weiser/ACMInteractions2.html.

Pour citer l’article

Labrune, J.-B. 2017 « Textile électronique. Retour sur dix années d’expérimentation », Techniques&Culture 67 « Low tech ? Wild tech ! », p. 134-149.

Haut de page

Notes

1 http://www.rehmi.info/pdf/post-isj393-part3.pdf

2 https://www.flickr.com/photos/jeanbaptisteparis/albums

3 Le sigle signifie littéralement : « moins de radiations électromagnétiques ». http://www.lessemf.com.

4 Technique d’affichage multiplex avec peu d’entrées et de sorties épinglées sur un microcontrôleur utilisé dans un réseau de LEDs. Ce dispositif a été « vulgarisé » par Charlie Allen au début des années 1990.

5 http://hci.ucsd.edu/hollan/publications/RepresentationalGestures.pdf

6 Sur la notion de « technologie invisible », voir le projet d’article de Mark Weiser (1993) en ligne : http://www.ubiq.com/hypertext/weiser/ACMInteractions2.html.

7 HAL renvoie ici à HAL 9000 (CARL 500 en version française), le personnage de fiction, supercalculateur doté d’intelligence artificielle créé par Arthur C. Clarke dans la saga Odyssées de l’espace et adapté au cinéma par Stanley Kubrick dans 2001, l’Odyssée…

8 HDL : Hardware Description Language « Langage de description de matériel »

9 http://web.media.mit.edu/~labrune/phd/These/Phd.Labrune.2007.pdf

10 http://www.mediamatic.net/26947/en/designing-hybrid-wearables

11 http://www.kobakant.at/DIY

12 https://github.com/jeanbaptiste/symposion/tree/master/nans

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture
Légende Un dispositif électronique « prend vie » entre les doigts de Leah Buechley en visite dans les ateliers textiles de l’ENSCI.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis : https://www.flickr.com/​photos/​jeanbaptisteparis/​sets.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre 1.
Légende En 2006, Leah Buechley, alors étudiante en doctorat à l’université de Boulder dans le Colorado, est venue visiter mon laboratoire à l’INRIA alors que j’y effectuais également ma thèse de doctorat. Elle amena avec elle de nombreux prototypes mettant en œuvre les techniques développées par Rehmi Post (1999) dans sa thèse de master.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre 2.
Légende On voit ici une douille (socket ) en plastique nouée et cousue avec du fil conducteur sur une trame textile. Celle-ci est le support destiné à recevoir un microcontrôleur, le composant électronique qui permet de programmer à ses bornes des opérations électriques telles que la mesure d’une valeur de résistance électrique dans un circuit.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre 3.
Légende Une autre composante essentielle des textiles électroniques est la disponibilité de tissus techniques permettant de conduire du courant de bonne qualité. Une entreprise américaine appelée LessEMF 3 propose des tissus censés protéger des ondes nocives les individus souffrant d’hypersensibilité électromagnétique. Le textile ci-dessus est du zelt, une base de tissé nylon enduite de cuivre et d’étain. De nombreuses autres fibres existent allant des plus naturelles (organza) à celles extrêmement techniques à base de nanotechnologies.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre 4.
Légende Grâce à une machine à découpe laser, Leah trace des pistes avec du zelt thermocollé ensuite sur un tissé nylon. Cette machine est très précise et permet d’utiliser un grand nombre de matériaux comme du textile mais aussi du bois, de l’acrylique (PMMA : polymer)… Le support (ou douille) est alors soudé sur ces traces puis plongé dans une solution d’époxy qui, en durcissant, va rendre l’assemblage plus robuste. Il peut recevoir un microcontrôleur ATmega168, qui était à l’origine très difficile à programmer par des non-spécialistes. Il fallait en effet installer une suite logicielle souvent propriétaire empêchant leur adoption par des non-experts ou des bricoleurs.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre 5.
Légende Sur l’image ci-dessus, on voit en bas un design de Leah en rouge, bracelet en Charlieplexing 4 de LEDs (diodes électroluminescentes) tissées. Ce matriçage de 5x10 LEDs est contrôlé par un microcontrôleur dont le nombre de pattes n’est pas suffisant pour connecter 50 LEDs ; il faut donc « ruser » et utiliser un type de montage créé, selon la légende, par un certain Charlie Allen, qui était employé dans une chaîne de montage électronique. En bleu, deux cartes électroniques rigides. On peut remarquer que ces cartes sont encore solidaires l’une de l’autre : ce sont des prototypes de préproduction que j’avais ramenés d’Italie où j’enseignais à la même époque à l’institut de design d’interaction d’Ivrea.Ces cartes, ainsi que leur chaîne de programmation logicielle initialement appelée Wiring et dérivée du projet Proce55ing (https://processing.org/​), révolutionneront ensuite le monde de l’électronique en permettant à tout un chacun de programmer des dispositifs intéractifs. Leur nom, Arduino, provient du roi italien autoproclamé Arduin d’Ivrée, et leur expansion est fondée en partie sur leur modèle open source ainsi que l’ingéniosité de leur conception. Leah repartira aux États-Unis avec ces cartes, certes rigides, mais dont le modèle global lui permettra d’établir les fondations de sa propre version de cette carte : la Lilypad Arduino.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 6.
Légende Dans cette photo-ci on voit une carte Lilypad Arduino souple. Cette version très sophistiquée de Leah Buechley condense les techniques précédemment citées (connectique, époxy, traces de zelt découpées au laser…) dans le but de produire un patch circulaire, flexible, lavable et tissable. Cette « carte » reliée au courant à l’aide d’un fil conducteur est déformable. La rigidité est souvent l’effet de bord de la production industrielle : les formes rectangulaires optimisent l’espace requis pour la fabrication d’un grand nombre de cartes. À l’inverse, les patches circulaires flexibles sont optimisés pour des humains. Ils ont besoin d’être manipulés pour être utilisés. Ils sont à l’échelle de la main.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre 7.
Légende Sur cette photo, Leah visite en 2006 les ateliers textiles de l’ENSCI, une école de conception industrielle à Paris. Lors de ses interactions avec les autres designers et hackers présents, la plupart des situations et exemples discutés étaient également montrés à l’aide de postures des mains représentant concrètement des métaphores, des outils ou des concepts. En plus du langage verbal, les gestes, les mains de Leah produisent des représentations signifiantes, ce sont de véritables artefacts cognitifs (au sens de Becvar, Hollan & Hutchins 2008) 5. Comme on le voit ici, ses mains tiennent souvent des composants comme des fils ou des dispositifs électroniques, et il devient ainsi plus facile d’exprimer un assemblage complexe à une autre échelle ou un concept électronique en lui « donnant vie ».
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre 8.
Légende De plus, les mains sont très présentes dans la production textile semi-automatisée. Les machines requièrent un grand nombre d’opérations manuelles : autant d’opportunités pour les toucher, sentir la tension des fils, être conscient de leur état, en quasi-sympathie. Dans le même esprit, le textile électronique est fondé sur l’incorporation de concepts abstraits. Cette différence avec l’évolution de l’électronique et de l’informatique qui tend à la dématérialisation de son substrat, de son médium (Weiser 1993) 6 me semble notable. Le textile électronique se manipule concrètement, se « programme » avec le corps : il résiste en cela à la médiation abstraite des langages logiciels (HAL 7) et des schémas de description qui précèdent la matérialisation des circuits 8.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre 9.
Légende Lors d’un atelier en 2007 à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence consacré au piratage (hacking) d’interfaces, j’ai amené une bobine de fils conducteurs pour « manipuler » et expérimenter. Cette photo montre un des aboutissements : la fabrication d’une antenne textile, mesurant la capacité électronique. En passant la main plus ou moins près de cette antenne capteur DIY, le champ électromagnétique se modifie, permettant ainsi de mesurer la distance à laquelle on se trouve d’un objet.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 10.
Légende Les cartes DIY et le hack de matériel électronique étaient très répandus à l’époque mais même si certaines plateformes de prototypage existaient comme les basics stamps, il était laborieux de reprogrammer des objets quotidiens. Cette photo, prise dans un hackerspace parisien appelé Black Boxe, qui à l’époque se trouvait dans Paris au Théâtre de Verre, montre ces différents niveaux de hacking que j’ai appelé dans ma thèse des « exaptations » technologiques, qu’on pourrait qualifier également de détournements, de reconfigurations créatives (Labrune 2007) 9.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 11.
Légende En février 2008, lors d’un atelier à Mediamatic, un centre d’art et de technologie à Amsterdam, nous avons présenté ces plateformes à des citoyens, dont beaucoup étaient des étudiants en design et en art, mais également de simples curieux, intéressés par le lien entre textile et interactivité. Cet atelier intitulé « Hybrid Wearable » utilisa pour la première fois en Europe les cartes Lilypad récemment développées par Leah, dans un contexte exploratoire, orienté sur l’apprentissage et le faire soi-même. Sur cette photo, un tapis sensitif en construction, avec des fils en plastique et métal (l’équivalent d’une maquette), étape précédant la couture des fils conducteurs et de leur surtissage non conducteur 10.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre 12.
Légende Dans cette photo, on aperçoit deux personnes qui collaborent pour établir la continuité électrique d’un circuit qu’elles viennent de coudre. C’est une situation inhabituelle en électronique où les choses sont habituellement planifiées à l’avance, et les opérations exécutées de manière individuelle. Ici deux êtres humains coopèrent et se coordonnent à l’intérieur d’un gigantesque circuit électronique, comme s’ils entraient dans une boucle d’interaction cybernétique, faisaient partie du système.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre 13.
Légende En plus des cartes microcontrôleurs Lilypad, Leah conçut également toute une série de petites cartes intermédiaires appelées « circuits imprimés » : breakout boards permettant de connecter plus facilement des composants standards comme ici un vibreur. Ces dispositifs souples sont directement connectables dans la logique de déformation du vêtement, pliables et perçables – des caractéristiques uniques dans le monde de l’électronique habituellement rigide, déterminé et clos.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre 14.
Légende On voit ici la fabrication d’un capteur de contact rudimentaire à l’aide de flectron, un tissu similaire au zelt. Lorsque les deux parties sont pressées l’une contre l’autre, un contact électrique se forme. C’est une version géante d’un « capteur » de pression, un composant électronique habituellement issu d’un processus de fabrication industriel. Le textile électronique réinvente les composants à l’échelle de l’humain et non pas des machines qui les fabriquent.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 15.
Légende Ces participants à l’atelier désiraient créer une veste qui indiquerait subtilement à une personne, par exemple trop proche dans un bus, de prendre ses distances. Ils ont recyclé un ventilateur trouvé dans un vieux PC et l’ont accroché à un capteur de distance. Il est remarquable de voir comment l’aspect tangible du textile a permis en un temps très court de réaliser ces assemblages.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 16.
Légende Sur le bout de cette manche, les participants ont astucieusement construit un sélecteur de positions à l’aide d’une pince en métal qui conduit le courant, permettant de clore une partie du circuit électrique. Le circuit ainsi composé est lisible concrètement ; on peut le parcourir avec les doigts, s’y inscrire par notre corps et non pas simplement par une représentation abstraite.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 17.
Légende Le textile électronique combine un assemblage mécanique très précis avec les processus issus de l’électronique. Dans cette exposition intitulée « Mechanical Couture » au Design Museum près de Tel-Aviv, on observe clairement comment ce « décorum » se manifeste. Contrairement à l’électronique traditionnelle où les choses se passent dans des « boîtes noires », ici les choses sont mises en scène, prêtes à être examinées visuellement, par le toucher également.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre 18.
Légende Ce même « décorum » est également visible sur le mur derrière Hannah Perner-Wilson, alors étudiante en 2009 avec moi au MIT Medialab. Comme dans son exposition au Design Museum, on voit ici comment la matérialité du textile joue un rôle déterminant dans la dissémination de ses travaux, tout comme sur son site internet à destination de la communauté DIY appelé How to get what you want 11.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre 19.
Légende En 2009, Hannah et Leah me rejoignirent à Paris à l’ENSAD pour y coanimer un atelier avec Dana Gordon et David Mellis intitulé « Matières Hybrides ». Ces ateliers se reconduisirent les années suivantes sur des sujets similaires comme la sérigraphie textile (Electronic serigraphy 2011) et les objets aux comportements rebelles (Rebellious chairs 2012), pour enfin s’inscrire dans le cursus de l’école via un studio et des modules coanimés par des anciens étudiants ayant participé à ces ateliers. Hannah quant à elle, développera une pratique nomade, posant sa valise atelier dans la jungle institutionnelle tout comme dans celle de Madagascar, hybridant ses circuits en les tissant dans des plantes.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre 20.
Crédits CC-BY-SA 2.0 Jeanbaptisteparis 
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8479/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Labrune, « Textile électronique »Techniques & Culture, 67 | 2017, 134-149.

Référence électronique

Jean-Baptiste Labrune, « Textile électronique »Techniques & Culture [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/8479 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.8479

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Labrune

Jean-Baptiste Labrune est chercheur indépendant spécialisé dans l’étude réflexive des processus créatifs. Sa thèse de doctorat ( INRIA / UPS 2007 ) et son postdoc ( MIT Media Lab 2010 ) portaient sur la notion d’exaptation, la manière créative dont les utilisateurs des technologies se « jouent » d’elles et de leurs concepteurs, produisant ainsi des fonctionnalités et contextes d’usages inédits et imprévisibles. http://web.media.mit.edu/~labrune/

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search