Navigation – Plan du site

Chroniques de l’infra-perceptible

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin
p. 6-9

Texte intégral

« Souvent quand je ferme les yeux, je vois des démons qui m’entourent de toute part, comme une poussière dense, et leurs corps sont minuscules comme les poussières ou les atomes qui apparaissent au soleil,
et je pense que c’est ainsi qu’ils entourent chaque homme et se collent contre lui.
— Il y en a pour chaque homme ?
— Oui, tantôt beaucoup, tantôt peu. »
Richalm de Schöntal, Liber revelationum, vers 1216-1219.

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Martn Frobenius Ledermüller et Adam Wolffgang Winterschmidt, Troisième cinquantaine des amusemens microscopiques contenant en meme tems une fidele methode de faire un usage adroit, aisé et fidele de toutes sortes de microscopes, en forme de lettres, avec un supplement et une addition, 1768. Ce type de microscope solaire fonctionne comme une lanterne magique, illuminé par les seuls rayons du soleil.

© Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.

1Il suffit parfois d’un rayon de soleil, d’une lumière particulièrement horizontale ; il suffit que nous ayons le bon angle et la bonne distance vis-à-vis de cette lumière pour que nous fassions l’expérience d’une révélation visuelle, que, d’un coup, apparaisse, juste face à nous, un monde en suspension. Poussières, particules et minuscules créatures volantes rappellent leur présence et par elles, celle de ces « imperceptibles » avec qui nous faisons monde.

2Si nous faisons tous l’expérience, souvent enchantée, de ces dispositifs accidentels, l’accès à l’infra-perceptible est bien plus généralement médié par la technique. Or chaque procédé d’investigation, chaque nouvel appareillage, implique et provoque des perceptions singulières, voire de nouvelles façons de ressentir. C’est tout particulièrement le cas des enquêtes sur les mondes infimes, un domaine dont la cohérence n’est définie que par les capacités sensorielles propres à l’espèce humaine. Ici plus qu’ailleurs peut-être, connaître c’est rendre sensible.

  • 1Progumnasmata, chapitre 118, lignes 7 et suiv.

3Ce numéro de Techniques&Culture pourra surprendre nos habitués qui y trouveront peu de technologie culturelle, aucune approche économique des systèmes techniques présentés, et pratiquement pas d’analyses centrées sur les impacts sociologiques de ces dispositifs. Le cœur de ce volume est constitué d’articles où la technique est abordée par le biais de ses effets sensibles, où la dimension narrative autant que descriptive constitue un enjeu premier, préalable à toute approche analytique. Comment décrire l’infra-perceptible, l’infra-visuel, l’infra-sonore ? Si l’Antiquité a codifié l’art de décrire les œuvres visuelles à travers l’« ekphrasis », qui désignait au premier siècle « un discours qui met sous les yeux de manière vivante le sujet qu’il évoque 1 », c’est bien de nouvelles ekphraseis, de nouvelles formes de récits qu’imposent la connaissance du microbiome, des écosystèmes modèles, ou la perception de la radioactivité. Connaissance savante et procédés techniques impliquent ici une réflexion littéraire qui fait partie des autres façons de raconter qu’entend explorer Techniques&Culture de numéro en numéro.

4L’approche proposée par les directrices de ce numéro est de fait largement exploratoire, et peut être lue comme un appel à documenter les perceptions de l’infra-perceptible ou de l’à-peine perceptible dans des sociétés prémodernes ou résistantes. Nous ne doutons pas que d’autres études emprunteront désormais ce chemin. Ce numéro qui se conclut par un article fondamental de Heather Paxson et Stefan Helmreich, publié pour la première fois en français, sera, on l’espère, une bonne lecture de voyage intellectuel.

1.

1.

Le point de vue de la boîte de Petri, « Looking up from underneath a microscope »

Par Macroscopic Solutions. CC BY-NC.

Le carnet de Techniques&Culture  : un espace de débat

5Techniques&Culture continue de changer. La création du carnet de Techniques&Culture, marque une nouvelle étape de l’histoire de la revue. Hébergé par la plateforme Hypothèses (tc.hypotheses.org), ce nouvel espace accueille dès à présent les échos de nos publications dans le monde de la recherche, qui peuvent prendre la forme de podcasts de conférences en lien avec les numéros thématiques de la revue. Il ne s’agit pas seulement de mieux diffuser des textes qui nous sont chers, mais aussi et surtout de créer un espace favorisant et nourrissant le dialogue et le discours critique. On y trouvera ainsi l’enregistrement d’une table ronde particulièrement vive tenue durant les Rendez-vous de l’histoire de Blois 2017, lors desquels Techniques&Culture, au prétexte d’un article de David Edgerton dans Low tech? Wild Tech (67), a critiqué, en présence de l’auteur, le sujet de cette 20e édition baptisée « Eurêka, inventer, découvrir, innover ».

6En sus des podcasts, le débat peut désormais se poursuivre en ligne dans une rubrique dédiée du carnet où l’on trouvera notamment un débat entre Pierre Desrochers et Jean-Baptiste Fressoz suscité par l’article de ce dernier « La main invisible a-t-elle le pouce vert ? », publié dans Réparer le monde (65-66).

7Socialiser la connaissance et créer les conditions du débat scientifique suppose plus que jamais d’explorer d’autres façons de raconter la recherche en train de se faire, de faire varier les formats éditoriaux pour rendre possibles différents modes de lectures, différentes approches de notre domaine, qui toutes, sans doute, méritent d’être expérimentées, pour peu qu’elles ne nous retiennent pas de regarder la poussière voler dans la lumière du soir.

Haut de page

Notes

1Progumnasmata, chapitre 118, lignes 7 et suiv.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture
Légende Martn Frobenius Ledermüller et Adam Wolffgang Winterschmidt, Troisième cinquantaine des amusemens microscopiques contenant en meme tems une fidele methode de faire un usage adroit, aisé et fidele de toutes sortes de microscopes, en forme de lettres, avec un supplement et une addition, 1768. Ce type de microscope solaire fonctionne comme une lanterne magique, illuminé par les seuls rayons du soleil.
Crédits © Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 1.
Légende Le point de vue de la boîte de Petri, « Looking up from underneath a microscope »
Crédits Par Macroscopic Solutions. CC BY-NC.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « Chroniques de l’infra-perceptible », Techniques & Culture, 68 | 2017, 6-9.

Référence électronique

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « Chroniques de l’infra-perceptible », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 janvier 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/8548

Haut de page

Auteurs

Pierre-Olivier Dittmar

Articles du même auteur

Yann Philippe Tastevin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page