Navigation – Plan du site

L’eau des étangs : gaz ou fluide ?

De la transformation des eaux mortes en eaux vives
Vanessa Manceron
p. 26-47

Résumés

Que s’est-il donc passé dans les régions d’étangs françaises pour que le cloaque pestilentiel de l’eau sombre et insalubre qui prévalait au xviiie siècle et première moitié du xixe siècle se mue en eau miroitante et fertile à la fin du xixe siècle ? Les descriptions rompent radicalement avec celles produites une cinquantaine d’années plus tôt : les eaux mortes, territoires de désolation et de putréfaction, sont devenues vives, reflets d’une nature vivante, assagie et fertile. En s’intéressant à la manière dont les scientifiques et les ingénieurs se sont emparés diversement de l’eau des étangs pour en comprendre les effets délétères et tenter d’y remédier, cet article insiste sur l’importance de considérer les conceptions de la matérialité de l’eau - gaz ou fluide – pour éclairer ce changement historique. Les différents états de l’eau apparaissent en effet comme de puissants agents de transformation des manières d’observer, de percevoir et de faire avec les milieux exondés et la putréfaction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Émanations gazeuses et menaces aéristes
De fluides en flux
Pour finir, mortes ou vives ?

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

L’étang de la Dombes. Louis-Hector Allemand, 1869.

Estampe. Taille douce, eau forte, pointe sèche. © Bibliothèque municipale de Lyon.

De la fin du xviiie siècle au milieu du xixe siècle, les régions d’étangs françaises sont dépeintes par les agronomes, médecins et scientifiques comme des landes marécageuses de bois mal tenus, de terrains vagues, d’habitations dispersées et humides, d’où il ressort une impression générale de monotonie sombre, d’abandon, de stérilité et d’inculture. La liste est longue des descriptions accablantes. La vie s’y étiole, comme en Dombes, sous la plume d’un ingénieur-draineur du département de l’Ain : des « flaques d’eau immenses où de chétifs animaux cherchent dans l’eau et dans la vase une chétive nourriture », des « champs nus ou couverts de fougères et parsemés de loin en loin de quelques bouleaux aux feuilles déliées et pendantes » ; en d’autres termes, « La tristesse, la solitude, la fièvre et la misère, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Manceron, « L’eau des étangs : gaz ou fluide ? », Techniques & Culture, 68 | 2017, 26-47.

Référence électronique

Vanessa Manceron, « L’eau des étangs : gaz ou fluide ? », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8561 ; DOI : 10.4000/tc.8561

Haut de page

Auteur

Vanessa Manceron

Vanessa Manceron est anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Ses principaux axes de recherche concernent les controverses environnementales, les menaces et dangers écologiques, la question animale, les relations avec le vivant. Elle a publié un ouvrage Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale (2005, Éditions de la MSH), de nombreux articles, et co-dirigé plusieurs numéros de revue dont « Les animaux de la discorde » (2009, Ethnologie française), « L’imaginaire écologique » (2013, Terrain) et « La mesure du danger » (2015, Ethnologie française).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page