Navigation – Plan du site

Les figures de l’infime

La radioprotection en images
Sébastien Travadel, Aurélien Portelli, Claire Parizel et Franck Guarnieri
p. 110-129

Résumé

En France, l’histoire de la radioprotection en milieu industriel commence dans le centre du CEA Marcoule en 1955, avec la construction de la pile G1. Le Service de Protection contre les Radiations (SPR) élabore les consignes radiologiques au fur et à mesure du développement du site. Jacques Castan, dessinateur projeteur au SPR, a été chargé d’illustrer ces consignes de 1959 à 1968. Observateur privilégié et érudit, Castan a eu la liberté de traduire le « prescrit » en images, à l’aide de figures empruntées à la culture classique et populaire, mais aussi à l’ésotérisme. À travers ses créations, il a su capter l’imaginaire d’un métier en train de se faire, et qui consiste à régler les rapports entre l’homme et l’infime. Nous proposons ici de donner à voir quelques-unes de ses affiches, en les resituant dans le milieu où elles prenaient sens.

In France, the history of industrial radioprotection began in 1955 at the C.E.A. centre in Marcoule, where the G1 nuclear reactor was being built. The Radiation Protection Service (SPR) drew up their instructions for working with radiation as the site developed. Jacques Castan, an S.P.R.’s engineering draughtsman was responsible for illustrating these instructions from 1959 to 1968. A trusted colleague and learned observer, Castan was given free rein to “translate” the instructions into figures borrowed from both classical and popular culture, and esotericism. His posters captured a picture of a profession in-the-making, which consisted of regulating the relationships between humans and an infinitesimal world. Here, we highlight his work, by presenting some of his posters in the context that gave them their meaning.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La répulsion
L’attraction
L’anthropomorphisation
L’anxiété : traquer l’invisible
La protection : mise à distance
La sublimation
Des figures pour révéler la rationalité de l’ingénieur face au danger ?

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Cote : VRH 2014-04-056 ; date : 1963

© C.E.A. / J. CASTAN

Le 22 septembre 2010, nous nous rendons sur le site du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), à Marcoule, afin de rencontrer les équipes de la centrale nucléaire Phénix. Notre mission consiste à étudier les nouvelles formes d’organisation du travail induites par l’arrêt définitif du réacteur en vue de son démantèlement. Cela nous conduit à des séjours réguliers sur ce terrain, pendant près de trois ans. Nos allées et venues nous font progressivement découvrir l’histoire de Marcoule, où notre regard est constamment attiré par trois « cathédrales », les piles G1, G2, G3, vestiges majeurs de l’industrie nucléaire abrités dans des bâtiments de plusieurs dizaines de mètres de haut . Là, les radionucléides qui résistent au temps sont confinés . Enfermés, ils sont privés de toute interaction avec les humains. Mais l’incongruité du silence des lieux et son c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Travadel, Aurélien Portelli, Claire Parizel et Franck Guarnieri, « Les figures de l’infime », Techniques & Culture, 68 | 2017, 110-129.

Référence électronique

Sébastien Travadel, Aurélien Portelli, Claire Parizel et Franck Guarnieri, « Les figures de l’infime », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8631 ; DOI : 10.4000/tc.8631

Haut de page

Auteurs

Sébastien Travadel

Sébastien Travadel, ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts, est maître assistant au Centre de recherche sur les Risques et les Crises (CRC) de MINES ParisTech. Il étudie dans une démarche interdisciplinaire les rationalités des ingénieurs face au danger.

Aurélien Portelli

Aurélien Portelli, historien de formation, est chercheur associé au CRC de MINES ParisTech. Ses recherches s’intéressent aux représentations de la radioprotection et des accidents nucléaires.

Claire Parizel

Claire Parizel, après des études d’ingénieur (Centrale Lille), d’Histoire de l’art (École du Louvre), et d’histoire des sciences (École des hautes études en sciences sociales), prépare un doctorat au CRC Mines ParisTech sur les représentations des ingénieurs face aux dangers.

Franck Guarnieri

Franck Guarnieri est directeur du CRC de MINES ParisTech. Il s’intéresse à la pensée de Jean-Pierre Dupuy et ses apports à la prévention des accidents et des catastrophes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page