Navigation – Plan du site

Quand la vie ne tient qu’à un soupçon de sensibilité

Ethnographie de rapports interspécifiques à l’échelle des lépidoptères en Thaïlande
Annabel Vallard
p. 134-161

Résumés

Les soieries sont faites de l’entrelacement de fils associant des filaments protéiniques produits par divers arthropodes. A partir du IVe millénaire av. J.-C., l’industrie séricicole mondiale s’est développée autour de l’élevage et du traitement des cocons de l’un d’entre eux, le Bombyx du murier, Bombyx mori L., un lépidoptère originaire de Chine. Les nombreuses variétés de cette espèce sont le résultat d’un travail considérable d’hybridations et de sélections réalisé par les sériciculteurs au fil des générations. « Domestiqués », les Bombyx ont perdu toute autonomie et ne peuvent vivre sans les êtres humains. A partir de l’ethnographie d’un centre séricicole pilote, cet article propose d’examiner cette apparente domination interspécifique en explorant les dimensions sensibles des côtoiements entre les sériciculteurs et les insectes dont ils prennent soin.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Formaliser et maintenir le flot de la vie
Subjuguer un être plus petit que soi
Être affecté (débordé) par les échappées du flot de la vie
Êtres mous, être doux
Êtres sensibles, être à distance
Êtres présents, être contraint
Échappées

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Une ethnographie à l’échelle des chenilles de Bombyx mori L. est-elle possible ?

© A. Vallard, Japon / NIAS, Tsukuba

Rares sont les industries au rayonnement mondial qui reposent sur les épaules d’êtres vivants minuscules. Parmi elles, la sériciculture s’est imposée depuis son foyer originel chinois où elle s’est développée à partir du ive millénaire av. J.-C. autour de l’élevage et du traitement des cocons d’un lépidoptère (Bombycidé) singulier, le Bombyx mori L. ou Bombyx du mûrier (Morus alba L. de la famille des Moraceae) (Kuhn 1984 : 2012). Cette espèce holométabole, c’est-à-dire qu’elle connaît une métamorphose complète au fil de son existence, a frappé les imaginaires des poètes et des philosophes. En Chine par exemple, un ensemble de rituels et de divinités a été façonné autour de sa capacité en tant que chenille à naître d’un œuf –communément appelé « graine » en sériciculture –, à « mourir » dans son cocon et à en émerger en tant q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annabel Vallard, « Quand la vie ne tient qu’à un soupçon de sensibilité », Techniques & Culture, 68 | 2017, 134-161.

Référence électronique

Annabel Vallard, « Quand la vie ne tient qu’à un soupçon de sensibilité », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8637 ; DOI : 10.4000/tc.8637

Haut de page

Auteur

Annabel Vallard

Annabel Vallard est anthropologue, chargée de recherche au CS (Centre Asie du Sud-Est - UMR 8170). Ses travaux portent sur les relations que les êtres humains entretiennent avec les matériaux qu’ils travaillent dans le cadre de filières transnationales. En complément du textile, elle s’intéresse aux gemmes et aux matériaux dévotionnels. Ses terrains, principalement dans le Sud-Est asiatique (Laos, Thaïlande, Myanmar), s’ouvrent au Japon et à l’Inde.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page