Navigation – Plan du site

L’insecte à l’œuvre

De la muséographie au bruit de fond biologique des collections
Insects at work. From museography to the biological background noise behind collections
Tiziana N. Beltrame
p. 162-177

Résumés

De quelle manière un espace muséographique constitue-t-il un agencement d’entités hétérogènes qui agissent à différentes échelles ? J’examine ici le plateau d’exposition du musée du quai Branly en partant du traitement des insectes et de la poussière qui émergent dans le relevé de piégeage des mites effectué par les professionnels de la conservation préventive des objets patrimoniaux. L’ouverture d’une trappe au sol pour poser des pièges relie l’échelle humaine à celle des insectes qui cohabitent avec les œuvres. L’analyse des pratiques de prévention de la détérioration des œuvres et de contrôle des environnements qui les conservent, met au jour des mondes incertains. Ces mondes sont constitués de matières continuellement en transformation, d’entités qui circulent et prolifèrent, de particules en suspension dans l’air climatisé ou en agrégation dans les recoins des vitrines. La fragilité des œuvres réside également dans les réseaux hybrides qui les maintiennent : cet article examine ainsi comment prendre soin des œuvres signifie porter attention à ces collectifs d’existants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Inséparabilités
Instabilités d’échelles
Le bruit de fond biologique : modes de coexistence entre objets et entités incontournables
Ces inconnus qui échappent au zoo du musée

Aperçu du début du texte

« Il y avait un tapis mapuche, un petit tapis tout noir, pendant un temps inspecté par la veille sanitaire  ; puis, un jour je passe, je le regarde et les motifs bougent… tiens, c’est bizarre que des motifs bougent ! J’ai éclairé avec la lampe et il y avait tellement de larves dedans… » Propos d’une restauratrice du musée du quai Branly lors d’un tour du plateau d’exposition (24 février 2015).

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Aiguilles d’insecte

CC-BY Siga

Inséparabilités

Dans un musée les objets exposés aux regards ne sont pas figés. Ils suintent, s’oxydent, perdent en brillance, en polychromie, sèchent, deviennent nourriture et abris… Je m’intéresse ici à une échelle d’action qui plonge le lecteur dans des mondes composés de résidus, de poussières et d’insectes qui contribuent discrètement à former un espace d’exposition. Loin d’apparaître comme des contenants stables de choses de la culture à transmettre, les musées sont des systèmes vivants qui engagent un collectif d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiziana N. Beltrame, « L’insecte à l’œuvre », Techniques & Culture, 68 | 2017, 162-177.

Référence électronique

Tiziana N. Beltrame, « L’insecte à l’œuvre », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8639 ; DOI : 10.4000/tc.8639

Haut de page

Auteur

Tiziana N. Beltrame

Tiziana Nicoletta Beltrame, chercheure postdoctorante en anthropologie ; ses centres d’intérêt et sa recherche portent sur les pratiques de conservation des objets muséaux, numériques et physiques. Elle s’interroge notamment sur la création des temporalités des œuvres et sur l’instabilité des matériaux du patrimoine culturel et scientifique. Elle est actuellement postdoctorante IFRIS au Centre Koyré à Paris (2017-2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page