Navigation – Plan du site

Altérations génomiques

Ce que le diagnostic moléculaire fait au cancer
Ashveen Peerbaye
p. 214-229

Résumés

Cet article s’intéresse aux transformations induites par l’introduction et l’usage de techniques de séquençage haut débit en oncologie. À partir d’une enquête ethnographique au sein de deux plates-formes françaises de génomique des cancers, nous montrons que le profilage moléculaire des cancers vient mettre en tension un ensemble de savoirs et de pratiques préexistants pour mettre en évidence et caractériser des lésions cancéreuses. Les analyses moléculaires opèrent à travers un dispositif inédit, mobilisant les outils et les expertises issus de la bioinformatique et des statistiques, organisant un couplage entre le séquençage des tumeurs et l’identification de mutations « droguables », susceptibles d’être ciblées par des médicaments spécifiques. Le passage d’un régime de révélation des lésions, caractéristique du diagnostic classique des tumeurs cancéreuses, à un régime de quantification des anomalies génomiques, repose non seulement sur des dispositifs sociotechniques distincts, mais engage également deux économies morales spécifiques, où s’affrontent le souci de la singularité des cas et celui de la précision et de l’harmonisation des analyses.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La preuve histologique : révéler les lésions
Le profil moléculaire  : quantifier les mutations « droguables »
Entre singularisation et harmonisation : les deux économies morales de la médecine du cancer

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Révolution en médecine : le cancer est curable pris à ses débuts. Gouache d’E. Capet, 1938.

CC BY Wellcome Library, Londres

En octobre 2012, l’Institut Curie lançait un essai clinique en cancérologie d’un genre nouveau. Plutôt que de tester l’efficacité d’une nouvelle molécule anticancéreuse, l’essai baptisé Shiva visait à évaluer formellement une logique thérapeutique issue du paradigme émergent de la médecine « personnalisée » ou « de précision » (Garraway 2013) : les tumeurs cancéreuses ne sont plus traitées en fonction des classifications cliniques traditionnelles, reposant notamment sur leur localisation dans un organe spécifique, mais selon leur profil moléculaire, et ce de façon individuelle pour chaque patient. Cette caractérisation moléculaire des cancers faisait la part belle à des techniques innovantes de séquençage génomique à haut débit et à des traitements dits de thérapie ciblée, qui commençaient à faire par endroits leur e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ashveen Peerbaye, « Altérations génomiques », Techniques & Culture, 68 | 2017, 214-229.

Référence électronique

Ashveen Peerbaye, « Altérations génomiques », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8644 ; DOI : 10.4000/tc.8644

Haut de page

Auteur

Ashveen Peerbaye

Ashveen Peerbaye est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, et chercheur au Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS). Ses recherches, consacrées à l’étude des sciences et des techniques, s’intéressent en particulier à la place des infrastructures et des innovations technologiques dans l’organisation du travail et la production de connaissances en biologie, médecine et santé.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page