Navigation – Plan du site

Anthropologie des microbes

L’oubli de l’immunologie et la révolution du microbiome
Frédéric Keck
p. 230-247

Résumés

Cet article discute le programme lancé par Bruno Latour dans Les Microbes : guerre et paix (1984), à partir de deux sciences qui en questionnent les présupposés : l’immunologie, définie comme étude des signaux entre le soi et le non-soi, et l’analyse du microbiome, visant à faire la carte génétique de l’ensemble des microbes à l’intérieur d’un organisme. Il propose de prolonger le programme d’une anthropologie des microbes en intégrant ces deux domaines dans une anthropologie générale des normes et des niveaux d’existence à partir de l’opposition entre le soi et le non-soi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’alliance entre les hommes et les microbes dans le laboratoire
Les normes de l’immunité et la définition du soi
La révolution du microbiome

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Légionnelle. Vue colorisée d’un microscope électronique à balayage (MEB) avec grossissement modéré à 8000X, représentant un important groupe de bactéries Legionella pneumophila à Gram-négatif.

© Janice Haney Carr

Le programme d’une anthropologie des microbes (Benezra et al. 2012) a été inauguré par le livre de Bruno Latour, Les Microbes. Guerre et paix, paru en français en 1984, traduit en anglais en 1988 sous le titre The Pasteurization of France, et réédité en 2001 sous le titre Pasteur. Guerre et paix des microbes (précédé d’un texte théorique également rédigé en 1984, Irréductions) . Ce livre est fondateur car il propose de considérer les microbes comme des acteurs pour une science renouvelée de la société. Il a notamment trouvé des échos aux États-Unis dans les travaux de Stefan Helmreich et Heather Paxson (Paxson 2008, Helmreich 2009, Helmreich et Paxson 2014), et en France dans ceux de Charlotte Brives (Brives 2011, Brives et Le Marcis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Keck, « Anthropologie des microbes », Techniques & Culture, 68 | 2017, 230-247.

Référence électronique

Frédéric Keck, « Anthropologie des microbes », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8646 ; DOI : 10.4000/tc.8646

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Après une thèse sur l’histoire de l’anthropologie dans ses rapports avec la philosophie, Frédéric Keck a mené des recherches sur la grippe aviaire dans le cadre du Laboratoire d’anthropologie sociale au CNRS, et dirige actuellement le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page