Navigation – Plan du site

Périls et promesses de l’abondance microbienne

Natures nouvelles et écosystèmes modèles, du fromage artisanal aux mers extraterrestres
Heather Paxson et Stefan Helmreich
Traduction de Valentine Leÿs
p. 248-285

Résumés

Au cours des dernières années, la vie microbienne a été très présente dans l’actualité. Épidémies d’Escherichia coli, discussions sur les bienfaits des aliments crus et fermentés, recherches sur des formes de vie capables de vivre dans des environnements extrêmes : le modeste microbe est devenu une figure qui permet de penser les présents et les futurs possibles de la nature, au sens le plus large comme le plus étroit du terme. En partant du constat que les représentations dominantes de la vie microbienne sont passées du langage du péril à celui de la promesse, nous affirmons que les microbes – en particulier lorsqu’ils se multiplient sous la forme de communautés microbiennes – sont considérés comme des écosystèmes modèles au sens prescriptif du terme, c’est-à-dire des indices de ce que devraient ou pourraient être les rapports écologiques entre humains et autres organismes. Notre propos s’appuie sur deux études de cas : les politiques réglementaires sur les fromages au lait cru, et les recherches spéculatives de l’astrobiologie. Penser les communautés microbiennes comme écosystèmes modèles permettra peut-être de corriger les déterminismes à l’œuvre dans certains discours récents qui s’intéressent à la matérialité des objets scientifiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Matérialité, microbes et modèles
Le cas du fromage artisanal
Cru, périlleux et plein de promesses
La vie de laboratoire du fromage, ou le fromage comme écosystème modèle
Le cas de l’astrobiologie
Périls et promesses extraterrestres
La vie de laboratoire du vivant : créer des écosystèmes modèles à partir de simulations de paysages microbiens extraterrestres
Le microbe, un modèle plein de promesses

Aperçu du début du texte

« Les microbes étaient déjà présents des milliards d’années avant les humains, et continueront certainement de prospérer bien après notre disparition. Cette idée est en fait des plus rassurantes, car nous ne pourrions pas survivre sans eux. Ils sont les recycleurs de la planète, invisibles travailleurs qui assurent la perpétuation de la vie, et partenaires silencieux de nos corps […] Désormais, ami lecteur, vous regarderez d’un œil nouveau […] chaque bouchée de fromage.
Certains pensent que les extrêmophiles peuvent nous aider à comprendre les formes de vies qui pourraient exister sur des planètes froides, chaudes ou acides, dans les tréfonds de l’espace. »
Jeanette Farell, Invisible Allies: Microbes that Shape Our Lives (2005 : 143-144).

Image d’ouverture

Image d’ouverture

« The parallel microscopic Universe III »

CC  BY Sofia Vini / https://www.behance.net/​gallery/​ 27318019/AURUM

On pourrait les appeler les microbes du millénaire. Dans de nombreux domaines, scientifiques o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heather Paxson et Stefan Helmreich, « Périls et promesses de l’abondance microbienne », Techniques & Culture, 68 | 2017, 248-285.

Référence électronique

Heather Paxson et Stefan Helmreich, « Périls et promesses de l’abondance microbienne », Techniques & Culture [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8647 ; DOI : 10.4000/tc.8647

Haut de page

Auteurs

Heather Paxson

Heather Paxson, professeur d’anthropologie au Massachusetts Institute of Technology, elle s’intéresse à la façon dont les gens se perçoivent comme des êtres moraux à travers les pratiques quotidiennes, en particulier les activités familiales et alimentaires. Elle est l’auteur de The Life of Cheese : Crafting Food and Value in America (University of California Press, 2013), qui analyse comment l’artisanat est devenu une nouvelle source de valeur culturelle et économique dans les paysages américains de production et de consommation.

Stefan Helmreich

Stefan Helmreich est l’auteur Alien Ocean : Anthropological Voyages in Microbial Seas (University of California Press, 2009), une étude des biologistes marins qui travaillent dans des domaines généralement hors de vue et de portée : le monde microscopique, la mer profonde et les océans en dehors des souverainetés nationales. Le livre le plus récent de S. Helmreich, Sounding the Limits of Life : Essays in the Anthropology of Biology and Beyond (Princeton University Press, 2016) interroge les redéfinitions menées par les scientifiques contemporains de concepts cruciaux tels que la vie, l’eau et le son.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page