Navigation – Plan du site

Temporalités alimentaires

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin
p. 6-11

Texte intégral

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Creative Commons

1Office for Emergency Management. Office of War Information. Domestic Operations Branch. Bureau of Special Services (09/03/1943 - 09/15/1945)

2Dans un réjouissant court-métrage de 1974 intitulé L’Objet, le réalisateur Jacques-Louis Nyst imagine les hypothèses les plus improbables que formulerait un archéologue du futur face à une étrange découverte, une théière bleue du xxe siècle. Objet de culte à une divinité oubliée ? Support et procédé d’écriture perdue ? Les préjugés interprétatifs sont ici moqués avec joie. Mais quel n’aurait pas été le désarroi de ce professionnel imaginaire s’il avait trouvé un frigo de la fin du IIe millénaire ! Il y a peu de chance que cet objet soit alors considéré comme le simple terminal d’un réseau technique du froid : cet archéologue du futur serait sans doute marqué par l’étrange co-création qu’offrent ses surfaces extérieures : expression d’un jeu familial et social qui réunit et oppose les conjoints, les parents et les enfants, accumulation d’aimants, de souvenirs, de cartes postales, de dessins d’enfant, de rappels… Ce lieu, le plus spectaculaire – émettant de la lumière dans la nuit de nos cuisines – parmi ceux dédiés à la conservation alimentaire domestique, n’apparaîtrait pas seulement comme un témoin, un reflet ou un signifiant passif, mais comme un « acteur » de la vie quotidienne du IIe millénaire et ce, parfois, de manière non métaphorique. Mélangeant la mémoire – la photographie –, et l’éphémère – la liste de courses –, comment ne pas imaginer que cet objet est le support d’un étrange culte diffusé tout autour du globe ?

  • 1 Cet intertitre est un condensé du déroulement de ce document exceptionnel de 1937 : http://fresque (...)
  • 2 D’après les estimations de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’env (...)

Il écrirait : les traces de cette dévotion se rencontrent dans presque tous les foyers des campagnes et des villes de cette époque charnière, vers la fin du IIe millénaire. Quand les modernes domestiquaient le froid, quand s’inventaient des procédés physico-chimiques consistant à refroidir des corps pour en préserver durablement les propriétés organoleptiques, nutritionnelles et sanitaires. Les archives disponibles témoignent des enjeux de ce culte : « Le froid ne fait que suspendre la vie. Il ne tue pas. Il restitue exactement ce qu’on lui a donné 1. » La première machine frigorifique de Charles Tellier, équipant le navire éponyme, ne restituait-elle pas en l’état, à Buenos Aires, après 105 jours de mer, la viande qu’on lui avait donnée à Rouen ? Étape décisive d’une chaîne transatlantique du froid, du développement d’une société industrielle de la conservation alimentaire qui, en se frigorifiant, s’est ramifiée à l’échelle du monde, s’introduisant partout et transformant l’alimentation des foyers. Que transmettent encore ces débris de réfrigérateurs à ammoniaque ou de congélateur à plaques, de l’empreinte des sociétés gaspilleuses du début du IIIe millénaire, où l’énergie « brute » abondait ? Dans cette partie climatisée du monde, la conservation par le froid concernait alors 60 % de l’alimentation quotidienne, et 8 % de la consommation énergétique mondiale servait à produire du froid alimentaire 2, contribuant à transformer le temps des aliments, à modifier le goût, à diffuser de nouvelles saveurs.

Deux frigos en 2018

Deux frigos en 2018

©Techniques&Culture

Il sera sans doute difficile pour notre archéologue du futur d’envisager cet étrange mode de vie avec ses temporalités alimentaires dictées non plus par les saisons, mais par les impératifs d’une alimentation industrielle, hors-sol et lointaine. Une alimentation diversifiée et pratique, mais parfois carencée, que l’on pouvait transporter sur de longues distances et finalement stocker chez soi, grâce à cet étrange objet.

  • 3 Ledger, P. M., Miras, T., Poux, M. & P.Y. Milcent 2015 « The paleoenvironmental impact of prehisto (...)
  • 4 http://www.lemonde.fr/archeologie/article/2015/08/13/des-centaines-de-silos-a-grains-gaulois-decou (...)

Près de vingt ans après l’analyse de la « dynamique des pratiques alimentaires » (Techniques&Culture 31-32, 1999), ce numéro soumet la question alimentaire au spectre du temps et fait « remonter à la surface » une part du travail invisible, des agencements sociomatériels, constitutifs de collectifs sociaux et des systèmes économiques et politiques d’approvisionnement alimentaires, en analysant précisément le rôle spécifique des techniques de conservation, en retraçant les variations culturelles qu’elles tiennent dans cet ensemble de relations entre production-distribution-consommation, au cœur de nos façons de manger et de consommer. Et ce dans l’espace et dans le temps ! La découverte en 2015 du site de stockage de Corent offre un merveilleux défi à l’intelligence. Comment et pourquoi les Gaulois de l’Âge de fer ont-ils creusé un millier de silos dans l’argile d’un lac asséché, se dotant ainsi d’une capacité de stockage qui pourrait aller jusqu’à 1,5 tonne de céréales, pouvant être préservées de l’air pendant des années 3 ? Dans Le Monde, l’archéologue s’enthousiasme : « Le système est ingénieux, c’est une sorte d’emballage sous vide  4. »

Viande maturée dans la vitrine d’une boucherie de la rue Saint-Denis, à Paris

Viande maturée dans la vitrine d’une boucherie de la rue Saint-Denis, à Paris

© Pierre-Olivier Dittmar, 2018

Maîtriser les temporalités alimentaires ne se réduit pas à prévoir la faim, à anticiper les fringales et les sécheresses, c’est encore et toujours des systèmes de valeurs qui sont révélés par ces différentes techniques. Les Européens mangent moins de viande qu’il y a dix ans ? Voilà qu’apparaît aussitôt de la viande de garde, pour happy few, transformée par un nouveau rapport au temps. La valorisation de la moisissure sur les viandes maturées plusieurs mois dans les chambres-froides-écrins des boucheries haut de gamme est à la fois une réponse et un symptôme de la capacité qu’a le temps à créer de la valeur et des niches économiques nouvelles.

Les « sociétés de consommation » sont toujours des « sociétés de conservation » : ce paradoxe, au fondement de ce numéro, doit servir d’aiguillon au lecteur, pour repérer les tensions et les enjeux qui structurent la question alimentaire contemporaine et passée. C’est toute l’originalité de cette livraison que de montrer par l’incroyable tressage des différentes techniques, séchage, salage, boucanage, congélation, surgélation, maturation, ensilage, fermentation, pasteurisation… que des choix sont possibles, impliquant à chaque fois des conceptions de la valeur et du social. Marie-Pierre Julien, Lucie Dupré et Olivier Wathelet à l’initiative de ce dossier nous interpellent à juste titre : la conservation, cet objet bon à penser, ne serait-il pas aussi un levier pour agir et transformer les pratiques alimentaires contemporaines ?

▪▪▪▪▪

Une photo de plateau durant le tournage des dialogues pour la parution de Techniques​&Culture 68 : « Mondes infimes »

Une photo de plateau durant le tournage des dialogues pour la parution de Techniques​&Culture 68 : « Mondes infimes »

Alice Doublier s’entretient avec Annabel Vallard devant la camera d’Arnaud Lambert.

© Pierre-Olivier Dittmar

La revue continue sa mutation. De fait, tout porte à croire que Techniques&Culture est aujourd’hui davantage lue dans son format électronique que papier. Cette évolution, qui est générale, pose un problème récurrent : comment rendre compte dans ce nouvel espace, du projet intellectuel que constitue la composition d’un numéro ? Pour susciter le désir de connaissance au-delà de la lecture d’un article isolé, nous avons lancé un ensemble de courts films destinés à être diffusés sur notre carnet (tc.hypotheses.org) et les réseaux sociaux. Ces cinq films sont pensés comme une véritable série, à partir des dialogues avec les auteurs du dernier numéro « Mondes infimes » ; ils donnent ainsi à sentir l’aventure collective que constitue toujours la composition d’un numéro. Au-delà du plaisir de constituer une galerie de portraits des acteurs de la recherche de notre champ, cette démarche s’inscrit dans une réflexion de longue durée sur les formats courts ayant vocation à servir de relais vers les articles plus longs de la revue. Gageons qu’elle permet à un nouveau public de trouver le chemin des techniques.

À l’inverse, il nous a semblé particulièrement nécessaire de ressusciter une rubrique traditionnelle de la vie des revues scientifiques, les comptes rendus d’ouvrage, que l’on peut désormais retrouver dans notre carnet sur Hypothèses.

Haut de page

Notes

1 Cet intertitre est un condensé du déroulement de ce document exceptionnel de 1937 : http://fresques.ina.fr/picardie/fiche-media/Picard00322/charles-tellier-inventeur-du-refrigerateur.html.

2 D’après les estimations de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture. http://www. actu-environnement.com/ae/news/Frisbee-chaine-du-froid-Irstea-22545.php4.

3 Ledger, P. M., Miras, T., Poux, M. & P.Y. Milcent 2015 « The paleoenvironmental impact of prehistoric settlement and proto-historic urbanism : Tracing the emergence ot the oppidum of Corent, Auvergne, France », PLoS ONE 10 (4) : e0121517. doi : 10.1371/journal.pone.0121517.

4 http://www.lemonde.fr/archeologie/article/2015/08/13/des-centaines-de-silos-a-grains-gaulois-decouverts-en-auvergne_4723127_1650751.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture
Crédits Creative Commons
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Deux frigos en 2018
Crédits ©Techniques&Culture
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Viande maturée dans la vitrine d’une boucherie de la rue Saint-Denis, à Paris
Crédits © Pierre-Olivier Dittmar, 2018
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Une photo de plateau durant le tournage des dialogues pour la parution de Techniques​&Culture 68 : « Mondes infimes »
Légende Alice Doublier s’entretient avec Annabel Vallard devant la camera d’Arnaud Lambert.
Crédits © Pierre-Olivier Dittmar
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « Temporalités alimentaires », Techniques & Culture, 69 | 2018, 6-11.

Référence électronique

Pierre-Olivier Dittmar et Yann Philippe Tastevin, « Temporalités alimentaires », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/8801

Haut de page

Auteurs

Pierre-Olivier Dittmar

Articles du même auteur

Yann Philippe Tastevin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page