Navigation – Plan du site
Bonifier. Capitaliser

La seconde vie du cæcum

ou le stockage ingénieux du beurre en Mongolie
Sandrine Ruhlmann
p. 74-87

Résumés

Sur la base d’une ethnographie fine de chaînes opératoires, cet article propose de soulever la question du stockage dans une société d’éleveurs nomades, à partir d’une présentation des techniques de conditionnement et de stockage du beurre en Mongolie, dans une poche intestinale, le cæcum. L’auteur montre que pour les éleveurs Mongols, ce n’est pas la conservation du beurre en particulier, des laitages en général, qui importe, l’altération des produits étant une évolution généralement souhaitée, mais bien leur stockage et leur transport. L’article se décline en gros plans photographiques pour faire le focus sur les sensibilités émiques à l’œuvre dans les traitements appliqués au cæcum du ruminant pour en faire un contenant, et dans la fabrication et le stockage du beurre. Les gros plans permettent de restituer ces sensibilités au lecteur en le faisant plonger au cœur des matières travaillées, le boyau et le beurre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

La femme pose le cæcum rempli de beurre rance sur le toit de sa yourte, le temps de visiter une des autres yourtes du campement et de se lancer dans la préparation d’une nouvelle série de peaux crémeuses du lait et de fromages. À la tombée de la nuit, elle pensera à la ranger dans l’entrepôt extérieur.

© S. Ruhlmann (Töv, été 2017)

Soit un contenant, le cæcum de mouton, et un produit qu’il sert à conditionner, stocker et transporter sans encombre, le beurre. La Mongolie est un pays d’Asie septentrionale au climat continental extrême, habité par des familles, dont des éleveurs, nomades ou sédentaires, où la question du stockage des aliments se substitue à celle de leur conservation. La fermentation, ainsi que la dessiccation, la surgélation et le fumage ne sont pas, dans la culture mongole, des techniques de conservation, mais de stockage. Il s’agira ici de s’emparer de deux matières, le boyau et le beurre, comme les femmes le font, engagea...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Ruhlmann, « La seconde vie du cæcum », Techniques & Culture, 69 | 2018, 74-87.

Référence électronique

Sandrine Ruhlmann, « La seconde vie du cæcum », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8809 ; DOI : 10.4000/tc.8809

Haut de page

Auteur

Sandrine Ruhlmann

Sandrine Ruhlmann, chargée de recherche au CNRS (UMR 8173 Chine, Corée, Japon), travaille sur les pratiques alimentaires des Mongols Halh et s’intéresse à la question centrale du partage de nourriture, en lien avec le bonheur familial. Parallèlement, ses recherches portent sur la gestion des maladies animales en contexte postcommuniste. Elle mène actuellement une étude sur le processus de compromis alimentaire comme stratégie de résistance des peuples mongols sous domination (Mongolie, Mongolie méridionale en territoire chinois).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page