Navigation – Plan du site
Bonifier. Capitaliser

Le stockage alimentaire chez les chasseurs-cueilleurs paléolithiques

Marie-Cécile Soulier et Sandrine Costamagno
p. 88-103

Résumés

La conservation autorise la consommation différée des aliments et permet aux populations humaines de s’affranchir des aléas du climat et de la disponibilité des ressources. Les populations ne pratiquant pas l’agriculture sont fortement dépendantes de leur milieu et le stockage des ressources alimentaires peut donc s’avérer indispensable à la survie du groupe. Ce constat est particulièrement vrai dans des environnements contrastés où les ressources de base sont présentes en abondance sur des laps de temps très courts comme c’est aujourd’hui le cas dans les zones proches du cercle polaire ; la littérature ethnographique illustre bien l’importance du stockage dans ces contextes. Durant la Préhistoire, l’Europe a connu des climats proches de ceux actuellement enregistrés dans les zones subarctiques. Notre enquête a porté sur le temps long, de -80 000 à -14 000 avant le présent, période marquée par une succession de contextes environnementaux variés et qui a également vu l’apparition de l’homme anatomiquement moderne et la disparition de l’homme de Néandertal. Une revue bibliographique des techniques de stockage traditionnelles utilisées par des sociétés de chasseurs-cueilleurs nomades a permis de déterminer celles potentiellement utilisées au Paléolithique. Sur la base des restes osseux de gibier, cet article dresse un bilan des indices pouvant attester du stockage alimentaire chez les populations nomades du Paléolithique, et interroge l’impact socioéconomique de ce type de pratique sur ces populations de chasseurs-cueilleurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le stockage chez les groupes humains actuels : contexte et procédés techniques traditionnels
Comment mettre en évidence le stockage en Préhistoire ?
Les indices de stockage alimentaire au Paléolithique
Quelles implications dans les modes de vie des sociétés paléolithiques ?

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Terrain d’enquête d’un archéologue pour reconstruire les modes de vie des hommes du Paléolithique : un sol archéologique composé d’outils en silex abandonnés et d’ossements des animaux chassés, fragmentés à l’issue des opérations de boucherie. La photographie montre le gisement de Chez-Pinaud à Jonzac en Charente-Maritime au cours des fouilles conduites par Jacques Jaubert, Jean-Jacques Hublin et collaborateurs.

© J. Jaubert, université de Bordeaux-PACEA

La consommation différée des aliments permet de s’affranchir des aléas du climat et de la disponibilité des ressources. Les populations de chasseurs-cueilleurs sont fortement dépendantes de leur milieu et le stockage alimentaire peut s’avérer indispensable à la survie du groupe. Effectué à large échelle, il peut influer sur le degré de mobilité des sociétés nomades, mais aussi sur leur organisation socioéconomique (Testart 1982). En effet, dans des environnements particuliers où les resso...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Soulier et Sandrine Costamagno, « Le stockage alimentaire chez les chasseurs-cueilleurs paléolithiques », Techniques & Culture, 69 | 2018, 88-103.

Référence électronique

Marie-Cécile Soulier et Sandrine Costamagno, « Le stockage alimentaire chez les chasseurs-cueilleurs paléolithiques », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8810 ; DOI : 10.4000/tc.8810

Haut de page

Auteurs

Marie-Cécile Soulier

Marie-Cécile Soulier est archéozoologue et post-doctorante au laboratoire TRACES (UMR 5608). Elle s’intéresse aux modalités d’exploitation du gibier des derniers néandertaliens et des premiers hommes anatomiquement modernes.

Sandrine Costamagno

Sandrine Costamagno est archéozoologue, directrice de recherche au CNRS (TRACES-UMR 5608). Travaillant sur le temps long, depuis les derniers néandertaliens jusqu’aux derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe, elle s’interroge sur la diversité des comportements alimentaires au Paléolithique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page