Navigation – Plan du site
Faire circuler. Partager

Conserver pour rester terriens

Alain Maillet
p. 184-201

Résumés

Depuis les premiers tubes de nourriture consommés lors des premiers vols spatiaux dans les années 1961 et 1962 jusqu’aux repas variés de la Station spatiale internationale, l’alimentation dans l’espace a constamment évolué. Elle est aujourd’hui à l’image des repas terriens et constitue un rappel à nos habitudes de vie. Cette évolution va continuer et peut-être s’amplifier pour répondre aux nouveaux défis lancés par l’augmentation de la durée des vols d’exploration. De plus, « l’agriculture spatiale » participera au recyclage de l’air et de l’eau et fournira des aliments aux astronautes. Ces nouveaux procédés devront être évalués en termes de sécurité, santé et d’acceptabilité par les équipages.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Éléments pour alimentation des astronautes pendant les missions américaines Mercury et Gemini. Les tubes sont présents (ainsi que les éléments déshydratés non représentés sur la photo) ; apparition d’aliments sous vide à faible teneur en eau (chocolat, sandwich aux fruits…).

© NASA

Dès les premiers vols spatiaux, l’alimentation des cosmonautes ou astronautes s’est avérée un élément important dans les programmes de vol. Son importance s’est accrue au fil des missions, à mesure que leur durée augmentait. Elle est un véritable challenge des missions actuelles et futures dont on distingue 3 principaux facteurs clés : la santé et les performances de l’astronaute, l’aspect psychologique et la contrainte logistique et financière.

La consommation alimentaire dans l’espace a beaucoup évolué entre les premières missions et celles d’aujourd’hui. Elle évoluera encore pour s’adapter aux contraintes et enjeux des missions futures. Yuri Gagarine a été le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Maillet, « Conserver pour rester terriens », Techniques & Culture, 69 | 2018, 184-201.

Référence électronique

Alain Maillet, « Conserver pour rester terriens », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8821 ; DOI : 10.4000/tc.8821

Haut de page

Auteur

Alain Maillet

Alain Maillet, docteur ès sciences de l’université Claude Bernard à Lyon, travaille à Medes (Institut de Médecine et de Physiologie Spatiales à Toulouse), a rejoint, en septembre 2001, le Cadmos, service du Centre national d’études spatiales à Toulouse, qui met en place le support nécessaire aux équipes scientifiques françaises et internationales pour la réalisation de leurs protocoles expérimentaux à bord de la Station spatiale internationale. Il compte en 2018 cinq pôles d’activités : sciences de la matière, physique fondamentale, biologie & exobiologie, exploitation, et le pôle sciences de la vie. Ce dernier regroupe dix personnes de Medes sous la responsabilité d’A. Maillet.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page