Navigation – Plan du site
Faire circuler. Partager

Réduire les déchets alimentaires par la créativité et la convivialité

Les Disco Soupes comme dispositif de transformation des pratiques de conservation
Olivier Wathelet et Jérémy Joncheray
p. 220-233

Résumés

La prise en charge des déchets alimentaires est un sujet de préoccupation pour divers acteurs, individuels, privés et associatifs. Les Disco Soupes animées à Liège illustrent une stratégie d’intervention particulière, reposant sur des événements tournés vers la convivialité et la créativité des acteurs. Au lieu de chercher à complexifier les techniques de conservation pour réduire les déchets, l’association propose d’agir sur la définition du bon à manger en intervenant sur la sociabilité. Le processus de requalification du rebut en aliment consommable y procède donc autant de règles éthiques que de la volonté de favoriser l’évènement. Ce cas illustre une forme actuelle de consommation engagée, où les participants sont invités à agir pour se changer eux-mêmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Entre dégustation et préparation, le public est invité à participer activement à l’évènement. Octobre 2015.

© Antonio Gomez Garcia

Lorsqu’elle n’est pas achetée ou consommée, la nourriture risque de quitter le régime de la conservation pour devenir un déchet, empruntant une trajectoire de requalification marquée par l’ordre normatif qui distingue ce qui est « bon à manger » de ce qui ne l’est pas (Evans 2012, Evans et al. 2012). Les « fruits et légumes moches  » qu’ont promus récemment plusieurs acteurs de la grande distribution en Europe témoignent de l’importance de cette sortie possible du mangeable, tout en révélant l’articulation entre les logiques d’approvisionnements individuels et celles portées par les acteurs industriels (Lhoste & Stuart 2012) en vue de réduire le « scandale symbolique » que représente le fait de jeter des aliments (Aschemann-Witzel et al. 2015, Caplan 2017).

Considérés à l’échelle de la biographie culturelle des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Wathelet et Jérémy Joncheray, « Réduire les déchets alimentaires par la créativité et la convivialité », Techniques & Culture, 69 | 2018, 220-233.

Référence électronique

Olivier Wathelet et Jérémy Joncheray, « Réduire les déchets alimentaires par la créativité et la convivialité », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8826 ; DOI : 10.4000/tc.8826

Haut de page

Auteurs

Olivier Wathelet

Olivier Wathelet est docteur en anthropologie de l’Université de Nice-Sophia Antipolis. Sa thèse a porté sur l’anthropologie cognitive des odeurs en contexte familial, en France. Depuis lors, il s’est intéressé à l’étude des pratiques culinaires professionnelles et domestiques, et aux démarches d’innovation centrées sur les utilisateurs au sein de l’agence Users matter.

Articles du même auteur

Jérémy Joncheray

Jérémy Joncheray est designer graphique au sein de l’atelier qu’il a fondé Signes du quotidien. En parallèle, sa pratique est nourrie par des recherches autour de la visualisation des saveurs, notamment en tant que cofondateur des Disco Soupes Liège.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page