Navigation – Plan du site

Du laurier dans les greniers de Grande Canarie (Espagne)

Insecticide naturel et conservation longue des récoltes à l’époque préhispanique
Long-Term Food Storage, Insects, Pests and Insecticides : Archaeological Evidence from Pre-Hispanic (ca. 500-1 500 AD) Granaries in Gran Canaria (Canary Islands, Spain)
Jacob Morales, Pedro Henríquez-Valido, Marco Moreno-Benítez, Yurena Naranjo-Mayo et Amelia Rodríguez-Rodríguez
Traduction de Valentine Leÿs
Cet article est une traduction de :
Long-Term Food Storage, Insects, Pests and Insecticides: Archaeological Evidence from Pre-Hispanic (ca. 500-1500 AD) Granaries in Gran Canaria (Canary Islands, Spain)

Résumés

Les insectes constituent l'un des principaux problèmes rencontrés lorsqu’il s’agit de stocker sur le long terme des aliments, en particulier, des céréales. Avant l’emploi d’insecticides chimiques, les insectes, s’ils n’altéraient pas la totalité de la récolte, endommageaient au moins 10 à 20 % du grain stocké. Des documents historiques témoignent de l'utilisation de produits organiques et inorganiques pour éliminer ou chasser les insectes. En revanche, les données archéologiques sur ce sujet si important pour le stockage sont rares. Ceci est en partie dû au manque de découvertes d'aliments anciens conservés in situ.
Quelles méthodes et techniques ont-elles été utilisées dans le passé pour stocker les denrées et éviter les infestations par les insectes ? Pour répondre à cette question, nous présentons les résultats préliminaires d'une étude conduite dans le cadre d'un projet pluridisciplinaire sur un ensemble de greniers de l'île de la Grande Canarie (îles Canaries, Espagne) datant de la période préhispanique (environ 500-1 500 apr. J.-C.). Les populations autochtones de la Grande Canarie étaient des agriculteurs. Leurs denrées alimentaires étaient avant tout des plantes cultivées. Ils ont construit de nombreux greniers pour les stocker. Les silos analysés dans le cadre de ce travail contiennent encore des restes archéologiques de céréales, de légumineuses et de fruits cultivés et sauvages datant de 700 à 1 440 apr. J.-C. Pour assurer une meilleure conservation, les céréales conservées en épis et les légumineuses dans leur cosse étaient stockées dans des silos creusés dans la roche. Des feuilles de laurier des Canaries ont été identifiées dans les silos : celles-ci servaient probablement à repousser les insectes. Cette méthode s’est avérée insuffisante : les produits de la récolte ont été endommagés par des charançons. Le problème que ces insectes représentaient pour le stockage à long terme est donc avéré.

Haut de page

Texte intégral

Cette étude a bénéficié du projet de recherche HAR2013-41934P financé par le Ministère espagnol de l’économie et de l’innovation. J. Morales a reçu la bourse de recherche Ramón y Cajal financée par le Ministère espagnol de l’économie et de l’innovation (bourse n°RYC-2015-18072). Les auteurs tiennent particulièrement à remercier Alisios Actividades pour leur soutien dans le travail de terrain, Tim Anderson pour son aide avec la version précédente de cet article, et Tibicena et Arqueocanaria pour leur avoir donné accès à des données indédites sur les sites de Cenobio de Valerón, La Montañeta et La Fortaleza.

Le stockage à long terme des denrées est une stratégie essentielle pour faire face aux pénuries annuelles et saisonnières : cette pratique permet aux populations d’avoir accès aux aliments plus longtemps après la récolte et de minimiser le risque de famines provoquées par les fluctuations imprévisibles de l’environnement (Halstead & O’Shea 1989, Kuijt 2009, Winterhalder & Goland 1997, Wintherhalder et al. 2015). Différentes techniques ont été développées pour préserver les aliments, notamment le contrôle de la température, de l’humidité et de la quantité d’oxygène présente dans les récipients contenant les denrées, ainsi que la protection des aliments contre les insectes et autres nuisibles (Beckett 2011).

1Les insectes nuisibles représentent de fait l’une des principales menaces pour le stockage à long terme des denrées alimentaires, en particulier en ce qui concerne les céréales. On estime qu’avant l’usage systématique d’insecticides chimiques, les insectes endommageaient de 10 à 20 % des céréales stockées : dans certaines conditions, ceux-ci pouvaient même détruire la récolte entière (Abdalla et al. 2001, Buckland 1991). Ce problème se pose pour le stockage à long terme, car les taux de dégradation des céréales augmentent de manière exponentielle d’année en année (Abdalla et al. 2001, Buckland 1991). La dégradation des réserves alimentaires reste aujourd’hui encore un enjeu de taille, qui a déjà donné lieu à un nombre considérable de recherches sur la quantité de céréales perdues lors de cette étape (Alonso-Amelot & Avila-Núñez 2011, Beckett 2011).

2Des documents historiques attestent de l’utilisation de produits organiques et inorganiques utilisés pour tuer ou éloigner les insectes des réserves. Pourtant, on ne trouve que peu de données archéologiques sur cet aspect important du stockage des aliments (Panagiotakopulu et al. 1995). Cela s’explique en partie par le manque de découvertes archéologiques in situ d’aliments anciens conservés. Les matériaux périssables comme les graines, les feuilles, les cordages, la paille, les peaux, etc. ne se conservent que dans des conditions exceptionnelles (Peña-Chocarro et al. 2015). L’archéologie ne dispose par conséquent que d’une connaissance limitée des méthodes de stockage (Groenewoudt 2011, Kent 1999).

3Cet article a pour but d’apporter des données nouvelles sur les méthodes et les techniques employées dans le passé pour le stockage à long terme des denrées végétales. Nous présentons les résultats préliminaires d’une analyse effectuée dans le cadre d’un projet multidisciplinaire mené sur un groupe de greniers de l’île de la Grande Canarie (îles Canaries, Espagne) datant de la période préhispanique (500 à 1 500 apr. J.-C.). Les populations indigènes de Grande Canarie étaient des agriculteurs qui tiraient la plus grande partie de leur alimentation de cultures végétales, et ont construit de nombreux greniers pour stocker ces végétaux (Arnay-de-la-Rosa et al. 2010, Delgado-Darias et al. 2005, González-Reimers & Arnay-de-la-Rosa 1992, Velasco-Vázquez et al. 1999). Les greniers, composés de silos, offraient d’excellentes conditions pour la conservation de produits organiques. Dans certains cas, ceux-ci contiennent encore des restes archéologiques de plantes cultivées ou d’autres végétaux sous la forme de feuilles, cordages, etc., ainsi que des insectes et des ossements d’animaux. On y a également trouvé diverses pièces témoignant de la culture matérielle des Canaries : outils lithiques, poteries et figurines de terre cuite. Nous avons analysé six greniers et leur contenu en leur appliquant les méthodes de l’archéobotanique et de l’archéoentomologie, ainsi que celles de l’analyse morpho-technique et fonctionnelle des outils de pierre et de l’espace. Des études ethnographiques sur les techniques de stockage utilisées par les populations traditionnelles d’Afrique du Nord et des Canaries ont également fourni des modèles pour interpréter le patrimoine archéologique. Enfin, cet article présente et discute la portée de ces données encore préliminaires.

Matériel et méthodes

Les sites

Si l’on en croit les données archéologiques et génétiques, les différentes îles des Canaries ont été peuplées entre le IIe siècle avant J.-C. et le IIe siècle après J.-C. par des populations berbères d’Afrique du Nord-Ouest. Cependant, la question de la datation exacte de la première colonisation humaine de cet archipel reste ouverte (Maca-Meyer et al. 2004). Les premiers colonisateurs ont introduit des animaux d’élevage et des cultures qui sont devenus la base de leur alimentation (Hagenblad et al. 2017, Olalde et al. 2015). Dans le cas de Grande Canarie, les informations sur l’alimentation reconstituées à partir de restes archéologiques humains (Delgado-Darias et al. 2005, Velasco et al. 1999), tout comme les textes laissés par les premiers Européens arrivés sur l’archipel au xive et xve siècle (Abreu-Galindo 1977 [1602], Morales-Padrón 1993), indiquent que l’agriculture fournissait la principale source d’alimentation. Si l’agriculture était aussi pratiquée sur les autres îles, elle y jouait cependant un rôle secondaire dans le régime des populations après les aliments d’origine animale. Par ailleurs, les autres îles ne présentent aucune indication archéologique de la présence de greniers.

4Bien que les lieux de stockage soient très répandus à Grande Canarie, ceux-ci n’ont jamais, avant ce projet, fait l’objet d’une analyse systématique. Si différents types de récipients ont été utilisés pour stocker les denrées, cette étude se concentre exclusivement sur les greniers collectifs ou fortifiés. D’une manière générale, les greniers collectifs désignent un groupe de silos taillés dans le roc et situés dans des lieux difficiles d’accès comme des falaises. Il est important de noter que les greniers collectifs de Grande Canarie ressemblent aux igoudar, ou « magasins de falaise » des populations berbères du Maroc et d’autres régions du Maghreb (Onrubia-Pintado 1995, Ramou & Asmhri 2013). Cette étude présente donc des données préliminaires récoltées à partir d’analyses conduites dans six greniers de Grande Canarie : Cenobio de Valerón, La Montañeta, El Álamo-Acusa, Cuevas Muchas-Guayadeque, Risco-Pintado-Temisas et La Fortaleza (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Carte de la zone étudiée : a) situation des sites mentionnés dans l’article ; b) géographie des îles Canaries ; c) situation des îles Canaries.

5Le grenier de Cenobio de Valerón se situe dans une falaise au Nord de Grande Canarie, à une altitude de 263 mètres. Il est constitué d’environ 300 silos : c’est le groupement le plus important de l’île. Ceux-ci sont creusés à l’intérieur d’une vaste caverne naturelle d’environ 27 x 20 m (fig. 2). Du fait du caractère monumental de ce site, les silos ont été régulièrement pillés ce qui fait qu’ils contiennent moins de restes que les autres greniers. Cinq datations au carbone 14 effectuées sur les restes végétaux retrouvés dans les silos indiquent que le site était en usage entre 1040 et 1400 apr. J.-C. (Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2015).

Figure 2

Figure 2

Vue d’ensemble du grenier de Cenobio de Valerón

photographie de J. Morales

6La Montañeta est un site de grande taille composé de cavernes naturelles et creusées par l’homme, dont plusieurs salles servaient de greniers (Velasco-Vázquez et al. 2001). Ce site se trouve dans le Nord de Grande Canarie, à 390 m d’altitude, et à moins de 4 km du grenier de Cenobio de Valerón (fig. 1). Trois analyses au carbone 14 de végétaux et d’ossements animaux carbonisés retrouvés dans les silos indiquent que le site date de la période entre 690 et 1 320 cal apr. J.-C. (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Liste des datations au carbone 14 des restes archéologiques provenant des greniers analysés.

7El Álamo-Acusa est un grenier associé à un grand ensemble de cavernes (habitations et sépultures) creusées par l’homme dans la falaise du Plateau d’Acusa (Morales et al. 2014). Ce site se trouve au centre de l’île à 945 m d’altitude. Il est organisé en deux niveaux : le niveau bas servait jusqu’à récemment d’enclos à bétail, tandis que le second, mieux préservé, est plus difficile d’accès (fig. 4). Une partie du contenu d’origine de ces silos est encore visible à l’œil nu. Les résultats présentés ici proviennent de douze silos du niveau supérieur, pour lesquels la datation au carbone 14 indique des dates allant de 1020 à 1430 cal apr. J.-C. (Morales et al. 2014).

Figure 4

Figure 4

Vue de l’accès au second niveau du grenier d’El Álamo-Acusa

photographie d’E. Martín-Rodríguez

8Le grenier de Cuevas Muchas se trouve dans l’Est de Grande Canarie, dans la vallée de Guayadeque, à 700 m d’altitude (Velasco-Vázquez et al. 2001). Ce site se compose d’environ cinquante silos disposés sur quatre niveaux, qui communiquent entre eux par des passages creusés dans la roche volcanique. Trois datations au carbone 14 effectuées sur les végétaux contenus dans le silo indiquent que le grenier était utilisé entre 1260 et 1430 cal apr. J.-C. (Hagenblad et al. 2017).

9Temisas est un vaste complexe de cavernes situé dans l’Est de l’île (695 m d’altitude), creusé artificiellement dans la falaise de Risco Pintado et composé d’habitations, de sépultures et de greniers (Velasco-Vázquez et al. 2001). Le grenier, qui contient au total environ 35 silos, s’organise sur deux niveaux. Quatre datations au carbone 14 de restes végétaux trouvés dans les silos font remonter leur utilisation entre 1050 et 1 440 cal apr. J.-C. (Hagenblad et al. 2017).

10Le site de La Fortaleza comprend des caves naturelles et artificielles situées au sommet (510 m d’altitude) d’une montagne (Schlueter-Caballero 2009) au milieu de la Caldera de Tirajana, une vaste dépression située dans le centre de l’île. Le site comprend des habitations, des sépultures, un autel rituel situé au sommet et des greniers. Une datation au carbone 14 effectuée sur des restes végétaux dans un silo indique que ce grenier était en utilisation entre 1210 et 1280 cal après J.-C. (fig. 3).

Méthodes d’analyse

Pour comprendre les activités qui avaient lieu dans ces greniers, plusieurs analyses ont été effectuées à la fois sur les sites et sur les vestiges archéologiques qu’ils contenaient. On trouvera ci-dessous une brève description de ces méthodes d’analyse.

Analyse spatiale

La distribution géographique des greniers à travers l’île de Grande Canarie a été analysée au moyen d’un Système d’information géographique (ArcGis 10.0). Les cartes consultées pour l’étude proviennent pour l’essentiel de deux sources. La classification des sols suit les lignes établies par la cartographie de J. Diaz (1995). Les sols ont été classés suivant leur potentiel pour l’agriculture (types B et C) et le pâturage (types D et E). Les sols de haute qualité de type A ne sont pas présents dans Grande Canarie. Une modélisation numérique en élévation à 1/5000 de Grande Canarie développée par Grafcan a été utilisée pour l’analyse des reliefs.

11Ces différentes analyses cartographiques ont permis de produire une série de cartes isochrones qui montrent à la fois les greniers et les types de sols environnants (pour plus de détails, voir Moreno-Benítez & González-Quintero 2013-2014). Les cartes sont faites de lignes composées de points reliés entre eux qui correspondent à une distance de 15 minutes de marche, en prenant en compte les facteurs de distance et de pente. De plus, les cartes prennent en considération la superficie (m2) des différents types de sols appartenant à un même isochrone. Le champ de vision depuis chaque grenier a été calculé en utilisant des points multiples depuis une élévation de 1,65 m au-dessus du sol. Les résultats ont été analysés en prenant en compte les types de sols et les isochrones, afin d’établir quelles terres agricoles étaient associées à chaque grenier.

Culture matérielle (industrie lithique)

Les études des greniers ont fait apparaître différents types d’objets archéologiques parmi lesquels des outils de pierre ainsi que des objets en bois taillé ou en fibre végétale. Cet article propose une première approche de cette industrie lithique à partir du grenier de Cenobio de Valerón. L’assemblage d’artefacts trouvés sur ce site comprend des pierres meulières, des objets taillés et d’autres types d’outils en pierre polie, qui ont été analysés systématiquement dans une perspective morpho-technique et fonctionnelle (Adams 2002, Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2015, Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2016) afin de mieux comprendre leur rôle dans les activités qui étaient menées dans les greniers.

Analyse des restes macrobotaniques

L’analyse d’échantillons de sédiments prélevés dans les silos permet de faire apparaître les espèces auxquelles appartiennent les végétaux stockés. Des échantillons du mortier recouvrant les silos ont également été analysés pour y rechercher des restes végétaux. Les silos prélevés pour cette étude sont actuellement ouverts, mais il est quasi-certain qu’ils étaient scellés du temps de leur usage, car des cadres creusés dans le roc restent visibles à leur entrée, et des portes de bois et de pierre ont été découvertes lors de fouilles plus anciennes dans d’autres greniers de Grande Canarie (Onrubia-Pintado 1995).

Figure 5

Figure 5

Nombre de restes de végétaux et d’insectes provenant des greniers analysés. Les nombres indiquent le nombre de graines et d’insectes, sauf indication contraire.

12Les échantillons de sédiments issus des silos ont été tamisés à sec à travers une succession de tamis équipés d’un grillage de 2, 1 et 0,5 mm. Tous contenaient de nombreux restes de végétaux desséchés. Les échantillons récoltés grâce au tamis de 2 mm ont été triés dans leur intégralité. Cependant, du fait du grand nombre de restes récoltés dans les autres tamis, le triage n’a été mené que sur un quart des débris du tamis de 1 mm, et sur un huitième de ceux du tamis de 0,5 mm. La figure 5 montre le nombre estimé de grains contenus dans chaque grenier, obtenu en multipliant le résultat pour chaque tamis afin de calculer le nombre total de restes contenu dans chaque échantillon.

13L’identification des restes végétaux a été effectuée au moyen d’un microscope binoculaire x8 et x80, en comparant les restes anciens avec des spécimens de la collection de référence du Département de sciences historiques de l’université de Las Palmas. Des végétaux modernes étaient également présents dans les échantillons, car les silos ne sont plus fermés. Les espèces modernes sont exclues de cet article, qui s’intéresse exclusivement aux plantes cultivées et sauvages initialement stockées dans les silos.

Analyse des restes d’insectes

Les indices de la présence d’insectes nuisibles, une donnée rare dans le contexte du stockage archéologique (Didier 2008, Forbes et al. 2014, Panagiotakopulu et al. 2010), ont été systématiquement relevés. Les méthodes appliquées pour retrouver et identifier les insectes sont proches de celles utilisées pour les restes végétaux. Les valeurs indiquées sur la figure 5 correspondent au nombre estimé d’insectes contenus dans chaque grenier, obtenu en multipliant le nombre récolté dans chaque tamis pour calculer le nombre total de restes contenus dans chaque échantillon. Les spécimens ont été identifiés en consultant la littérature spécialisée (Buckland 1991, Panagiotakopulu 2001), et en effectuant des comparaisons avec les insectes de la collection de référence du Département de sciences historiques de l’université de Las Palmas.

Résultats et discussion

Les résultats préliminaires des analyses, présentés et commentés brièvement ci-dessous, mettent en évidence différents aspects des activités qui avaient lieu dans les greniers.

Situation géographique et analyse spatiale des greniers

Les résultats des analyses des lignes isochrones de 15 minutes (fig. 6) indiquent que la localisation des greniers est associée aux sols de types D et E, des sols non adaptés pour l’agriculture du fait de leur forte pente, car les greniers étaient installés sur des falaises difficiles d’accès. Ce choix d’établir les greniers sur des lieux où la pente était la plus forte répond probablement à la nécessité de protéger ces équipements des animaux et des autres groupes humains (Moreno-Benítez & González-Quintero 2013-2014).

Figure 6

Figure 6

Carte isochrone des greniers et pourcentage de terres agricoles disponibles pour chaque site. Les chiffres sur l’axe des X indiquent le nombre de minutes.

14L’analyse des lignes isochrones de 30 minutes apporte des résultats très différents. Tous les greniers à l’exception de Cuevas Muchas, sont situés à proximité de terres agricoles. Ces données suggèrent que le second facteur déterminant la situation des greniers après les considérations de défense serait la proximité des meilleures terres agricoles. Le fait que la vallée située en aval de Cuevas Muchas est aujourd’hui vidée de sa population et dépourvue d’activités agricoles explique le manque de données sur l’agriculture dans cette zone dans la cartographie de J. Dìaz (1995). Cependant, les données ethnographiques récoltées auprès de résidents âgés de la vallée de Guayadeque indiquent que cette région était à l’origine très fertile, en particulier autour du lit de la rivière (Gil-González 2011). C’est pourquoi les données de l’étude de J. Díaz sur Cuevas Muchas et la vallée de Guayadeque doivent être traitées avec précaution.

15Si l’on analyse les cartes isochrones de 45 et 60 minutes, on observe une baisse du pourcentage de terres agricoles situées à cette distance. Bien que la surface totale de terres disponibles contenue dans ces isochrones soit plus élevée que celle contenue à l’intérieur des périodes isochrones de 30 minutes, la diminution de la quantité de terres cultivables situées dans ce rayon peut s’expliquer par la perte d’efficacité qui résulte du fait d’avoir à parcourir une plus grande distance entre les champs cultivés et les greniers.

16En ce qui concerne la question du champ de vision, les données indiquent qu’à l’intérieur des intervalles isochrones de 15 et 30 minutes tous les greniers offraient un champ de vision couvrant les terres agricoles qui y étaient associées, tandis qu’à l’intérieur des durées isochrones plus étendues de 45 et 60 minutes, le contrôle visuel est moindre.

Figure 7

Figure 7

Carte isochrone du grenier de Cenobio de Valerón.

17Enfin, il faut souligner que le grenier de Cenobio de Valerón est celui qui est associé avec la plus grande surface de terres cultivées à l’intérieur des isochrones de 30 et 45 minutes (fig. 7). Il est donc possible que le nombre de silos contenus dans le grenier de Cebobio de Valerón, qui est le plus grand de tous, soit directement lié à la quantité de terres cultivées disponibles.

Outils lithiques et stockage

L’étude des outils lithiques associés aux greniers se limite à un résumé des conclusions publiées pour le grenier de Cenobio Valerón (Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2015). Des analyses des outils lithiques en provenance des autres greniers sont en cours.

18Un total de 2 757 objets lithiques a été relevé à Cenobio de Valerón. La plupart sont des éléments architectoniques, comme les dalles de phonolite qui servaient à fermer les silos (2 354 artefacts de pierre, qui représentent 85,4 % des objets lithiques relevés). La liste est complétée par 45 outils de meulage et pierres polies, ainsi que 315 pierres taillées.

Figure 8

Figure 8

Typologie des outils de meulage en pierre venant de Cenobio of Valerón (de gauche à droite) : moulin à bras, meule dormante et fragment de mortier

photographies de Y. Naranjo-Mayor

19Parmi les outils de meulage, on compte des moulins à bras, des meules dormantes et des mortiers, ainsi que des molettes et des pilons (fig. 8). Des analyses de l’usure due à l’usage indiquent que ces outils servaient au traitement des produits végétaux, et notamment des céréales. D’autres instruments, comme des pieux taillés, leurs pointes ayant servi à creuser les silos. L’assemblage comprend également un brunissoir à poterie, dix percuteurs, trois grattoirs et neuf outils polyvalents. Cette variété d’outils suggère que des tâches très diverses étaient effectuées dans le grenier (Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2015). D’autres outils de pierre confectionnés à partir de roches à gros grains comme le basalte ou la phonolite semblent avoir servi à tailler et modifier les silos (Naranjo-Mayor & Rodríguez-Rodríguez 2015).

20La plupart des outils de pierre taillée sont en obsidienne. L’analyse de leurs traces d’usure indique que certains servaient à découper des produits animaux comme la viande ou le cuir. Cela pourrait indiquer que des viandes et autres denrées d’origine animale auraient aussi été stockées dans ces silos. Ces données sont cependant encore préliminaires, et des recherches supplémentaires seront nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Aliments stockés

Un grand nombre de restes de végétaux (103 975) ont été récoltés dans les différents greniers. Le nombre de graines varie cependant d’un site à l’autre. La plus grande quantité de restes provient de Cuevas Muchas, Temisas et Acusa (fig. 5), du fait du grand nombre de silos étudiés dans ces greniers et de leur excellent état de conservation. À Cenobio de Valerón et La Montañeta, deux sites ayant subi des pillages répétés, le nombre de silos étudiés est plus réduit et leur état de conservation plus mauvais. Seuls deux silos ont jusqu’à présent fait l’objet de prélèvements sur le site de La Fortaleza.

21Au total, six espèces de végétaux cultivés ont été relevées dans les différents silos : l’orge à six rangs (Hordeum vulgare, sous-esp. vulgare), le blé dur (Triticum durum), la lentille (Lens culinaris), la fève (Vicia faba), le pois mange-tout (Pisum sativum) et la figue (Ficus carica).

Figure 9

Figure 9

Restes archéologiques des principaux types de végétaux et d’insectes trouvés dans les greniers : a) orge, enveloppes articulées (El Álamo-Acusa) ; b) blé, grains (La Fortaleza) ; fève, hile et fragments de tegulum (La Fortaleza) ; e) figue, graines (Cenobio de Valerón) ; f) feuille de laurier des Canaries, fragment (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; g) charançons du blé (El Álamo-Acusa)

photographies de J. Morales

22L’orge, présent dans tous les greniers et représenté par 12 437 échantillons, est la céréale la plus commune. Cette espèce a été relevée sous forme de grains, d’enveloppes articulées et de fragments d’épis (segments de rachis) ainsi que, dans certains cas, sous celle d’épis complets. Les enveloppes articulées, bien que ressemblant à des grains, ont en fait été vidées de leurs grains par des coléoptères, comme le prouve la présence de trous de charançons sur la plupart des enveloppes (fig. 9). L’orge est également identifiée par les segments articulés de la partie basse du rachis qui sont restés attachés à la section supérieure de la tige (paille). On observe sur ces fragments que la paille a été coupée net, ce qui suggère que les épis ont été coupés du reste de la plante avant d’être placés dans les silos (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Restes archéologiques d’épis de céréales trouvés dans les greniers : a) blé dur, Triticum durum (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; b) orge, Hordeum vulgare subsp. vulgare (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; c) orge, Hordeum vulgare subsp. vulgare (Cuevas Muchas-Guayadeque)

photographies de J. Morales

23Le blé dur (Triticum durum), représenté par 1 017 restes macrobotaniques, n’est pas aussi abondant que l’orge (fig. 5). Les échantillons peuvent être divisés en 999 segments de rachis et un petit nombre de grains (18). Comme c’est le cas pour l’orge, des segments de rachis articulés ont été relevés, parmi lesquels les parties basses des épis attachées à des segments de paille qui portent la marque de coupures nettes (fig. 10).

24Les légumineuses, bien qu’elles soient présentes dans la plupart des greniers (sauf Cenobio de Valerón) sont représentées en plus petit nombre que les céréales (fig. 5). Celles-ci comprennent à la fois des fragments de graines et des cosses de fèves (Vicia faba), de lentilles (Lens culinaris) et de pois mange-tout (Pisum sativum).

25La présence de fruits a également été relevée dans tous les greniers. La figue (Ficus carica) est le fruit le plus commun, représenté par 90 264 graines (endocarpes) ainsi que quelques pédoncules, fragments de fruits et fruits entiers. Il faut noter que le grand nombre de graines de figue dans les silos est dû au fait qu’une seule figue peut contenir jusqu’à 1 000 graines. Pour cette raison, il convient d’être prudent lorsque l’on compare les valeurs correspondant à ce fruit avec celles d’autres catégories. Cependant, si l’on confronte ces analyses de restes végétaux dans un contexte domestique et d’ossements humains avec les documents ethnohistoriques, ceux-ci indiquent que l’orge et la figue étaient les principales denrées consommées par les populations préhispaniques de Gran Canaria (Abreu-Galindo 1977 [1602], Delgado-Darias et al. 2005, Morales 2010, Velasco-Vázquez et al. 1999).

26L’étude identifie également une vaste gamme de végétaux sauvages qui correspondent pour la plupart à des herbes poussant habituellement dans les champs de céréales. Il est possible que ces restes aient été portés dans les greniers par le vent ou dans des déjections animales (Morales et al. 2014) : ceux-ci ne sont donc pas inclus dans notre propos. On trouve parmi ce groupe des végétaux appartenant à la flore autochtone de Grande Canarie qui semblent avoir été cueillis et stockés par les populations préhispaniques. Parmi ceux-ci, on trouve le laurier des Canaries (Laurus cf. novocanariensis), le pin des Canaries (Pinus canariensis), le « mocán » (Visnea mocanera), l’arbre au mastic (Pistacia lentiscus) et le dattier des Canaries (Phoenix canariensis).

Méthodes de stockage

Les greniers et leurs silos étaient taillés dans un tuf volcanique, une roche qui maintient un niveau constant de température et d’humidité. Les silos étaient aussi revêtus d’une épaisse couche de mortier pour améliorer leur niveau d’isolation.

27Les vestiges trouvés dans les silos, notamment un grand nombre de fragments et d’épis entiers portant des marques de coupure, suggèrent que l’orge et le blé étaient stockés sous forme d’épis (Morales et al. 2014). Stocker les céréales de cette manière présentait des avantages pour leur conservation à long terme, car les grains étaient naturellement protégés par leur enveloppe et leur glume (Alonso 1999, Meurers-Balke & Lüning 1992, Sigaut 1988). La méthode semble avoir été la même pour les légumineuses et les fruits sauvages. On a relevé dans certains silos des cosses de légumineuses ainsi que des pédoncules de cosses indéterminés. Les pédoncules lient la cosse à la plante, et restent généralement attachés à la cosse lorsque le fruit est récolté. Il est donc probable que les légumineuses aient été stockées dans leurs cosses pour éviter les infestations d’insectes.

28Les figues étaient stockées entières. Les documents ethnohistoriques sur les premiers Européens confirment que les populations préhispaniques stockaient les figues séchées pour les consommer tout au long de l’année (Abreu-Galindo 1977 : 161 [1602]). L’identification de fragments de bouquets de dattier des canaries suggère que les dattes étaient stockées en bouquets. Comme les figues, les documents ethnographiques montrent que les dattes étaient jusqu’à récemment séchées avant d’être stockées (Morales 2010 : 169). La présence d’écailles de pommes de pin indique que les pignons étaient stockés à l’intérieur des cônes. Lors de la récolte, les pommes de pin étaient généralement cueillies avant maturité alors qu’elles étaient encore fermées (Morales et al. 2015), pour éviter d’endommager les graines lors du stockage à long terme.

29La présence d’outils de meulage portant des traces d’usure dues à leur utilisation pour la transformation des végétaux suggère que cette activité avait souvent lieu dans les greniers. Par ailleurs, bien que les analyses des restes de plantes dans les sites habités montrent de nombreuses traces de graines, on n’y trouve que rarement des fragments d’épis comme les fragments de rachis (Morales 2010). Le manque de traces de transformation des céréales dans les sites d’habitation, associé à l’abondance de segments de rachis et d’outils de meulage trouvés dans les greniers, pourrait constituer une preuve que les grains étaient séparés de la paille dans les greniers, et ensuite transportés sur les sites d’habitation pour y être consommés.

30Le stockage est une étape intermédiaire intégrée dans la séquence de la production alimentaire, et offre donc des informations très intéressantes quant à la transformation, à la distribution et à la consommation des aliments dans le passé (Forbes & Foxhall 1995).

Insectes nuisibles et plantes insecticides

Des indices de la présence d’insectes nuisibles peuvent être relevés dans la plupart des échantillons, malgré les différentes méthodes de stockage utilisées par les populations préhispaniques. Des grains endommagés et des insectes ont été trouvés dans tous les greniers sauf celui de La Montañeta (fig. 9). Bien que des analyses soient en cours, de nombreux restes (au moins 6 624) de charançons du blé (Sitophilus granarius) ont été identifiés. Le site de Temisas est celui qui contient le plus grand nombre de spécimens (5 199). Une analyse au carbone 14 des charançons à El Álamo-Acusa produit une date (980 ± 30 BP, 1080-1150 cal apr. J.-C.) qui confirme que ces insectes étaient contemporains des céréales stockées dans les silos (Morales et al. 2014).

31Le charançon du blé est l’un des insectes nuisibles les plus répandus dans les stocks de grain dans le monde entier (Buckland 1991, King 2014, Panagiotakopulu 2001). S. granarius représente un indice particulièrement éclairant : il s’agit en effet d’un insecte complètement synanthrope qui ne vit et ne se reproduit que dans les stocks de grains et ne se rencontre pas à l’état sauvage. Les marques de la présence de charançons du blé dans les silos confirment que ces installations servaient bien à stocker du grain. Par ailleurs, le nombre élevé de charançons dans les silos indique que ces insectes représentaient un problème considérable pour le stockage à long terme. Les textes historiques écrits par les premiers Européens arrivés dans les Canaries entre le xive et le xvie siècle indiquent pourtant que les populations préhispaniques de Grande Canarie parvenaient à stocker du grain dans des silos pendant plusieurs années sans que ceux-ci ne soient endommagés par les charançons (Morales-Padrón 1993 : 436).

32Les populations du bassin méditerranéen avaient traditionnellement recours à différents produits inorganiques comme le soufre, le natron ou le sel pour éloigner les insectes de leurs stocks de grains. Cependant, on avait aussi recours à certaines plantes pour traiter ce problème (Lefébure 1985, Panagiotakopulu et al. 1995). Jusqu’à récemment, les agriculteurs traditionnels des Canaries utilisaient des feuilles de laurier des Canaries (Laurus novocanariensis), d’eucalyptus et d’autres plantes pour repousser les nuisibles (Álvarez-Escobar 2011, Rodilla et al. 2008). D’autres plantes étaient utilisées comme insecticides dans le bassin méditerranéen : la coriandre (Coriandrum sativum), l’oignon (Allium cepa), la rue (Ruta graveolens) et le laurier (Laurus nobilis) (Panagiotakopulu et al. 1995). Cependant, aucun de ces végétaux n’a jusqu’à présent été identifié dans un contexte archéologique de stockage.

33Des fragments desséchés de laurier des Canaries (Laurus cf. novocanariensis) ont été identifiés dans les greniers d’El Álamo, Cuevas Muchas et Temisas. La datation au carbone 14 de certains de ces restes, comme l’échantillon d’El Álamo (930 ± 30 BP : 1030-1210 cal apr. J.-C.), a confirmé leur ancienneté. D’autres prélèvements effectués à Cuevas Muchas et à Temisas ont été datés respectivement à 480 ± 30 BP (1410-1450 cal apr. J.-C.) et 510 ± 30 BP (1400-1440 cal apr. J.-C.). La datation au carbone 14 des fragments de feuilles indique donc que le laurier des Canaries faisait partie du contenu originel des silos. L’analyse biochimique d’un composé de ces feuilles a confirmé que leurs huiles réduisent la consommation des denrées par les insectes, ont un fort effet fongicide et inhibent la germination des graines (Rodilla et al. 2008). Ces propriétés sont de fait très avantageuses pour le stockage à long terme des grains : ces feuilles repoussent les insectes et prolongent la dormance des graines. Nous interprétons donc la présence de feuilles de laurier des Canaries dans les greniers de l’île comme un moyen de repousser les insectes. Il s’agit à notre connaissance de la première preuve archéologique directe de l’usage de plantes insecticides dans le cadre du stockage des aliments.

Les résultats préliminaires présentés dans cet article apportent un premier éclairage multidisciplinaire sur l’étude des méthodes anciennes de stockage. Les données disponibles actuellement indiquent que les populations préhispaniques de Grande Canarie ont construit de grands greniers collectifs à l’écart des sites habités, dans des falaises difficiles d’accès afin de protéger leurs stocks des animaux et des humains. Les greniers étaient cependant placés dans le champ de vision des champs, à une distance correspondant à 30-45 minutes de marche. La présence conjointe de grains et d’outils en pierre indique que ces greniers servaient non seulement au stockage des céréales, des légumineuses et des fruits, mais aussi à leur transformation. Afin d’assurer une meilleure conservation, les grains étaient stockés sous forme d’épis et de cosses, dans des silos creusés dans la roche. Les stocks étaient accompagnés de feuilles de laurier des Canaries, placées à l’intérieur des silos pour repousser les insectes. Cependant, on trouve des indices très clairs du fait que les stocks ont été endommagés par des charançons, ce qui indique que ces insectes représentaient un problème sérieux pour le stockage à long terme.

34Les résultats de cette étude sont encore à l’état préliminaire. Des recherches futures devraient non seulement permettre de compléter les analyses des insectes et des outils en pierre, mais aussi d’étudier les restes animaux et la conception structurelle des silos. De toute évidence, les greniers préhispaniques de Grande Canarie offrent, du fait de leur excellent état de conservation, un potentiel exceptionnel pour nous éclairer sur les méthodes de stockage utilisées dans le passé.

Haut de page

Bibliographie

Abdalla, A. T., Stigter, C. J., Mohamed, H. A., Mohammed, A. E. & M. C. Gough 2001 « Effects of wall linings on moisture ingress into traditional grain storage pits », International Journal of Biometeorology 45 : 75-80.

Abreu-Galindo, J. 1977 [1602] Historia de la conquista de las siete islas de Canaria. Santa Cruz de Tenerife : Goya.

Adams, J. 2002 Ground Stone Analysis : A Technological Approach. Salt Lake City : University of Utah Press.

Alonso, N. 1999 De la llavor a la farina. Els processos agrícolas protohistòrics a la Catalunya occidental. Lattes : CNRS (« Monographies d’Archéologie Méditerranéenne 4 »).

Alonso-Amelot, M. E. & J. L. Avila-Núñez 2011 « Comparison of seven methods for stored cereal losses to insets for their application in rural conditions », Journal of Stored Products Research 47 : 82-7.

Álvarez-Escobar, A. 2011 Contribución al estudio etnobotánico de la isla de Tenerife. Unpublished PhD : University of La Laguna.

Arnay-de-la-Rosa, M., González-Reimers, E., Yanes, Y., Velasco Vázquez, J., Romanek, C. & J. Noakes 2010 « Paleodietary analysis of the prehistoric population of the Canary Islands inferred from stable isotopes (carbon, nitrogen and hydrogen) in bone collagen », Journal of Archaeological Science 37 (7) : 1490-1501.

Beckett, S. J. 2011 « Insect and mite control by manipulating temperature and moisture before and during chemical-free storage », Journal of Stored Products Research 47 : 284-92.

Buckland, P.C. 1991 « Granaries stores and insects. The archaeology of insect synanthropy » in D. Fournier & F. Sigaut dir. La Préparation Alimentaire des Céréales. Rapports Présentés à la Table Ronde, Ravello au Centre Universitaire pour les Biens Culturels, 1988. Rixensart : PACT : 69-81.

Delgado-Darias, T., Velasco-Vázquez, J., Arnay-de-la-Rosa, M., Martín-Rodríguez, E. & E. González-Reimers 2005 « Prevalence of caries among the pre-Hispanic population from Gran Canaria », American Journal of Physical Anthropology 128 : 560-568.

Díaz, J. 1995 Cartografía del potencial del medio natural de Gran Canaria. Las Palmas de Gran Canaria : Cabildo Insular de Gran Canaria.

Didier, B. 2008 « Les insectes au service de l´Histoire », Insectes 150 : 31-34.

Forbes, H. A. & L. Foxhall 1995 « Ethnoarchaeology and storage in the ancient Mediterranean : beyond risk and survival » in J. Wilkins, D. Harvey & M. Dobson dir. Food in Antiquity. Exeter : University of Exeter Press : 69-86.

Forbes, V., Dussault, F. & A. Bain 2014 « Archaeoentomological research in the North Atlantic : Past, present and future », Journal of the North Atlantic 26 : 1-24.

Gil-González, J. 2011 Especies y variedades de plantas cultivadas tradicionalmente en la isla de Gran Canaria. Bases orales para su comprensión y estudio. Gran Canaria : AIDER.

González-Reimers, E. & M. Arnay-de-la-Rosa 1992 « Ancient skeletal remains of the Canary Islands : Bone histology and chemical analysis », Anthropologischer Anzeiger 50 : 201-215.

Groenewoudt, B. J. 2011 « The visibility of storage » in J. Klápště & P. Sommer dir. Processing, storage, distribution of food. Food in the Medieval rural environment. Ruralia VIII, Lorca, 7th-12th septembre 2009. Turnhout (Belgium) : Brepols Publishers : 187-197.

Hagenblad, J., Morales, J., Leino, M. W. & A. Rodríguez-Rodríguez 2017 « Farmer fidelity in the Canary Islands revealed by ancient DNA from prehistoric seeds », Journal of Archaeological Science 78 : 78-87.

Halstead, P. & J. O’Shea 1989 « Introduction : cultural responses to risk and uncertainty » in P. Halstead & J. O’Shea dir. Bad years economics. Cultural responses to risk and uncertainty. Cambridge : Cambridge University Press : 1-7.

Kent, S. 1999 « The archaeological visibility of storage : delineating storage from trash areas », American Antiquity 64 (1) : 79-94.

King, G. 2014 « Exaptation and synanthropic insects : A diachronic interplay between biology and culture », Environmental Archaeology 19 : 12-22.

Kuijt, I. 2009 « What do we really know about food, storage, surplus and feasting in preagricultural communities ? », Current Anthropology 50 (5) : 641-644.

Lefébure, C. 1985 « Réserves céréalières et société : l´ensilage chez les marocains » in M. Gast & F. Sigaut dir. Les techniques de conservation des grains à long terme, vol. 3. Paris : CNRS : 211-236.

Maca-Meyer, N., Arnay-de-la-Rosa, M., Rando, J. C., Flores, C., González, A., Cabrera, V. & J. M. Larruga 2004 « Ancient mtDNA analysis and the origin of the Guanches », European Journal of Human Genetics 12 : 155-162.

Meurers-Balke, J. & J. Lüning 1992 « Some aspects and experiments concerning the processing of glume wheats » in P. C. Anderson dir. Préhistoire de l’agriculture : nouvelles approaches expérimentales et ethnographiques. Paris : CNRS (« Monographie du CRE nº 6 ») : 341-362.

Morales, J. 2010 El uso de las plantas en la prehistoria de Gran Canaria : alimentación, agricultura y ecología. Las Palmas de Gran Canaria : Cabildo insular de Gran Canaria.

Morales, J., Rodríguez-Rodríguez, A., González-Marrero, M. C., Martín-Rodríguez, E., Henríquez-Valido, P. & M. del Pino-Curbelo 2014 « The archaeobotany of long-term crop storage in northwest African communal granaries : a case study from pre-Hispanic Gran Canaria (cal. AD 1000-1500) », Vegetation History and Archaeobotany 23 : 789-804.

Morales, J., Mulazzani, S., Belhouchet, L., Zazzo, A., Berrio, L., Eddargach, W., Cervi, A., Hamdi, H., Saidi, M., Coppa, A. & L. Peña-Chocarro 2015 « First preliminary evidence for basketry and nut consumption in the Capsian culture (ca. 10,000-7500 BP) : Archaeobotanical data from new excavation at El Mekta, Tunisia », Journal of Anthropological Archaeology 37 : 128-139.

Morales-Padrón, F. 1993 [1 500/1525] Canarias. Crónicas de su conquista. Las Palmas de Gran Canaria : Cabildo Insular de Gran Canaria.

Moreno-Benítez, M. & P. González-Quintero 2013-14 « Una perspectiva territorial al uso del suelo en la Gran Canaria prehispánica (siglos XI-XV) », Tabona 20 : 9-32.

Naranjo-Mayor, Y. & A. Rodríguez-Rodríguez 2015 « Artefactos e instrumentos de piedra en un espacio de almacenamiento colectivo. El caso de El Cenobio de Valerón (Gran Canaria, España) », Munibe Antropologia-Arkeologia 66 : 291-308.

Naranjo-Mayor, Y. & A. Rodríguez-Rodríguez 2016 « Propuesta de clasificación de los instrumentos de molienda y otro utillaje lítico no tallado de los antiguos canarios. Hacia una tipología morfo-funcional », Coloquio de Historia Canario-Americana, XXI : 076.

Olalde, I., Capote, J., Del-Arco, M., Atoche, P., Delgado, T., González-Antón, R., Pais, J., Amills, M., Lalueza-Fox, C. & O. Ramírez 2015 « Ancient DNA sheds light on the ancestry of pre-Hispanic Canarian pigs » Genetics Selection Evolution 47 : 40.

Onrubia-Pintado, J. 1995 « Magasins de falaise préhispaniques de la Grande Canarie. Viabilité et conditions de formulation d´une hypothèse de référence ethnoarchéologique » in A. Bazzana & M. C. Delaigue dir. Ethnoarchéologie méditerranéenne, finalités, démarches et résultats. Madrid : Casa de Velásquez : 159-180.

Panagiotakopulu, E. 2001 « New records for ancient pests : archaeoentomology in Egypt », Journal of Archaeological Science 28 (11) : 1235-1246.

Panagiotakopulu, E., Bauckland, P. C., Day P., Sarpaki, A. & C. Doumas 1995 « Natural insecticides and insect repellents in Antiquity : a review of the evidence », Journal of Archaeological Science 22 : 705-710.

Panagiotakopulu, E., Buckland, P. C. & B. Kemp 2010 « Underneath Ranefer's floors – urban environments on the desert edge », Journal of Archaeological Science 37 (3) : 474-481.

Peña-Chocarro, L., Pérez Jordà, G., Morales, J. & L. Zapata 2015 « Storage in traditional farming communities of the western Mediterranean : Ethnographic, historical and archaeological data », Environmental Archaeology 20 : 379-389.

Plarre, R. 2010 « An attempt to reconstruct the natural and cultural history of the granary weevil, Sitophilus granarius », European Journal of Entomology 107 : 1-11.

Ramou, H. & E.M. Asmhri 2013 « Réflexions sur les origines et l’évolution des Igoudar » in M. Ait Amza & H. Popp dir. Igoudar un patrimoine culturel à valoriser. Rabat : Publications de l’Institut Royal de la Culture Amazighe : 4-21.

Rodilla, J. M., Tinoco, M. T., Morais, J. C., Gimenez, C., Cabrera, R., Martín-Benito, D., Castillo, L. & A. González-Coloma 2008 « Laurus novocanariensis essential oil : Seasonal variation and valorization », Biochemical Systematics and Ecology 36 : 167-176.

Schlueter-Caballero, R. 2009 « La Fortaleza Santa Lucía de Tirajana. Investigación arqueológica », Boletín Millares Carlo 28 : 31-68.

Sigaut, F. 1988 « À method for identifying grain storage techniques and its application for European agricultural history », Tools and Tillage 6 : 3-32.

Velasco-Vázquez, J., González-Reimers, E., Arnay-de-la-Rosa, M., Barros-López, N., Martín-Rodríguez, E. & F. Santolaria-Fernández 1999 « Bone histology of prehistoric inhabitants of the Canary Islands : Comparison between El Hierro and Gran Canaria », American Journal of Physical Anthropology 110 : 201-214.

Velasco-Vázquez, J., Martín-Rodríguez, E., Alberto-Barroso, V., Domínguez, J. C. & J. León 2001 Guía del patrimonio arqueológico de Gran Canaria. Las Palmas de Gran Canaria : Cabildo Insular de Gran Canaria.

Winterhalder, B. & C. Goland 1997 « An evolutionary ecology perspective on diet choice, risk, and plant domestication » in K. J. Gremillion dir. People, Plants, and Landscapes : Studies in Paleoethnobotany. Tuscaloosa, Alabama : University of Alabama Press : 123-60.

Winterhalder, B., Puleston, C. & C. Ross 2015 « Production risk, inter-annual food storage by households and population-level consequences in seasonal prehistoric agrarian societies », Environmental Archaeology 20 : 337-348.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de la zone étudiée : a) situation des sites mentionnés dans l’article ; b) géographie des îles Canaries ; c) situation des îles Canaries.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2
Légende Vue d’ensemble du grenier de Cenobio de Valerón
Crédits photographie de J. Morales
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Figure 3
Légende Liste des datations au carbone 14 des restes archéologiques provenant des greniers analysés.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 4
Légende Vue de l’accès au second niveau du grenier d’El Álamo-Acusa
Crédits photographie d’E. Martín-Rodríguez
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 5
Légende Nombre de restes de végétaux et d’insectes provenant des greniers analysés. Les nombres indiquent le nombre de graines et d’insectes, sauf indication contraire.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 6
Légende Carte isochrone des greniers et pourcentage de terres agricoles disponibles pour chaque site. Les chiffres sur l’axe des X indiquent le nombre de minutes.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7
Légende Carte isochrone du grenier de Cenobio de Valerón.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 8
Légende Typologie des outils de meulage en pierre venant de Cenobio of Valerón (de gauche à droite) : moulin à bras, meule dormante et fragment de mortier
Crédits photographies de Y. Naranjo-Mayor
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 9
Légende Restes archéologiques des principaux types de végétaux et d’insectes trouvés dans les greniers : a) orge, enveloppes articulées (El Álamo-Acusa) ; b) blé, grains (La Fortaleza) ; fève, hile et fragments de tegulum (La Fortaleza) ; e) figue, graines (Cenobio de Valerón) ; f) feuille de laurier des Canaries, fragment (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; g) charançons du blé (El Álamo-Acusa)
Crédits photographies de J. Morales
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Figure 10
Légende Restes archéologiques d’épis de céréales trouvés dans les greniers : a) blé dur, Triticum durum (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; b) orge, Hordeum vulgare subsp. vulgare (Cuevas Muchas-Guayadeque) ; c) orge, Hordeum vulgare subsp. vulgare (Cuevas Muchas-Guayadeque)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/8902/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacob Morales, Pedro Henríquez-Valido, Marco Moreno-Benítez, Yurena Naranjo-Mayo et Amelia Rodríguez-Rodríguez, « Du laurier dans les greniers de Grande Canarie (Espagne) », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°69, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8902

Haut de page

Auteurs

Jacob Morales

Jacob Morales est chercheur au G.I. Tarha de l’université de Las Palmas de Gran Canaria (Espagne). Ses recherches portent sur la transition vers l’agriculture en Afrique du Nord, l’adaptation de l’agriculture en milieu insulaire, et plus largement les interactions homme-plantes.

Articles du même auteur

Pedro Henríquez-Valido

Pedro Henríquez-Valido, doctorant au G.I. Tarha (ULPGC), étudie le stockage pendant la période préhispanique des îles Canaries en combinant des approches en archéoentomologie et en archéobotanique.

Articles du même auteur

Marco Moreno-Benítez

Marco Moreno-Benítez est consultant archéologique et directeur de Tibicena, Arqueología y Patrimonio. Ses recherches portent sur les analyses spatiales et l’utilisation des SIG.

Articles du même auteur

Yurena Naranjo-Mayo

Yurena Naranjo-Mayor est doctorante au G.I. Tarha (ULPGC). Ses recherches portent sur l’utilisation d’outils en pierre dans la préhistoire, en particulier sur les outils de broyage des îles Canaries.

Amelia Rodríguez-Rodríguez

Amelia Rodríguez-Rodríguez est professeur de Préhistoire au G.I. Tarha (ULPGC). Ses recherches portent sur l’utilisation d’outils en pierre et la technologie lithique avec un accent particulier sur les analyses morpho-techniques et fonctionnelles dans différents contextes géographiques et historiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page