Navigation – Plan du site
Faire circuler. Partager

Les chasse-marée et la route du poisson

Réduire la distance pour approvisionner Paris du xiiie au xviiie siècle
Sandrine Robert
p. 132-135

Notes de la rédaction

En ligne : retrouver l’article complet sur journals.openedition.org/tc : Techniques&Culture 69 « Le temps des aliments » : https://journals.openedition.org/tc/8931.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Roussel, Retour de pêche aux maquereaux. Le déchargement et l’emballage devaient être réalisés rapidement, car, à quelques heures de différence, la marée pouvait perdre brutalement de la valeur lorsqu’ il n’était plus possible d’atteindre Paris avant la fermeture de la Halle le lendemain.

© Musée Opale Sud, Berck-sur-Mer.

Le développement des prescriptions religieuses en matière d’abstinence alimentaire provoque une augmentation sensible de la consommation du poisson de mer dans le Nord de l’Europe à partir du milieu du xesiècle. Il implique l’établissement d’un réseau commercial reliant les ports de pêche à des marchés importants qui se développent en particulier dans les villes. Celles-ci sont alors fortement dépendantes de leur distance aux points d’approvisionnement, car la chair du poisson est fragile et ne peut se consommer au-delà d’un délai relativement court. La limite par rapport aux côtes de la mer est estimée entre 97 et 117 k...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Robert, « Les chasse-marée et la route du poisson », Techniques & Culture, 69 | 2018, 132-135.

Référence électronique

Sandrine Robert, « Les chasse-marée et la route du poisson », Techniques & Culture [En ligne], 69 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/tc/8943 ; DOI : 10.4000/tc.8943

Haut de page

Auteur

Sandrine Robert

Sandrine Robert est maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales dans le Groupe de Géographie et d’Histoire des Territoires, de l’Environnement, des Ressources et des Sociétés (GGh-Terres - CRH). Archéogéographe, ses recherches portent sur la résilience des paysages dans la longue durée. Elle analyse, en particulier, les modalités de transmission des réseaux routiers. Elle a publié Sources et techniques de l’archéogéographie planimétrique (Presses universitaires de Franche-Comté, 2011) et avec N. Verdier, Dynamique et résilience des réseaux routiers. Archéogeographes et archéologues en en région Ile-de-France (FERACF, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page