Navigation – Plan du site
Dispositifs

La ville, corps malade : Besançon 1544

Nicolas Sarzeaud
p. 80-97

Résumés

Quand vient l’été 1544 à Besançon, saison favorable aux épisodes de peste les plus sévères, voilà déjà plusieurs années que la maladie y règne, sans que les mesures prises par les gouverneurs n’y fassent rien. Ils décident alors de vouer la cité au Saint-Suaire de Besançon, empreinte du corps du Christ dans un linge, révéré dans la cathédrale Saint-Étienne. Pour matérialiser ce contrat votif, ils fondent une confrérie du Saint-Suaire et commandent une image ; un tableau en cire figurant le plan de la cité, déposé devant la relique avec laquelle s’amorce le dialogue votif. La cire, traditionnellement utilisée par les fidèles souffrant pour se vouer aux reliques, attribue à la ville une corporéité ; c’est le portrait efficace du corps social de la cité, mais aussi son corps topographique, que dressent les gouverneurs pour traiter la contagion. Cet article s’intéresse à cet acte d’image, engageant la communauté dans un tableau de cire, ainsi qu’aux effets politiques d’une telle représentation, par laquelle la ville apparaît à elle-même comme un corps solidaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Vouer le corps de la cité
Le corps du lieu
Une ville dans la chapelle
Après la crise
La peste, maladie politique

Aperçu du début du texte

On a un peu de peine à se représenter la peste. On se figure des sons de crécelles, une odeur de charnier, un ciel sombre d’apocalypse, celui décrit par Hermann Hesse dans Narcisse et Goldmund (2010 [1930] : 178-179) :

« Toute la région, tout le vaste pays était sous un nuage de mort, sous un voile d’horreur, d’angoisse, qui assombrissait les âmes, et le pire, ce n’étaient pas les maisons désertes, les chiens qui pourrissaient morts de faim à la chaîne, les morts restés sans sépulture, les enfants qui mendiaient, les fosses communes devant les villes. Le pire, c’étaient les vivants qui, sous le fardeau de l’effroi et de l’angoisse mortelle, semblaient avoir perdu leurs yeux et leurs âmes. »

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Vue de Besançon. Gravure de Hans Rudolf Manuel d’après Pierre d’Argent le Vieux, chalcographie coloriée, publiée en 1575.

© Archives municipales de Besançon.

Les écrivains ne furent pas les seuls à faire ces rêves tragiques, les historiens ont cherché da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Sarzeaud, « La ville, corps malade : Besançon 1544 », Techniques & Culture, 70 | 2018, 80-97.

Référence électronique

Nicolas Sarzeaud, « La ville, corps malade : Besançon 1544 », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9528 ; DOI : 10.4000/tc.9528

Haut de page

Auteur

Nicolas Sarzeaud

Nicolas Sarzeaud est doctorant en histoire de l’art à l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction d’Étienne Anheim et de Pierre-Olivier Dittmar. Il étudie la reproductibilité des images, s’intéressant notamment aux saints Suaires et aux saintes Faces, à leurs modalités d’ostension et à leurs reproductions à la fin du Moyen Âge. Il étudie par ailleurs les pratiques de substitution d’œuvres d’art par des fac-similés, notamment les grottes préhistoriques de Lascaux et Chauvet et les moulages de sculptures des jardins de Versailles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page