Navigation – Plan du site
Dispositifs

Les effigies votives grandeur nature en Italie (xve-xviie siècles)

Valeria Motta
p. 98-119

Résumés

L’article rend compte de la production de sculptures votives grandeur nature en Italie du xve au xviie siècle. Si la reproduction de parties anatomiques en cire ou en argent constitue la forme la plus répandue et la plus ancienne de don votif, la représentation de la figure humaine entière, à taille réelle, dans laquelle le dévot offre un double de sa propre personne est peu fréquente. Bien que diverses sources écrites relatives à cette pratique nous soient parvenues, les témoignages visuels concernant cette typologie d’ex-voto et les objets conservés sont très rares. Il s’agira donc de rassembler les indices permettant de reconstituer cette production, ses techniques, ses réalisateurs et leurs ateliers afin de rendre compte d’une pratique qui a été négligée par l’historiographie, notamment en raison du caractère périssable des matériaux utilisés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les effigies votives du sanctuaire de la Madone des Grâces de Mantoue et les bòti de la Santissima Annunziata de Florence
Le Libro dei Miracoli de Vincenzo Panicale

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Sanctuaire de la Madone des Grâces de Curtatone, Mantoue

© Valeria Motta

L’intense débat théorique du Paragone , qui oppose les mérites respectifs de la peinture et de la sculpture lors de la Renaissance italienne, ne traite que de la sculpture en marbre. La production des statues polychromes en bois, en plâtre, en cire ou en papier mâché n’est pas considérée dans ces joutes rhétoriques. Bien que ces techniques soient présentes et répandues de l’Antiquité à nos jours, cette production a attiré peu d’attention dans l’histoire de l’art occidental. Pour la majorité des penseurs du xvie siècle, la sculpture était vouée à exhiber la matière et non pas à la recouvrir avec la polychromie. En 1550, dans La Selva di Notizie, Vincenzo Borghini  écrit :

« Les couleurs n’appartiennent pas aux sculpteurs, cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas colorer leurs figures, s’ils le souhaitent, comme le font les artisans de la cire ou ceux qui font les po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valeria Motta, « Les effigies votives grandeur nature en Italie (xve-xviie siècles) », Techniques & Culture, 70 | 2018, 98-119.

Référence électronique

Valeria Motta, « Les effigies votives grandeur nature en Italie (xve-xviie siècles) », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9648 ; DOI : 10.4000/tc.9648

Haut de page

Auteur

Valeria Motta

Valeria Motta est docteure en histoire de l’art. Sa thèse de doctorat, soutenue à l’EHESS en 2017, s’intitule « Le spectacle de la dévotion. Le sanctuaire de la Madone des Grâces de Mantoue : image votive et représentation (XVe-XVIIe siècles) ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page