Navigation – Plan du site
Rituels

Hétérographies du désir

Pratiques votives au monastère de Saint-Georges (Büyükada, Istanbul)
Benoît Fliche et Manoël Pénicaud
p. 142-161

Résumé

Deux fois l’an, le monastère grec orthodoxe de Saint-Georges, sur l’île de Büyükada, attire plusieurs dizaines de milliers de musulmans qui viennent formuler des vœux caractérisés par une forte hétérogénéité formelle. Nous proposons pour en rendre compte la notion d’« hétérographies votives ». Nous entendons par là l’ensemble des productions matérialisant la prière et la demande des fidèles dans une élaboration graphique plus large que l’écrit textuel. Ces hétérographies sont autant de formes d’écriture de soi, de son rapport au monde et au divin. Véritables expressions du désir intime des croyants, ces écritures votives se caractérisent par une forte hétérogénéité formelle : cierges, pierres, tissus, fils, dessins et sculptures à base de carreaux de sucre ou de brindilles, etc.
Dans le contexte croissant des Material Studies, cet article vise à questionner l’articulation complexe entre matière, prière, temps et écriture. D’où vient ce besoin récurrent et transversal de fixer dans l’espace et dans le temps un désir – par définition immatériel/impalpable – dans une mise en forme hétérographique à destination de l’Autre ? Plus largement, que nous disent ces matérialités votives – envisagées comme des écritures – de la relation au sacré des acteurs sociaux ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Ethnographie d’un pèlerinage exoprate
Miracles, guérisons et démarches votives
Dimension foraine en aval du monastère
Rituel des fils votifs
Une effervescence rituelle incontrôlable
Hétérographies votives et causalités divines
Bouleversement de la centralité sacrale
Bricolage, braconnage et exopraxis
L’oubli du saint
Un défaut de Dieu ?

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Étal d’amulettes votives rangées selon les attentes

© Manoël Pénicaud

Le 23 avril n’est pas seulement la fête des enfants et de la souveraineté nationale qui commémore les prémices de la République turque fondée par Mustapha Kemal Atatürk. Ce jour férié correspond aussi à la fête de saint Georges, figure majeure dans le christianisme oriental. Ce matin-là, les innombrables embarcadères d’Istanbul sont pris d’assaut par des dizaines de milliers de personnes. Toutes souhaitent atteindre l’île de Büyükada, la plus grande de l’archipel des Princes (en grec, Prinkipo), au sommet de laquelle s’élève un monastère grec orthodoxe qui abrite une icône miraculeuse de saint Georges. Une heure plus tard, les bateaux déversent une foule immense de pèlerins qui envahissent le petit port touristique. Les voitures étant interdites sur l’île, certains cherchent à prendre une calèche, tandis que la plupart montent à pied vers le monastère. Sur la place de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Fliche et Manoël Pénicaud, « Hétérographies du désir », Techniques & Culture, 70 | 2018, 142-161.

Référence électronique

Benoît Fliche et Manoël Pénicaud, « Hétérographies du désir », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9766 ; DOI : 10.4000/tc.9766

Haut de page

Auteurs

Benoît Fliche

Benoît Fliche est anthropologue au CNRS et directeur de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Aix Marseille Université, CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence, France).

Manoël Pénicaud

Manoël Pénicaud est anthropologue au CNRS (Aix Marseille Université, CNRS, IDEMEC). Spécialisé dans l’étude des pèlerinages, il est aussi l’un des commissaires de l’exposition « Lieux saints partagés » (présentée à Marseille, Paris, Tunis, New York…).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page