Navigation – Plan du site
Frontières non-limites

Produire pour offrir

L’offrande par destination chez les Celtes
Élisabeth Goussard
p. 200-213

Résumés

Il est possible de distinguer deux types d’offrande en contexte sacré : les offrandes par transformation, des objets de la vie courante, retirés du monde profane pour être offerts, et les offrandes par destination. Il s’agit alors d’objets destinés, dès leur conception, à devenir des offrandes.
De nos jours, les offrandes par destination sont majoritaires dans le paysage rituel français (ex-voto à Marie dans les églises catholiques par exemple). Elles ne semblent cependant être devenues prédominantes sur le territoire qu’à la fin de la période celtique, aux alentours du ier siècle avant J.-C., juste avant la conquête romaine. Malheureusement, l’apparition de ce phénomène est encore mal caractérisée, car il s’avère complexe à reconnaître par l’archéologie.
Cet article propose ainsi d’aborder les difficultés particulières de l’étude de l’offrande par destination dans les sociétés celtiques. Après avoir recontextualisé l’apparition de ces nouvelles offrandes au sein de l’évolution des pratiques rituelles au second âge du Fer, les problèmes méthodologiques propres à leur étude par l’archéologie seront exposés, avant de proposer des solutions pour les pallier.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’apparition de l’offrande par destination
Un moment clé dans l’évolution des pratiques rituelles celtiques
Étudier les dons votifs malgré le caractère intangible de l’immatériel
Le casse-tête archéologique
Traces matérielles des désirs des derniers gaulois
Reconnaître une offrande par destination chez les Celtes

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Boucliers miniatures découverts au sein du sanctuaire des Flaviers à Mouzon. Hauteur comprise entre 3,5 et 17,3 cm.

© E. Goussard

Les miracles ne font pas que des heureux. Le Liber Prior miraculorum (BHL 4863), au xie siècle, décrit l’irritation d’un garde face aux trop nombreuses libérations surnaturelles provoquées par saint Léonard, dont la seule invocation pouvait faire fondre les entraves. Par conséquent, le geôlier exaspéré dit envisager de creuser une fosse d’une grande profondeur, à l’intérieur de sa tour, et d’y ensevelir son détenu.

Ces libérations miraculeuses ont en revanche fait la fortune de l’abbaye de Noblat, où se trouve le tombeau du saint. Les anciens prisonniers venaient y apporter les chaînes dont ils avaient été délivrés. Certains, comme Bohémond de Tarente, un des meneurs de la première croisade, allaient même jusqu’à offrir des chaînes en métaux précieux, en or et en argent, confectionnées à cet effet (Cheirézy 1995 ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Goussard, « Produire pour offrir », Techniques & Culture, 70 | 2018, 200-213.

Référence électronique

Élisabeth Goussard, « Produire pour offrir », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9869 ; DOI : 10.4000/tc.9869

Haut de page

Auteur

Élisabeth Goussard

Élisabeth Goussard prépare actuellement une thèse à l’École Pratique des Hautes Études sous la direction de Stéphane Verger, dont le sujet porte sur l’apparition de l’offrande par destination en Gaule celtique, entre le iiie s. av. J.-C. et le ier siècle de notre ère.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page