Navigation – Plan du site
Frontières non-limites

Pastiches votifs à Rome

Du Pasquin à Ex voto fecit
Anne Lepoittevin
p. 220-239

Résumé

Les moyens de reproduction modernes ont facilité la manipulation des images, et le nombre des copies, retouches, détournements, pastiches, parodies et caricatures connait actuellement une augmentation vertigineuse. Pour autant, le succès d’un pastiche ne repose pas sur une manipulation technique, mais sur un jeu avec un code que le public doit connaître intimement. On comprendra alors le succès du pastiche votif à Rome, solidaire du couple image miraculeuse/ex-voto dont la Ville reste l’épicentre : une image miraculeuse, souvent mariale, valorisée dans l’espace urbain, est entourée d’objets et de textes témoignant du pouvoir d’intercession de son prototype. Une gravure anonyme de Pasquin datant du milieu du xvie siècle, et les affiches contemporaines de l’artiste de rue Ex-Voto détournent un même code à plus de 450 ans d’écart. Entouré de textes et d’objets présentés comme des dons votifs, Pasquin intercède auprès des cieux. Notre Dame du Ballon rond, la Bienheureuse Vierge des Écoliers et la Bonne Mère de l’Hospitalité prennent place dans des lieux signifiants, en fonction de l’actualité, en ex-voto et entourées d’ex-voto. Leurs fins sont avant tout politiques, à une période où le politique est – ô combien – religieux (la Rome du Pape-Roi), et à la nôtre où il l’est moins. Comme toujours, le pastiche suscite des réactions. La gravure a été collectionnée et censurée. Les affiches d’Ex-Voto ont été vénérées (comme art et comme art sacré) et vandalisées.

Modern means of reproduction have facilitated the manipulation of images : the number of copies, retouches, pastiches, parodies and caricatures is currently experiencing a vertiginous increase. However, the success of a pastiche is not based on a technical manipulation, but on a game with a code that the public must know intimately. We will then understand the success of the votive pastiche in Rome, in solidarity with the miraculous image/ex-voto couple, of which Rome remains the epicenter: a miraculous image, often a Marian one, visible in the urban space, is surrounded by objects and texts testifying to the power of intercession of its prototype. An anonymous Pasquin engraving dating back to the middle of the 16th century, and the contemporary posters of the street artist Ex-Voto divert the same code more than 450 years apart. Surrounded by texts and objects presented as votive gifts, Pasquin intercedes with the heavens. Our Lady of the Round Balloon, the Blessed Virgin of the Schoolchildren and the Good Mother of Hospitality are located as ex-votos in significant places, according to the news, and are surrounded by ex-votos. Their ends are primarily political, at a time when politics is - oh so - religious (the Rome of the Pope - King), and ours where it is less. As always, pastiche provokes strong reactions. The engraving was both collected and censored. The posters of Ex-Voto have been both venerated (as art and as sacred images) and vandalized.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Pasquin et les statues parlantes
Ex-Voto fecit
La Beata Vergine degli Scolari (« Bienheureuse Vierge des Écoliers »)
Nostra Signora der Futteball (« Notre Dame du Ballon rond »)
Generosa Madre dell’Accoglienza (« Bonne Mère de l’Hospitalité »)

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Pasquin à Rome aujourd’hui

© Rémi Jouan

Les moyens de reproduction modernes ayant d’une part allégé les temps et coûts de production, de l’autre facilité la copie, le collage et la modification des images, pastiches et caricatures se sont répandus entre xvie et xxe siècles, avant de proliférer avec l’image numérique. Reste que le succès d’un pastiche ne repose pas sur une manipulation technique, mais sur un jeu avec un code surdéterminé par le lieu et l’époque, car le public doit pouvoir l’identifier au premier coup d’œil. On comprendra alors l’efficacité des pastiches d’art religieux à Rome à travers les siècles. Parmi ceux-ci, les pastiches votifs empruntent leurs codes et leur langage au dispositif votif catholique, omniprésent dans la Ville : ils associent systématiquement une image miraculeuse, souvent mariale, valorisée dans le sanctuaire et/ou dans l’espace urbain, et des objets et des textes votifs témoignant du pouvoir d’interces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lepoittevin, « Pastiches votifs à Rome », Techniques & Culture, 70 | 2018, 220-239.

Référence électronique

Anne Lepoittevin, « Pastiches votifs à Rome », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9925 ; DOI : 10.4000/tc.9925

Haut de page

Auteur

Anne Lepoittevin

Anne Lepoittevin est maître de conférences en histoire de l’art moderne (Sorbonne Université). Ses recherches portent sur l’art religieux italien à l’époque moderne, notamment sur la statuaire (Sacri Monti) et sur les objets de dévotion (ex-voto, Agnus Dei).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page