Navigation – Plan du site
Frontières non-limites

Des pièces de monnaie au cadenas

Un spectre des dépôts contemporains
From Coins to Locks : A spectrum of contemporary deposits
Ceri Houlbrook
p. 240-259

Résumés

Les dépôts rituels constituent  une caractéristique de notre présent autant que de notre passé. On pourrait même dire que cette pratique est plus répandue aujourd'hui, avec des «  agencement populaires » [folk assemblage] qui émergent de manière prolifique dans le monde entier. Qu'il s'agisse de monuments commémoratifs au bord de la route, de cairns au sommet des montagnes, de fontaines à voeux ou d’arbres à chaussures, nos paysages sont couverts de dépôts collectifs. Ces dépôts ont souvent une faible valeur économique et sont constitués spontanément, la plupart des déposants vient sur de tels sites par hasard plutôt que par projet et abandonne quelque chose qu’ils possèdent sur eux. La pièce de monnaie, un dépôt prolifique, en est un bon exemple. Cependant, cet article soutient que tous les dépôts contemporains ne sont pas effectués spontanément. Certains sont clairement planifiés, achetés ou produits avant une visite dans le but exprès d'être déposés. Cela implique un plus grand investissement émotionnel (sinon une croyance) dans le rituel, et indique que tous les agencements populaires modernes ne sont pas occasionnels et ad hoc. Pour s'engager dans cette dichotomie apparente entre les dépôts spontanés et les dépôts planifiés, cet article examine deux formes d'assemblage contemporain : l'arbre à monnaie britannique et le cadenas d'amour que l'on trouve accroché sur les ponts.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une brève présentation de l’arbre à pièces
La pièce, un dépôt spontané
Introductions aux cadenas d’amour
Le cadenas d’amour, un dépôt prémédité

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Arbre à pièces à Bolton Abbey, Yorkshire, Angleterre

Photographie : C. Houlbrook

On aurait tord de penser que les dépôts rituels n’appartiennent qu’au passé. En réalité, on pourrait même dire que cette pratique est aujourd’hui plus répandue, avec l’émergence un peu partout dans le monde de ce que le folkloriste Jack Santino (2004) désigne comme des « agencements populaires » (folk assemblages). Depuis le mémorial de bord de route et le cairn de montagne jusqu’à la fontaine à vœux, en passant par l’arbre à chaussures, nos paysages sont parsemés de dépôts collectifs. Lynne McNeill, elle aussi folkloriste, considère ces accumulations comme des « créations collaboratives en série », qui sont symptomatiques d’un état de la société actuelle. C’est en réaction à la nature toujours plus intangible et numérique des rapports humains et au manque de cohésion sociale qu’on apporterait une contribution physique à une œuvre ou à un lieu commun (McNeill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ceri Houlbrook, « Des pièces de monnaie au cadenas », Techniques & Culture, 70 | 2018, 240-259.

Référence électronique

Ceri Houlbrook, « Des pièces de monnaie au cadenas », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/9988 ; DOI : 10.4000/tc.9988

Haut de page

Auteur

Ceri Houlbrook

Dr Ceri Houlbrook est chercheure en folklore et histoire à l’université de Hertfordshire. Ses principaux travaux portent sur le folklore contemporain et la culture matérielle des pratiques rituelles. Elle a coédité The Materiality of Magic, a publié The Magic of Coin-Trees from Religion to Recreation et prépare actuellement un ouvrage sur le phénomène mondial des cadenas d’amour.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page