Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52II. Objets à dater : les méthodes...Datation par la méthode du radioc...

II. Objets à dater : les méthodes appropriées

Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales

Radiocarbon dating of lead white: from the Psimythion of ancient cosmetics to medieval wall painting pigment
Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14
p. 102-110

Résumés

Le blanc de plomb est constitué de deux carbonates de plomb, la cérusite et l’hydrocérusite. Utilisé comme pigment de peinture et comme ingrédient cosmétique, il était synthétisé par corrosion de plomb métallique en présence de vinaigre et d’un apport extérieur en dioxyde de carbone (CO2), produit le plus souvent par du fumier de cheval. Ces deux réactifs organiques portent une signature isotopique 14C pouvant être transférée aux produits ainsi formés, ce qui permet d’envisager leur datation absolue par 14C. Un protocole inédit a été développé à cet effet et a été validé sur du blanc de plomb fabriqué au laboratoire selon le procédé par corrosion décrit dans la documentation historique. La datation a ensuite été opérée avec succès sur des cosmétiques archéologiques et des fragments de peinture murale médiévale. Nous montrons ainsi que la mesure du radiocarbone extrait des carbonates de plomb permet la datation absolue des blancs de plomb produits par un procédé de corrosion. Ce résultat offre de nouvelles perspectives pour la datation 14C des peintures, qui ne se limite plus aux seuls matériaux organiques, mais s’ouvre également à certains pigments inorganiques. Le blanc de plomb peut désormais être considéré comme un constituant des œuvres d’art datable de façon absolue.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Introduction
Extraire le carbone des carbonates de plomb pour leur datation par le 14C
Datation 14C de blanc de plomb fabriqué en laboratoire par le procédé de corrosion
Datation 14C de carbonates de plomb archéologiques : cas des cosmétiques antiques
Datation 14C de peintures au blanc de plomb : exemple de deux décors muraux médiévaux
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le blanc de plomb, constitué d’un mélange de deux carbonates de plomb, la cérusite et l’hydrocérusite, est un des rares pigments inorganiques de synthèse utilisé comme pigment de peinture et ingrédient cosmétique (fig. 1). Il remplace la cérusite naturelle dont l’usage est attesté dans les cosmétiques égyptiens. La transition entre l’utilisation de cérusite native et de carbonates de plomb de synthèse – autrement appelés psimythion (grec) et cerussa (latin) – est évoquée par Pline au Ier siècle. Mais il semble que la fabrication de ce pigment soit plus ancienne : la première recette connue a été retrouvée dans les écrits de Théophraste (ive-iiie av. J.-C.) et décrit la synthèse de blanc de plomb par un procédé de corrosion. Celui-ci perdure jusqu’à la fin du xviiie siècle avec diverses évolutions au cours du temps dans le choix des ingrédients ou dans l’agencement des installations pour augmenter les rendements de production, comme par exemple dans le procédé hollandais....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14, « Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales »Technè, 52 | 2021, 102-110.

Référence électronique

Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14, « Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales »Technè [En ligne], 52 | 2021, mis en ligne le 14 avril 2023, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/techne/10190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.10190

Haut de page

Auteurs

Cyrielle Messager

Post-doctorante, Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (cyrielle.messager[at]cea.fr).

Lucile Beck

Directrice de recherche, responsable du Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (lucile.beck[at]cea.fr).

Articles du même auteur

Tom Germain

Étudiant de M1, Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (tom.germain28[at]gmail.com).

Christian Degrigny

Enseignant-chercheur en conservation-restauration, Haute Ecole Arc Conservation-restauration, HES-SO Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale (christian.degrigny[at]he-arc.ch).

Vincent Serneels

Professeur – département de Géosciences, université de Fribourg (vincent.serneels[at]unifr.ch).

Delphine Cano

Responsable du service scientifique, Lugdunum Musée & Théâtres romains (decano[at]grandlyon.com).

Georges Cardoso

Responsable de la régie des œuvres, Lugdunum Musée & Théâtres romains (gcardoso[at]grandlyon.com).

Équipe LMC14

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search