Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52II. Objets à dater : les méthodes...Datation par la méthode du radioc...

II. Objets à dater : les méthodes appropriées

Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales

Radiocarbon dating of lead white: from the Psimythion of ancient cosmetics to medieval wall painting pigment
Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14
p. 102-110

Résumés

Le blanc de plomb est constitué de deux carbonates de plomb, la cérusite et l’hydrocérusite. Utilisé comme pigment de peinture et comme ingrédient cosmétique, il était synthétisé par corrosion de plomb métallique en présence de vinaigre et d’un apport extérieur en dioxyde de carbone (CO2), produit le plus souvent par du fumier de cheval. Ces deux réactifs organiques portent une signature isotopique 14C pouvant être transférée aux produits ainsi formés, ce qui permet d’envisager leur datation absolue par 14C. Un protocole inédit a été développé à cet effet et a été validé sur du blanc de plomb fabriqué au laboratoire selon le procédé par corrosion décrit dans la documentation historique. La datation a ensuite été opérée avec succès sur des cosmétiques archéologiques et des fragments de peinture murale médiévale. Nous montrons ainsi que la mesure du radiocarbone extrait des carbonates de plomb permet la datation absolue des blancs de plomb produits par un procédé de corrosion. Ce résultat offre de nouvelles perspectives pour la datation 14C des peintures, qui ne se limite plus aux seuls matériaux organiques, mais s’ouvre également à certains pigments inorganiques. Le blanc de plomb peut désormais être considéré comme un constituant des œuvres d’art datable de façon absolue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Walter et al., 1999 ; La Niece, 1983.
  • 2 Pline.
  • 3 Caley, Richards, 1956.
  • 4 Stols-Witlox, 2011.
  • 5 Photos-Jones et al., 2020 ; Gonzalez et al., 2019a.

1Le blanc de plomb, constitué d’un mélange de deux carbonates de plomb, la cérusite et l’hydrocérusite, est un des rares pigments inorganiques de synthèse utilisé comme pigment de peinture et ingrédient cosmétique (fig. 1). Il remplace la cérusite naturelle dont l’usage est attesté dans les cosmétiques égyptiens1. La transition entre l’utilisation de cérusite native et de carbonates de plomb de synthèse – autrement appelés psimythion (grec) et cerussa (latin) – est évoquée par Pline au Ier siècle2. Mais il semble que la fabrication de ce pigment soit plus ancienne : la première recette connue a été retrouvée dans les écrits de Théophraste (ive-iiie av. J.-C.) et décrit la synthèse de blanc de plomb par un procédé de corrosion3. Celui-ci perdure jusqu’à la fin du xviiie siècle avec diverses évolutions au cours du temps dans le choix des ingrédients ou dans l’agencement des installations pour augmenter les rendements de production, comme par exemple dans le procédé hollandais4. Dans l’Antiquité, deux ingrédients sont mentionnés pour la production du blanc de plomb : du plomb métallique et du vinaigre. À partir du Moyen Âge, du fumier de cheval ou du tan sont ajoutés. Des mécanismes réactionnels pour décrire la synthèse du blanc de plomb ont été proposés en considérant les recettes antiques ou médiévales et modernes5. Pour les plus anciennes, l’activité microbienne aérobie et anaérobie au sein du vinaigre semble avoir une importance capitale à la fois pour initier la réaction et pour fournir le CO2 nécessaire à la formation des carbonates de plomb, alors qu’à partir de l’époque médiévale, le CO2 est produit par les processus de fermentation du fumier de cheval ou du tan. Ainsi, quels que soient les réactifs considérés, du CO2 organique entre dans la formulation des carbonates de plomb et peut leur transférer sa signature isotopique en 14C. Cette étape-clé permet d’envisager la datation absolue par 14C de ce pigment de peinture et ingrédient cosmétique sur une large période historique, de l’Antiquité au xviiie siècle. Dans cet article, nous présenterons brièvement la méthode développée pour la datation 14C des carbonates de plomb, puis nous détaillerons trois applications, d’abord sur la reproduction au laboratoire d’un blanc de plomb fabriqué selon un procédé historique de corrosion, puis sur des cosmétiques archéologiques et des peintures murales médiévales.

Fig. 1. Pyxide en bois contenant du fard trouvée dans une tombe d’enfant à Érétrie (CA 508), Paris, musée du Louvre

Fig. 1. Pyxide en bois contenant du fard trouvée dans une tombe d’enfant à Érétrie (CA 508), Paris, musée du Louvre

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski (voir aussi fig. 3 a).

Extraire le carbone des carbonates de plomb pour leur datation par le 14C

  • 6 Beck et al., 2019.
  • 7 Messager et al., 2020.
  • 8 Messager et al., 2020.
  • 9 Messager, 2020 ; Hendriks et al., 2020.
  • 10 Vanmeert et al., 2015 ; Gonzalez et al., 2019b.

2Le LMC14 a développé un protocole spécifique pour extraire le carbone des carbonates de plomb sous forme de CO2 par décomposition thermique6. La température optimale de chauffage a été déterminée par thermogravimétrie (TG) sur des pigments bruts, des mélanges de pigments blancs et des échantillons modèles de peintures7 sélectionnés pour tenir compte des mélanges fréquemment rencontrés de blanc de plomb avec une charge de carbonate de calcium. De par son origine naturelle et géologique, ce dernier introduit du carbone avec une signature 14C plus ancienne que celle des carbonates de plomb de synthèse, dont il faut absolument s’affranchir pour garantir la fiabilité de la datation du blanc de plomb. À cet effet, une température de décomposition de 400 °C a été retenue ; elle permet de recueillir l’intégralité du carbone des carbonates de plomb et d’éviter toute contamination en carbone ancien provenant de la charge qui commence à se décomposer à plus haute température, à partir de 550-600 °C. Dans le cas des peintures au blanc de plomb, la décomposition d’une partie du liant organique a également été mise en évidence à cette température8. Cet élément ne vient pas fausser la datation du blanc de plomb à condition que le liant soit d’origine végétale ou animale et soit contemporain de la fabrication du pigment. En revanche, pour des peintures contenant à la fois du blanc de plomb et du carbonate de calcium dans une matrice organique, il semble que la température de décomposition doive être abaissée pour éviter un biais vers des âges radiocarbone plus anciens9. Par ailleurs, des phénomènes de cristallisation in situ de produits inorganiques contenant du carbone au sein des couches picturales ont été observés récemment, notamment au travers de la formation de plumbonacrite (Pb5(CO3)3O(OH)2)10. Bien qu’ils soient rares et encore largement méconnus, ces mécanismes réactionnels semblent impliquer un apport en CO2 provenant soit du liant organique, soit du CO2 atmosphérique. Si, dans le premier cas, il n’y a pas de conséquence sur la datation, dans le second, en revanche, la datation pourrait être éventuellement biaisée.

  • 11 Moreau et al., 2020.
  • 12 Calibomb, Courbe de Levin.
  • 13 Bronk Ramsey, 2020; Reimer et al., 2020. Pour le calcul d’un âge radiocarbone, on se place dans un (...)

3Les mesures 14C ont été réalisées avec le spectromètre de masse par accélérateur (SMA) ARTEMIS11. Les carbonates de plomb contiennent entre 3,1 et 4,5 % de carbone selon leur teneur en cérusite (PbCO3) et hydrocérusite (Pb3(CO3)2(OH)2). Entre 6 et 34 mg d’échantillon brut ont été prélevés et préparés pour datation selon la nature de l’objet étudié, pigment pur ou peinture. Les âges radiocarbone ont été calibrés en utilisant le logiciel Calibomb, courbe de Levin12 pour les âges actuels et Oxcal, courbe IntCal20 pour les dates avant 195013.

Datation 14C de blanc de plomb fabriqué en laboratoire par le procédé de corrosion

4La recette de fabrication du blanc de plomb selon le procédé par corrosion a été reproduite en 2020 avec des ingrédients dont la signature isotopique 14C a été déterminée (tableau 1) afin de suivre l’incorporation du carbone au cours de la synthèse du pigment et de valider le protocole d’extraction mis en place. Ainsi, de fines lames de plomb métallique (Goodfellow, 5 x 10 cm, épaisseur 2 mm) ont été roulées en spirale et suspendues dans un bécher au-dessus de 100 ml de vinaigre naturel (fourni et daté au Centre de datation par le radiocarbone (CDRC) de Lyon). Ce système a été placé dans un seau rempli de crottin de cheval frais (fig. 2 a). Après un peu plus de deux mois d’expérience, la lame de plomb est corrodée en profondeur et forme des feuillets caractéristiques (fig. 2 b) ; l’analyse du produit formé par DRX a montré la présence de cérusite uniquement (fig. 2 c).

Fig. 2 a-c. Blanc de plomb synthétisé selon le procédé par corrosion

Fig. 2 a-c. Blanc de plomb synthétisé selon le procédé par corrosion

a. Reproduction de la recette de blanc de plomb : la lame de plomb métallique roulée en spirale est suspendue par une tige au-dessus de vinaigre naturel dans un bécher. Ce système est placé dans un seau rempli de crottin de cheval ; b. Lame de plomb corrodée après deux mois d’expérience ; c. Diagramme DRX du produit de corrosion synthétisé montrant la formation de cérusite.

© LMC14.

5La date 14C du blanc de plomb produit par corrosion, 2015-actuel, est compatible avec celles du vinaigre et du crottin de cheval (tableau 1). La recette de blanc de plomb telle qu’elle est décrite dans les manuels historiques permet donc de synthétiser des carbonates de plomb dont la signature isotopique est cohérente avec celle des ingrédients initiaux. Ainsi, l’incorporation du carbone contemporain provenant de la fermentation du crottin de cheval et/ou de l’activité microbienne du vinaigre naturel est démontrée. Il est donc possible de dater de manière absolue un blanc de plomb fabriqué par un procédé de corrosion en présence de matériaux organiques. Ce résultat est confirmé par la datation réussie d’un blanc de plomb produit selon le même procédé en 2015 (tableau 1).

Tableau 1. Mesures 14C (et leur conversion en date calendaire) du blanc de plomb synthétisé au LMC14 et des ingrédients initiaux ayant servi pour sa fabrication

Code laboratoire

Échantillon et date de production

Pourcentage de carbone moderne (pMC ± 1σ)

Date calendaire (2σ)

45893
(ref. CDRC)

Vinaigre naturel

100,80 ± 0,30

1954-1956
2015-actuel

SacA60850

Crottin de cheval (juin 2020)

99,97 ± 0,31

1955
2018-actuel

SacA60851

Crottin de cheval (juin 2020)

100,72 ± 0,26

1954-1956
2015-actuel

SacA63384

Blanc de plomb produit au LMC14* (août 2020)

101,07 ± 0,25

1955-1956
2015-actuel

SacA51770

Blanc de plomb produit par Master Pigment (2015)

101,70 ± 0,30

1955-1956
2013-2019

* Échantillon préalablement rincé à l’eau ultra pure.
En complément, un autre blanc de plomb produit en 2015 par Master Pigment utilisant un procédé similaire est indiqué. Deux intervalles de dates calendaires sont obtenus pour chaque échantillon en raison de la forme de la courbe de calibration pour cette période.

6À la lumière de ce résultat, la datation radiocarbone d’échantillons archéologiques et d’échantillons de peinture contenant des carbonates de plomb peut donc être envisagée.

Datation 14C de carbonates de plomb archéologiques : cas des cosmétiques antiques

  • 14 Hasselin Rous, Huguenot, 2017.
  • 15 Aubin, 2016 ; Boyer et al., 1990.
  • 16 Bronk Ramsey, 2020.
  • 17 Aubin, 2016, 2018.
  • 18 Aubin, 2016, 2018.

7Trois objets archéologiques sont présentés ici : un cosmétique grec provenant d’une tombe d’Érétrie (Grèce), conservé au musée du Louvre (AGER-CA 508)14 et deux collyres secs issus d’une boîte d’oculiste, trouvée dans une sépulture gallo-romaine à Lyon15 et conservée au musée Lugdunum (inv. 1999.12.05) (tableau 2). Le cosmétique grec (fig. 3 a), composé de cérusite – psimythion – est daté entre 330 et 266 avant J.-C.16 La nécropole d’où proviennent les deux collyres est datée de la fin du iie siècle après J.-C. Nous disposons d’un fragment de la partie rouge altérée du collyre 1, estampillé stratioticon17 (LUGD01-14) et d’un fragment du collyre 4 (LUGD04-10) (fig. 3 b). Ils sont composés de cérusite pour l’un et d’un mélange d’hydrocérusite, de cérusite et d’oxydes (zincite, quartz) pour l’autre. Les carbonates de zinc et les composés à base de cuivre, pourtant identifiés dans la recette du stratioticon18, n’ont pas été repérés sur le diffractogramme du fragment d’échantillon altéré mis à notre disposition.

Tableau 2. Âges 14C (et leur conversion en date calendaire) du cosmétique grec du musée du Louvre et des deux collyres gallo-romains du musée Lugdunum

N° SacA

Échantillons

Constituants déterminés
par DRX

Âge 14C
(± 30 BP)

Date calendaire (2σ)

48856

AGER-CA 508

Cérusite
Oxyde de fer

2140

351-293 calBC (19,0 %)
209-52 calBC (76,5 %)

58301

LUGD01-14*

Cérusite
Traces d’hématite

1895

69-226 calAD (95,4 %)

58305

LUGD04-10*

Hydrocérusite
Cérusite
Zincite
Traces de quartz

1855

89-92 calAD (0,4 %)
120-245 calAD (95,0 %)

* Un pré-traitement chimique à base d’une solution de HNO3 à 10-2 M à chaud a été mis en place pour éliminer de potentielles contaminations ancienne ou moderne pour les deux collyres gallo-romains.

Fig. 3 a-c. Cosmétiques archéologiques étudiés et résultats de datation

Fig. 3 a-c. Cosmétiques archéologiques étudiés et résultats de datation

a. Pyxide contenant des restes de fard, CA 508 (H. 1,7 cm ; D. 2,5 cm), Paris, musée du Louvre. © RMN/Hervé Lewandowski ; b. Trousse d’ophtalmologiste, collection de Lugdunum – Musée & Théâtres romains (inv. 1999.12.05). © J.-M. Degueule/C. Thioc/Lugdumun. Les prélèvements des collyres gallo-romains 1 et 4 (LUGD01-14 et LUGD04-10) sont indiqués par des flèches rouges ; c. Distributions de probabilité des dates calendaires du cosmétique grec du musée du Louvre (en bleu) et des deux collyres gallo-romains du musée Lugdunum (en rouge). Les âges attendus sont représentés respectivement en jaune et en vert

© LMC14.

  • 19 Richardin, Gandolfo, 2011.
  • 20 Beck et al., 2018.
  • 21 Le test statistique du χ² permet d’évaluer la compatibilité des deux datations provenant d’un même (...)

8La date calibrée obtenue sur le cosmétique grec, 352-52 avant J.-C. (tableau 2 et fig. 3 c), est compatible avec deux mesures 14C réalisées au C2RMF sur une bogue d’amande retrouvée sur le même site19 et en accord avec les données numismatiques20. Les âges radiocarbone des deux collyres gallo-romains (tableau 2 et fig. 3 c) ont été combinés pour vérifier leurs comptabilités puisqu’ils proviennent d’un même lot. La combinaison donne l’intervalle 120-232 après J.-C. (95,4 %) avec un test du χ² de T = 0,9 (5 % 3,8)21. Ce résultat est parfaitement en accord avec les données historiques et archéologiques de cette nécropole gallo-romaine. Ces éléments nous permettent de démontrer la fiabilité du protocole d’extraction mis en place pour la datation des carbonates de plomb et nous indiquent que la cérusite composant le psimythion du cosmétique grec et la cérusite et l’hydrocérusite constituant les collyres gallo-romains sont des produits de synthèse, qui ont incorporé du carbone d’origine organique lors de leur fabrication.

9Ainsi, le carbone extrait de ces carbonates de plomb archéologiques est un témoignage direct de l’époque de fabrication des cosmétiques. La datation 14C de tels composés est un outil supplémentaire pour aider à la datation d’un site archéologique ou d’un objet trouvé hors contexte.

Datation 14C de peintures au blanc de plomb : exemple de deux décors muraux médiévaux

  • 22 Beck et al., 2020.

10Les peintures au blanc de plomb de décors muraux médiévaux provenant du château de Germolles (Bourgogne, France) et de l’église des Cordeliers de Fribourg (Suisse) ont été datées22.

  • 23 Degrigny et al., 2016.
  • 24 B 4434 -1, Baillage de Dijon, compte ordinaire – 1389-1390. f°22v° - 24.

11Au château de Germolles, les peintures murales de la garde-robe de Marguerite de Bavière constituent un décor courtois bicolore23. Un échantillon de peinture au blanc de plomb a été prélevé sur une zone non restaurée, au niveau d’une initiale M (fig. 4 a). Selon les registres du château, ce décor a été réalisé par Jean de Beaumetz entre 1388 et 139024. L’âge radiocarbone de l’échantillon de peinture au plomb est de 620 ± 30 BP, ce qui, converti en âge calendaire, fournit l’intervalle 1296-1400 (95,4 %) (fig. 4 b). Ce résultat est en parfait accord avec les dates mentionnées dans les archives et confirme ainsi la date de réalisation de ce décor.

Fig. 4 a-b. Peinture murale médiévale du château de Germolles

Fig. 4 a-b. Peinture murale médiévale du château de Germolles

a. Vue aérienne du château et zone de prélèvement (en rouge) de l’échantillon de peinture au blanc de plomb dans la garde- robe de Marguerite de Bavière. © Château de Germolles ; b. Distribution de probabilité en date calendaire de la peinture au blanc de plomb. L’âge attendu est représenté en jaune.

© LMC14.

12Pour l’église des Cordeliers, deux fragments d’enduit peint au blanc de plomb, FRIB14 et FRIB16 (fig. 5 a), provenant du décor principal, ont été datés (tableau 3 et fig. 5 b). La combinaison des résultats, validée par un test statistique du χ² (T = 0,6 (5 % 3,8)), donne un intervalle 1409-1455 AD (95,4 %) en accord avec la date de 1419-1495 AD (94,2 %) obtenue sur un échantillon du même décor, peint avec du noir de carbone (FRIB19).

Fig. 5 a-b. Peinture murale médiévale de l’église des Cordeliers de Fribourg (Suisse)

Fig. 5 a-b. Peinture murale médiévale de l’église des Cordeliers de Fribourg (Suisse)

a. Fragments d’enduits recouverts de peinture au blanc de plomb retrouvés en fouille ; b. Distribution de probabilité en date calendaire des fragments de blanc de plomb (en vert) comparée à celle du fragment noir de carbone (en noir).

© LMC14.

Tableau 3. Âges 14C (et leur conversion en date calendaire) des fragments de peinture au blanc de plomb et au noir de carbone du décor principal de l’église des Cordeliers de Fribourg (Suisse)

N° SacA

Échantillons

Composition

Masse de carbone extrait (mg)

Âge 14C
(BP ± 1σ)

Date calendaire (2σ)

54647

FRIB14

Blanc de plomb

0,41

470 ± 30

1407-1460 (95,4 %)

54649

FRIB16

Blanc de plomb

0,03

550 ± 100

1267-1522 (91,6 %)
1575-1625 (3,9 %)

56376

FRIB19

Noir de carbone

0,27

440 ± 30

1419-1495 (94,2 %)
1602-1610 (1,3 %)

  • 25 Moreau et al., 2020 ; Delqué-Količ et al., 2013.

13En outre, malgré la faible masse de carbone extrait de l’échantillon FRIB16 (30 µg), la peinture au blanc de plomb a pu être datée avec fiabilité par SMA en suivant un protocole de mesure et de traitement des données spécifique25. Le résultat final est certes moins précis, mais l’âge 14C obtenu est en accord avec les datations des deux autres échantillons de peintures provenant de la même œuvre. Ainsi, il est possible d’analyser par SMA jusqu’à quelques dizaines de microgrammes de carbone, ce qui représente, pour une peinture à base de blanc de plomb, un prélèvement initial d’environ 1 mg d’échantillon brut.

Conclusion

14Cette étude a mis en évidence la possibilité de dater de manière absolue, par la méthode du radiocarbone, des objets contenant un pigment inorganique de synthèse, le blanc de plomb, sur une très large période historique (fig. 6). La compatibilité des activités résiduelles en 14C des carbonates de plomb avec les données archéologiques ou historiques propres à chaque échantillon a permis de (i) mettre en évidence l’incorporation de carbone organique lors de leur synthèse, (ii) confirmer le mode de fabrication du blanc de plomb par un procédé de corrosion aux périodes antiques et médiévales, et (iii) valider la robustesse de la chaîne de mesure que nous avons mise en place pour la datation de ce pigment par la méthode du 14C. Ainsi, le carbone extrait des carbonates de plomb contient une teneur en 14C représentative de l’époque de fabrication du pigment, permettant de dater directement un cosmétique ou une peinture. En outre, des protocoles dédiés ont permis de réduire la quantité de prélèvement initial pour procéder à la mesure et offrent ainsi la possibilité de dater la couche picturale d’œuvres précieuses par la méthode du radiocarbone.

Fig. 6. Schéma bilan de l’usage des carbonates de plomb au cours du temps

Fig. 6. Schéma bilan de l’usage des carbonates de plomb au cours du temps

Plusieurs phases d’utilisation des carbonates de plomb peuvent être mises en évidence au cours du temps ; en jaune : cérusite naturelle pour les périodes les plus anciennes ; en vert : fabrication de blanc de plomb de synthèse selon un procédé de corrosion avec apport en carbone organique depuis la première recette connue retrouvée dans le manuscrit de Théophraste jusqu’à l’époque contemporaine ; en rouge : fabrication de blanc de plomb de synthèse selon un procédé industriel avec apport en carbone fossile développé sous l’ère industrielle.

© LMC14.

  • 26 Messager, 2020 ; Messager et al., en cours de rédaction.

15À partir du xixe siècle, de nouvelles méthodes de fabrication du blanc de plomb apparaissent. Elles font appel à des sources de CO2 issues de matériaux fossiles, dépourvues de 14C ; la signature isotopique du blanc de plomb ainsi produit n’est donc pas représentative de l’époque de sa fabrication, mais correspond à l’origine géologique de ses constituants. La mesure d’une telle signature isotopique peut, dans ce cas, être un bon indicateur d’un procédé industriel récent. Ainsi, la mesure du radiocarbone extrait du blanc de plomb permet de dater de façon absolue les pigments produits par le processus de corrosion et d’identifier les blancs de plomb issus de procédés industriels développés à partir du xixe siècle26.

16En conclusion, la datation 14C n’est plus limitée aux seuls matériaux organiques de la peinture, mais s’ouvre également à certains pigments inorganiques comme le blanc de plomb. Ce matériau peut être désormais considéré comme un constituant datable des œuvres d’art. La diminution de la taille de prélèvement est un enjeu crucial pour rendre accessible la datation radiocarbone aux précieuses peintures de chevalet. L’installation prochaine d’une source gaz sur le spectromètre de masse par accélérateur ARTEMIS permettra de répondre à cette exigence, cet outil étant en capacité d’analyser jusqu’à quelques microgrammes de carbone.

Remerciements
Cet article est la contribution n° 7660 du LSCE. L’équipe du LMC14 est composée d’Ingrid Caffy, Emmanuelle Delqué-Količ, Jean-Pascal Dumoulin, Stéphane Hain, Christophe Moreau, Solène Mussard, Marion Perron, Valérie Setti, Marc Sieudat, Bruno Thellier et Charlotte Van Hove.
Nous remercions la Fondation des Sciences du Patrimoine pour le financement du stage de master de Tom Germain, « Caractérisation structurale, élémentaire et isotopique de blanc de plomb synthétisé par corrosion », dont une partie des résultats est présentée dans cet article. Nous remercions très chaleureusement Christine Oberlin pour la fourniture du vinaigre daté, Isabelle Pallot-Frossard, Brigitte Bourgeois (C2RMF) et Violaine Jeammet (musée du Louvre) pour leur soutien pour l’étude du cosmétique CA 508, et Eddy Foy (LAPA-IRAMAT, NIMBE, CEA/CNRS) pour la caractérisation par diffraction des rayons X.

Haut de page

Bibliographie

Aubin M., 2018, « Le soin des yeux à l’époque romaine. Apport des analyses physico-chimiques de préparations antiques », dans V. Boudon-Millot et M. Pardon-Labonnelie (dir.), Le teint de Phryné – Thérapeutique et cosmétique dans l’Antiquité, Éditions de Boccard, Paris, p. 95-102.

B 4434 -1, Baillage de Dijon, compte ordinaire – 1389-1390. f°22v° - 24.

Beck L. et al., 2018, “Absolute dating of lead carbonates in ancient cosmetics by radiocarbon”, Communications Chemistry 1, 34 [https://doi.org/10.1038/s42004-018-0034-y].

Beck L. et al., 2019, “Thermal decomposition of lead white for radiocarbon dating of paintings”, Radiocarbon, 61 (5), p. 1345-1356.

Beck L. et al., 2020, “Unexpected presence of 14C in inorganic pigment for an absolute dating of paintings”, Scientific Reports, 10, 9582 [https://doi.org/10.1038/s41598-020-65929-7].

Boyer R. et al., 1990, « Les collyres », Gallia, 47, p. 235-243.

Bronk Ramsey C., 2020, Logiciel Oxcal 4.4. [https://c14.arch.ox.ac.uk/login/login.php?Location=%2Foxcal%2FOxCal.html].

Caley E. R., Richards J. F., 1956, Theophrastus on stone – Introduction, Greek text, English translation, and commentary, The Ohio State University, Columbus, p. 57.

Calibomb, Logiciel de calibration des âges radiocarbone, Courbe de Levin, [calib.org/CALIBomb/] et data set [calib.org/CALIBomb/Levin.f14c].

Degrigny C. et al., 2016, “Technical study of Germolles’ wall paintings: the input of imaging techniques”, Virtual Archaeology Review, 7 (15), p. 1-8.

Delqué-Količ E. et al., 2013, “Advances in handling small radiocarbon samples at the Laboratoire de Mesure du Carbone 14 in Saclay, France”, Radiocarbon, 55 (2-3), p. 648-656.

Donahue D. J., Linick T. W., Jull A. J. T., 1990, “Isotope-ratio and background corrections for accelerator mass spectrometry radiocarbon measurements”, Radiocarbon, 32 (2), p. 135-142.

Gonzalez V. et al., 2019a, “Synthesizing lead white pigments by lead corrosion: new insights into the ancient manufacturing processes”, Corrosion Science, 146, p. 10-17.

Gonzalez V. et al., 2019b, “Unraveling the composition of Rembrandt’s impasto through the identification of unusual plumbonacrite by multimodal X-ray diffraction analysis”, Angew. Chem. Int. Ed., 58, p. 5619-5622.

Hasselin Rous I., Huguenot C., 2017, « Offrandes hellénistiques en miniature : le mobilier d’une tombe d’enfant d’Érétrie conservé au musée du Louvre », Revue archéologique, 63 (1), p. 3-64.

Hendriks L. et al., 2020, “The ins and outs of 14C dating lead white paints for artworks application”, Analytical Chemistry, 92 (11), p. 7674-7682.

Messager C. et al., 2020, “Thermal analysis of carbonate pigments and linseed oil to optimize CO2 extraction for radiocarbon dating of lead white paintings”, Microchemical Journal, 154, 104637 [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02969265].

Moreau C. et al., 2020, “ARTEMIS, The 14C AMS facility of the LMC14 National Laboratory: a status report on quality control and microsample procedures”, Radiocarbon, 62 (6), p. 1755-1770 [doi:10.1017/RDC.2020.73].

Photos-Jones E. et al., 2020, “On metal and ‘spoiled’ wine: analysing psimythion (synthetic cerussite) pellets (5th-3rd centuries BCE) and hypothesizing gas-metal reactions over a fermenting liquid within a Greek pot”, Archaeological and Antropological Sciences, 12, 243.

Pline, Histoire naturelle, livre 35, 19.

Reimer P. J., Austin W., Bard E. et al., 2020, “The IntCal20 Northern Hemisphere radiocarbon age calibration curves (0-55 cal kBP)”, Radiocarbon, 62 (4), p. 725757.

Stols-Witlox M. J. N., 2011, “‘The heaviest and the whitest’: lead white quality in north western European documentary sources, 1400-1900”, dans M. Spring, Studying old masters paintings: Technology and Practice, Archetype Publications, Londres, p. 284-294.

Vanmeert F. et al., 2015, “Plumbonacrite identified by X-ray powder diffraction tomography as missing link during degradation of red lead in a Van Gogh painting”, Angew. Chem. Int. Ed., 54, p. 3607-3610.

Walter P. et al., 1999, “Making make-up in ancient Egypt”, Nature, 397, p. 483-484.

Ward G. K., Wilson S. R., 1978, “Procedures for comparing and combining radiocarbon age determinations: a critique”, Archaeometry, 20 (1), p. 19-31.

Documents inédits

Aubin M., 2016, Révéler la chimie des préparations antiques, à usage cosmétique ou médical, impliquant des sels de métaux lourds. Thèse, université Pierre-et-Marie-Curie – Paris IV.

La Niece S., 1983, Report on the scientific examination of Egyptian eye-paints, British Museum Research Laboratory, Internal Report n° 4878, 1-5.

Messager C., 2020, Datation par la méthode du radiocarbone de pigments et peintures anciennes à base de blanc de plomb. Thèse, université Paris-Saclay.

Richardin P., Gandolfo N., 2011, Datation par le carbone 14 d’une koré en bois (S 2045) provenant de Kertch (Russie méridionale) et d’une amande (CA 518) provenant de la Cité d’Érétrie (de l’île d’Eubé) – Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines (DAGER) du musée du Louvre, N° inv. S 2045 et CA 518, N° C2RMF FZ20603 et C2RMF F69986, rapport d’étude C2RMF n° 21072.

Haut de page

Notes

1 Walter et al., 1999 ; La Niece, 1983.

2 Pline.

3 Caley, Richards, 1956.

4 Stols-Witlox, 2011.

5 Photos-Jones et al., 2020 ; Gonzalez et al., 2019a.

6 Beck et al., 2019.

7 Messager et al., 2020.

8 Messager et al., 2020.

9 Messager, 2020 ; Hendriks et al., 2020.

10 Vanmeert et al., 2015 ; Gonzalez et al., 2019b.

11 Moreau et al., 2020.

12 Calibomb, Courbe de Levin.

13 Bronk Ramsey, 2020; Reimer et al., 2020. Pour le calcul d’un âge radiocarbone, on se place dans un référentiel où l’année zéro exprimée en année BP (Before Present) correspond à l’année 1950 de notre calendrier. Par commodité, la notation pMC (Percent modern carbon) est utilisée. Elle correspond au pourcentage en carbone moderne contenu dans l’échantillon et est définie comme 100×Fm (avec Fm défini par Donahue et al., 1990). Les données 14C sont fournies avec une incertitude notée σ. Les courbes de calibration permettent de convertir les âges radiocarbone BP en âges calendaires, calBC (avant J.-C.) ou calAD (après J.-C.). Le résultat est donné sous forme de densité de probabilité à 95,4 %.

14 Hasselin Rous, Huguenot, 2017.

15 Aubin, 2016 ; Boyer et al., 1990.

16 Bronk Ramsey, 2020.

17 Aubin, 2016, 2018.

18 Aubin, 2016, 2018.

19 Richardin, Gandolfo, 2011.

20 Beck et al., 2018.

21 Le test statistique du χ² permet d’évaluer la compatibilité des deux datations provenant d’un même ensemble archéologique. Le calcul de la valeur du χ², T, est décrit par Ward et Wilson, 1978. Pour vérifier la compatibilité des âges 14C, on compare T à la valeur de la table du χ² correspondant aux quantiles d’ordre 0.05 avec 1 degré de liberté, qui est égale à 3.84. Selon ces conditions, les données 14C peuvent être combinées si T ≤ 3.84.

22 Beck et al., 2020.

23 Degrigny et al., 2016.

24 B 4434 -1, Baillage de Dijon, compte ordinaire – 1389-1390. f°22v° - 24.

25 Moreau et al., 2020 ; Delqué-Količ et al., 2013.

26 Messager, 2020 ; Messager et al., en cours de rédaction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Pyxide en bois contenant du fard trouvée dans une tombe d’enfant à Érétrie (CA 508), Paris, musée du Louvre
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Hervé Lewandowski (voir aussi fig. 3 a).
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2 a-c. Blanc de plomb synthétisé selon le procédé par corrosion
Légende a. Reproduction de la recette de blanc de plomb : la lame de plomb métallique roulée en spirale est suspendue par une tige au-dessus de vinaigre naturel dans un bécher. Ce système est placé dans un seau rempli de crottin de cheval ; b. Lame de plomb corrodée après deux mois d’expérience ; c. Diagramme DRX du produit de corrosion synthétisé montrant la formation de cérusite.
Crédits © LMC14.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 3 a-c. Cosmétiques archéologiques étudiés et résultats de datation
Légende a. Pyxide contenant des restes de fard, CA 508 (H. 1,7 cm ; D. 2,5 cm), Paris, musée du Louvre. © RMN/Hervé Lewandowski ; b. Trousse d’ophtalmologiste, collection de Lugdunum – Musée & Théâtres romains (inv. 1999.12.05). © J.-M. Degueule/C. Thioc/Lugdumun. Les prélèvements des collyres gallo-romains 1 et 4 (LUGD01-14 et LUGD04-10) sont indiqués par des flèches rouges ; c. Distributions de probabilité des dates calendaires du cosmétique grec du musée du Louvre (en bleu) et des deux collyres gallo-romains du musée Lugdunum (en rouge). Les âges attendus sont représentés respectivement en jaune et en vert
Crédits © LMC14.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 4 a-b. Peinture murale médiévale du château de Germolles
Légende a. Vue aérienne du château et zone de prélèvement (en rouge) de l’échantillon de peinture au blanc de plomb dans la garde- robe de Marguerite de Bavière. © Château de Germolles ; b. Distribution de probabilité en date calendaire de la peinture au blanc de plomb. L’âge attendu est représenté en jaune.
Crédits © LMC14.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5 a-b. Peinture murale médiévale de l’église des Cordeliers de Fribourg (Suisse)
Légende a. Fragments d’enduits recouverts de peinture au blanc de plomb retrouvés en fouille ; b. Distribution de probabilité en date calendaire des fragments de blanc de plomb (en vert) comparée à celle du fragment noir de carbone (en noir).
Crédits © LMC14.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 6. Schéma bilan de l’usage des carbonates de plomb au cours du temps
Légende Plusieurs phases d’utilisation des carbonates de plomb peuvent être mises en évidence au cours du temps ; en jaune : cérusite naturelle pour les périodes les plus anciennes ; en vert : fabrication de blanc de plomb de synthèse selon un procédé de corrosion avec apport en carbone organique depuis la première recette connue retrouvée dans le manuscrit de Théophraste jusqu’à l’époque contemporaine ; en rouge : fabrication de blanc de plomb de synthèse selon un procédé industriel avec apport en carbone fossile développé sous l’ère industrielle.
Crédits © LMC14.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/10190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14, « Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales »Technè, 52 | 2021, 102-110.

Référence électronique

Cyrielle Messager, Lucile Beck, Tom Germain, Christian Degrigny, Vincent Serneels, Delphine Cano, Georges Cardoso et Équipe LMC14, « Datation par la méthode du radiocarbone du blanc de plomb : du psimythion des cosmétiques antiques au pigment des peintures murales médiévales »Technè [En ligne], 52 | 2021, mis en ligne le 14 avril 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/techne/10190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.10190

Haut de page

Auteurs

Cyrielle Messager

Post-doctorante, Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (cyrielle.messager[at]cea.fr).

Lucile Beck

Directrice de recherche, responsable du Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (lucile.beck[at]cea.fr).

Articles du même auteur

Tom Germain

Étudiant de M1, Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14/LSCE), CEA Saclay, Gif-sur-Yvette (tom.germain28[at]gmail.com).

Christian Degrigny

Enseignant-chercheur en conservation-restauration, Haute Ecole Arc Conservation-restauration, HES-SO Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale (christian.degrigny[at]he-arc.ch).

Vincent Serneels

Professeur – département de Géosciences, université de Fribourg (vincent.serneels[at]unifr.ch).

Delphine Cano

Responsable du service scientifique, Lugdunum Musée & Théâtres romains (decano[at]grandlyon.com).

Georges Cardoso

Responsable de la régie des œuvres, Lugdunum Musée & Théâtres romains (gcardoso[at]grandlyon.com).

Équipe LMC14

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search