Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52II. Objets à dater : les méthodes...Advances and limitations of 14C d...

II. Objets à dater : les méthodes appropriées

Advances and limitations of 14C dating in the field of heritage sciences

Avancées et limites de la datation par le radiocarbone dans le domaine des sciences du patrimoine
Laura Hendriks, Irka Hajdas, Nadim C. Scherrer, Stefan Zumbühl, Jens Stenger, Caroline Welte, Hans-Arno Synal et Detlef Günther
p. 111-117

Résumés

Dans les sciences du patrimoine, la capacité d’obtenir des informations sur l’origine et la datation des objets du patrimoine culturel est fondamentale pour les replacer dans leur contexte historique. La datation par le radiocarbone (carbone 14, noté 14C) peut aider à identifier la période pendant laquelle une œuvre d’art a été créée en datant ses matériaux constitutifs. Une telle information ne peut cependant être obtenue qu’en prélevant un échantillon de l’objet, ce qui est critique car une œuvre d’art est unique et exige que l’échantillonnage soit réduit au minimum. Dans ce contexte, nous proposons une nouvelle approche de datation qui cible le liant organique naturel de la couche picturale. Étayés par les données d’analyses spectroscopiques, permettant une sélection d’échantillons appropriée, des prélèvements de toile et de matière picturale ont été datés sur trois peintures à l’huile. Même si les résultats de datation ne permettent pas d’attribuer les peintures à un artiste donné, ils peuvent cependant confirmer une période de création. Le troisième objet, lié aux débuts des divers mouvements expressionnistes modernes du xxe siècle, met en lumière les enjeux de datation du liant organique naturel du fait de la présence de cire de paraffine. Les études de cas présentées montrent comment la datation par le 14C du liant organique naturel peut compléter ou offrir d’autres voies d’étude pour évaluer le contexte historique d’un objet. Les études de matériaux lors de l’échantillonnage sont également un prérequis indispensable pour accéder à des âges radiocarbone fiables.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2023.

Plan

Introduction
Objects of study
Sample selection, material characterization, preparation and AMS measurements
Results and discussion
Dating precision limited by the shape of the radiocarbon calibration curve
Relined canvas preventing the dating of its support
Modern art and the increased use of synthetic material
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Since its discovery in the 1940’s, radiocarbon dating has been used to roll back the pages of history by constructing chronologies spanning the last 50’000 years. What started as a discovery in chemistry rapidly exceeded disciplinary boundaries, eventually catching the society’s interest with the identification of art forgery cases. The recent progress in expanding the 14C field to art research was linked to technological development resulting in a substantial decrease in the amount of material necessary for acquiring a 14C age. Generally, the code of ethics in cultural heritage sciences requires “minimal interventions” in the context of sampling. When permitted, 14C dating is generally focused on the materials used as supports. While the radiocarbon date, i.e. the year of plant harvest, and the date signed on the work often match, offsets ranging from 2 to 5 years may also be observed. However, recycling older supports to pretend an older appearance is a known modus ope...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Hendriks, Irka Hajdas, Nadim C. Scherrer, Stefan Zumbühl, Jens Stenger, Caroline Welte, Hans-Arno Synal et Detlef Günther, « Advances and limitations of 14C dating in the field of heritage sciences »Technè, 52 | 2021, 111-117.

Référence électronique

Laura Hendriks, Irka Hajdas, Nadim C. Scherrer, Stefan Zumbühl, Jens Stenger, Caroline Welte, Hans-Arno Synal et Detlef Günther, « Advances and limitations of 14C dating in the field of heritage sciences »Technè [En ligne], 52 | 2021, mis en ligne le 14 avril 2023, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/techne/10278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.10278

Haut de page

Auteurs

Laura Hendriks

Researcher, formerly Laboratory of Ion Beam Physics and Department of Chemistry and Applied Biosciences, ETH-Zürich, Switzerland – currently Chemtech Institut, School of Engineering and Architecture of Fribourg, HES-SO, Switzerland (Laura.Hendriks[at]hefr.ch).

Irka Hajdas

Senior Researcher, Laboratory of Ion Beam Physics, ETH-Zürich, Switzerland (hajdas[at]phys.ethz.ch).

Nadim C. Scherrer

Conservation Scientist, HKB – Bern University of Applied Sciences, Switzerland (nadim.scherrer[at]hkb.bfh.ch).

Stefan Zumbühl

Conservation Scientist, HKB – Bern University of Applied Sciences, Switzerland (stefan.zumbuehl[at]hkb.bfh.ch).

Jens Stenger

Senior Conservation Scientist, SIK-ISEA – formerly Swiss Institute for Art Research, Zurich, Switzerland – currently Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhagen, Denmark (jest[at]GLYPTOTEKET.DK).

Caroline Welte

Senior Research Assistant, Laboratory of Ion Beam Physics and Geological Institute, ETH-Zürich, Switzerland (caroline.welte[at]erdw.ethz.ch).

Hans-Arno Synal

Professor of Physics, Laboratory of Ion Beam Physics, ETH-Zürich, Switzerland (synal[at]phys.ethz.ch).

Detlef Günther

Professor of Chemistry, Department of Chemistry and Applied Biosciences, ETH-Zürich, Switzerland (detlef.guenther[at]sl.ethz.ch).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search