Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44III. Étudier pour mieux connaîtreArchéoentomologie et archéoparasi...

III. Étudier pour mieux connaître

Archéoentomologie et archéoparasitologie d’une momie égyptienne

Archaeoentomology and archaeoparasitology of an Egyptian mummy
Jean-Bernard Huchet
p. 79-83

Résumés

En dépit des soins méticuleux apportés par les antiques thanatopracteurs égyptiens, de nombreuses momies ont subi les assauts d’insectes déprédateurs. La momie égyptienne du musée Anne-de-Beaujeu, confiée au département Restauration du C2RMF de Versailles pour restauration, n’a pas échappé aux vagues d’arthropodes thanatophages qui se sont préservés jusqu’à nous. Au-delà de cette colonisation post-mortem, les investigations paléoparasitologiques conduites sur cette momie nous révèlent que cette dernière souffrait d’une pédiculose sévère, comme en témoignent les myriades de poux et de lentes découvertes sur les restes de cheveux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les restes humains organiques conservés dans les musées sont les hôtes privilégiés de diverses espèces d’insectes et de parasites. L’infestation par ces animalcules peut avoir des origines distinctes : colonisation de l’individu de son vivant (ectoparasites notamment), lors des différentes étapes de la dégradation post-mortem (insectes nécrophages), ou enfin plus tardivement, au sein des collections muséales. S’agissant de momies égyptiennes, nous serions en droit d’imaginer que les divers processus de momification destinés à préserver le corps aient eu raison des divers organismes thanatophages. Il n’en est malheureusement rien. Comme en témoignent différents chapitres du Livre des Morts, les insectes étaient redoutés des embaumeurs qui mirent en œuvre toute leur ingéniosité pour éviter que ceux-ci ne viennent corrompre irrémédiablement l’intégrité des défunts dont ils avaient la charge (fig. 1 a, b). D’autres preuves afférentes à cette appréhension à l’égard des thanatophages ont pu être révélées lors de séances de débandelettage, communément pratiquées au cours des deux siècles précédents. Ainsi, l’entomologiste B. Greenberg (1991) rapporte la découverte, dans la bouche d’une momie, d’un fragment de papyrus portant l’inscription suivante : « Les vers, en toi, ne se transformeront en mouches. »

Fig. 1. Prêtre égyptien repoussant l’insecte nécrophage

Fig. 1. Prêtre égyptien repoussant l’insecte nécrophage

Vignettes extraites du chapitre 36 du Livre des Morts (a : Papyrus Louvre N 3248 ; b : Papyrus Ryerson, modifiés).

  • 1 Huchet, 1995, 2010 a, b.

2Originellement destinés à préserver les corps pour l’éternité, les savoir-faire des embaumeurs ont eu comme conséquence indirecte de préserver les insectes contemporains de l’embaumement. À l’instar de leur hôte, ces fragiles reliques ont traversé les siècles. Elles nous livrent de précieuses informations sur l’état sanitaire de ces populations d’époque pharaonique et participent à la reconstitution des pratiques funéraires de l’Égypte ancienne1.

  • 2 L’archéoentomologie, branche de l’archéozoologie, est la discipline étudiant les insectes provenant (...)
  • 3 Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

3Nous présentons ici les résultats de l’étude archéoento-mologique2 conduite sur une momie égyptienne (XXIIe dynastie/800-750 av. J.-C.) du musée Anne-de-Beaujeu (Allier) confiée au département Restauration du C2RMF3 de Versailles pour y être traitée. De très nombreux restes d’insectes, le plus souvent remarquablement préservés, ont pu être mis au jour (fig. 5). Ces derniers sont décrits et illustrés ci-après.

Déceler la présence d’insectes et de leurs traces d’activité sur des momies

4Si certains restes d’insectes se révèlent facilement décelables par les restaurateurs lors de la phase de restauration, la taille et/ou la fragmentation de certains spécimens nécessite le prélèvement de restes pulvérulents et autres échantillons de nature organique (cheveux notamment) pour examen au laboratoire. Après avoir fait l’objet d’une série de tamisages (5 mm/1 mm/300 µm) pour isoler les restes organiques des détritus exogènes, les fragments d’exosquelettes sont triés sous stéréo-microscope puis identifiés. Dans certains cas, le recours au microscope électronique à balayage (MEB) permet d’affiner et/ou de confirmer l’identité taxinomique des divers arthropodes en mettant en évidence certains détails morphologiques diagnostiques.

Les insectes de la momie du musée Anne-de-Beaujeu

  • 4 Enveloppe chitineuse abandonnée par les arthropodes lors de la mue.

5L’examen microscopique des prélèvements effectués au C2RMF témoigne, a posteriori, d’une activité intense au sein de la momie comme l’indique le nombre considérable de déjections d’insectes et de fragments d’exuvies4. De nombreux cristaux s’apparentant à du natron, carbonate naturel de sodium utilisé par les embaumeurs pour déshydrater les corps, figuraient au sein des échantillons.

6Les restes attribuables à quatre espèces, appartenant à trois ordres distincts d’insectes, ont pu être identifiés. Dans le cas présent, la biologie de ces différentes espèces et leur localisation viennent corroborer le fait que ces derniers sont contemporains de la phase de momification et non la conséquence d’une infestation au musée. Comme il nous sera donné de le voir ici, l’approche archéoentomologique fournit de précieux enseignements tant sur les processus de momification en Égypte antique que sur l’état sanitaire des populations du passé.

7Parmi les taxons représentés figurent deux espèces de coléoptères, ainsi qu’une espèce de diptère (mouche nécrophage), toutes trois hôtes classiques des momies égyptiennes. Cependant, la découverte la plus remarquable est sans nul doute la présence de très nombreux restes de poux (Pediculus humanus capitis), sous leur forme adulte, ainsi que des myriades de lentes solidement attachées aux cheveux de la momie.

Les coléoptères

Necrobia rufipes (De Geer), la « Nécrobie à pattes rouges », très anciennement nommée Necrobia mummarium (la « Nécrobie des momies »)

  • 5 Huchet, 2010.
  • 6 Hérodote : L’Enquête, 85-89.
  • 7 Huchet, 2010.
  • 8 Arnaldos et al., 2004 ; Gennard, 2007.

8Ce petit coléoptère (3,5-7 mm de long), d’un bleu métallique, appartient à la famille des Cleridae. Il fréquente les cadavres à un stade avancé de la dégradation post-mortem. Comme nous avons pu l’indiquer précédemment5, sa présence soutient le fait que ces différentes phases de momification duraient plusieurs semaines, en concordance avec les écrits des auteurs antiques, notamment ceux d’Hérodote6, qui mentionnait que les processus de momification se prolongeaient sur sept décades (70 jours). Hôte « classique » des momies, cet insecte fut originellement mentionné en 1812 par le célèbre égyptologue J.-F. Champollion : « Ce fut en examinant les mains attentivement que nous aperçûmes, dans l’interstice des doigts, plusieurs coléoptères morts, de couleur rose-violet dans tout son éclat… » Des restes de cette espèce, parfaitement préservés, furent récemment découverts dans la cavité viscérale de la momie du prêtre Namenkhet Amon (XXVe-XXVIe dynastie, -430/-450 av. J.-C.)7. Aujourd’hui cosmopolite, Necrobia rufipes est parfois utilisée en entomologie médico-légale dans l’établissement de l’intervalle post-mortem (IPM)8.

Dermestes frischii Kugelann (fig. 2 a, b, c, d, e)

Fig. 2. Spécimens archéologiques du coléoptère Dermestes frischii (Dermestidae)

Fig. 2. Spécimens archéologiques du coléoptère Dermestes frischii (Dermestidae)

a : individu adulte découvert dans les bourres de tissus de la momie. © C2RMF/N. Timbart. b : adulte, vue dorsale ; c : adulte, vue ventrale ; d : larve de dernier stade ; e : nymphe.

© J.-B. Huchet/MNHN (échelles : 10 mm).

  • 9 Byrd et Castner, 2009.

9Les insectes appartenant au genre Dermestes Linné (famille des Dermestidae), étymologiquement « mangeur de peau », comptent de nombreux représentants de par le monde. Dans la nature, les adultes et leurs larves se rencontrent sous les charognes à différents stades de la décomposition post-mortem avec cependant une prédilection pour les cadavres en état de dessiccation avancé9.

  • 10 Steffan, 1982.
  • 11 Turchetto et al., 2001.
  • 12 Odeyemi, 1997.

10En contexte archéologique, un petit nombre d’espèces figure parmi les hôtes habituels des momies égyptiennes dont notamment Dermestes frischii, découvert tant sur les linges et bandages externes qu’au sein de la momie du musée. Pour l’anecdote, cette espèce fut également retrouvée lors de l’autopsie conduite sur la momie de Ramsès II10. Eu égard à leur biologie, Dermestes et Necrobia se rencontrent fréquemment simultanément sur un même corps, lorsque ce dernier libère des acides gras volatils et autres produits de dégradation caséique11. La compétition interspécifique exerce un effet régulateur notable sur l’accroissement des populations12. Selon Atkinson (1825), les Dermestes et Necrobia n’ont pas la possibilité de s’échapper une fois la momie bandelettée (ils parviendraient à percer quelques couches de lin, pour finalement mourir in situ).

11Une exuvie d’Attagenus sp. (Dermestidae) figurait dans la matière pulvérulente située sous la tête de la momie. Son remarquable état de conservation suggère cependant qu’il s’agit d’une contamination récente. À l’instar des Dermestes cités précédemment, les espèces de ce genre figurent parmi les principaux ravageurs des musées dans lesquels ils occasionnent des dégâts majeurs parmi les collections d’histoire naturelle.

Les mouches nécrophages

12Les diptères, sous leur forme adulte, sont des insectes relativement fragiles et se conservent plutôt mal en contexte archéologique. Toutefois, lors de la nymphose (passage de la larve à l’adulte), l’enveloppe externe de l’« asticot » se durcit et constitue un petit tonnelet rigide (puparium) à l’intérieur duquel l’insecte se métamorphose. Ces petits « cocons », très résistants (fig. 3 a, b), ont propension à se conserver remarquablement sur de très longues périodes. Ce sont ces derniers que l’on retrouve associés aux momies.

13Les investigations conduites sur la momie du musée Anne-de-Beaujeu ont révélé la présence de quelques puparia d’une seule espèce de mouche aux reflets métalliques : Chrysomya albiceps.

Chrysomya albiceps (Wiedemann) (fig. 3 a, b, c)

Fig. 3. La mouche nécrophage Chrysomya albiceps (Calliphoridae)

Fig. 3. La mouche nécrophage Chrysomya albiceps (Calliphoridae)

a : puparium (région occipitale de la momie), vue dorsale ; b : idem, vue apicale, (échelle : 5 mm). © J.-B. Huchet/MNHN ; c : spécimen adulte actuel (échelle : 5 mm).

© K. Szpila, Nicolaus Copernicus University, Toru´n, Pologne.

  • 13 Omar, 1995.
  • 14 Formation d’acide butyrique par dégradation du sucre, de l’acide lactique ou de l’amidon lors de la (...)

14Chrysomya albiceps est incontestablement l’espèce nécrophage la plus fréquente en Égypte13. Sa présence aux temps pharaoniques est attestée par des découvertes récurrentes dans diverses momies d’Égypte. C. albiceps affectionne les cadavres de taille importante pour assurer la pérennité du développement larvaire. Selon G. F. Bornemissza (1957), cette espèce intervient sur les cadavres lors de la phase dite de « fermentation butyrique14 » (soit entre 20 et 40 jours après la mort). La ponte (ou oviposition) s’effectue préférentiellement au niveau de plaies ouvertes lorsqu’elles existent. Il est probable que les éviscérations conduites par les embaumeurs sur les corps destinés à être momifiés aient été particulièrement attractives pour les jeunes larves qui, par ce biais, ont pu alors facilement coloniser les viscères. Dans le cas présent, le nombre restreint de puparia mis au jour suggère que le corps a été soigneusement lavé après la phase de dessiccation au natron. Les expérimentations conduites en Égypte par Tantawi et coll. (1996) ont montré que l’espèce était principalement active en saison chaude, ce qui suggérerait que la mort du sujet conservé au musée Anne-de-Beaujeu ait pu intervenir durant cette période de l’année.

Les ectoparasites (poux)

Pediculus humanus capitis (De Geer), le « pou de tête »

  • 15 Le papyrus Ebers, daté d’environ 1550 avant J.-C., est l’un des plus anciens traités médicaux.

15Si l’on excepte les puces, parasites temporaires à forte mobilité, trois ectoparasites spécifiques peuvent infester l’être humain : le pou du corps (Pediculus humanus humanus L.), le pou de la tête (Pediculus humanus capitis De Geer) (fig. 4 a, b) et le pou du pubis (Phtirus pubis L.)15.

Fig. 4. Poux de tête (Pediculus humanus capitis) provenant de la momie

Fig. 4. Poux de tête (Pediculus humanus capitis) provenant de la momie

a : adulte, photo MEB (microscope électronique à balayage) ; b : nymphe.

© C2RMF/ D. Robcis ; M. Lemoine, Laboratoire d’Archéozoologie/Archéobotanique du MNHN.

  • 16 Huchet, 2015.
  • 17 Leca 1971.

16Contrairement aux poux du corps, les poux de tête ne sont vecteurs d’aucune maladie. Ils occasionnent cependant une nuisance physique réelle : le « prurit ». Dans la plupart des cas, le nombre d’adultes n’excède pas la dizaine sur une même tête. Toutefois, dans quelques rares cas, on a pu en dénombrer jusqu’à un millier. Les poux de tête figurent au sein de la vermine mentionnée dans la Bible comme la troisième plaie d’Égypte et on trouve trace, dans le papyrus Ebers16, d’une recette à base de farine de dattes et d’eau destinée au traitement de la pédiculose17. Hérodote (L’Enquête, Livre II) indique que les prêtres égyptiens se préservaient des infestations de la vermine en se rasant entièrement le crâne, mais également les cils et sourcils. Cet usage semble s’être ensuite plus ou moins répandu, notamment au sein des familles de haut rang. L’archéologie nous montre cependant que cette pratique récurrente du rasage n’a pu totalement endiguer la propagation du parasite.

  • 18 Palma 1991 ; Mumcuoglu, 2008.

17Bien que la découverte de poux soit relativement peu fréquente en contexte archéologique, la momie du musée Anne-de-Beaujeu n’est pas la première à attester de la présence de ce parasite en Égypte antique. La première étude paléoparasitologique faisant état de la présence de poux sur des momies égyptiennes est due à Ruffer (1921). De même, de nombreux peignes à poux d’époque pharaonique ont été mis au jour (notamment à Antinoé), certains présentant encore, entre leurs dents, des vestiges de parasites18.

  • 19 Capasso et al., 1997.

18Par l’ampleur de l’infestation caractérisant la momie du musée Anne-de-Beaujeu (des centaines de lentes et 37 nymphes et adultes découverts sur les cheveux), le « sujet momifié » présentait incontestablement une parasitose sévère qui, par voie de conséquence, devait se traduire par un prurit majeur, sans doute généralisé à l’ensemble du scalp. L’examen attentif du crâne (notamment de la région occipitale) n’a cependant livré aucune trace d’aire lésionnelle, expression d’un grattage chronique lié une infestation parasitaire prolongée19.

Conclusion

Fig 5. Tableau récapitulatif des insectes de la momie égyptienne du musée Anne-de-Beaujeu

Ordre

Famille

Espèce

Stades*

Nombre de restes

NMI*

Coleoptera

Dermestidae

Dermestes frischii

A, N, L

85

33

Coleoptera

Dermestidae

Attagenus sp.

L

1

1

Coleoptera

Cleridae

Necrobia rufipes

A

3

3

Diptera

Calliphoridae

Chrysomya albiceps

P

4

4

Pthiraptera

Pediculidae

Pediculus humanus capitis

A, N, Le

A, N : 38 ; (Le : > 300)

A, N : 37 ; Le : > 300

Total : 131

78

* Légende : A : adulte ; N : nymphe ; L : larve ; P : puparia ; Le : lentes ; NMI : Nombre Minimal d’Individus. Ne sont cependant pas incluses dans ce décompte les centaines de lentes présentes sur les cheveux.

19Les procédés, aussi multiples qu’originaux, mis en œuvre par les antiques thanatopracteurs, ont rarement été en mesure d’annihiler les méfaits insidieux de la vermine sur les restes organiques humains. L’étude archéoentomologique conduite sur la momie égyptienne du musée Anne-de-Beaujeu nous révèle l’identité de ces insectes et parasites sur lesquels baumes et autres onguents n’ont eu que peu d’effet sur l’activité des cohortes d’arthropodes nécrophages. Au-delà de l’aspect forensique mettant en évidence la durée des traitements funéraires pour cette période, la présence d’insectes ectoparasites nous renseigne sur l’état sanitaire des populations de l’Égypte ancienne.

Haut de page

Bibliographie

Arnaldos M. I., Sánchez F., Álvarez P., García M. D., 2004, “A forensic entomology case from the Southeastern Iberian Peninsula”, Aggraval`s Internet Journal of Forensic Medicine and Toxicology 5(1), p. 22-25.

Atkinson J., 1825, (sans titre), Transactions of the linnean Society of London 14 (3), p. 585-586.

Byrd J. H., Castner J. L., 2009, Forensic entomology: the utility of arthropods in legal investigations, 2nd ed. CRC press, Boca Raton (Fl).

Capasso L., Caramiello S., La Verghetta M., Di Domenicantonio L., Anastasio R.D., 1997, “Lice and related skull lesions in a female subject from Herculaneum (79 AD, South Italy)”, Journal of Paleopathology 9 (3), p. 125-135.

Champollion-Figeac J.-J., 1812, « Note sur une nouvelle espèce d’Insectes du genre Corynetes de Fabricius, observée à Grenoble », Grenoble, décembre 1812, Archives départementales de l’Isère, Fonds Champollion, vol. 3, document n° 296.

Greenberg B., 1991, “Flies as Forensic Indicators”, Journal of Medical Entomology 28 (5), p. 565-577.

Gennard D.E., 2007, Forensic entomology: an introduction, John Wiley & Sons Ltd, Chichester, West Sussex.

Hérodote, L’enquête, Barguet Andrée (éd. & trad.) (1964), Paris, Gallimard.

Huchet J.-B. 1995, « Insectes et momies égyptiennes », Bulletin de la Société linnéenne de Bordeaux 23(1), p. 29-39.

Huchet J.-B. 2010a, « Des insectes, des momies : l’apport de l’entomologie à l’étude des pratiques funéraires des sociétés anciennes », in I. Cartron, D. Castex, P. Georges, M. Vivas & M. Charageat (dir.), De Corps en Corps, traitement et devenir du cadavre. Publication de la MSHA, « Identité(s) et Mémoire(s) des Populations du Passé », p. 33-55.

Huchet J.-B., 2010b, “Archaeoentomological study of the insects remains found within the mummy of Namenkhet Amon, San Lazzaro Armenian Monastery, Venice/Italy”, Advances in Egyptology 1, p. 58-80.

Huchet J.-B., 2015, « Ectoparasites de l’Homme : le regard de l’Archéoentomologiste », in F. Collard et E. Samama (dir.), Poux, puces et punaises, la vermine de l’homme, découverte, descriptions et traitements. Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, éditions l’Harmattan, Paris, p. 45-60.

Mumcuoglu K. E., 2008, “The louse comb: past and present”, American Entomologist, 54, p. 164-166.

Odeyemi O., 1997, “Interspecific competition between the beetles Dermestes maculatus De Geer and Necrobia rufipes De Geer on dried fish”, Insect Science and Its Application 17, p. 213-220.

Omar A.H., 1995, “Studies on Chrysomyia albiceps (Wiedemann), one of the most important carrion flies in Egypt”, Journal of the Egyptian Society of Parasitology 25 (3), p. 607-624.

Palma R., 1991, “Ancient head lice in a wooden comb from Antionë, Egypt”, The Journal of Egyptian Archaeology 77, p. 194.

Ruffer M. A., 1921, Studies on paleopathology of Egypt, University of Chicago Press, Chicago.

Steffan J.-R., 1982, « L’entomofaune de la Momie de Ramses II », Annales de la Société entomologique de France 18 (4), p. 531-537.

Tantawi Tarek I., El-Kady Essam M., Greenberg B., El-Ghaffar Heyadat A., 1996, “Arthropod succession on exposed rabbit carrion in Alexandria, Egypt”, Journal of Medical Entomology 33 (4), p. 566-580.

Turchetto M., Lafisca S. and Constantini G., 2001, “Post mortem interval (PMI) determined by study of sarcophagous biocenoses: three cases from the province of Venice (Italy)”, Forensic Science International 120, p. 28-31.

Haut de page

Notes

1 Huchet, 1995, 2010 a, b.

2 L’archéoentomologie, branche de l’archéozoologie, est la discipline étudiant les insectes provenant de contextes archéologiques.

3 Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

4 Enveloppe chitineuse abandonnée par les arthropodes lors de la mue.

5 Huchet, 2010.

6 Hérodote : L’Enquête, 85-89.

7 Huchet, 2010.

8 Arnaldos et al., 2004 ; Gennard, 2007.

9 Byrd et Castner, 2009.

10 Steffan, 1982.

11 Turchetto et al., 2001.

12 Odeyemi, 1997.

13 Omar, 1995.

14 Formation d’acide butyrique par dégradation du sucre, de l’acide lactique ou de l’amidon lors de la décomposition.

15 Le papyrus Ebers, daté d’environ 1550 avant J.-C., est l’un des plus anciens traités médicaux.

16 Huchet, 2015.

17 Leca 1971.

18 Palma 1991 ; Mumcuoglu, 2008.

19 Capasso et al., 1997.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Prêtre égyptien repoussant l’insecte nécrophage
Légende Vignettes extraites du chapitre 36 du Livre des Morts (a : Papyrus Louvre N 3248 ; b : Papyrus Ryerson, modifiés).
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1120/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Fig. 2. Spécimens archéologiques du coléoptère Dermestes frischii (Dermestidae)
Légende a : individu adulte découvert dans les bourres de tissus de la momie. © C2RMF/N. Timbart. b : adulte, vue dorsale ; c : adulte, vue ventrale ; d : larve de dernier stade ; e : nymphe.
Crédits © J.-B. Huchet/MNHN (échelles : 10 mm).
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3. La mouche nécrophage Chrysomya albiceps (Calliphoridae)
Légende a : puparium (région occipitale de la momie), vue dorsale ; b : idem, vue apicale, (échelle : 5 mm). © J.-B. Huchet/MNHN ; c : spécimen adulte actuel (échelle : 5 mm).
Crédits © K. Szpila, Nicolaus Copernicus University, Toru´n, Pologne.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4. Poux de tête (Pediculus humanus capitis) provenant de la momie
Légende a : adulte, photo MEB (microscope électronique à balayage) ; b : nymphe.
Crédits © C2RMF/ D. Robcis ; M. Lemoine, Laboratoire d’Archéozoologie/Archéobotanique du MNHN.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Bernard Huchet, « Archéoentomologie et archéoparasitologie d’une momie égyptienne »Technè, 44 | 2016, 79-83.

Référence électronique

Jean-Bernard Huchet, « Archéoentomologie et archéoparasitologie d’une momie égyptienne »Technè [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/techne/1120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1120

Haut de page

Auteur

Jean-Bernard Huchet

CNRS, Muséum national d’Histoire naturelle (UMRs 7209 et 7205) et Université de Bordeaux (UMR 5199 PACEA) (huchet[at]mnhn.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search