Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Éditorial

Texte intégral

  • 1 Aurélia Azéma, Les techniques de soudage de la grande statuaire antique en bronze : étude des param (...)
  • 2 Benoît Mille, D’une amulette en cuivre aux grandes statues de bronze : évolution des techniques de (...)

1Le bronze est un matériau d’étude privilégié pour le C2RMF. Depuis plus de vingt ans, ses chercheurs n’ont de cesse de l’analyser au travers de son utilisation multiforme, dans la statuaire, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, dans les instruments de musique ou dans le mobilier, afin de mettre en lumière, grâce à une large gamme d’outils d’observation, d’imagerie et d’analyse, la composition des différents alliages, les sources d’approvisionnement en matières premières, les techniques de fonderie ou de martelage, d’assemblage, de finition, de réparure. Au cours des quatre dernières années ont été soutenues trois thèses de doctorat menées au sein du C2RMF1. Celle de Benoît Mille, l’un des deux pilotes de ce numéro avec Sophie Descamps-Lequime, opère la synthèse très attendue de vingt années de recherche sur la fonte à la cire perdue2. Ces travaux suivent les chemins classiques de l’archéométrie, associant l’exploitation des données textuelles, l’observation aiguë des œuvres, l’analyse des matériaux, ainsi que l’expérimentation directe des procédés et des matériaux mis en évidence.

2Autour du vaste sujet des bronzes antiques, une fructueuse collaboration interdisciplinaire s’est établie depuis une quinzaine d’années, entre le C2RMF et le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, sur les techniques de fabrication de la grande statuaire grecque et romaine en bronze et les patines intentionnelles des œuvres métalliques. C’est dans ce cadre qu’a été créée et enrichie la base de données Héphaïstos, dont l’objectif est de décrire l’évolution spatio-temporelle de la technique de fabrication des grands bronzes, en se fondant à la fois sur le dépouillement d’une très vaste bibliographie et sur le rassemblement d’observations technologiques approfondies. Elle constitue une source précieuse d’information pour les chercheurs et autorise d’utiles confrontations et comparaisons fondées sur les sources solides de la littérature et des matériaux eux-mêmes.

3Dans ce contexte, le volume 45 de la revue Technè vient publier les actes de la journée d’étude, organisée par le C2RMF et le musée du Louvre, et soutenue par l’Institut de Soudure, intitulée Originaux, répliques et pastiches. Techniques d’élaboration et datation des grands bronzes antiques, qui s’est tenue à Paris le 12 février 2013. Aux résultats de cette journée viennent s’adjoindre ceux d’études, encore inédites, portant sur une étonnante technique de fabrication des yeux, relevée sur les portraits d’Auguste et Livie, sur un témoignage de dorure et de redorure observées sur l’Apollon de Lillebonne, ou encore sur le surprenant guerrier gaulois en tôle de laiton chaudronnée de Saint-Maur. La lecture de ce numéro permet de montrer tout ce que l’étude des matériaux et des techniques peut apporter à la connaissance des bronzes antiques, depuis le commerce intensif dont ils ont été l’objet à l’époque romaine en raison de la forte demande des riches propriétaires, jusqu’à la pratique de la production en série à partir d’un même modèle très prisé des amateurs. On y comprend mieux que le choix du médium, marbre ou bronze, tient essentiellement au choix du commanditaire, et que l’on est souvent bien loin du cas classique de la « copie romaine en marbre d’un original grec en bronze disparu » qui figure sur tant de cartels de musées à travers le monde.

4Je souhaite au lecteur une belle découverte des travaux pluridisciplinaires menés récemment sur les bronzes de l’Antiquité, en France, en Europe, comme aux États-Unis, et le plaisir de mieux comprendre comment ont été réalisés les quelques chefs-d'œuvre de la technique antique qui émaillent les pages de ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Aurélia Azéma, Les techniques de soudage de la grande statuaire antique en bronze : étude des paramètres thermiques et chimiques contrôlant le soudage par fusion au bronze liquide, thèse de doctorat en chimie physique et chimie analytique menée sous la direction de David Bourgarit, université Paris 6, 2013. Manon Castelle, Les techniques de fabrication de la grande statuaire en bronze 1540-1660 en France, thèse d’histoire de l’art et d’archéologie menée sous la direction de Chantal Grell et de David Bourgarit, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2016.

2 Benoît Mille, D’une amulette en cuivre aux grandes statues de bronze : évolution des techniques de fonte à la cire perdue, de l’Indus à la Méditerranée, du 5e millénaire au 5e siècle av. J.-C., thèse en préhistoire, protohistoire et géosciences menée sous la direction de Catherine Perlès et de Vincent Serneels, université de Nanterre, université de Fribourg, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pallot-Frossard, « Éditorial »Technè, 45 | 2017, 3.

Référence électronique

Isabelle Pallot-Frossard, « Éditorial »Technè [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/techne/1217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1217

Haut de page

Auteur

Isabelle Pallot-Frossard

Conservateur général du patrimoine, directeur du Centre de recherche et de restauration des musées de France (isabelle.pallot-frossard[at]culture.gouv.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search