Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. L’œuvre de Bernard PalissyLa céramique de Saint-Porchaire

I. L’œuvre de Bernard Palissy

La céramique de Saint-Porchaire

Saint-Porchaire ceramics
Thierry Crépin-Leblond
p. 48-50

Résumés

Fabriquée entre les années 1540 et 1560 environ, avec une soixantaine de pièces conservées, la céramique de Saint-Porchaire est une production à base de kaolin imitant l’orfèvrerie contemporaine. Palissy, sans en être l’auteur, s’y est intéressé de près, ainsi qu’en témoignent plusieurs fragments retrouvés dans son fonds d’atelier.

Haut de page

Texte intégral

1La présence au sein du fonds d’atelier de Palissy de fragments liés à la production de Saint-Porchaire intrigue les chercheurs depuis leurs découvertes. Elle peut s’expliquer soit par une tentative inaboutie du céramiste d’imiter cette production grâce à des œuvres prêtées par des collectionneurs à l’instar des pièces d’orfèvrerie qu’il moulait, soit par l’acquisition de fragments provenant de l’atelier de Saint-Porchaire à l’arrêt de sa production. L’analyse à venir de ces fragments apportera sans doute la réponse.

2Il subsiste moins de soixante pièces, réparties entre collections publiques et privées, de cette céramique à base de kaolin extrêmement caractérisée, imitant l’orfèvrerie contemporaine, produite entre les années 1540 et 1560 et nommée d’après des textes du xvie siècle qui la rattachent à un lieu maintenant inclus dans l’agglomération de Bressuire (Deux-Sèvres).

  • 1 Barbour, Sturman, 1996, p. 130-156.

3Les pièces repérées1, reproduites pour la plupart dès le xixe siècle, s’inspirent de l’orfèvrerie contemporaine : aiguières, coupes, drageoirs, salières, chandeliers, etc. Une telle inspiration peut être également constatée sur d’autres productions céramiques contemporaines en terre cuite glaçurée (Saintonge, Beauvaisis, Puisaye), mais aucune ne possède une telle qualité de précision raffinée dans la forme et dans le décor.

4Une partie du répertoire ainsi imité provient de créations maniéristes du début du xvie siècle à partir de modèles de vases antiques ; la vaisselle d’apparat conçue par Rosso Fiorentino pour François Ier, connue par les dessins de Léonard Thiry et les gravures de René Boyvin, se rattache à ce courant d’influence ainsi diffusé sur le territoire français.

5D’autres modèles relèvent de formes plus courantes de la fin du Moyen Âge. Enfin, certains ensembles procèdent, pour les salières et les candélabres, d’une production en bronze liée à Padoue, pour les aiguières et les drageoirs, de vases en pierre dure pourvus de montures d’orfèvrerie émaillée. On peut par exemple citer pour ce dernier cas deux pièces attribuées à l’orfèvre parisien Richard Toutain, l’aiguière de sardoine du Kunsthistorischesmuseum de Vienne (Kunstkammer, 1096) et l’aiguière en cristal de roche du musée du Prado à Madrid (inv. O000077), provenant toutes deux des collections royales françaises.

6Le corpus reste néanmoins inégal dans la qualité des pièces et la modernité des modèles utilisés, les fourchettes de datation proposées s’appuyant sur la fréquente présence de l’héraldique.

7Plusieurs pièces sont en effet ornées des armes de France ou d’un emblème royal, celui de François Ier et surtout celui d’Henri II (emblème ou monogramme), à l’exclusion de tout autre souverain, ce qui situerait la fin de la production peu après 1559. L’historiographie a tenté à plusieurs reprises de rattacher cette production à une commande royale, notamment dans l’hypothèse de cadeaux d’étrennes. En fait, l’absence de pièces véritablement royales, c’est-à-dire comportant l’héraldique du roi régnant de manière complète et cohérente, ainsi que la présence très fréquente des armes de France dans la céramique à la même époque ne permettent pas de retenir cette hypothèse. En revanche, l’héraldique d’autres possesseurs ainsi que les localisations liées aux textes et aux découvertes archéologiques orientent vers un atelier de l’ouest du royaume, donc Saint-Porchaire qui relevait alors d’une branche cadette des Montmorency-Laval.

8Cette attribution se trouve renforcée par trois fragments entrés au début du xxe siècle dans les collections du département des Objets d’art du musée du Louvre, un fragment de plat et deux matrices, provenant de la collection Gilles de La Tourette, c’est-à-dire de Loudun, à quelques dizaines de kilomètres de Bressuire. Or la présence des matrices signifie clairement qu’elles proviennent d’une trouvaille liée à l’atelier et à son matériel de travail.

  • 2 Brongniart, 1844, t. 1, p. 61 et suivantes.

9Le fragment de plat et l’une des matrices confirment par ailleurs l’analyse technique déjà proposée par Brongniart2 et approfondie par plusieurs chercheurs et laboratoires depuis trois décennies : l’argile kaolinitique utilisée sans ajout est ornée par estampage, en ajoutant d’autres argiles colorées par des oxydes métalliques pour combler les creux. Des éléments supplémentaires sont moulés à part. Dans le cas des pièces de forme, des bandes estampées à plat avec deux couches superposées de couleurs différentes sont transposées sur le corps de la pièce, elle-même obtenue par moulage et non par tournage. C’est ainsi que la seconde matrice du Louvre (maintenant en dépôt au musée national de la Renaissance) correspond à un profil féminin (fig. 2) que l’on retrouve à l’intérieur du couvercle d’un drageoir conservé au Victoria and Albert Museum de Londres (fig. 1) ; une pièce presque identique est conservée dans une collection particulière française.

Fig. 1. Chromolithographie d’une coupe conservée au Victoria and Albert Museum

Fig. 1. Chromolithographie d’une coupe conservée au Victoria and Albert Museum

Dans Delange C., Delange H., 1861, Recueil des faïences françaises dites de Henri II et de Diane de Poitiers, Paris, pl. XLV.

© Musée national de la Renaissance.

Fig. 2. Saint-Porchaire, milieu du xvie siècle, Matrice : profil féminin

Fig. 2. Saint-Porchaire, milieu du xvie siècle, Matrice : profil féminin

Terre cuite (H. 10 cm, L. 8 cm), Paris, musée du Louvre, déposée à Écouen, musée national de la Renaissance, OA 3934b.

© Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais/Martine Beck-Coppola.

  • 3 Palissy, 2010, p. 486.

10Malgré d’évidentes parentés, la démarche technique et stylistique de cette céramique diffère profondément de celle de Bernard Palissy qui relève d’une forme de naturalisme sublimé étranger à l’approche plus maniériste et moins exigeante des potiers de Saint-Porchaire. C’est très probablement la capacité de l’argile kaolinitique utilisée à garder ou acquérir sa blancheur à la cuisson qui a pu attirer l’attention de Palissy, toujours curieux de matériaux propices à ses desseins. Il ne cite dans ses écrits ni cette céramique ni celle de Saintes, dont il a pourtant tiré bien des enseignements utiles : il est en revanche très possible que la fameuse coupe blanche3, qui suscite sa curiosité fondatrice, soit bel et bien une céramique de Saint-Porchaire.

Haut de page

Bibliographie

Amico L., 1996, « Bernard Palissy et les céramiques de “Saint-Porchaire”, dans À la recherche du paradis terrestre. Bernard Palissy et ses continuateurs, Flammarion, Paris, p. 130-153.

Barbour D., Sturman S. (eds.), 1996, Saint-Porchaire Ceramics, Studies in the History of Art 52, Monograph Series II, National Gallery of Art, Washington D.C.

Brongniart A., Traité des arts céramiques, Paris, 1844, deux volumes.

Cat. Exp. Écouen, 1997, Crépin-Leblond T., Ennès P., Oursel H. (dir.), Une orfèvrerie de terre – Bernard Palissy et la céramique de Saint-Porchaire [Exp. Écouen, musée national de la Renaissance, 24 septembre 1997-12 janvier 1998], RMN Éditions, Paris.

Cat. Exp. Parthenay, Thouars, Saintes, Niort, 2004-2005, Cavaillès M. (dir.), Renaissance de la faïence de Saint-Porchaire [Exp. : Parthenay, musée Georges Turpin, 11 février-25 juillet 2004, Thouars, musée Henri Barré, 4 août- 30 septembre 2004, Saintes, musée de l’Échevinage, 10 octobre-15 février 2005 et Niort, musée du Donjon, 25 février-17 avril 2005], éditions du musée municipal Georges Turpin, Parthenay.

Palissy B., 2010, Œuvres complètes, Fragonard M.-M. (dir.), seconde édition revue et annotée, Honoré Champion, Paris.

Haut de page

Notes

1 Barbour, Sturman, 1996, p. 130-156.

2 Brongniart, 1844, t. 1, p. 61 et suivantes.

3 Palissy, 2010, p. 486.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chromolithographie d’une coupe conservée au Victoria and Albert Museum
Légende Dans Delange C., Delange H., 1861, Recueil des faïences françaises dites de Henri II et de Diane de Poitiers, Paris, pl. XLV.
Crédits © Musée national de la Renaissance.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 2. Saint-Porchaire, milieu du xvie siècle, Matrice : profil féminin
Légende Terre cuite (H. 10 cm, L. 8 cm), Paris, musée du Louvre, déposée à Écouen, musée national de la Renaissance, OA 3934b.
Crédits © Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais/Martine Beck-Coppola.
URL http://journals.openedition.org/techne/docannexe/image/1484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Crépin-Leblond, « La céramique de Saint-Porchaire »Technè, 47 | 2019, 48-50.

Référence électronique

Thierry Crépin-Leblond, « La céramique de Saint-Porchaire »Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/techne/1484 ; DOI : https://doi.org/10.4000/techne.1484

Haut de page

Auteur

Thierry Crépin-Leblond

Conservateur général du patrimoine au musée national de la Renaissance – château d’Écouen (thierry.crepin-leblond@culture.gouv.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search