Navigation – Plan du site
I. L’œuvre de Bernard Palissy

De la couleur du bestiaire « esmaillé » de Palissy

Colour in Palissy’s glazed bestiary
Anne Bouquillon, Gaia Ligovich et Gauthier Roisine
p. 51-60

Résumés

La quête d’une vérité toujours plus exigeante dans la représentation de la nature caractérise l’art de Bernard Palissy. Ainsi la forme des animaux, le plus souvent aquatiques, qu’il intègre aussi bien dans ses plats de rustiques figulines que dans les éléments de grottes, est obtenue par moulage sur nature. Leurs couleurs quant à elles sont rendues par des glaçures très riches en plomb dont les nuances subtiles résultent de mélanges longuement testés. Nous en présentons ici les principales caractéristiques chimiques sur un corpus de quelques plats authentifiés et de fragments découverts dans l’atelier de Palissy, lors des fouilles des Tuileries.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Analyses des différentes couleurs
Le blanc et le jaune des coquilles
Le vert des batraciens
Le vert des lézards
Poissons et reptiles gris
Reptiles et crustacés bruns
Savoir-faire et innovations

Aperçu du texte

Le respect admiratif de la Création Divine (l’Homme de foi) ; la quête permanente de vérité fondée sur l’empirisme et l’observation (le scientifique) ; le perfectionnisme formel et matériel de l’« ouvrier de terre » (l’artisan) tel qu’il se définissait lui-même ; la puissance inventive (l’artiste) : ces vecteurs primordiaux de l’idiosyncrasie palisséenne éclairent le sens des énigmatiques rustiques figulines de Bernard Palissy et légitiment les techniques mises en œuvre pour leur réalisation. Il s’agit pour le céramiste de créer, en terre cuite glaçurée, des représentations animales, végétales ou minérales, en relief, les plus fidèles possibles, intégrées dans la composition de plats, d’aiguières et autres pièces de vaisselle et de parois de grottes artificielles.

En ce qui concerne la mise en forme, Palissy va privilégier le moulage sur nature, technique ancienne et déjà bien maîtrisée au xvie siècle, en particulier dans l’orfèvrerie allemande. Ce numéro de Technè développe d’ailleu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bouquillon, Gaia Ligovich et Gauthier Roisine, « De la couleur du bestiaire « esmaillé » de Palissy », Technè, 47 | 2019, 51-60.

Référence électronique

Anne Bouquillon, Gaia Ligovich et Gauthier Roisine, « De la couleur du bestiaire « esmaillé » de Palissy », Technè [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/techne/1494

Haut de page

Auteurs

Anne Bouquillon

Ingénieur de recherche, C2RMF/IRCP (anne.bouquillon[at]culture.gouv.fr)

Articles du même auteur

Gaia Ligovich

Chimiste (gaia.ligovich[at]kikirpa.be)

Gauthier Roisine

Doctorant, C2RMF/IRCP (gauthier.roisine[at]laposte.net).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Technè. La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals